12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 10:57

Pourquoi tu pars ? Question qui m'est posée chaque semaine, par des personnes différentes. Et j'aborde une réponse différente à chaque reprise. Pourquoi je pars ? Même moi j'ai du mal à développer une réponse concrète, complète.

 

Pourquoi je pars ? Ne suis-je pas heureux ici ? N'ai-je pas tout ce qu'il faut pour vivre ? Non. Il y a quelque chose qui ne va pas ici. Non pas ma famille. Non pas mes amis. Juste moi. J'ai l'impression de ne pas être au bon endroit, au bon moment. A chaque reprise, dans mes moments de solitude, j'analyse cette situation. Et je n'ai pas la réponse. Pourquoi cette sensation ? Ca m'a pris en troisième année de fac. C'est parti avec Erasmus. C'est revenu l'année dernière. Ca a empiré depuis. Cet état d'esprit me quitte seulement lors de mes déplacements à l'étranger. De là à en faire une vie, il y a un pas que je m'apprête à franchir.

 

Est-ce que je pars longtemps ? Quelle durée ? Oui, je pense partir quelque temps. La durée n'est pas encore déterminée. 1 an. 1 an et demi. Si je m'écoute je crois de plus en plus à deux ans. Plus si affinités comme je le répète souvent. Cette durée sera soumise aux aléas du voyage, aux aléas de la vie. Je vais peut-être regretter très vite ce pays et ces gens qui le composent. Qui vivra verra.

 

N'as-tu pas l'impression d'abandonner les tiens ? Un peu. Mais en restant ici, je risquerais de m'abandonner. Comme dis Goldman, je me perdrai peut-être là-bas, mais je me perds si je reste là. Je n'ai pas d'autres motivations. Seul ce voyage rythme ma vie, me motive à me lever le matin, m'oblige à me bouger le cul depuis plusieurs mois.

 

Vas-tu retrouver le bonheur ? Je pars à sa recherche, à sa conquête. J'espère le croiser au détour d'un pays, au détour d'une rue éclairée, au détour d'une personne ou d'un regard. J'ai l'impression qu'il est là, devant moi, avec ce tour du monde. N'est-ce qu'un mirage ? Il vaut cependant le coup de s'y accrocher, de s'en approcher. Qui voyagera verra.

 

Je veux découvrir le monde, je pars le conquérir. M’en mettre plein les yeux quitte à en avoir plein les jambes. Ses paysages, ses cultures, ses populations, le monde regorge de tant de choses que j’ignore. Je souhaite en apprendre un maximum. Les voyages forment la jeunesse.

 

Je pars car c’est le bon moment, la bonne période pour le faire. Je suis libre, totalement. Plus d’études, pas de boulot. Plus de copine, pas encore d’enfants. Un peu d’argent de côté. La santé, la jeunesse pour le faire. Si je ne pars pas maintenant, je ne partirai jamais. Il est l’heure.

 

1 mois, c’est le temps qu’il me reste ici. Le 12 septembre, je pars pour Moscou. J’espère tous pouvoir vous recroiser avant mon départ.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S


Goldman dit aussi dans une autre chanson "Puisque c'est ailleurs qu'ira mieux battre ton coeur et puisque nous t'aimons trop pour te retenir... Dans ton exil essaie d'apprendre à revenir, mais
pas trop tard..."



Répondre

Plus De Blogs