16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 09:09

Autant le dire, nos conceptions de ce tour d’Europe ont parfois tendance à s’opposer. Ce jeudi est le jour parfait pour ce genre de débat, puisque pour la première fois depuis le début, il nous arrive par une belle après midi de…ne rien faire, ou presque. Nous y reviendrons.
En début de matinée, nous partons à la conquête de Zadar, ville de la côte adriatique, qui accentue encore la ressemblance frappante que j’y voie avec certains paysages et villes corses. Zadar est un peu l’archétype architectural de la ville méditerranéenne, toute de blanc vêtue, avec son marché aux légumes du soleil, sous un ciel plus bleu que le bleu de tes yeux.
Que se passe t il dans nos têtes alors que midi sonne aux églises de Zadar ? La  faim survint brutalement dans nos esprits et nous pousse dans une sorte de brasserie, alors que nous venons pourtant de réaliser des aubaines au marché de la ville. Pourquoi et comment, nous ne savons pas encore, mais alors que l’aimable tavernier nous sert, nous savons qu’il s’agit là de ce que nous appellerons couramment un « craquage » : payer un repas de 6€  (certes divin !), mais sans aucune raison. Néanmoins, non rien de rien je ne regrette rien, tant cela ne se reproduira pas par la suite où nous enlacerons véritablement l’esprit d’austérité de ce tour.

L’après midi aura lieu à la plage, d’abord dans un coin assez touristique avant de nous isoler suite aux demandes pressantes de notre loup agoraphobe Romain. Je m’essaye au masque dans cette mer rarement aussi chaude, alors que l’ami Jérémy commence à engloutir son immense rapport sur le génocide rwandais, objet de son mémoire qu’il doit rendre en septembre. Rien de bien extraordinaire à raconter sur cette sainte journée donc, qui restera sans doute l’une de celle où l’oisiveté sera la plus intense. Selon mon avis, le voyageur peut aussi muter en touriste et en vacancier quand l’envie s’en fait sentir, tant qu’il ne le fait pas trop souvent ! Jérémy, chantre de l’austérité sur ce tour (du moins au début ^^), n’est pas de cet avis et regrette quelque peu. Romain semble lui plus ouvert à ce genre de non activités. La recherche d’un compromis entre ces trois conceptions tracera notre route durant ce tour.
Le soir, on trouve un bel emplacement, bien isolé. C'est ici que Jérémy s'aperçoit qu'il a perdu son téléphone BIC jetable sur la plage, ce qui restera un évènement (et surtout un tacle ^^) marquant de ce tour. Le soir sous la tente, Romain nous fait part des histoires tilquoises, et notamment des querelles de pouvoir et d'honneur, ce qui tient l'auditoire en haleine jusqu'à tard!

 

Lucas


Note personnelle : 6/20

Oui, cette fois, je démarre par la note avant d'en apporter son explication. Tout d'abord, le réveil en compagnie du chien qui nous avait accompagné la veille au soir mérite quelques points. Le reste, c'est un récital de ce qui n'alla parfois pas pendant ce Tour d'Europe. La ville de Zadar, aux quelques charmes et au marché, ville que je compare volontiers à la Côte d'Azur. La plage et la glandouille. Le craquage du restaurant. La plage l'après-midi et les aller-retour pour trouver une bonne place. Le débat de l'ONU et un beau veto Russe. Les Américains et Britanniques qui vont chercher de l'eau...de javel. La perte du portable (objet de malheur !), du couteau suisse et surtout du Labelo ! Et des pâtes que je qualifierai de moyenne. Bref, ce n'était pas ma journée !
 

 

J.R.

 


Zadar n'est sans doute pas le plus bel endroit de la Croatie. L'esprit déjà envoûté par les parcs naturels, je traverse la ville sans la scruter, sans même l'observer, las de ces cités qui s'enchaînent pendant le voyage. Les cours de nutrition en tête, j'arrive à convaincre mes acolytes des bienfaits des fruits et légumes disponibles au marché. Peu emballé par les touristes sur la plage, je ne suis bien que dans l'eau, au milieu des poissons. Me souvenant du snorkelling philippin, je suis un peu déçu de la faible diversité des fonds marins croates, mais c'est toujours un véritable plaisir de palmer entouré de bleu, étourdi par le silence de la mer.

 

Romain

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs