31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 11:52

Oui, le sport réserve souvent bien des surprises, bien des émotions. Mais de temps en temps, en regardant une fiche de match, on se demande ce qu’il s’est passé pour en arriver là.

 

Martin Palermo et ses trois penaltys ratés

 

Copa America 1999 au Paraguay. 2 choses très insolites. Tout d’abord, pour cette compétition qui rassemble les nations sud-américaines, il faut signaler la présence du… Japon !

Phase de poule, Colombie-Argentine. 3-0. Ca aurait pu faire 3-3, si Martin Palermo en avait décidé autrement. 3 penaltys manqués dans le même match, l’attaquant argentin entre ce jour-là dans le Guiness des records. Pour lui, cela signifie sa mise à l’écart de la sélection après la compétition. Il ne sera rappelé que 10 ans plus tard. Dommage, parce qu’avec 9 buts en 15 sélections, ses stat laissent rêveurs beaucoup d’autres attaquants.

 


 

 2-2 et pour Chris Nicoll, 4 buts.

 

Chris Nicoll. 20 mars 1976. Aston Villa-Leicester. Joueur d’Aston Villa, il inscrit 2 buts, d’un côté, et de l’autre. Un peu le réflexe du FC Tilques, il a voulu changer d’équipe au milieu du match pour équilibrer… Bon, il n’est pas le seul, Sam Wynne a fait pareil en… 1923 (je n’ai pas retrouvé les images !).

 

Stan Van den Buys, un triplé pour l’éternité.

 

Jupiler League ! Oui, c’est le championnat de Belgique ! Saison 1995-1996, Germinal Ekeren-Anderlecht, 2-3. Les trois buts d’Anderlecht ont été inscrits par Stan Van den Buys, défenseur d’Ekeren…

 

Franck Queudrue, cinquante mètres !

 

7 avril 2001. Bastia-Lens. Franck Queudrue, défenseur de Lens, reprise de volée des 30 mètres. But. Contre son camp. La référence en la matière. 

 

Bon, dans la série du but contre son camp, le match où il faut marquer contre son camp !

 

Coupe Caribéenne des nations 1994, à Trinité et Tobago. La FIFA a une idée de génie (ou pas) ! Elle décide d'expérimenter un nouveau règlement pour décider de l'issue d'un match. Si un match de groupe se termine par une égalité à l'issue du temps règlementaire, une prolongation avec but en or est disputée, la prolongation étant terminée au premier but inscrit. Une autre particularité est que le but inscrit pendant cette prolongation compte alors double. Le classement final prenant en compte la différence de buts, cette règle du but comptant double est censée compenser le fait que le but en or ne permet pas d'inscrire d'autres buts pendant la prolongation.

 

Lors du troisième match du groupe Barbade-Grenade, Barbade doit gagner par au moins deux buts d'écart pour terminer premier et se qualifier.

Barbade mène rapidement au score par 2-0 et est virtuellement qualifiée jusqu'à la 83e minute de jeu, lorsque Grenade réduit l'écart à 2-1. L'équipe de Barbade a alors deux possibilités pour gagner par deux buts d'écart et ainsi reprendre la première place du groupe à Grenade : marquer un troisième but dans le temps réglementaire restant, ou alors se faire rejoindre au score et marquer un but comptant double pendant la prolongation. Barbade choisit la deuxième possibilité et décide de marquer délibérément contre son camp à la 87e minute.

Si Barbade a absolument besoin d'une victoire par deux buts pour se qualifier, Grenade peut se permettre de perdre par un but d'écart pour garder sa première place au classement. Pendant les quelques minutes restantes, l'équipe de Grenade essaie de marquer un but dans n'importe lequel des deux buts, ce qui la qualifierait. Barbade défend alors son propre but ainsi que le but adverse pour empêcher Grenade de marquer contre son camp de façon délibérée. L'équipe de Barbade parvient finalement à maintenir le score et à faire disputer une prolongation pendant laquelle elle marque un but en or comptant double qui la qualifie aux dépens de Grenade.

 

 

Dans la série Coupe caribéenne des nations, celle de 1990 vaut aussi le coup. 27 juillet 1990, pendant qu'avaient lieu les derniers matchs des groupes, un coup d'état fut mené dans le pays organisateur. Les joueurs, entraîneurs et supporters n'étaient pas au courant de la situation et le tournoi fut abandonné. Au même moment sévissait sur l'île la tempête tropicale Arthur. Quand ça ne veut pas….

 

 

 

Quand le cheikh du Koweït fait annuler un but de Coupe du Monde (but français en plus !)

 

Coupe du Monde 1982, Espagne. Non, il n’y a pas que France-RFA à Séville. France-Koweït, match de poule. Score final : 4-1. Pourtant 5 buts ont été inscrits par les Français. Giresse a marqué un but, qui ne plaît pas au frère de l’émir du Koweït Fahid Al-Ahmad. Résultat il descend sur la pelouse ! S’en suit un scénario abracadabrantesque !

 

 

Bon, il y a beaucoup d’autres exemples de football plus ou moins insolites. Le charme du sport qu’ils disent !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs