25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 09:28

En ce samedi matin, nous quittons notre hôte Helleni, partie travailler, et repartons de nouveau. Le point le plus au Sud du parcours a été atteint, désormais, cap à l'Est, ou plutôt au Nord en attendant. Notre objectif est de nous rapprocher au plus vite d'Istanbul, afin de pouvoir y être pour la journée du 27 juillet. L'étape clé est alors Thessalonique, deuxième ville du pays située au nord, que nous devons atteindre aujourd'hui, et visiter.

Nous ne pouvons saluer les parents d'Helleni, partis dans la nuit pour Chypre, d'où est originaire la famille. A ce stade du parcours, je commence à ressentir un vague sentiment; conscient d'avoir la chance d'être ici et de vivre une telle aventure, avec l'envie d'aller toujours plus loin, mais le manque de ce bon vieux Nord Pas de Calais et surtout de ce qui va avec commence à se faire sentir.

Qu'à cela ne tienne, la route a déjà repris ses droits, et nous voilà bientôt à Thèbes, ville mythique elle aussi, mais que nous n'avons pas le temps de visiter. Un peu après l'avoir dépassé, on s'arrête dans un village désertique pour y manger un peu de pain et des oeufs.

La suite, c'est de la route, de la route, de la route...Vers 16h, on se pose à une plage jusqu'à 18h, afin de couper un peu le trajet. Alors que nous étions affalés sur le sable chaud, l'idée vint alors à Romain de jouer au football. Brillante idée, que j'approuvais plutôt, mais ce ne fut pas le cas de Jérémy, visiblement très à l'aise sur sa serviette! Romain sentit le besoin P1020672 (modifié)d'insister, jusqu'à lui lancer le ballon sur le dos. Eut alors lieu cet évènement marquant du tour, l'intense colère de Jérémy qui ira jusqu'à balancer de râge le ballon au foot au loin. L'Histoire ne nous dire pas à qui était ce ballon, mais moi, soucieux de protéger une liberté de la presse en péril,  je peux vous dire que l'épisode était encore plus étrange que Jérémy s'est débarassé par ce coup de colère de son propre bien! En effet, personne ne prit le soin d'aller le rechercher et celui ci disparut, sans doute aux mains aujourd'hui d'un heureux propriétaire grec. Que retenir de cet évènement? En premier lieu, nous avons perdu un ami fidèle en la personne du ballon, qui nous manquera cruellement par la suite. En second lieu, Jérémy a indirectement contribué au bonheur du football grec, alors que celui ci pourfenda la France en 2004: Jérémy serait il un traitre du football ^^? En troisième lieu, cette colère saine de la part de notre ami a instauré entre nous une belle ambiance, faite de silence et de non dits. Ainsi, ce fut le calme absolu jusqu'à Thessalonique, que nous avons visité de manière expresse!  On galère formidablement pour sortir de cette maudite ville, repassant peut être 4 fois devant la même publicité pour un foutu parc aquatique !

A la sortie de la ville, nous parvenons à nous trouver un endroit entre deux vignes. Une aubaine pour les affamés que nous sommes, et j'amputerai sérieusement quelques pieds de vigne malgré les remarques de Romain, gardien de la morale ^^. Durant nos traditionnelles histoires du soir, Jérémy retrouve la parole et nous nous endormons pour une nuit très venteuse!

 

Lucas
P1020673

 

Note du jour : 4/20.

 

Oui, lorsque je commence par la note, ce n'est pas bon signe. Heureusement, ily a eu le petit déjeuner fait de pain, de beurre et de miel après une bonne douche froide. Merci Eleni ! 7h20, on prend la route, 12h45, on s'arrête ! Ouf et aïe le dos ! Les autres s'endorment, moi je plonge dans le Rwanda. Après être reparti on fait une nouvelle pause quelques heures plus tard. Je pense pouvoir faire la sieste lorsqu'une personne dont nous tairons le nom (mais dont le surnom dans la profession est "Le Russe") décide que nous jouerons au football. Calmement je réponds par la négative à l'appel du ballon, préférant me reposer un peu avant de reprendre la route. Cependant "Le Russe" insiste, d'une façon que je considère comme lourde, en me lançant le ballon sur le dos, lieu fragile d'un corps en déliquécence. Je réponds à nouveau par la négative, préférant chercher le sommeil. Mais "Le Russe" souhaite faire passer sa résolution par la force, à la manière d'une intervention en Afghanistan. Seulement, le Taliban qui sommeille en moi n'accepte pas l'envoi du ballon sur ma tête et décide de lancer une attaque kamikaze en détruisant l'une de mes armes favories. Je peux trouver le sommeil mais l'ambiance en a prit un coup. Quant à Thessalonique, ce sera l'endroit le plus neutre que j'ai vu. Rien, si ce n'est une galère pour sortir de la ville. Avant de dormir, quelques pâtes salées... Vivement Istanbul !

 

Jérémy

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs