1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:30

Barry Levinson, Sleepers (1996) : 14/20. Avec Robert De Niro, Brad Pitt, Jason Patric, Kevin Bacon et Dustin Hoffman.

Un très gros casting et un scénario très sombre, qui vous laisse un goût amer. 4 enfants dans le New York de Hell's Kitchen, à la fin des années 60. Une vie difficile, mais une amitié sincère. Mais un jour, le vol d'un chariot de hot dog tourne au drame. Pour les 4 mômes, ce sera la maison de redressement. Là-bas, c'est l'enfer. Ils sont abusés sexuellement par les gardiens. 15 ans plus tard, par total hasard, deux des mômes rencontrent un de leur geôliers. 7 balles dans le corps plus tard, c'est le procès.
La victoire du bien contre le mal, ou l'inverse ? Le film laisse beaucoup d'interrogation, sur la vengeance, l'oubli ou le pardon.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:29

Gabriel Aghion, Pédale douce (1996) : 15,5/20. Avec Patrick Timsit, Fanny Ardant et Richard Berry.

Adrien travaille dans une banque parisienne, et la nuit il assume son homosexualité en allant chez Eva. Problème, son patron tombe sous le charme d'Eva...
Une bonne comédie, qui tend vers le dramatique vers le milieu/fin. Timsit est franchement convaincant, dans un rôle que je ne lui imaginais guère.
6 fois nominé aux Césars.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:29

RTT

Frédéric Berthe, RTT : 10. Comédie avec Kad Merad, qui coure après sa femme jusqu’à Miami. Bof, pas extraordinaire. Scénariste, Charlot et Magnier (ancien des guignols).

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:29

Barry Levinson, Rain Man (1989) : 14,5 Surpris par une histoire de testament, mettant en scène Tom Cruise, qui veut récupérer sa part, et Dustin Hoffman, son frère autiste, qui la possède légalement. Traversé des USA et changement de personnalité pour les deux acteurs. Dustin Hoffman a gagné l'oscar. Egalement meilleur film et meilleur réalisateur. Musique d’Hans Zimmer.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:28

Frédéric Beigbeder, L'amour dure trois ans (2012) : 13/20. Avec Gaspard Proust, Louise Bourgoin et Joey Starr.

Marc Marronnier, chroniqueur mondain, passe par la case divorce. Dévasté, il décide d'écrire sur sa déception de l'amour, et de la vie. Cependant sa rencontre avec Alice, femme de son cousin, le sauve. Il est prêt à tout pour l'avoir. Sauf à lui raconter son projet littéraire.

Le livre est mieux mais l'adaptation reste sympa.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:28

Fred Zinnermann, High moon, ou le train sifflera trois fois (1952) pour son titre français, avec un Gary Cooper très sympa (c’est lui qui joue dans le Faucon Maltais et qui avait refusé le rôle d’Autant en Emporte le Vent, pensant que Clark Gobbel allait se cassé la figure). Un personne qui dans la vie énervait beaucoup de monde et qui dans ce film a du mal à se trouver des amis. L’originalité d’un des derniers western est que son action colle dans la durée au film (de 10h40 à 12h08) et que les gros plans sur les horloges nous le rappelle. De plus le réalisateur réalise plusieurs plans fixes comme les rails pour annoncer le danger et Cooper qui se balade seul dans les rues de la ville. C’est le premier grand rôle de Grace Kelly. Dommage que la fin du film soit aussi rapide et brouillone.

 

 

Note : 15/20

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:28

Barry Levinson, Good Morning Vietnam (1987) : 13/20. Avec Robin Williams et Forest Whitaker.

Grosse performance individuel de Robin Williams, dj envoyé en temps de guerre au Vietnam. Difficile à suivre parfois en VO. Au-delà de l'humour c'est les scènes de la vie quotidienne et de la guerre qui me resteront.
BO excellente.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:27

Frank Lloyd, Les révoltés du Bounty (1935) : 14,5/20. Avec Clark Gable et Charles Laughton.

 

L'histoire vraie de la mutinerie lancée par Fletcher Christian à bord du Bounty. Un film qui n'a pas perdu avec le temps, et qui résume plutôt bien la vie des marins sur les bateaux à cette époque. La vision de Tahiti est très année 30. Clark Gable et son sourire ravageur charmeront les demoiselles.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:27

You can’t take it with you (1938) : 15,5/20. Titre français : Vous ne l'emporterez pas avec vous.

Troisième Oscar du meilleur réalisateur pour Capra ! 7 nominations. Une famille étrange dont Jean Arthur, muse de Capra, fait partie. Manque de chance, James Stewart est amoureux de celle-ci, alors que leurs pères respectifs sont en conflit. Des scènes parfois dépassant la réalité. Un peu de Beetlejuice pour certaines danses. Très drôle.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 17:26

It happened one night (1934) : 16,5/20 (New York-Miami pour le titre francais).

 

Clark Gable rayonne, tout simplement. Le film n’a pas pris une ride, les blagues fonctionnent toujours. Certains moments sont irrésistibles (les scènes dans le bus notamment). L’histoire d’Ellie Andrews (Claudette Colbert) qui fugue de chez son père afin d’imposer ses choix. S’en suit une course-poursuite à travers le pays pour tenter de la retrouver. Peter Warne (Clark Gable), journaliste, profite du hasard de la rencontre pour faire l’article de sa vie. Le film a remporté les cinq principaux Oscars (film, réalisateur, acteur, actrice, scénario).

 

 

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs