11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 09:17

Je continue ma remontée du Danube pour arriver à l’apogée de la splendeur architecturale des Habsbourg. Vienne, l’Autriche, le pays du génie (Mozart) et du diable (Adolf). Vienne, ville de neutralité, qui accueille le plus grand centre international d’entente sur les prix (le siège de l’OPEP) ainsi que l’ONUDI, l’OSCE et l’agence Internationale de l’Energie Atomique. Vienne, considérée comme la ville où la qualité de vie est la

meilleure depuis plusieurs années selon le classement Mercer (Paris est 30ème, Munich 4ème !).
Schönbrunn (5)Nous avons la chance d’être hébergé chez l’habitant, avec couchsurfing. Jennifer habite, avec son frère et sa mère, un magnifique appartement où il fait bon vivre. Autrichienne faisant ses études en Angleterre, elle fait plus anglophile que germanophile, tant sa culture et ses expressions me ramènent de l’autre côté de la Manche. Très vite elle nous emmène dans la capitale autrichienne sous un soleil de plomb. Nous commençons par deux bâtiments se faisant face, tel un miroir, le musée de l’histoire de l’art et le musée de Vienne. Nous passons par un petit marché, puis par l’artère commerçante avant de croiser l’opéra (Staatsoper) qui nous rappelle la place essentielle qu’a joué le pays en matière de musique classique. Nous arrivons enfin du côté de la bibliothèque nationale, le Hofburg qui abrite également le musée de Sissi, et de l’autre côté l’hôtel de ville.Vienne (15)

Vienne est un régal pour les amateurs d’histoire de l’art ou les fans d’architecture classique. A chaque regard vous pouvez vous perdre dans les multiples détails, sculptures ou peintures, que recèlent la majorité des bâtiments.Vienne (16) Nous rencontrons une statue de Johan Strauss un peu plus loin, puis un kangourou. Qui dénonce un cliché anglo-saxoA, et les problèmes de prononciation entre un Austria et un Australia. On dit même dans le pays viennois que c’est la raison du refus des Australiens d’accorder les visas vacance/travail aux jeunes autrichiens !Vienne (11)Avec Jennifer nous découvrons la vie autrichienne by night. Nous nous posons le long de la rivière, prenons le temps de découvrir ses amis, notamment un futur médecin qui parle un très bon français.Vienne (19) Le lendemain nous remettons ça, dans un appartement cossu de la vieille ville. Après m’être fait dévorer du regard nous partons vers une soirée London Calling qui reste de sinistre mémoire pour Olivia et Sophie, qui me rappela certaines grandes heures d’Erasmus pour ma part.

Schnitzel

 Le principe : du rock et de la pop britannique et US. Des années 70 à aujourd’hui. Les Clash ou Blur, The Killers et les Kings of Leon, du son qu’on apprécie écouter (pour ma part). 

Du son sur lequel les filles ont eu plus de mal à danser. Mais c’est là le grand avantage de Couchsurfing, de se retrouver dans des endroits pas forcément touristiques, seulement fréquentés par les locaux. Que dire par exemple de Beim Bannes, une auberge bondée à 40 minutes en voiture du centre-ville ? Elle est tenue par son beau-père, qui nous offrit un repas typique, avec le fameux Schnitzel (une escalope enrobée de chapelure). Et tout ça, c’est gratuit ! Elle n’est pas belle la vie ?!

Encore plus beau, l’apogée de ce voyage : Schönbrunn. Le château de Sissi et de François-Joseph, construit en 1699 pour être le Versailles autrichien.Schönbrunn (7) Les jardins, dessinés par Jean Tréhet, élève de Le Nôtre, sont à la française. S’y balader plusieurs heures sous une température caniculaire est un régal. La vue depuis la gloriette est splendide (plus de photos ici).Schönbrunn (8) Puis l’intérieur du château, que je n’avais pas fait. Autant l’histoire de l’Autriche que l’histoire de Sissi (LA star !). Un immanquable à toute visite viennoise. Le lendemain nous faisions Bratislava, mais vous le savez déjà. Nous sommes restés à Vienne, chez Alexandra. Un appartement un peu différent du précédent, plus artistique dirons-nous, avec une atmosphère très étudiante. Nous y avons rencontré le Ligretto, un jeu de société qui devient passion. C’est ainsi que s’achève cette remontée du Danube en trois étapes. Une idée me traverse l’esprit : pourquoi ne pas descendre le cours du fleuve depuis la forêt noire allemande jusqu’à la Mer Noire en canoë ? 3000 km et 10 pays traversés, tentant non ? Une idée à reprendre au vol !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs