1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:00

David Fincher, Se7en (1995) : 19. Extraordinaire.

L'inspecteur de police William Somerset (Morgan Freeman) est à sept jours de la retraite. Pour sa dernière affaire, il est adjoint à son remplaçant, David Mills (Brad Pitt). L'enquête : un homme de très forte corpulence est retrouvé mort la tête dans son assiette de spaghetti, ses membres attachés aux montants d'une chaise. Mills s'occupe d'une autre affaire : un avocat a été sauvagement assassiné avec le mot « avarice » inscrit par terre. Mais ils ne vont pas tarder à comprendre que les deux crimes sont étroitement liés. En effet, le tueur semble s'inspirer des sept péchés capitaux pour commettre ses meurtres.

Kévin Spacey joue le rôle du tueur. Gwyneth Paltrow la femme de Brad Pitt.

L'ordre dans lequel les meurtres ont été commis fait référence au livre qu'a lu le tueur : Les écrits de Saint Thomas D'Aquin évoque les sept péchés capitaux et les énonce dans cet ordre précis.

  • 1er crime : la gourmandise

    • Le premier meurtre du film, lié au péché de gourmandise, est représenté par un homme obèse, retrouvé mort la tête dans une assiette de spaghettis. Le meurtrier va le faire manger jusqu'à ce que son estomac soit saturé et lui assènera ensuite un coup de pied qui lui fera exploser le foie, l'estomac et la rate.

    • Le péché de gourmandise représente non pas le fait de manger pour se nourrir, mais le fait de manger plus que nécessairement. L'homme est donc mort d'avoir « trop » mangé.

  • 2e crime : l'avarice

    • Le deuxième meurtre du film, lié au péché d'avarice, est représenté par un riche avocat avide d'argent, qui n'hésitait pas à défendre des meurtriers, des pédophiles et des dealers pour amasser sa fortune. Il est retrouvé mort avec les poignées d'amour taillées. Le tueur lui a fait choisir une partie de son corps qu'il trancherait ensuite lui-même.

    • Le péché d'avarice est synonyme d'« égoïsme », mais d'une manière encore plus prononcée. Il était donc très dur pour un homme comme cet avocat de devoir choisir une partie de son corps à sacrifier. Le but du meurtrier était donc de faire « partager » une partie du corps de cet homme. Le fait de devoir donner une livre de chair fait référence au Marchand de Venise où Shylock demande une livre de chair à l'homme qui lui doit de l'argent.

  • 3e crime : la paresse

    • Le troisième meurtre du film, lié au péché de paresse, est représenté par un homme qui est resté allongé sur un lit pendant un an sans rien faire, ni manger ni boire... Le tueur l'avait attaché afin qu'il ne puisse plus rien faire d'autre que dormir et lui administrait des antibiotiques afin que les maladies survenues suite à la défaillance de son système immunitaire (malnutrition) ne le tuent pas.

    • La paresse veut dire être paresseux au point de ne rien vouloir faire de sa vie. La victime, Victor, avait de sérieux ennuis avec la justice. (Il était pédophile, ne travaillait pas et vendait de la drogue pour gagner sa vie.) Le tueur a donc voulu le punir de n'avoir rien fait de son existence.

    • Il était client chez la deuxième victime (l'avocat).

  • 4e crime : la luxure

    • Le quatrième meurtre du film, lié au péché de luxure, est représenté par une prostituée attachée à un lit, obligée de se faire pénétrer par un godemichet surmonté d'une lame de couteau.

    • La luxure, c'est le plaisir sexuel recherché pour soi-même. La prostituée allait coucher à droite et à gauche dans le seul but de faire l'amour, en risquant de transmettre des maladies. Le tueur l'a punie par le péché qu'elle commettait si souvent.

  • 5e crime : l'orgueil

    • Le cinquième meurtre du film, lié au péché d'orgueil, est représenté par une femme qui voulait à tout prix être la plus belle, se sentir la meilleure... Le tueur l'a lacérée, lui a coupé le nez et lui a placé un téléphone dans une main et une boite de somnifères dans l'autre. Elle avait ainsi le choix entre appeler les secours ou se suicider.

    • L'orgueil est une trop grande fierté de soi. Cette femme a préféré mourir plutôt que de vivre complètement défigurée.

  • 6e crime : l'envie

    • Le sixième meurtre du film est lié au péché d'envie. C'est Jonathan Doe, le tueur qui le commet ; il envie l'inspecteur Mills et a donc essayé de s'approprier sa vie et la femme de celui-ci. S’étant rendu coupable du péché d'envie, le tueur s'arrange alors pour se faire abattre par l'inspecteur Mills. Le tueur se punit ainsi du péché qu'il a commis.

    • L'envie peut pousser à commettre des actes irréparables, et le tueur avait tellement envie de vivre comme l'inspecteur, qu'il a vu tous ses « espoirs » s'envoler par le refus de la femme.

  • 7e crime : la colère

    • Le septième meurtre du film est lié au péché de colère ; c'est l'inspecteur Mills qui le commet ; totalement abattu et désespéré par la mort de sa femme (et de son enfant à naître, dont il apprend l'existence par la bouche de Jonathan Doe) et très en colère contre le tueur, il l'assassine de plusieurs balles dans le corps et achève la série de meurtres liés aux sept péchés capitaux. Jonathan Doe devient alors la victime du péché de colère.

    • Comme l'envie, la colère peut pousser à commettre des actes irréparables. L'inspecteur Mills en fait les frais et est embarqué par la police à la place du tueur pour meurtre.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs