3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 05:54

Je vois que le titre t’intéresse, petit(e) vicieux/vicieuse ! C’est vrai que les nudistes de Munich, ça donne envie. Enfin, si je vous dis un gros Allemand de 50 ans nu, c’est peut-être moins vendeur. J’y reviens.

A chacune de mes visites en terres munichoises, le football est au centre des conversations, des passions. Après la finale de la coupe d’Allemagne, perdue par la Bayern Munich face à Dortmund, après la finale de la Ligue des Champions, perdue par la Bayern Munich dans son stade face à Chelsea, voici la demi-finale de l’Euro, Allemagne-Italie. Je ne vous invente pas un faux-suspense, vous connaissez le résultat, une nouvelle défaite… Oui, je suis un chat noir. Mais ça ne m’empêchera pas de vous raconter un peu plus en détail les joies des Biergarten. Munich (44)

Nous étions à l’Augustiner, l’un des plus grands (5000 personnes) et vieux jardins de Munich, où la bière coule à flot. Je rappelle le principe du Biergarten : vous vous asseyez avec vos ami(e)s dans une immense terrasse, où les arbres sont nombreux (100 marronniers). Vous commandez vos (litres de) boissons (bière, spezi…) au bar, et vous pouvez ramener votre pique-nique. L’ambiance est conviviale et familiale. Même dans la défaite ! Jusqu’au premier but italien, les choses se déroulaient convenablement. Bon, Balotelli a ensuite récidivé et c’en était fini pour les quelques chants que l’on pouvait entonner à côté de moi. Le penalty a suscité un léger espoir, mais il est arrivé trop tard pour faire vibrer l’ensemble du Biergarten. Pas grave, j’ai apprécié le moment, et j’espère vivre un jour un Biergarten dans la victoire.Munich (43)Après une soirée raclette avec les ami(e)s de ma partenaire, j’ai retrouvé une connaissance allemande de Madrid qui m’a accueilli l’année dernière à Regensbourg (longue histoire !). Bref, je la rejoins à la gare avant d’aller vers les jardins anglais. C’est samedi, il fait 34°C, autant vous dire que toute la ville a la même idée. Cela a beau être plus grand que Central Park, ça s’entasse un peu sur les bords de la rivière qui traverse le parc. Celle-ci descend directement des Alpes avoisinantes, et beaucoup vont se rafraichir quelques minutes, en se laissant emporter par le courant. A l’entrée, une petite vague amène ici des personnages surprenants : les surfers. Oui, ça surfe à Munich. Ils sont une quinzaine à prendre plaisir sur cette vague des plus régulières. Bluffant !Munich (45)

Mais je ne suis pas au bout de mes surprises. Après l’épisode les surfers de Munich, voici les nudistes, en plein Munich. J’étais tranquillement assis sur le côté droit de la rivière quand je vois devant moi un homme de 50 ans, totalement nu. Je le dis à la demoiselle avec moi, elle ne semble pas réagir. « Non, mais il est nu, nu ! ». Oui, je sais. Pas surprise du tout, elle m’explique que c’est régulier, et que le côté gauche du fleuve est réservé plus ou moins officieusement aux (semi)-nudistes. Et comme le fleuve fait deux mètres de largeur, tout le côté droit peut apprécier (cette fois, pas de photo !). Bizarres ces Allemands !

Demain, départ pour le Nord du pays : Bielefeld !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs