30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 10:17

Ô quelle déception. Ô quelle triste époque. Moi qui croyais à Internet au plus haut point, qui voyais dans le web l'avènement d'une nouvelle société un peu moins pécuniaire, un peu plus partageuse. On m'aurait menti ?


Par quoi commencer ? Par le plus évident, à savoir Covoiturage.fr. Je ne suis pas le membre le plus actif du site, loin de là. Je n'ai pas vraiment de voiture et mes déplacements français furent très longtemps limités. Il n'empêche que cette idée de partager une voiture me touchait particulièrement. Moi, l’auto stoppeur, ayant eu à subir quelques galères du côté de Reims ou de l'Allemagne, à attendre désespérément une voiture qui voudrait s'arrêter à la vue de mon pouce levé. Le site avait cet avantage : la sûreté. Certes, on payait, un petit quelque chose, un prix juste, mais on était sûr d'arriver à temps à notre rendez-vous. Un avantage que le stop n'a pas. Le stop, c'est pour les personnes ayant le temps. Pour les vacances, pour un voyage. Pas en période d'examen ou de rendez-vous à ne pas manquer. Et puis le covoiturage c'est écologique, ça suit la tendance du moment. Alors le nombre d'inscrits sur le site covoiturage.fr a décuplé. En plus, pour les personnes ayant une voiture, cela réduit les frais d'essence, ça permet de les partager. Dans la voiture on discute, on rencontre, on rigole. C'est bon enfant. A l'arrivée, un petit billet récompense la course autant que l'expérience. Le covoiturage semble être une idée de génie.


Et puis l'argent est arrivé par là. Vous savez, l'argent, celui qui corrompt tout, même les projets les plus nobles. Depuis quelques mois, le site covoiturage.fr a évolué. A la recherche d'un « modèle économique », le site s'est transformé. A savoir que maintenant, le site veut gagner de l'argent, et pas simplement par de la publicité. Il faut maintenant obligatoirement payer sur le site. C'en est fini du petit billet de fin de parcours. Il faut un code, que le site te donne en échange de ta réservation tarifée. Bien sûr, covoiturage.fr récupère 10% de la transaction, sinon ça n'aurait pas de sens.

Bon, l'idée en soi peut avoir un intérêt. Cela permet d'éviter au conducteur et au voyageur de se retrouver au milieu d'une route de campagne à attendre désespérément la personne qui nous a dit oui sur le site et qui ne viendra plus. Un gage de sûreté supplémentaire.

Cependant, covoiturage.fr a développé un modèle staliniste. On ne peut plus échanger de message privé avec les autres utilisateurs. On ne peut plus accéder aux numéros de téléphone de la personne qui propose un trajet. En tout cas, pas avant d'avoir payé. Une fois la carte bleue chaude, covoiturage.fr ayant récupéré ses 10% sur la transaction, vous pouvez enfin accéder à un numéro de téléphone.

Exemple personnel : Alba voulait se rendre à Strasbourg. N'ayant par de carte bancaire sur elle, on envoie un message au conducteur pour expliquer que l'on souhaite payer en espèces, si cela ne le dérange pas. Problème, covoiturage.fr modère l'ensemble des messages adressés. Réponse : votre message « n'a pas pu être validé car il vise à demander un autre mode de paiement ». Nous nous demandions pourquoi les messages étaient si longs à être publiés, toujours en attente de « modération ». La réponse est simple, covoiturage.fr lit l'ensemble des messages que vous adressez aux autres utilisateurs. Je comprends maintenant les 10% sur la transaction, il doit en falloir du monde pour espionner tout ça !

covoiturage.fr-gratuit-copie-1.jpgCovoiturage.fr m'a également déçu du fait de ses propres utilisateurs. Alors que ses membres originels y voyaient là l'occasion de partager une expérience et les frais d'essence, les nouveaux membres y voient là l'occasion de gagner de l'argent. Si la chose était gagnant-gagnant au départ pour les deux parties, elle est de plus en plus gagnante pour le chauffeur et perdante pour les autres.

Concrètement, covoiturage.fr a mis en place des couleurs pour les prix. En vert, le prix est juste, en orange il est un peu surévalué, en rouge il est clairement surévalué.

Exemple, Paris-Pau, trajet qui m'intéresse particulièrement. Prix minimum 20€. C'est vert. Un passager met 63€, c'est orange. La moyenne est autour de 50€. Prix qui est encore signalé en vert. Avec la carte 12-25 de la SNCF, mon trajet en TGV m'a coûté 54€. Pour un confort de voyage tout autre.

Lille-Strasbourg, pour Alba. Des trajets qui vont de 25€ (vert) à 40€ (orange), à 50€ (rouge). En sachant qu'un Lille-Strasbourg sans autoroute coûte 40€ pour le conducteur, vous comprenez que ces chauffeurs sont plus taxis que fans des sites de partage.

 

Malheureusement, covoiturage.fr n'est qu'un exemple parmi d'autres. Le dernier en date est couchsurfing, mon bon vieux couchsurfing, qui n'a pas su résister aux sirènes des argentiers. Le site a été racheté récemment par des personnes ayant un autre site internet, proposant de louer une chambre chez soi, contre argent-comptant bien sûr. Le site récupère un pourcentage sur la transaction. Tiens, ça me rappelle quelque chose. Pour le moment, couchsurfing n'a pas évolué dans cette politique, mais a régulièrement changé sa physionomie, son moteur de recherche, son mode de pensée... La charte s'est transformée, couchsurfing acceptant maintenant de partager l'ensemble des informations que je laisse sur le site avec des entreprises and Cie... un peu à la manière de Facebook ou de Twitter. Problème, plusieurs passages sont contraires à la loi française. Mais comme il semble que la vie privée se monnaye bien...


En 2004, le site était une association à but non-lucratif. Simple, cela se base sur le partage d'un appartement, on met à la disposition d'autres personnes son canapé, ou un matelas, voire un lit et on en profite pour recevoir des gens du monde entier. Enrichissant ! Au-delà de l'aspect financier qui n'est pas négligeable (l'hébergement étant gratuit), c'est surtout la rencontre des locaux dans un autre pays, la découverte d'une culture... qui m'auront impressionné. Un mariage au Vietnam grâce à ce site, ce n'est pas tous les jours ! Quelle idée magnifique ! Même le site fonctionne grandement grâce aux partages, il évolue grâce aux interventions de Couchsurfers les plus motivés et ce sont même eux qui ont remis en place le site en 2006 lorsque celui-ci a crashé. Les utilisateurs sont aux aguets, et ils ont du coup une certaine légitimité. Mais les fondateurs recherchent maintenant un « modèle financier ». En 2011 le site est devenu une société commerciale. Les manifestations sur le site sont très nombreuses, certains évoquant le départ vers un autre site communautaire de partage. Hospitality Club par exemple. Mais comme Hospitaliy vient d'être racheté par la même personne que Couchsurfing...

couchsurfing sold outJusqu'ici, tout va bien. La nouvelle direction n'a pas proposé de changer le modèle du site. Surfer chez l'habitant reste gratuit. L'expérience est tellement enrichissante... mais pas vraiment pour la direction. Alors, combien de temps cela va-t-il continuer ainsi ? J'ai bien peur que les choses évoluent rapidement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

B

Bonjour,


Le problème avec vous les bobos,altermondialistes, anti-capitalistes ou génération Y!, c-est que vous croyez au gratuit pour tout. Les soit-disants conducteurs "gros profiteurs" comme tu
l'insinues, quand ils ne prennent qu'une personne (voire 2) sur le trajet, ils en sont pour leur pomme au niveau du "partage des frais". Prenons un exemple.


 


Je fais tous les jours Grenoble-Annecy (100km aller). Je te passe les détails du calcul de ma consommation, mais j'en ai pour 13€ d'essence + 6€ (parce que je suis abonné, et que j'utilise la
méthode dite du fractionnement) d'autoroute. Le trajet est à 7€ sur le site. Sur ce trajet où il y a pourtant beaucoup de passage, j'ai en moyenne 2 passagers par jour.Sur une semaine, je reçois
donc 2*5*7=70€ alors que j'en dépense 19*10=190. Donc cesse d'avancer de grande théorie sur les conducteurs profiteurs. Il y a en effet des gens qui font taxi avec des voitures 6 places et 4 AR
dans la journée (j'en connais un sur Lyon-Grenoble), mais ce sont des moutons noirs, et on les dénonce au site quand on en repère.


Je viens de te démontrer que le covoiturage est plus un allégement des frais qu'un profit. Dieu sait pourtant que je suis content de rencontrer tous les jours des personnes nouvelles et
d'échanger avec elles pendant 1h.


Maintenant, je vais aborder ton point de vue qui semblerait indiquer que les passagers sont des "vaches à lait" dont on ne fait que prendre l'argent, alors que ce sont eux les grands
bénéficiaires. Si un jour je voyage à vide, c'est tout pour ma pomme. D'un autre côté, j'aurai voyagé quand même puisque c'est mon trajet vers le travail. Par contre, un passager trouvera
toujours un covoiturage s'il veut faire Grenoble-Annecy. Le passager paiera toujours 7€+1.75€ de frais. il fera toujours le voyage en 1h05. S'il voulais partir en stop, je lui souhaite bonne
routen et patience. S'il prend le train, c'est 1h55 et 19€30. Je trouve donc mesquin de pleurer sur les 1.75€ de frais. Et encore, quand j'ai déjà voyager avec lui, j'autorise le passager à
m'appeler en direct pour ne pas les payer.


Pensez-vous que l'entretien du site, sa création et les évolutions diverses sont sorties ex-nihilo? Sous prétexte que l'on peut s'échanger des livres entre amis, remettriez-vous en cause
l'abonnement annuel à la bibliothèque municipale? Alors je suis d'accord avec vous que sur les trajets longs, Blablacar pourrait plafonner les frais. Mais vos propos sont de mon point de vue de
l'égoïsme masqué derrière un écran de fumée. Vous voulez bien profiter des voitures des autres, gratuitement si c'est en stop, ou en râlant si c'est en covoiturage (sachant que sans carte 12-25
ou chômeur c'est plus cher).


Je ne vous ai pas donné mon nom, mais mon email est vrai. J'attends avec impatience vos dénégations et contre-arguments.
Répondre
L

La force d'internet, il faut lui laisser le temps d'être connu, c'est que d'autres sites prendront le relais.
Répondre

Plus De Blogs