13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 07:39

Notre train flotte sur l’eau. Lentement, nous entrons dans la Sérénissime. Venise, ses canaux, sa place Saint-Marc et… ses touristes ! Déjà nous comprenons ce qui nous attend dès la gare de la ville. La queue pour aller aux toilettes ou pour déposer ses bagages est de plusieurs mètres.

P1150224.JPG

Venise, c’est aussi une histoire de coût. L’industrie touristique sert la ville. Les toilettes sont à 1€50. Faire un tour de gondole peut vous revenir à 150€ les 30 minutes (en partant de la place Saint-Marc), nous avons entendu 20€ pour 30 minutes (en partant d'une zone "désaffectée"). 12€ la bière + supplément de 6€ si un orchestre est présent au café Florian. Les prix varient du simple au triple lorsque tu veux acheter les masques tant réputés.

P1150199.JPG

L’industrie touristique c’est aussi une plaie pour les habitants. 600€ d’impôt locaux par mois. La raison, le prix de la collecte des déchets, surtout dus aux touristes, qui doivent être récupérés par… des bateaux.

 

Oui, la chose qui fait plaisir à Venise, c’est la totale absence des voitures. Pas de risque de se faire renverser, la ville est entièrement dédiée aux piétons. Enfin, les habitants ont des véhicules, des bateaux. Et si Venise est si touristique, c’est surtout dû à ses canaux, ses ponts, ses gondoles. Oui, c’est joli. La place Saint-Marc vaut le coup d’œil, comme la basilique. De nombreuses églises baroques animent notre visite. Beaucoup de petites ruelles, le pont du Rialto et surtout le Ghetto de Venise, le premier, établi en 1516 (ghetto vient d’un mot italien qui signifie fonderie, présentes en grand nombre dans ce quartier à l’époque de la dénomination).

P1150229.JPG

Nous avons apprécié la ville. Mais il reste une petite pointe de déception, non pas due à l’orage que nous avons pris en pleine face le dimanche. Non, Venise m’a un peu déçu par son état de conservation et de propreté. Les bâtiments sont assez souvent délabrés, les rues sentent la pisse à 15 mètres (à 1€50 les toilettes ça peut se comprendre). La pub est de plus en plus visible (le pont des Soupirs était impossible à observer tant il était entouré de publicités). Et puis les paysages varient un peu moins qu’à Vérone. Un pont, un canal, c’est joli. 2, 3, 15. J’avoue que pour le vingtième tu fais un peu moins attention.

P1150202.JPG

Attention, je ne dis pas qu’il faut oublier Venise. Au contraire, il faut y aller une fois dans sa vie. L’expression le dit, voir Venise et mourir (au départ, l’expression était voir Naples et Morire, une petite île à côté de la cité napolitaine. Et depuis le film de Visconti, l’expression est remontée vers le Nord). Mais il a manqué un petit quelque chose. Peut-être un couchsurfing sur place ! (les habitants reçoivent 600 demandes par mois). Oui, pour une fois, nous avons dormi dans un camping, comme toujours envahi par les Néerlandais (si un camping n’est pas envahi par les Néerlandais, méfiez-vous des prestations offertes. Le Néerlandais est un gage de qualité en camping).

 

Prochain voyage, prochaine découverte : Amiens. Ne rigolez pas, on l’appelle parfois la Venise du Nord pour ses canaux et ses hortillonnages !

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Je l'ajoute dans ma Bucket List "spéciale Gard" (ok, c'est la première ligne ^^)



Répondre
S


Si tu veux te faire une autre "Venise" j'étais à Goudargues dans le Gard cet été qui est aussi une petite Venise et surtout un petit village et une région magnifique ;)



Répondre

Plus De Blogs