12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 14:54

Après un vol d'une dizaine d'heures et une escale à Bujumbura, Burundi, me voici arrivé à Nairobi, Kenya. C'est la première fois que je franchis l’Équateur. Dans l'avion j'ai encore du mal à réaliser. Certes, les visages noirs autour de moi me font bien penser que je ne vais pas atterrir à Moscou ou Pékin. Mais j'ai du mal à entrer dans ce voyage, qui n'en est pas un.

 

Oui, et c'est là le premier bilan de ces deux journées passées ici : je ne suis plus en vacances. Il fallait bien que ça arrive, voilà, c'est le cas. Je me réveille à 7h et je finis avant le coucher du soleil. Encore un peu et je me croirais au boulot ! (heureusement que je n'ai pas de salaire à la fin du mois!). De ce côté là, ce n'est pas vraiment une surprise. Je vais devoir rencontrer du beau monde ici, et mes recherches vont avancer à grande vitesse. J'espère quand même me libérer un peu de temps sur la fin du séjour pour parcourir un peu de ce grand pays.

C'est l'atmosphère qui me surprend beaucoup plus. Je suis dans le quartier de Kileleshwa, un peu à l'ouest du centre-ville, qui est réputé pour être le quartier occidental, un peu riche. Il est vrai que mon appart est immense, avec deux salons, une grande cuisine et une salle de bain chacun. J'ai 4 colocs et je ne vous les évoque pas tout de suite, car j'en ai simplement rencontré deux ! Deux sœurs kényanes. Il me reste une Coréenne et un Français à apercevoir. Revenons au sujet : le quartier est ultra-sécurisé. Des murs, de plusieurs mètres parfois, empêchent de voir ce qui se cache derrière les défenses. Ca change des maisons asiatiques toutes ouvertes ! Quand les murs sont trop petits, ce sont des barbelés qui les surplombent. Et pour renforcer le tout, des gardes protègent l'entrée. Tellement de sécurité qu'on se sent en insécurité ! Et c'est le cas dans tous les quartiers !

SAM 0119

Je ne suis allé qu'une fois dans le centre-ville, pour acheter quelques affaires et notamment un adaptateur que j'avais oublié. Les vendeurs ne décrochent pas un sourire, ce qui change de mes amis asiatiques. Dans les rues, j'ai croisé un nombre très important de policiers, kalachnikov au bout de la main. Pour entrer dans un magasin, il y a un garde avec détecteur de métaux. Oui, c'est bizarre. Je pensais les Chinois un peu parano avec leur contrôle à l'entrée des gares, je révise mon jugement.

SAM 0116

Au niveau des conditions de vie, je ne suis pas vraiment choqué pour le moment. Deux points importants cependant : - ce n'est pas mon premier voyage, et une autre personne pourrait avoir un regard différent sur les choses que j'observe – je ne me suis pas beaucoup baladé encore.

La nourriture est correcte, 10 centimes la banane, 2€ le jambon. Le shilling kényan est plutôt faible (1€ pour 100 shillings) et manger local sera une bonne opération pour mon porte-monnaie. Dans mon quartier je suis impressionné par le nombre de bâtiments en construction. Pour en avoir discuté un peu avec un chauffeur de taxi, Nairobi évolue très vite depuis plusieurs années, entrant pleinement dans la mondialisation. Les Occidentaux sont nombreux et les Chinois ou Indiens présents en masse.

SAM 0117

La suite, ce sera au prochain épisode. Le week-end s'annonce studieux mais je pense au moins visiter un peu plus en profondeur la ville dimanche.

Et retenez bien ces premiers mots de swahili, la langue de l'est-africain : hakuna matata ! 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs