7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 17:40

En ce mardi 7 juillet 2009, tout commence. C’est l’esprit brumeux et quelque peu à reculons que j’arrive chez Romain aux alentours de 8h30. Dès les premiers regards et paroles échangés avec ceux qui m’accompagneront pendant 41 jours, 24h/24, aux contours de l’Europe, je sens leur enthousiasme et leur impatience. Ils sont prêts. 
Nous chargeons les voitures alors que Laura, la copine et future épouse de Jérémy s’apprête à quitter la famille de celui-ci pour retourner en Finlande. Ils sont censés prendre le train de Saint Omer jusqu’à Lille où elle prendra le train en direction de Paris, alors que Romain et moi reprendrons Jérémy en voiture dans la capitale des Flandres, et puis ce sera la route, jusqu’à Strasbourg, première étape du voyage.
Dès 9h30, Jérémy et Laura mettent les bouts. Je me retrouve seul chez Romain, que je ne connais que peu à l’époque, et les premiers doutes surgissent sur ma capacité future à cohabiter aussi longtemps avec ces amis de longue date, tous deux plus vieux que moi.
A 12h15, nous mettons les voiles et quittons Tilques. Sur la route, la discussion s’engage facilement avec Romain et sa sœur, et très vite la bonne vieille ville de Lille nous ouvre ses portes. Nous récupérons un Jérémy quelque peu triste de quitter sa moitié mais débordant d’envie pour la suite. Aux alentours de 13h30, on met les bouts et je dis adieu à ma ville de cœur, que je retrouve à la rentrée. L’aventure commence. 
Sur la route, l’ambiance est au bea
u fixe et mes doutes s’envolent. On traverse la Belgique où un autochtone nous suit en nous faisant des signes au volant. A ses gestes, on pense qu’il veut nous vendre de la drogue. Il voulait en réalité nous avertir qu’il y avait des contrôles plus loin sur la route, à la frontière allemande. Puis vient le Luxembourg et même l’Allemagne. C’est à ce moment que Romain annonce la couleur en faisant avaler au lecteur CD du Patrick Sébastien. Détail minime mais d’importance capitale pour la suite de l’aventure. Il faut dire que nos choix musicaux sont réduits, Jérémy ramène 4 CD remplis de musique mais ceux-ci ne semblent pas convenir au lecteur ! On se retrouve donc pour tout le séjour avec 5 CD : The Cramberries, Ben Harper, Pink Floyd, le Carnaval dunkerquois et ce bon vieux Patrick… !
Le temps maussade qui nous suivait nous quitte à l’approche de Strasbourg. Nous avons hâte d’entrer dans la ville, surtout moi qui ait fait pression pour qu’elle soit la première étape, en tant que symbole de l’Europe. Vers
 18h30 on y fait notre entrée. On y découvre une belle cité, avec ses airs brugeois par moment. Je suis le guide officiel strasbourgeois et ma première prestation laissera des traces : nous courons après un Palais Rohan indiqué sur la carte mais invisible. Vanne récurrente, nous chercherons le Palais Rohan partout en Europe !europa tour (3)Aux alentours de 21h30, nous quittons la ville, un peu déçus par celle-ci, d’autant qu’on ne voit pas le quartier des institutions européennes, faute de temps…On s’éloigne de la ville jusqu’à la frontière allemande, où nous plantons la tente pour la première fois dans un coin calme. On se fait un foot alors que le soleil se couche sur un terrain plat à proximité. Dans la tente on se raconte nos vies, c’est le début d’un rituel qui subsistera jusqu’à la fin. L’ambiance est parfaite mais rien n’y fait, je n’y suis pas. Je n’étais pas prêt au moment de partir et la sensation s’accentue en fin de journée. Je me demande comment ces 41 jours vont se passer, je m’interroge même sur ma capacité à aller au bout. Alors que mes amis sont définitivement prêts à tracer la route, ma nuit strasbourgeoise est celle des doutes…

Lucas

Le grand jour, le grand départ. L’excitation est à son comble au moment de charger la voiture, et de relever son compteur : 193 452 km. PRETS, nous sommes prêts, et nous partons, nous prenons la route. Peu enclin à avoir une étape française dans notre tour d’Europe, j’entre dans Strasbourg perplexe, mais je suis un peu séduit par son vieux quartier. La quête du palais Rohan nous offre une franche partie de rigolade … Première nuit en tente où nous rêvons de la suite de nos aventures.

 

Romain

europa tour (2)

Le départ m'a fait mal. Quitter celle qui m'accompagné depuis quelques mois fut assez dur. Mais je ne suis pas seul, je rejoins ceux qui vont m'accompagné pendant 41 jours. Dans la voiture, je n'y suis pas. J'ai l'impression que l'on est juste entre potes, partant en soirée quelques parts, à travers le pays. Sur l'autoroute, j'ai encore la vision d'un ami belge qui nous suis et tente de dire quelque chose. Après plusieurs tentatives, il y arrive : "si vous allez à Maastricht, y'a les flics !" tout en immitant Johnny Hallyday chantant Gabrielle, les poignets enchaînés. Comme si nous ressemblions à des vendeurs de shit... Et puis la visite de Strasbourg, sa cathédrale, la petite France, son palais Rohan que l'on a découvert une vingtaine de fois ^^. J'entre pleinement dans ce tour d'Europe lors du foot alors que Romain plante la tente. Un terrain infesté de moustique, une ambiance différente de celle que j'ai déjà pu connaître auparavant. Le tour d'Europe comme ici, pas trop loin de l'autoroute, à étendre nos beaux sleeping bed qui nous serviront tant.

 

J.R.

 

Note personnelle : 12/20

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs