16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 23:17

J'ai longtemps cru que ce serait impossible. J'en ai parlé avec beaucoup durant les vacances. Je n'étais pas amoureux, j'étais même assez indifférent. Et j'ai donc pris une décision que je pensais juste sur le moment, arrêter là, plutôt que de continuer à me mentir.
J'avais peur de la revoir. Très peur. Cela se passa mal et me conforta dans l'idée qu'il ne faut pas rester ami avec son ex. En effet, soit cela aboutit à des disputes ou alors à l'erreur de se remettre ensemble. Et si ça n'a pas marché la première fois, ça ne marchera pas le seconde.

Voila comment était mon esprit pendant bien longtemps, sur de soi, sur de moi. Me disant que ça n'arriverai pas.
Et puis j'ai changé. Assez radicalement. La faute à elle, surtout. J'ai retenté l'aventure après plusieurs explications. Elle n'était plus la même, je ne devais plus l'être non plus. Pendant quelques jours je me suis demandé si c'était une bonne idée, avec une réponse négative. Je n'y croyais pas. Mais Cupidon en avait décidé autrement. En l'espace d'une semaine quelque chose s'est déclanché. Besoin d'elle, de la voir, à chaque instant.

Ce dernier week-end fut magique. Samedi, jour de Saint-Valentin, à Oxford. Tête à tête amoureux. Oui amoureux, le mot est lâché. Cette journée fut extraordinaire, je ne me suis jamais senti aussi fort, aussi heureux, aussi sûr de moi et de mes sentiments. Alors je ne joue pas un jeu, je suis moi. Pas encore à 100% mais pas loin.
Londres dimanche et lundi. 3 jours ensemble. D'ordinaire je ne supporte pas de rester trop longtemps avec une fille, rien qu'à deux. Mais là il y eu Notting Hill, quartier des amoureux. Il y a eu ma première bouffe chinoise, à galérer pour manger avec ces fichus baguette.
Le reste je m'en foutais. La crise économique, les études, les amis. Pas de Facebook, MSN, l'équipe ou Le Monde. Pendant 3 jours, rien d'autres qu'elle.
Heureux.

Maintenant il y a bien sûr la question qu'on m'a déjà posé. La suite ? Quelle suite ? Ne pas y penser. Juste vivre au jour le jour. Profiter de la vie, à chaque instant. Carpe Diem quoi.
Néanmoins j'ai peur. C'est franchement flippant de voir que son propre bonheur n'est pas dans tes mains, mais dans les siennes.Nous.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs