22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 12:32

La capitale nordiste et moi avons une relation conflictuelle. Un mélange de haine et d'amour. Tout a commencé en 2005, alors que je devais faire mon choix d'université. Beaucoup partaient vers la métropole. Et puis j'ai visité Lille 3. Forcément, le tout-béton et les trous dans les murs faisaient rêver ! (sic!) Alors je me suis dit qu'Arras, avec sa verdure, ses beaux bâtiments... et ses moindres tentations, me permettrait d'éviter de foirer mes années universitaires. Je n'avais pas tort, j'étais (à l'époque ?) un garçon immature, et ce choix me fut salutaire. Car j'en ai vu beaucoup se perdre dans les folles soirées lilloises.

Et puis très honnêtement, je n'aimais pas Lille. Je trouvais la ville sale, engorgée, alcoolisée. Mes quelques soirées sur place se comptaient sur les doigts d'une main. Même la braderie me dégoûtait. Lille, c'est pas pour moi.

J'ai gardé cette impression jusque tard. Jusqu'à il n'y a pas si longtemps. Décembre 2010 et début d'année 2011. Lille m'a rattrapé par le col alors que je sombrais après mes aventures new yorkaises. Et dès lors, ce fut l'île de la tentation. Lille m'a montré qu'elle était reine de la nuit, qu'elle festoyait comme une belle Erasmus. Mon Lille vibrait au rythme de Solférino. Je vivais Magnun et Smile, croisant le Latina et la Boucherie, rigolant au Scotland et à l'Irlandais. Je vivais ma seconde jeunesse, celle que je n'avais pas voulu embrasser à la sortie du lycée. Je me plaisais dans mon immaturité, débarquant chaque jeudi plein d'envie et repartant chaque vendredi plein de cernes. On a même envisagé d'aller voler le drapeau du consulat d'Italie, qui a fermé devant notre menace.

Mes soirée lilloises m'ont apporté beaucoup sur le plan humain, et sur le plan relationnel. Je ne connaissais que la vie de couple. J'ai découvert autre chose, presque aussi important. Lille m'a permis de tester mon envie. Lille m'a apporté les comparaisons. Lille m'a fait comprendre que la polygamie ne doit pas être enviée. Lille m'a offert une confiance que je ne connaissais pas. Alors quitter l'île de la tentation fut une quasi-délivrance. J'y avais pris goût, cela aurait pu être dangereux.

A mon retour en Europe j'ai imaginé revivre Lille de la même façon, avec la même envie. Et puis...
Et puis Lille a un goût de déjà vu. Un goût de déjà fait. Un goût de déjà entendu. J'ai refait les mêmes soirées, dans les mêmes boîtes, avec les mêmes personnes. Et pourtant ce n'est plus pareil. La folie a disparu. Lille n'est plus la reine de la nuit, puisque j'ai trouvé une autre reine, peut-être celle de ma vie.
Les soirées lilloises ont clairement un goût différent quand vous êtes célibataire et quand vous êtes en couple. Non. Ce n'est pas ça. Les soirées en boîte ont clairement un goût différent quand vous êtes célibataire et quand vous êtes en couple.
Pourtant j'ai répété pendant des années que j'aime danser. Oui, c'est vrai. Mais plus autant qu'avant. Et puis danser la Macarena pour la 233ème fois, c'est moins drôle.

Ma dernière soirée lilloise était la fête du bac. Et autour de moi, j'avais tous les lycéens et lycéennes de Lille, certain(e)s pour leur première soirée en boîte. Ils fêtaient le bac, et goûtaient la liberté. Et moi, à côté d'eux. Je fêtais mon bac pour la huitième fois. Putain, huit ans. Alors très clairement je me suis senti vieux. J'ai pourtant tenté d'amuser ma soirée en aidant tant bien que mal des amis à flirter avec le sexe opposé, que ce soit Dormeur ou Bozo. Mais ça n'a pas suffi.

Très clairement, je me rapproche de l'épilogue de mes soirée lilloises. Oh, il y en aura d'autres, des soirées au restaurant et avec un verre dans un bar. Mais il faut reconnaître que notre temps en boîte est compté. L'horloge tourne, il est 4 heures, la soirée est sur la fin. Des gens sont déjà partis. La plupart de ma génération d'ailleurs. Restent les plus jeunes qui prennent le relais, et les anciens savourant leur dernière danse. Je fais partie de ceux-là. Pour combien de temps encore ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Rattana 23/07/2013 09:18


Salut,


 


Je viens de tomber sur ton blog.


 


Je suis lilloise et il n'y a pas que les petits jeunes qui restent jusque 4h! Tu peux toujours faire une after en Belgique, après tout dépend du type de clubber que tu es 


Les boîtes ça va un temps hein  

Plus De Blogs