13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 07:13

Dimanche soir je regardais Planète, chaîne des plus intéressantes sur laquelle je zappe parfois. Il y avait un documentaire sur Hitler, un de plus me direz vous, et la première partie était consacrée à son accession au pouvoir.

C'est ce qui m'intéresse le plus sur cette période : comment un homme complètement déluré a pu se hisser à la tête d'un pays. Les conséquences, la seconde guerre mondiale... etc sont des sujets passionnants, mais ce ne sont pas franchement mes centres d'intérêts. Un peu comme le génocide rwandais, où j'essaie de comprendre le processus qui a entraîné un voisin à tuer son voisin, plutôt que de m'attarder sur la boucherie que ce fut. Une idée me traverse souvent l'esprit, à savoir si l'on sera capable d'empêcher, peut-être, un jour, des personnages aux idées néfastes d'arriver au pouvoir. Car après, ce sera forcément trop tard.

 

Toujours est-il que ce documentaire m'a permis de voir que je portais un parfum saveur nazi et que je conduis parfois une voiture aux relents d'antisémitisme. Je m'explique.

Hugo-Boss-Selection.jpgJe possède l'eau de toilette Sélection, d'Hugo Boss. Non pas que je m'en serve beaucoup, mes sœurs me l'ont gentillement acheté il y a bien deux Noël de cela et le flacon en est encore à 95% de sa capacité. Je n'ai pas le réflexe. Bref, ce n'est pas le sujet ! Toujours est-il que ce fameux Hugo Ferdinand Boss, propriétaire d'un petit atelier dans le sud de l'Allemagne dans les années 1920, fut un des premiers sympathisants nazis. Il adhère au parti en 1931 et sera chargé de confectionner les uniformes des S.A, des S.S. et des jeunesses hitlériennes... Considéré comme un des opportunistes du troisième Reich, il reçoit une amende et est privé de ses droits civiques. Alors, il sent comment maintenant votre parfum ?

 

Je conduis parfois une Ford Fiesta. L'Américain Henry Ford ? La ligne d'assemblage, la voiture pour tous. Mais pas seulement. Il est l'auteur d'un livre, Le juif international. Vous comprendrez que c'est loin d'être une déclaration d'amour à cette religion. On parle de la « fierté de la race », les Juifs sont présentés comme un « germe » et on voit plusieurs fois le mot « nettoyage » apparaître. Mais Henry Ford ne s'est pas arrêté à des déclarations : il a financièrement aidé le parti nazi, avant son accession au pouvoir. Le documentaire évoquait même que les bénéfices de ses sociétés allemandes étaient entièrement reversés au parti. Il fut le premier étranger à être décoré par Hitler de la Grande-Croix de l'Aigle Allemand, la plus haute distinction. Enfin, parce que pour Henry Ford, business is business, il a participé à l'effort de guerre... dans les deux camps ! General Motors alimentait l'armée américaine et Opel, filiale de General Motors en Europe, produisait des véhicules pour la Wehrmacht. L'entreprise va même obtenir des réparations du gouvernement français en raison des bombardements ayant détruit ses succursales !

 

Bien sûr, les temps ont bien changé, et cet article n'est pas destiné à appeler aux boycotts des parfum d'Hugo Boss ou des voitures Ford. Mais il permet de rappeler que nous portons et utilisons des marques qui ont une histoire. Et parfois celle-ci n'est pas glorieuse.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Malchus 13/11/2012 14:33


Oui enfin si on continue comme ça la liste peut être longue: Volfswagen, Renault, Ikea ...

Plus De Blogs