11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 14:54

Il est enfin arrivé, le tant attendu zapping de mon année 2013 !
année du zapping 2012
Le réveillon du nouvel an était animé, en mode tour d'Europe. Arrivé chez Tof, on tombait dans l'étrange. L'ami Lucas n'est pas étranger à cette situation. Au revoir Olivette, profite de l'Australie malgré ton sac d'une tonne, tu en reviendras changée ! Ma copine d'Eramus Helena venait me rendre une petite visite, me rappelant une époque qui me paraît tellement lointaine. En janvier, on souffrait du froid, c'est la première fois que j'entends parler du mot congère. Ça tombe bien, il y en a une dans mon jardin en mars. Je partais à Fribourg, réfléchissant à l'idée de m'y installer.
En février, il me fallait revenir : j'allais me faire opérer d'une tumeur bénigne. On faisait la fête pour Rose-Marie, puis à la soirée infirmière déguisée, d'où Sophie est repartie de manière précoce. Un petit bal, avant la belle bande de Malo un peu plus tard.
En mars, ce fut un match du Losc, l'anniversaire de Juliette, la crémaillère de Steph, puis la Saint-Patrick à Lille. L'occasion de faire des rencontres. D'ailleurs des Couchsurfers allemandes étaient présentes. Un fou est d'ailleurs venu me voir, il marchait du Kent jusqu'à Istanbul (il l'a d'ailleurs fait!). On a enchaîné quelques soirées lilloises avec des nouvelles venues : Julie et Anaïs.
Alba m'a rejoint dans le Nord. On a visité la région, Bruxelles, puis assisté aux cinquante ans surprise de ma mère. Mon anniversaire fut l'occasion d'une poignée de main historique entre deux individus en pleine guerre froide. Paris à deux, en amoureux.
Redirection Fribourg, début de ma recherche d'appartement. En mai ma dernière tante s'est mariée.

Saga Africa, Tome 2. Mai-juin, c'est le Kilimandjaro en Tanzanie, puis une danse effrénée dans un hôpital pour enfants du Rwanda. Je mange chez l'ambassadeur à Nairobi. J'assiste à ma première conférence qui se révélera très intéressante. Car oui, 2013 est avant tout une année de thèse.

Au mois d'août et en septembre, nous avons couru. Les foulées éperlecquoises, puis le semi-marathon de la braderie de Lille.
En 2013, je me suis un peu engagé politiquement, malgré la distance. Le projet Onfield au cours de l'été à Saint-Omer ne fut pas de tout repos, on en a entendu des belles.
J'ai profité de l'été pour découvrir un peu plus encore ma région, au Louvres-Lens, puis à travers les terrils (chute mémorable) et à la cité des électriciens. Côté sport, un match à Bollaert dans le kop, afin d'équilibrer les totaux régionaux. Une soirée lilloise permit la rencontre de Bozo le clown avec Dormeur, une autre fut l'occasion d'une prise d'otage devenue légendaire.
Je commence mes vacances en Bavière, et je les finis en Crête. De l'eau, de soleil, du repos. Du bon temps.

 

 

J'ai finalement trouvé mon appartement, et j'y emménage à la rentrée. 3 colocs allemands, et un objectif : parler la langue de Goethe. Je reste d'ailleurs essentiellement en Allemagne au cours de l'automne, étudiant beaucoup, rencontrant régulièrement mes tandems. Anaïs vient me voir (la seule pour l'instant).
Je rends visite à ma petite sœur, qui s'est enfin décidée à quitter le cocon familial pour s'envoler dans le sud-est. Cassis, son soleil, ses calanques. Pas un mauvais choix. Pas sûr qu'elle reviendra.
Je publie mes deux premiers rapports, et je participe à une conférence aux Invalides sur l'Afrique des Grands Lacs. Paris où j'ai pu voir des enfants mal-élevés dans une Assemblée Nationale. A Laval, j'ai vu un nouvel appartement et des 25 ans surprise du beau-frère.
Je finis 2013 par une nouvelle soirée lilloise (ou coco régale), une victoire aux colons de Catane (true story) puis par Berlin. Ah, non, j'allais oublier : une entorse aux cervicales consécutive à un contact avec un Russe sur un terrain du FC Tilques déplorable comme jamais !

Alors finalement, quand je regarde 2013, je me dis que c'était une bonne année. J'ai préféré 2012, mais c'était difficile de concurrencer 5 mois de voyage à travers l'Asie. J'ai avancé, j'ai voyagé, j'ai fêté, j'ai rigolé. J'ai vécu. En étant heureux. En étant en couple, passant pour la première fois le cap des deux ans.

Reste le plan national et international, une conférence sur le climat sans grand succès (mais chut!), Depardieu en Russie, les manifs contre le mariage pour tous, des discours sur l'islam, puis les Roms, puis l'islam, puis Léonarda, puis Dieudonné, qui me font parfois penser que la France ne tourne pas très rond. Les transports non plus ne tournaient pas très rond cette année : on avait plus de chance de mourir en prenant le train que l'avion ! 2013 était une année plutôt creuse politiquement (encore qu'Angela a marqué mon automne), ainsi que sportivement. On a bien eu l'hégémonie du Bayern ou le titre du PSG, que j'attendais depuis toujours (1994). Mais ce n'est plus forcément le PSG que je supportais il y a quelques années (mais il gagne). Nelson est parti, laissant la terre sans réel guide. Les Tunisiens et les Égyptiens ont retapé une révolution qu'ils avaient laissé s'échapper, tandis qu'en Syrie rien ne change. Pas de paix au Proche-Orient, malgré un rapprochement avec l'Iran. Et en Afrique, le Kivu s'est un peu calmé, mais le Mali, la Centrafrique ou encore le Sud-Soudan ont plongé dans des conflits loin d'être résolus. 2013 ne marquera pas forcément les esprits des prochaines générations, à moins que le scandale de la NSA permette de revoir notre utilisation d'Internet (mais j'en doute fortement). A voir pour 2014, avec des élections européennes importantes, et une coupe du monde au Brésil qu'on aurait tant aimé voir sur place (mais on apprécie déjà d'être représenté!). 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs