6 août 2019 2 06 /08 /août /2019 11:33

Balance ton quoi ? Balance ton porc. Oui, me too. Depuis plusieurs mois (on va finir par remercier Weinstein... euh, non, ptet pas en fait!), les scandales s'accumulent. Des femmes dénoncent. Souvent des femmes connues. Le milieu du cinéma, puis de la télévision, la musique, les journalistes... De quoi faire délier des langues, de quoi donner un coup de fouet à de vieilles revendications. Car être une femme, encore aujourd'hui, c'est galérer. Oui, plus que nous les mecs. Je ne m'en rendais pas suffisamment compte avant ce phénomène. Ca m'a petit à petit ouvert les yeux.

 

Ca passe déjà par des « petites choses ». Je mets les guillemets, car c'est une expression que j'aurais utilisée il y a plusieurs années, alors que ce ne sont pas des petites choses. C'est important. Oui, les mots ont un sens. Les expressions. La langue française, machiste. Le sexe fort, c'est qui ? Madame LE ministre. Le masculin l'emporte sur le féminin (oui, même à 216 contre 1). L'écriture inclusive, celle où on affiche le féminin, peut sembler être un hobby de bobo parisien, car « il y a plus important ». Oui, il y a toujours plus important, mais en réfléchissant comme ça on ne fait plus grand chose. C'est un début, un premier pas. Casser des barrières, des frontières mentales inculquées depuis notre enfance, et l'école. Oui, l'école, l'éducation, comme toujours. Car le machisme s'apprend. Ce n'est pas inné. C'est notre société qui a amené à cette situation problématique (pour ne pas dire honteuse).

 

Femmes tuées sous les coups de leur conjoint. Viols. Agressions. Remarques. Combien chaque jour ? Combien parce que la victime est une femme ? Trop. Vraiment trop. En France, et dans le monde entier. Ce n'est pas comme une famine dans un pays lointain alors que le magasin du coin déborde de bouffe. Là, c'est à côté de chez nous. Et nous avons tous un rôle là-dedans.

Depuis le début du mouvement balance ton porc, je me suis plusieurs fois posé la question de mon comportement, de mes expériences passées. Qu'ai-je fait ? Ai-je bien agi ? Pourquoi j'ai dit ça ? Pourquoi je n'ai pas dit ça ? Et, finalement, est-ce que j'ai été un porc ? Oui, c'est bien ça aussi le sens de cette contestation féminine : nous amener les mecs à nous regarder dans le miroir. Ensuite ? Ca dépend de chacun de nous. A titre personnel, je vais vous raconter une histoire.

 

Il y a quatre ans de cela, j'ai rencontré une fille à Bordeaux. Un concours de circonstances, une interview en rapport avec ma thèse, un appartement fermé, une soirée... bref, toujours est-il que j'ai une petite histoire avec la demoiselle. Oh, non, pas une histoire d'amour, la distance étant, comme souvent pour moi, un frein (je suis rentré dans le Nord à ce moment là). Nous restons en contact régulier, j'apprécie cette fille, et nous nous revoyons deux-trois mois plus tard. Rien. Je suis un peu déçu, j'espérais quelque chose. Les contacts téléphoniques restent. Nous nous recroisons quelques mois plus tard. Elle me fait une mini-déclaration. Ce jour là, je sais que toute relation est impossible. Et, dans ma tête, je sais que je ne dois pas l'embrasser, au risque de la blesser quelques heures/quelques jours plus tard. Je l'embrasse. Quelques jours plus tard, je lui fais mal. Mentalement, sentimentalement. Elle m'en veut, me le fait bien comprendre par sms. Je fais l'innocent. Putain d'ego.

 

Est-ce que j'ai été un porc ce soir là ? Peut-être pas. Le mot est fort. J'ai néanmoins abusé de sa confiance. Il y a quelques mois, je lui ai envoyé des excuses. Un petit pas, qui ne répare par l'erreur du macho que j'étais ce jour là. Un petit pas quand même, qui a été bien reçu.

 

Nous faisons tous du mal à quelqu'un, un jour. Je ne connais pas de saint, et je ne pense pas que ça existe. L'idée, c'est de reconnaître nos erreurs, et d'éviter de les refaire.

 

Le mouvement me too/balance ton porc me fait surtout reconsidérer mon comportement aujourd'hui avec les filles (à mon âge je devrais dire les femmes, mais je n'y arrive pas !). Comment les draguer par exemple ? Quand tu es célibataire, c'est un peu l'une des grandes questions de ta vie ! C'est un vrai dilemme pour moi, notamment en soirée. Il m'arrive de danser. Souvent des rocks. Je trouve parfois des partenaires de danse. Certaines me plaisent. Parfois, j'ai l'impression que nos rocks endiablés (oui, je me débrouille!) pourraient mener à quelque chose de différent. Comment en être sûr ? Comment interpréter les signaux ? Et là, c'est le drame ! Car il n'y a pas de recette miracle. « y'a un signal là ? Elle m'a regardé plus de 5 secondes d'affilée dans les yeux, c'était le signal, non ? Elle a remonté les bras au niveau de mon cou, c'est un signal ? Elle a dansé huit fois d'affilée avec moi, c'est un signal ? » [ceci est une conversation avec moi-même, oui, nous ne sommes pas seuls dans ma tête!] En vérité, il n'y pas de signal. Et je me retrouve comme un con, et avec mon ancienne maladie (que certains ont appelée révillonite). Du coup, je n'ose plus. Je n'ose plus, car je ne veux pas être le mec lourd qui pense qu'une danse ça veut dire qu'on peut essayer d'embrasser sa partenaire. Je n'ose plus, car je ne veux plus embrasser une fille juste pour l'embrasser, au risque de la blesser plus tard. Je n'ose plus, car je ne veux pas être un porc, qui pense avec son sexe au lieu de son esprit.

[...]

Et le cœur, dans tout ça ?

[…]

Quel cœur ?

[...]

Alors oui, balance ton porc a eu une réelle influence sur moi. En bien je pense (tout en étant loin d'être parfait). Je soutiens les filles dans les conversations avec mon coloc sur les thématiques féministes. Je me pose des questions sur les blagues que nous faisons entre mecs, de celles où l'on rit grassement. Je m'interroge sur le rôle des films, des clips, de la musique dans les rapports hommes/femmes. Et j'essaie de faire prendre conscience aux mecs, à chacun d'entre nous, que nous avons un rôle à jouer.

 

C'est ça, l'homme du XXIème siècle devra être féministe.

Etre un homme au XXIème siècle
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs