29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 05:59

Match de football avec l'ESSOR, alors que je joue pour les moins de 18 ans. Nous allons jouer à Outreau. Les blagues fusent. Ce nom est un symbole, il restera gravé très longtemps.

 

L'histoire d'Outreau me fascine autant qu'elle me répugne. Le jugement s'est passé dans ma ville, Saint-Omer. L'histoire s'est déroulée dans un territoire finalement très proche, dans mon département. Et c'est arrivé à monsieur et madame sans histoire.

Presume-coupable-Philippe-Torreton-affaire-d-Outreau.jpg

 

J'ai regardé le film Présumé coupable. Philippe Torreton est d'une force poignante dans le rôle d'Alain Marécaux, accusé par un enfant, sa mère et une amie de sa mère de viol sur mineur. Ils sont 13 accusés, dont la vie va basculer. Un d'entre eux rendra les armes et choisira la pendaison en cellule. Certains feront jusqu'à trois années de prison pour un crime qu'ils n'ont pas commis. L'accusation s’effondre à Saint-Omer dès les premiers jours du procès. Et c'est la France qui a du mal à se regarder dans la glace.

 

Combien de Français auraient jeté ces hommes et femmes aux loups ? Combien auraient voulu rétablir la peine de mort pour l'occasion ? On aurait eu l'air malin avec 13 cadavres innocents sur les bras. Et la presse, qui raffole des faits divers morbides. N'a-t-elle pas tiré trop de conclusions hâtives ?

 

Cette histoire a fait évoluer les mentalités. La mienne en tous cas. La présomption d'innocence doit être le droit fondamental de tous les accusés. Même lorsque toutes les preuves sont réunies, il faut avoir la décence d'attendre le procès, et la condamnation. On aura bien le temps ensuite de crier haro sur les condamnés.

 

Je préfère voir dix coupables dans la nature qu'un innocent en prison.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs