15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 14:03

Mister Lars. Pour tous ceux qui ont fait Erasmus à Canterbury en 2008-2009, cet homme reste associé à un accent. Et quel accent ! J'avoue avoir passé plusieurs mois à essayer de le déchiffrer, en vain. Alors sa petite visite à New York sera un test : est-ce que j'ai progressé en anglais ?

Oui ! J'avoue qu'au téléphone ce fut très compliqué, une sorte de "wouan win wouan" indescriptible. Mais après une heure en sa compagnie les choses se sont largement améliorées. Originaire de Chicago, il est venu avec Katie, de Minneapolis. Ensemble, nous allons effectuer une tournée des grands ducs, à savoir les pubs de New York.

P1100864-2.jpg

L'avantage de New York, c'est le choix. On commence par un irlandais, mais on est décu (pourtant, c'était considéré comme une valeur sûre). Puis on entre dans le "parigot", où Brassens résonne. Un bar francais dans la grande pomme, ce n'est pas le seul, mais c'est mon premier. Au revoir Shakespeare, je peux commander mon soda avec Molière ! Une amie de Katie nous rejoint, elle vit à New York. C'est parti pour la visite de Greenwich !

Tout d'abord, elle nous emmène (en Mercedes bling bling) dans un magasin assez étonnant. Alors que tu entres, la vendeuse s'offre de te laver les mains. Regard interloqué. Pardon ? Oui, oui, vous allez voir, c'est sympa. Et nous voici à quatre autour d'une sorte de puits. La vendeuse nous offre les produits et on se lave les mains. Puis on s'en va. Merci ! Ensuite direction un bar très américain, mais sans charme. On continue avec le Pig, où la décoration est très cochonne. On mange, que dis-je, on déguste quelques plats avant de partir dans un club de jazz, Little Branch.

 

La tournée des grands ducs a commencé à 14h. Mes nouveaux amis commencent à avoir du plomb dans l'aile comme on dit familièrement chez moi. Est-ce pour cela que Katie me considère awesome, en raison de mon accent francais ? Surtout, comment se fait-il que Courtney m'écrive le nom de trois adresses pour trouver un job, trois agences de mannequinat ! Sans doute sait-elle que je passe mes journées dans les magasins et que je suis la mode à tout prix !

P1100861.JPG

Le dernier club de jazz est extra. Tout d'abord, il ne paye pas de mine de l'extérieur. Et pour cause, c'est une porte métallique, style blindée, et il faut frapper à cette porte. Toc, toc, toc. Entrer. Nous descendons les escaliers et arrivons dans une pièce exclusivement éclairée à la bougie, bercée par une musique blues. Est-ce un club échangiste ? Je suis rassuré quand je vois que tout le monde est habillé. Et c'est sur des airs de jazz que je termine ma tournée, enfin rejoint par ma demoiselle (à 22h30 ! merci l'ONU !)

Partager cet article
Repost0

commentaires

S


Jérémy dans une agence de mannequins !!! C'était ça ton plan B ???



Répondre

Plus De Blogs