21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 20:29

Un élément perturbateur vient s'immiscer dans mon périple. Non ce n'est pas la grippe espagnole, mais un fléau tout aussi dangereux, Sophie la guigne. De premier abord souriante et chaleureuse, elle entraine cependant malgré elle toute une série de malheur, bientôt révélé dans cet article.

P1120726.JPG

Tout d'abord Sophie m'oblige à revoir mes plans. Elle arrive à Malaga dimanche et souhaite Granada quelques jours. Il se trouve que Couchsurfing me décoit un peu parce que je ne trouve personne pour nous héberger à Malaga le dimanche soir. Sophie la guigne. On fait avec et décidons de nous rendre directement à Granada. 2 possibilités : le train, 4 heures de trajet, 45€ aller-retour. Le bus, 1h30 et 20€ aller-retour. Pas d'hésitation.

 

Arrivés à Granada, nous sommes accueillis par Lucia qui a... 16 ans ! C'est inderdit sur le site et j'avoue être un peu méfiant. Deux Américaines seront également présentes, Leila et Kate. Nous sympatisons très vite. Elles effectuent actuellement une sorte de mini tour d'Europe, mais sur six mois ! Ils voient toujours les choses en grand nos amis Ricains !

La soirée est très bonne. Lucia m'impressionne par sa maturité et sa culture, et j'ai même un long débat sur le communisme. Nous dormons dans notre propre chambre et nous décidons donc de prolonger notre séjour ici de deux nuits supplémentaires, abandonnnant ainsi Nina qui pouvait également nous héberger. Une décision lourde de conséquences. Sophie la guigne.

P1120631.JPG

Lundi, réveil 6 heures. Sophie la guigne. Lucia veut nous emmener avant le petit-déjeuner, Sophie la guigne, sur les hauteurs de Granada. La vue est somptueuse, le soleil se lève. J'avoue que cela vaut le levé à l'aurore.

Nous allons ensuite à l'Alhambra. L'ensemble des tickets de la journée a été vendu. Sophie la guigne. Mais nous pouvons visiter les jardins. Après pas mal de marche en centre-ville et un panini, vient le moment tant attendu. Une bonne sieste dans les jardins. Mais Sophie la guigne en décide autrement. Le vent se lève, le ciel se couvre, le soleil se cache. J'ai presque froid. Heureusement, les jardins sont magnifiques.

P1120737.JPG

Dans l'ensemble, la ville est très jolie. Beaucoup de petites-ruelles piétonnes, une architecture à l'influence musulmane et... beaucoup de touristes. Et pour cause, c'est la Semana Santa.

33 processions en une semaine. Imaginez donc 33 rassemblements du Klu Klux Klan, entourés par des milliers de touristes. Chapeaux blancs bien sûr, mais également noir, violet, bleu, rouge, vert. J'ai presque fini ma collection. Au rythme de la musique, la procession traverse la ville. L'Espagne me confirme une nouvelle fois sa tradition catholique.

P1120787.JPG

Mardi, ce sera le show, Sophie la guigne, à la conquête du record du monde. Tout d'abord Lucia me peut finalement plus nous héberger. Mais elle nous refile à javier, un de ses potes qui, selon elle, habite un taudis. Sophie la guigne.

 

Aujourd'hui le temps est couvert et, pour la première fois du séjour, il pleut ! Sophie la guigne. Je rappelle que, depuis son départ, le Nord Pas de Calais souffre d'une mini-canicule.

 

Le chocolat chaud des Espagnols. Méfiez vous si vous commandez dans un café. J'imaginais un chocolat au lait traditonnel. Perdu. Sophie la guigne et nos amis espagnols m'offrent du chocolat, du vrai. Un peu comme si vous preniez 12 carrés de chocolat noir, les faisiez fondre et les buviez. Une gorgée c'est bon, une tasse, c'est écoeurant.

 

Après une sieste réparatrice, nous repartons dans la ville, sans avoir de but précis. Nous savourons les fraises qui, avec les oranges, sont vraiment la spécialité fruitière du pays. On rejoint nos Américaines qui s'étaient levées à 6 heures pour obtenir des billets pour l'Alhambra, sans succès. Quelque chose me dit que leur rencontre avec Sophie la guigne n'y est pas étranger.

 

Lucia a un peu de mal à organiser les visites. Nous allons de bar à tapas, grimpons plusieurs fois la même colline à la grande joie de Sophie. Je croise trois francaises qui font du stop depuis Barcelone jusqu'à Lisbonne, en 10 jours, et aller-retour ! Ambitieuses !

On passe une bonne soirée. On se balade dans Granada, toujours rythmé par une procession. On savoure une glace au roché, au mars, au chocolat-orange. Des tapas mexicains sont grandioses même si la faim doit jouer sur mon objectivité.

P1120732.JPG

Enfin nous disons au revoir à nos amies Américaines pour rejoindre notre taudis. Une maisonde grand-mère taguée, un bout de plafond s'est récemment écroulé... Sophie la grande guigne. Cela ressemble plus à un squat qu'à une maison. Nous avons un lit pour deux, c'est glacial et des rideaux font office de drap. Sophie la guigne.

On se réveille très tôt après une mauvaise nuit pour prendre le premier bus. Vous ne vous étonnez plus quand je vous dis qu'on ne peut finalement pas et que l'on attend une heure pour le suivant, et pour cause, Sophie la guigne est avec moi.

 

PS : Cependant on rigole bien. Dans le bus, on a même la télé. Enfin, tous les autres ont la télé. Nous, elle ne fonctionne pas. Sophie la guigne...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs