24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 12:33

Alors que la cérémonie des Césars aura lieu vendredi, c'est le moment de faire un point sur les précédents vainqueurs. Et figurez-vous que je les ai tous regardés ! Je ne vais pas vous parler des 40, mais en sélectionner simplement un, par décennie. Le film vainqueur du César qui m'aura le plus marqué. 


Années 70

1976, Le vieux fusil

1977, Monsieur Klein

1978, Providence

1979, L'argent des autres.

Le vieux fusil, et d'assez loin. Monsieur Klein est très bien aussi, L'argent des autres assez original alors que je n'ai pas apprécié Providence.

Le vieux fusil est inspiré par le massacre d'Oradour. Un médecin se venge du meurtre de sa femme et de sa fille en tuant un par un les membres d'une division SS. Au-delà du scénario et de la vengeance, le film est surprenant pour l'époque en raison de ses scènes assez trash, très violentes. Philippe Noiret fracasse du crâne allemand, et la scène du viol et du lance-flamme ne laissera pas indifférent. La musique de François de Roubaix accompagne très bien l'ensemble, et le sourire de Romy Schneider amènera un peu de douceur dans ce monde de brutes.
Le-vieux-fusil-Philippe-noiret-Romy-Schneider.jpg
Années 80

1980, Tess

1981, Le dernier métro

1982, La guerre du feu

1983, La balance

1984, Le bal – A nos amours

1985, Les ripoux

1986, Trois hommes et un couffin

1987, Thérèse

1988, Au revoir les enfants

1989, Camille Claudel

 

Clairement pas ma décennie préférée, et de loin. L'année 1984 est un exemple de films très moyens (et j'en ai vu deux pour le prix d'un, puisque c'est le seul César partagé). Et j'ai choisi Les ripoux, l'un des films les plus connus.

Un policier véreux, René se retrouve en équipe avec un ambitieux lieutenant, rêvant d'être commissaire. Et celui-ci semble être contre toutes les petites combines que René a mis tant d'années à mettre en place, en dépit de la loi. C'est une magnifique charge contre la police, et avec une grand interprétation de Philippe Noiret. Beaucoup d'humour.
Les-ripoux-Philippe-Noiret-Thierry-Lhermitte.jpg
Années 90

 

1990, Trop belle pour toi

1991, Cyrano de Bergerac

1992, Tous les matins du monde

1993, Les nuits fauves

1994, Smoking/No smoking

1995, Les roseaux sauvages

1996, La haine

1997, Ridicule

1998, On connaît la chanson

1999, La vie rêvée des anges

 

Là, c'est un choix cornélien. Trois films m'ont vraiment bouleversé, je les classerais volontiers dans mon top 10 français : Trop belle pour toi, Les nuits fauves et La haine.

Je choisis La haine, pour sa portée politique et sociétale. Des émeutes de banlieue après une bavure. Vinz (Vincent Cassel) retrouve un revolver. Il est porté par le désir de vengeance. Cousin Hub' est là pour le ramener à la raison. Mais une journée fait basculer la vie des trois jeunes...
Grosse B.O. rap français.
Le film évoque souvent une petite histoire : C'est l'histoire d'un mec qui tombe d'un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu'ici tout va bien... jusqu'ici tout va bien...jusqu'ici tout va bien. » Mais l'important, c'est pas la chute. C'est l'atterrissage.
La-haine-Vincent-Cassel-Matthieu-Kasowitz.png
Années 2000

2000, Vénus Beauté (Institut)

2001, Le goût des autres

2002, Le fabuleux destin d'Amélie Poulain

2003, Le pianiste

2004, Les invasions barbares

2005, L'esquive

2006, De battre mon cœur s'est arrêté

2007, Lady Chatterley

2008, La graine et le mulet

2009, Séraphine

 

Amélie Poulain est sans aucun doute le film français le plus connu à l'étranger (La haine n'est pas trop mal non plus). Le pianiste est un grand film, Les invasions barbares m'ont fait sourire avec un sujet pourtant triste. Mais je choisis tout de même Audiard.

 

De battre mon cœur s'est arrêté est peut-être le plus intense des films d'Audiard. Romain Duris excelle dans l'enfoiré de l'immobilier, prêt à tout pour obtenir quelques parcelles. La scène où ils mettent à sac un appartement occupé par des squatteurs mériterait tous les débats du monde. J'aime beaucoup les différentes scènes traitant de la relation à son père ou à sa mère. Et puis les passages au piano sur Bach font une B.O. Splendide. Niels Arestrup très bon.

De-battre-mon-coeur-s-est-arrete-romain-duris-jacque-audi.jpg

Années 2010

 

2010, Un prophète

2011, Des hommes et des dieux

2012, The Artist

2013, Amour

 

Une décennie qui commence très bien ! J'ai aimé les 4 films (c'est même The Artist qui est en-dessous), et été bouleversé par trois ! Je choisis Amour, pour raison familiale.

 

Une claque. Une histoire de vieillesse. Et d'amour. Anne est victime d'un AVC. Puis d'un deuxième. Georges va devoir se consacrer à elle, à sa santé. Grosse interprétation du couple, grand film. Également Palme d'or.

Amour Haneke Emmanuelle Riva

 

 

Le bilan de mon visionnage des Césars, c'est que malgré les critiques (trop élitiste, trop sérieux), la cérémonie récompense souvent des bons films, voire très bons. Il y a des années de creux, sans aucun doute. Mais l'ensemble fut un régal pour moi. C'est quelque chose dont on peut être fier, ce grand cinéma français/francophone. Cette année, pas de favori pour moi, puisque je n'en ai pas regardé un seul (oui, je suis un peu à la bourre!) 

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Cinema
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs