14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 16:56

Titre accrocheur n'est-ce pas ?! Les reactions sont divisées ! Non, tu n'y crois pas ? Enfin, il serait temps !? C'est impossible, qu'est-t-il arrivé ? La réponse, dans quelques lignes.

 

Samedi matin, 14 heures, je décide d'émerger et de manger dans un grand restaurant américain. Erreur fatidique. Depuis New York, ca ne passe pas. Les conséquences seront désastreuses.

Je me décide à aller au centro del Arte Reina Sofia (arrête de sourire Romain D. !), connu mondialement pour Guernica. Après avoir visité la ville, c'est une suite logique. La tableau vaut le coup d'oeil il est vrai. Mais la foule amassée devant suscite à la fois la moquerie et un certain dégoût. Ca se pousse, on tente de prendre des photos avec flash alors que c'est interdit. De ce fait, ça crie. Certains sont trop près du tableau, ce qui fait sonner l'alarme. Une telle scène de désordre qui me fait penser que c'est Guernica devant Guernica ! (oui, j'en suis fier de celle-là !)

P1120300.JPG

Pour la première fois du séjour, j'ai eu accès à Internet. Et une couchsurfing propose de se voir pour boire un verre. Je la contacte, sans me rendre compte des conséquences et de l'influence que cette décision aura sur mes trois prochains jours. Sara, du Vénézuela, Jenny, d'Angleterre et Julia, d'Allemagne. Trois pays amis donc. Et toutes trois sur couchsurfing, la dernière dort d'ailleurs chez la première.  

Je tombe vite sous le charme de notre amie allemande, ja, gut ! Ach so, elle a "un espèce de copain" (je retranscris l'expression utilisée), ce qui m'interdit toute tentative.

Elles nous invitent à un concert électro, où je convie Oscar, grand amateur de musique. Et c'est ainsi que pour la première fois de ma vie, je me rends à ce type de concert, avec ce type de public. Oui, j'utilise le terme type, pas du tout de facon dégradante, mais par commodité. Car il y a une différence que je qualifie d'abyssale entre le public de Frédéric François et un concert électro underground.

 

Sara me propose du coca, je prends la paille et aspire. Au même moment, elle me dit que c'est de l'alccol. Elles ont du voir à mes yeux l'effet d'une telle annonce. Là, une course contre la montre s'engage, il faut rejoindre le plus vite possible les toilettes afin de recracher la substance pêcheresse de ma bouche. En plein milieu d'un concert électro, vois-y là une véritable mission impossible ! Arrivé aux toilettes, il y a la queue... chez les mecs ! Ca n'arrive jamais ! Je double, tentant d'expliquer avec des gestes le but de ma mission. Ouf, sauvé !

Comment ai-je pu ainsi me laisser trompé ? Non, ce n'est pas les yeux de Julia.

Calimocho. Les Espagnols ont cette horrible habitude de mélanger du vin et du coca. Et quand je dis horrible, je pense personnellement au bon coca, mélanger avec du mauvais vin ! Mais j'ai aussi vu le contraire ! Je menace Sara d'une mauvaise référence Couchsurfing !

P1120312.JPG

Nous finissions la soirée devant un live de musique, encore !, puis à l'appartement. Les filles sont toujours avec nous, ce qui n'est pas pour me déplaire. Six Italiens, un Hongrois, une Singapourienne (pas sûr !?), deux Allemands, une Anglaise, deux Francais, cocktail d'une bonne soirée. J'ai l'impression de refaire mon Erasmus ! Une discussion me reste gravée : une Italienne qui après quelques minutes m'expliquent qu'elle n'est pas fidèle... ^^

 

PS : résumé de la vie Erasmus : mon hôte ou encore l'Italienne, après le Botellon de la veille, se sont réveillés à.... 20 heures, et enchainent. C'est ce qu'on appelle le rêve Erasmus.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs