9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 11:09

Ils étaient nombreux, mes rêves. J'avais tant d'espoir.

Au cours de l'enfance, on espère tous un tas de choses pour son présent, que l'on ne peut pas avoir. Pas grave, on laisse ça au futur. Au futur moi. Celui qui va changer cela, celui qui fera ça et ça. Au cours de ma jeunesse, j'ai cru pouvoir changer le monde. Changer les choses autour de moi. Je croyais en mon futur, j'aimais l'imaginer. Je le rêvais en grand. Forcément.

Et puis un jour on se rend compte que ça n'arrivera pas. Que je ne serai pas footballeur ou chanteur. Que je ne serai pas riche ou célèbre. On se rend compte que le temps a passé, et le futur est là, devant nous, transformé en présent. Et on n'a pas changé le monde. On redescend sur terre, fini de rêver, les rêves d'enfances sont passés, place à la réalité. Parfois douloureuse, parfois heureuse.

Dans le premier cas c'est un véritable problème. Oui, le malheur touche plusieurs d'entre nous. Mais au cours de l'enfance, on peut toujours dire : « ça ira mieux demain ». Plus tard, plus loin. Il y a l'espoir que cela change.

Quand vous êtes devenu un adulte, l'espoir disparaît, petit à petit, au fil des années. Toutes ces choses que l'on n'a pas faites et que l'on ne fera jamais. Toutes ces choses que l'on a repoussées à plus tard, quand on aura un peu plus de temps, ou un peu plus d'argent. Et puis le temps et l'argent sont passés...et pourtant le rêve d'enfance est resté. Tant pis, ce sera dans une autre vie.

Reste la santé. Celle que l'on souhaite garder. Regardez moi, regardez vous. 25 ans. Devant moi, j'ai encore les 5 meilleures années de mon physique. A savoir courir sans échauffement et sans risquer la blessure instantanée. A savoir jouer au foot pendant 3 heures sans trop le regretter le lendemain. A savoir sortir jusque 5 heures et pouvoir remettre ça le lendemain. Néanmoins, je vois déjà la différence entre mes 25 ans et mes 20 ans, qu'est-ce que ce sera entre mes 30 et mes 25 ans ?


J'ai peur du temps qui passe. J'ai surtout peur des conséquences. Physiques. Mentales. Vieillir, non merci. J'aime trop l'enfance. Heureusement que j'en suis encore un. Avec mes rêves en grand, mes rêves de géant. On changera le monde. En tout cas, on fera tout pour le faire. Vieillir, à la rigueur. Mais sans regret. En essayant de réaliser mes rêves. Et en se dépêchant. On ne sait jamais quand est le clap de fin.SAM_0467.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs