1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:35

Leos Carax, Holy Motors (2012) : 6/20. Avec Denis Lavant, Michel Piccoli, Eva Mendes, Kylie Minogue.

Plus étrange que David Lynch ! Un scénario déjanté, avec plusieurs petites histoires qui se suivent. Un homme a plusieurs missions a réalisé dans sa journée. Difficile de comprendre quelque chose sur le long terme. Original certes, sans doute trop pour moi.

3 nominations aux Césars. Ce n'est pas ce film qui va réconcilier le grand public avec le cinéma d'essai.  

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:35

Lee Tamahori, Meurs un autre jour (2002) : 13/20. Avec Pierce Brosnan et Halle Berry.

La dernière de Brosnan dans un épisode entièrement centré sur la Corée du Nord. James Bond a arrêté en Corée et détenu un an, en raison d'une fuite au MI6. Il va tout faire pour en retrouver l'origine. Beaucoup de scène sur glace (Islande) et une voiture transparente assez amusante.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:34

Lee Daniels, Precious : 20. C'est tout. Une claque, énorme. Un scénario, extraordinaire. Gabourey Sidibe (Precious) fait preuve d’une telle émotion, Mo’Nique d’une telle froideur (oscar de la meilleur actrice dans un second rôle), Lenny Kravitz et Mariah Carey (qui jouent bien !). Une noire obèse et analphabète à Harlem. Rien d’autre, si ce n’est : à voir !

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:33

Le père Noël est une ordure. Enfin diront certains. La faute à mes parents qui l'avaient vu cent fois. La faute à tout ceux qui sortent les répliques dans leurs conversations, si bien que je l'ai connaissait par coeur avant d'avoir vu le film. Alors forcément je m'attend à l'extraordinaire. Et forcément je sors déçu. Drôle, beaucoup de répliques sympas mais beaucoup de gags attendus (là, je vais blesser les fans). 14/20

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:33

Lawrence Kasdan, Les copains d'abord (The Big Chill)(1983) : 15,5/20.

Une très bonne comédie américaine, fine, intelligente, se posant des questions existentielles, et remplie de sarcasme et d'humour noir. Le suicide d'Alex est la raison de la rencontre de 8 amis d'universités s'étant perdus de vue. En un week-end c'est l'occasion de rattraper le temps perdu.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:32

Laurent Tirard, Le petit Nicolas : 13. L'adaptation de la BD avec Kad Merad et Valérie Lemercier, et Sandrine Kiberlain, sympa mais sans plus. La réalisateur de Molière ne m’a pas surpris, partant d’un personnage d’avance drôle et attachant. Je m’attendais à mieux.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:32

Laurence Olivier, Hamlet (1948) : 11/20. Avec Laurence Olivier.

 

Un film on ne peut plus classique, on se croit au théâtre ! Parfois lent, manquant de rythme, a plutôt mal vieilli. Mais il retranscrit parfaitement la pièce de Shakespeare.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:31

Lasse Hallström, Le chocolat (2001). Avec Juliette Binoche, dans le rôle d'une femme s'installant dans un village de la France profonde, très conservateur et/ou catholique. Elle vient avec le meilleur chocolat, ramené de ses voyages. Source de plaisir, il est décrié. Avec Johnny Deep pour une histoire d'amour avec un Rom ! Plutôt sympa, 5 nominations aux Oscar.

 

 

Note : 13,5/20

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:58

Hugh Hudson, Les chariots de feu (1981) : 11/20.

 

Un film lent qui évoque l'histoire de deux athlètes participant aux J.O. de Paris en 1928. L'un est juif et tente d'échapper aux préjugés. L'autre est presbytérien, et pas conviction refuse de courir le dimanche.

 

Moyen, reste une bonne B.O.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:57

Sergent York (1941) : 14,5/20. Avec Gary Cooper.

 

Tiré d’une histoire vraie, celle d’Alvin York, un campagnard, objecteur de conscience, pacifique, qui s’engage dans l’armée américaine pendant la première guerre mondiale. Il deviendra un héros. Le film vaut le coup pour les réflexions nombreuses de Gary Cooper, sur la guerre, la religion, le bien et le mal en des temps difficiles. Il fut dans les salles peu après l’attaque de Pearl Harbor.

Neuf nominations aux Oscars de 1941. Oscar du meilleur acteur pour Cooper.

 

 

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs