28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 20:54

DSCN6640.JPG

Pour tout vous dire, je n’étais pas fier. J’avais même sacrément peur. Et pour cause, on ne m’a jamais appris à prendre un enfant dans mes bras.

 

L’école est formatrice, mais elle nous enseigne assez peu les choses de la vie. Comment trouver une fille ? Comment la séduire ? Comment être heureux ? Qu’est-ce que le bonheur ? Pour expliquer le théorème de Pythagore ou la conjugaison du subjonctif passé il y a du monde ! Mais pour les choses de la vie, plus personne ! Alors que, soyons honnête, on drague plus que j'aie conjugué (oui, c’est ça le subjonctif passé).

 

Je ne voulais pas tenir ce bébé dans mes bras. L’impression de ne pas être prêt. Je l’ai déjà dit, je ne suis pas assez mature pour être père. Et je ne souhaitais donc pas en faire le travail. J’avais surtout fichtrement peur de faire une connerie. De la laisser tomber. De ne pas bien la tenir. Qu’elle se mette à hurler dans mes bras, après avoir ressenti le fait que le porteur était inexpérimenté en la matière. Ca a un espèce de sixième sens les bébés.

 

Mes amis m’imposent souvent des choses. Surtout mes tout petits amis. Une nouvelle garde robe. Une nouvelle coiffure. Elles ne se privent jamais pour dire ce qu’elles pensent. C’est pour cela que je les apprécie. On accepte la critique de ses amis les plus proches. Car on sait que cela part d’un bon sentiment.

Cette fois-ci, elles ont décidé de me mettre Pauline dans mes bras. Malgré mon refus. Décision à l’unanimité moins une voix. La mienne.

 

Et me voici avec un bébé dans mes bras. Je parle beaucoup sur le coup, pour évacuer mon stress. J’ai l’impression que mes amies ne voient pas que je flippe un maximum. Le fait que je parle fait apparemment rire mon démon, qui se transforme en ange dès le premier sourire.

 

D’un seul coup, je m’imagine avec un enfant. Père. Serai-je un bon père ? Ne suis-je vraiment pas assez mature pour l’être ? Combien ont déjà un enfant à mon âge ? Peut-être ne se sentaient-ils pas prêts pour autant, mais ils ont fait avec. Et depuis, ils doivent remercier chaque jour le ciel qu’un tel évènement se soit produit.

 

Après de nombreux sourires (oui, je fais craquer les filles de tout âge) je redonne l’enfant à sa mère. Si je la garde un peu plus avec moi, je risquerais de m’attacher et de vouloir repartir avec. C’est beau la vie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Juliette 29/08/2011 12:03



Elle a l'air de t'apprécier cette Pauline ;-)



Plus De Blogs