19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 06:34

Cela fait plusieurs semaines que j’image la scène : une petite fille aux cheveux dorés traversant le terminal d’un aéroport quelconque. Elle se retournera, jettera un dernier regard sur ma modeste personne et s’engouffrera vers un avenir incertain, me laissant là, à regarder filer mon passé, et le temps qui passe par la même occasion.

 

Le billet d’avion a donc été acheté, depuis Kuala Lumpur jusque Munich, capitale bavaroise, où d’autres péripéties aussi importantes que ce voyage l’attendent (les études). Nous le savions depuis le départ, cette histoire a une date de péremption. Ce sera le 19 avril. Et cette sensation de voir s’approcher petit à petit la date du départ, la date de la fin de l’histoire, est quelque chose que je ne souhaite à personne.

 

Cependant rien ne sert de se laisser abattre. Il faut regarder devant soi, prendre des initiatives, et préparer la suite du périple. La grosse nouvelle est la quasi-certitude de la disparition de l’Indonésie. J’ai beau savoir que c’est un pays merveilleux, une nouvelle culture, une nouvelle population, des nouveaux paysages… je suis fatigué. Et ma motivation a découvrir un nouveau pays d’Asie a clairement diminué. Non pas que j’aie l’impression d’avoir fait le tour (chaque pays est différent), mais certaines choses me fatiguent.

Négocier les prix, se battre pour 10 centimes de plus ou de moins, se faire arnaquer parce que blanc, donc riche. Manger du riz deux fois par jour, parce que d’autres tentations s’avèrent fatales pour l’estomac. Ne rien comprendre des discussions locales. Penser que le cafard fait partie de l’habitat naturel de l’homme.

Oui, une certaine fatigue s’est donc installée. Et devant moi il y a un autre challenge, totalement différent : l’Australie, et le visa vacances-travail. La motivation pour le travail s’est déclarée il y a quelques semaines, et ne cesse d’augmenter jour après jour. Retrouver un pays occidental, avec ses normes, ses valeurs, sa culture, sa nourriture… ce sera sans aucun doute un petit bonheur. Il se peut qu’après 3 semaines de cette vie bien rangée je regrette déjà les contrées traversées, les visages rencontrés. Si c’est le cas, je me souviendrai que l’Amérique du Sud reste bien placée au rang de mes projets, sur le court ou sur le long terme.

 

Surtout, je n’imagine pas visiter l’Indonésie en solo, après plus de six mois de vie de couple. Il me faut une rupture, afin de bénéficier d’une rupture tranquille. J’ignore si cela va fonctionner ou si c’est la bonne idée. Mais un changement radical de vie pourrait s’avérer bénéfique. Surtout qu’un visiteur ou deux sont attendus au pays des kangourous.

Quant à Elle, j’y reviendrai, dans quelques jours.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Cé.. 12/04/2012 18:55


Beaucoup de courage pr la séparation.. Gros bisous Jerem (et comme tjs: fais attention à toi)!

Alex 21/03/2012 20:31


Votre histoire ne peut pas se terminer comme ça...


 

charles 19/03/2012 13:41


salut mec,


on est a kho lipe encore pour 3 jours car on passe notre premier niveau de plongée PADI. (on vient de se tapper 2 jours de théorie à bouqiner, bien relou)


donc on quitte kho lipe vendredi prohain, soit on vous rejoint a kho lantha si vous y etes encore, soit on va a kho Phi Phi. il parait que c top. vous y etes allés?


dites nous on vous serez vendredi prochain et dans les jours qui suivent;


J espere qu alba va mieux avant d'affronter les full moon :)


on se tiens au jus


 

Plus De Blogs