16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 00:23

2075472933_small_2.jpgDes sifflets sur un stade. Tiens donc, c'est nouveau. On siffle un joueur. Tiens donc c'est nouveau. On siffle la Marseillaise. Tiens donc c'est nouveau (petite pensée à nos amis de Lorient et de Bastia qui ont lancé une mode il y a quelques années).
Ironie bien sûr. Mais quand j'entends de la bouche de notre Premier Ministre qu'aux prochains sifflets on arrêtera le match...

Voila ce que je déteste en politique, dans les médias et dans la société française en générale. On surfe sur l'actualité et sur les passions exacerbées par un fait divers. Notre hymne national a été sifflé, petite dissertation avec thèse, antithèse et synthèse :
Je comprends les siffleurs. Siffler un chant guerrier dans notre pays si paisible, siffler un "qu'un sang IMPUR (sic !) abreuve nos sillons"... Je n'aime pas cet hymne, je préfère largement le God Save the Queen ou l'Hymne à la Joie. Nos amis les siffleurs ne sifflaient sans doute pas que les paroles, peut-être Lâam ? lol. Non bien sûr, il sifflait aussi la France. Cette France qui les a parqué dans des ghettos, avec un ascenseur social tombé en panne. Celle qui a oublié de leur construire des cinémas, des centres commerciaux, des loisirs et surtout de leur offrir un boulot et des perspectives d'avenir. On siffle peut-être aussi notre politique de l'immigration qui consiste depuis plusieurs années à renvoyer des personnes qui s'étaient intégrées dans notre société. On siffle également la (non) réaction de notre président face au régime autoritaire du président Tunisien. La plupart de ces français avait donc une bonne raison de siffler.
Oui mais voilà, siffler c'est donner des arguments aux racistes. C'est donner des arguments à ceux qui depuis des années répètent que les français d'origine étrangère ne peuvent pas s'intégrer. C'est donner des arguments pour se faire battre. Siffler c'est engager la polémique, mais pas celle qui peut nous servir. Siffler c'est se faire siffler. Je comprends que certains soient choqués. Pour eux, les sifflets sont destinés à tous les Français. Pour eux, siffler la Marseillaise, c'est siffler la France. Alors les français sont choqués, on les a sifflé. On leur a manqué de respect.
Et puis bien sûr il y a nos politiques, toujours plus malin que les autres. On arrêtera les matchs aux prochains sifflets (Fillon). Hum, mais nos politiques veulent-ils devenir arbitre de foot ? Je rappelle que c'est uniquement lui qui décide de cela. On ne jouera plus les matchs contre les pays du Maghreb (Laporte) Oui, on fait avancer la France avec ça ! Et Israël et l'Italie ? Et Lorient et Bastia ? Comment fait-on si on tombe en huitième de finale de la Coupe du Monde 2010 face à l'Algérie ? On déclare forfait ? "Non, non, on n'est pas d'accord, vous avez sifflé la Marseillaise, pour la peine on ne joue pas ! Nin !"

Comment conclure sur ce sujet délicat...les fautes sont partagées, alors ne vous forgez pas un avis sous le coup de l'émotion. J'aime la France, et j'aime qu'on puisse siffler un hymne. Cela prouve que l'on est bien dans un pays de liberté. Néanmoins c'est en utilisant ainsi sa liberté qu'on risquerait de la réduire.
Ces sifflets sur cet hymne ne sont pas anodins. Cela démontre une nouvelle fois les difficultés qu'à la France avec une minorité (non-visible) de sa population. Dans 19 jours Obama peut devenir président des Etats-Unis. Colin Powell, Condoleeza Rice, femme et homme politique noirs qui sont au sommet de cet Etat. Richard Pearson, dirige Time Warner. Oprah Winfrey, rassemble 45 millions de fidèles dans son talk-show. Quand la France les aura t-elle ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs