8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 16:26

C'est l'histoire de deux poulets. Ou plus précisemment de quatre. Ce sont les personnages principaux. Dans le second rôle, il y a moi, Francois Pignon. Nous sommes dans mon humble demeure, hier midi. Le décor est planté, l'action peut débuter.

 

Une idée me traverse l'esprit : si nous mangions du poulet ? Laura répond positivement à cette proposition. Je dois les sortir du congélateur avant de prendre ma douche. Je fais deux, trois autres choses et vais à la douche, tout en oubliant de sortir les poulets. Cet oubli, aussi petit soit-il, sera le tournant de ma journée. Car il va avoir des conséquences néfastes sur mes prochaines heures. L'effet papillon dans toute sa splendeur.

 

A ma sortie de la douche : "eh merde, les poulets !" Ils sont quatre, nous souhaitons simplement en manger deux. Du coup mieux vaut en décongeler deux et laisser les deux autres au congélateur, cela me semble plus hygiénique. Ma mission sera donc de séparer les poulets congelés. Imaginez moi avec un énorme couteau, cherchant une brèche dans la glace. Je transforme mon arme en marteau et sens que la tâche sera plus ardue que je ne le pensais. Oui, petite précision, Francois Pignon a une expérience limitée en cuisine. Je lâche le couteau et choisis l'arme de base : mes mains. Me voici maintenant avec mes deux paumes en train d'essayer de séparer les poulets. Je mets toute ma force (limitée soit dit en passant). Je commence à perdre légèrement patience. Je frappe les quatre poulets  contre le plan de travail à plusieurs reprises. Autant se rendre à l'évidence, cela ne fonctionne pas. Les gouttes perlent sur mon front, mes mains sont grasses mais les poulets sont toujours encastrés tels les joueurs d'une mêlée toulousaine. 

 

Nouvelle idée : mettre les quatre poulets dans le micro-onde. Tant pis, on mangera les deux autres poulets restants demain, niveau hygiène ca passe encore. Nouveau souci, les quatre poulets ne rentrent pas dans le micro-onde. Je force un peu (beaucoup). Ca rentre ! Niveau hygiène on est redescendu d'un cran puisque les deux poulets latéraux touchent les côtés du micro-onde, ce qui fait que l'assiette est incapable de tourner. Bref, passons, j'aurai mon poulet !

 

Après dix minutes de décongélation, mes poulets n'ont pas changé. Froids, très froids, du style gelés. Seul un peu de sang a coulé d'un des poulets latéraux, et comme il n'y a pas d'assiette en-dessous... oui il y a un peu de sang partout dans le micro-onde. Niveau hygiène ca devient limite. Et mes poulets sont toujours congelés. Je choisis une autre option du micro-onde : cuisson ! J'avoue, je ne sais pas si c'est très hygiénique, notamment pour les poulets que je dois manger le lendemain. Mais au moins ca fonctionne ! Mes poulets sont décongelés. Deux restent dans l'assiette, que je mets dans le frigo. Les deux autres rejoignent l'huile chaude de ma poêle.

 

Merde ! J'ai oublié d'enlever la peau ! Oui, car la semaine dernière, alors que je cuisinais du poulet, je me suis rendu compte que si j'enlevais la peau avant la cuisson je gagnerais du temps 1) pour la cuisson 2) pour manger. Je reprends donc les deux poulets ayant baigné dans l'huile pour les tremper dans l'eau (ca me rappelle la souris verte cette histoire !) avant d'enlever la peau. Niveau hygiène inconnu. Enfin, je remets mes poulets dans la poêle, avec une nouvelle huile ! Ouf, on y est !

 

Je coupe une tomate en fines rondelles, un poivron en petits cubes et je me rappelle que je dois retourner le poulet. Jusqu'ici tout va (presque) bien. Je tente de retourner le premier poulet à l'aide d'une fourchette et d'une spatule en bois. Le poulet s'échappe des pics de la fourchette et glisse lentement en-dehors de la poêle. Dans la précipitation je tente de le récupérer mais ce poulet pousse assez légérement la poêle pour que celle-ci entame une chute vertigineuse. La suite est une tristesse profonde pour le cuisinier que je suis. (Tout ce qui va se passer lors de la prochaine scène se fera le temps d'un "meerrrddddeeee" poussé par Francois Pignon) La poêle, son huile et un des poulets longent la gazinière de haut en bas. L'huile chaude se permet néanmoins de ricocher contre mon pantalon. La poêle termine sa course au sol, en compagnie du restant de l'huile tandis que le poulet se mélange au milieu des recyclables dans la poubelle placée en-dessous de la gazinière. J'ai juste le temps de remonter la tête pour observer l'autre poulet, le coupable, glisser lentement, l'huile aidant, derrière la gazinière. Niveau hygiène négatif.

 

Aujourd'hui je ne mangerai pas de poulet. Au contraire, j'ai plusieurs autres missions. Je dois nettoyer le sol huileux, je dois mettre au plus vite du produit nettoyant sur mon jean. Surtout je dois tenter de récupérer le second poulet derrière la gazinière, ce qui est, il faut le reconnaître, la zone d'accès la plus facile de la maison.

Du poulet ? Plus jamais !

 

Cet épisode de "Francois Pignon fait du poulet" vous a été présenté par l'amicale des anciens poulets de Licques.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Morale : vaut mieux être végétarien! Sinon tu as toujours les deux autres poulets dans le frigo!!!!!



Répondre
T


Tu m'as fait mourrir de rire!


La prochaine fois essayes de passer tes poulets sous l'eau pour les détacher... Et puis non, touche pas à la cuisine!!!! Tu vas finir par te blesser.



Répondre
F


Bravo, bravo et encore bravo mon cher élève...je vois que mon initiation commence à porter ses fruits! Continuez ainsi.



Répondre
D


Dis donc quelle histoire?



Répondre
S


Je ne sais pas si tu connais le sketch de Robert Lamoureux (tout au moins je crois que c'est lui) où il essaie par tous les moyens de tuer un canard pour son repas. Toutes ses tentatives échouent
et il répète tout le temps : "et le canard était toujours vivant !". Je me demande si t'as pas fait un remake...



Répondre

Plus De Blogs