23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 09:11

Pourquoi je supporte le Paris-Saint-Germain ? Merci capt’ain Raí !

 

Raí fait partie d’une famille qui a plutôt bien réussi dans le football. Son grand frère n’est autre que Socrates, non pas le philosophe, mais l’ancien capitaine de l’équipe du Brésil pendant les Coupes du Monde 1982 et 1986 (ah, ce France-Brésil de Guadalajara !)

 

Raí débute à Botafogo puis décide de rejoindre le Sao Paulo de Telê Santana, l’apôtre du beau jeu brésilien des années 1980. Il remporte notamment la Copa Libertadores en 1982, sorte de Ligue des Champions sud-américaine. Numéro 10 à l’ancienne, il impressionne déjà par sa vision du jeu, son jeu de tête et sa qualité sur les coups de pieds arrêtés.

 

Raí s’envole en Europe en 1993 pour rejoindre le Paris Saint-Germain, où la colonie brésilienne est déjà bien implantée (Ricardo, Valdo). Il remporte dans la foulée le titre de champion de France 1994 (le dernier en date…). Deux coupes de France, deux coupes de la Ligue et surtout la Coupe des Vainqueurs de Coupe 1996, face au Rapid de Vienne.

 

Mon plus grand souvenir de Raí reste cependant un match préliminaire de Ligue des Champions. Paris joue face au Steua Bucarest, le 27 août 1997. Au match aller, Paris avait obtenu le nul sur le terrain, mais le fait d’avoir aligné Laurent Fournier, logiquement suspendu, fait que le club de la capitale perd 3-0 sur tapis vert (l’excuse du club : on a perdu le papier…). Le match retour se déroule dans un Parc des Princes surchauffé.

 

Cela reste pour moi l’un des plus beaux matches du PSG, avec la meilleure ambiance.

 

Un autre geste de Raí, c’est le but face au RC Lens.

 

Joueur du siècle de Sao Paulo, joueur du siècle du PSG, Raí a clairement marqué ma jeunesse. A la récré, dans mon école primaire, j’étais Raí. Je le suis encore un peu, tout au fond de moi, à chaque fois que j’encourage le PSG.

 

A la fin de sa carrière, Raí a créé avec Leonardo une association caritative, Gol de Letra, qui a pour but de développer l’éducation et la formation des enfants de quartiers défavorisés au Brésil. Raí, grand joueur et grand seigneur.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs