17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 17:23

Ma première soirée onusienne. J'avoue avoir un mélange de curiosité et de dégoût avant l'événement. Pour moi, les réceptions de l'ambassadeur, c'est beaucoup d'argent mal dépensé, par des gens dont le boulot est de résoudre les problèmes du monde.

 

Nous arrivons sur la cinquième avenue, la plus chère à New York. C'est ici que la mission de l'Autriche à l'ONU a réservé trois étages, pour organiser sa soirée. Lumière tamisée, salle qui peut accueillir 300 personnes (nous sommes un peu plus), petite terrasse au douzième étage.

Cette soirée rassemble des ambassadeurs, des délégués et des internes. Et moi. La nourriture est à volonté. Les boissons aussi, alcool compris. Le tout servi par une dizaine d'employés spécialement embauchés pour l'occasion.

Une question me traverse l'esprit, qui paye cette petite fête ? Non, ce n'est pas l'ONU, mais l'Autriche. A savoir le gouvernement autrichien, avec l'argent des impôts. Donc la population. Alors, à chaque bouchée, à chaque gorgée, je pense à mes amis autrichiens et à leurs impôts, que j'avale (regardez moi ces desserts !).

P1100893.JPG

Après la soirée, plutôt bien animée par le DJ, nous avons un long débat avec la demoiselle. Deux questions sont pour moi importantes. Est-il nécessaire d'avoir ce genre de réception, payée avec l'argent des contribuables ? Mademoiselle pense que cela sert aux relations extérieures de l'Autriche, et que c'est une part du travail. De mon côté, j'avance l'idée que les délégués pouvaient au moins payer leur consommation, étant donné que la pauvreté n'est pas la principale caractéristique des employés de l'ONU.

Notre deuxième conservation s'est portée sur la notion de politique. Est-ce de la politique ? Certains prétendent qu'ils n'aiment pas la politique et qu'ils ne veulent pas travailler dans ce milieu. Personnellement, je dis que c'est déjà le cas. Cette soirée, destinée à se forger "des contacts", est clairement politique. Avec ses plaisirs et ses excès.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Rahhh monde de merde!!lol



Répondre
S


Je crois malheureusement que, dans la plupart des pays, les réceptions officielles, cocktails et "gardens partys" en tous genres sont systématiquement financés par les contribuables, le "bord"
politique des chefs de gouvernement ne changeant rien à cela d'ailleurs. Réduire tout ce tralala en ce temps de crise me semblerait plus que raisonnable. A voir, avec les cérémonies des voeux qui
ne vont pas tarder à fleurir ici et là...



Répondre

Plus De Blogs