22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 09:01

Pour rejoindre Hoi An, nous avons finalement craqué pour l’open-bus ticket, depuis Hué jusque Saïgon. 23€ avec Hoi An et Mui Né sur la route. La différence entre le bus et le train ? Ça tangue et les lits sont plus (très) petits. 4 heures plus tard nous débarquons finalement dans notre hôtel, 6,50€ la nuit pour une chambre double, petit-déjeuner inclus (buffet à volonté) et piscine. Sunflower.

P1060125.JPG

Flower peut-être. Sun, c’est présomptueux. La pluie nous suit tout au long du Viêt-Nam (heureusement que la saison des pluies s’est arrêtée en novembre !), rendant les visites un peu moins agréables.

Hoi An, centre-ville classé Unesco, est une petite déception. Très petit, on ne peut plus touristique, et avec un grand point d’intérêt (seulement), un pont japonais du XIIIème siècle, couvert, qui reliait les quartiers chinois et japonais à l’époque moderne. Ce pont est d’ailleurs très délabré vu de l’extérieur. Autre chose ? Un temple avec son guide vietnamien parlant français, nous montrant les résultats des inondations de 2009, 2010 et 2011… Impressionnant.

P1060142.JPG

Nous flânons le reste de l’après-midi entre les gouttes avant de débuter la saison 7 de How I met your mother (I’m back !).

P1060161.JPG

Le lendemain, réveil aux aurores pour se diriger vers Mi Son, également classé à l’Unesco (mais je suis méfiant !). Le sanctuaire de Mi Son est un ensemble de temples hindous construits par les Chams, peuplant alors le royaume du Champa, dans le centre et le sud de l’actuel Viêt-Nam (les Vietnamiens habitaient seulement au nord). Depuis les Chams ont perdu plusieurs guerres et ont presque totalement disparu. Restent leurs temples, sérieusement endommagés par les bombes américaines et rackettés par les archéologues français.

Pour nous guider, un fils de Viêt-Cong, qui se définit d’entrée comme communiste. Première question : « y a-t-il des Américains dans le bus ? ». Oui. « Pourquoi avez détruit le site ? ». Visiblement remonté, il en veut aussi au Louvre de conserver dans ses cartons les têtes des statues de plusieurs temples (les plus belles selon lui).

P1060229.JPG

Le site est prenant. Visiter les temples d’un peuple disparu, ce n’est pas souvent (bientôt les Incas et Mayas espérons !). L’architecture est compliquée, les temples étant composées de briques rouges reliées entre elles par…. ??? Par quoi, question à laquelle personne n’a la réponse actuellement, et qui explique pourquoi les Vietnamiens sont autant embêtés par la conservation du site. Ils ont délégué le travail aux Italiens (qui, niveau ruines et vielles pierres, sont des spécialistes mondiaux). Mais le mélange, sans doute d’origine naturelle, n’a pas encore été trouvé. De ce fait, les Vietnamiens recollent un peu avec du ciment, mais l’effet visuel est désastreux. Pire, le ciment ne vieillit pas très bien dans cette région aussi humide, alors que les pierres d’origine semblent être neuves ! Fort ces Champas !

P1060284.JPG

L’après-midi est consacré aux achats de Noël pour ma partenaire de voyage (oui, Noël se fêtera aussi de l’autre côté du globe). Mangez bien (mais pas trop) et profitez de vos familles respectives. Au plaisir !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs