24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 22:53

C'est l'une des choses que l'on remarque très vite en Angleterre. Des bandes d'écolières aux habits semblables se baladent dans les rues de ma ville. Cette uniforme n'a pas l'air de les déranger. Avec l'Irlande, la Grande-Bretagne est l'un des derniers pays européens a obligé le port de l'uniforme dans ses écoles publiques. En France, celui-ci a totalement disparu du public après 1968. Nous avons choisi la liberté, les anglais l'égalité.
Plusieurs fois la critique est revenu dans notre hexagone : l'école est un lieu où on affiche les marques,  ou le racket prospère. De leur côté, nos amis de 100 ans n'ont pas vu de vol d'uniforme, et pour cause, ils ont tous le même. Pas de jalousie. Mais pas de liberté. Pas d'égalité de notre côté. Certains peuvent montrer leur richesse en achetant les derniers vêtements à la mode, les plus pauvres ont repris ceux du grand frère.

C'est malheureusement l'un des gros problèmes de la liberté et de l'égalité, une tendance à l'opposition.

Pour moi, le plus grand exemple est la lutte entre le capitalisme et le communisme, le premier privilégiant la liberté, le second l'égalité. La liberté a gagné, mais avec elle un grand cortège d'inégalité. Economie de marché, liberté d'investir, mais également liberté d'instaurer des salaires différents et de ce fait, liberté d'instaurer une inégalité. Nos amis Bolcheviques avait d'abord choisi d'instaurer une grande égalité dans le niveau de vie mais ils ont sacrifier la liberté sur l'autel de l'égalité. Quel est le meilleur sacrifice ? Que choisir ? Egalitarisme liberticide ou libéralisme inégalitaire ?

Heureusement, dans notre belle devise symbole que nous a transmis Robespierre, il reste la fraternité. Les liens de solidarité et d'amitié entre les hommes. C'est peut-être ce mot là qui doit rassembler les deux autres.l-abb-.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs