1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:03

Sylvain Chomet, Les triplettes de Belleville (2003) : 11,5/20.

Un drôle de film d'animation, original au niveau de la réalisation. La musique est sympa, le scénario est cependant limité. Champion devient cycliste, son rêve de toujours. Mais il est enlevé sur le tour de France et emmené à Belleville (Etats-Unis) où il travaille pour la mafia française. Nommé au César du meilleur film.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:03

John Landis, The Blues Brothers (1980) : j'ai manqué le début donc difficile de noter. Au départ c’est un sketch du Saturday Night Live. Mais quel B.O. ! Quelle rythme ! John Belushi (Joliet Jack Blues) et Dan Aykroyd (Elwood Blues) sont géniaux.

A voir en entier ! Everybody need somebody !

 

Cab Calloway, James Brown, Ray Charles, Aretha Franklin… c’est du casting !

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:03

John Huston, Le trésor de la Sierra Madre (1948) : 14.Une très bonne chasse à l’or avec Humphrey Bogart et Tim Holt au Mexique. Alors qu’ils ont travaillaient ensemble ils finissent par s’entre-tuer alors qu’il avait parfaitement partager l’or. La fin est d’une moralité exemplaire. Oscar du meilleur réalisateur et Walter Huston, père de John, oscar du meilleur second rôle (unique dans l’histoire !)

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:02

Sydney Pollack, Out of Africa (1985) : 14 Sept oscars (dont meilleur film et meilleur réalisateur) pour une carte postale du Kenya, au milieu des années 10, avec une histoire d'amour avec Meryl Streep et Robert Redford. C’est plutôt un film pour filles, qui témoigne d’une époque révolue (enfin presque)

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:02

John Huston, Le faucon maltais (1941) : 15. Un grand Humphrey Bogart, révélé par ce film ! Premier film réalisé par Huston. Le film policier est parfois très sombre,

 

Le détective privé Sam Spade (Bogart) et son associé Miles Archer sont contactés par Brigid O'Shaughnessy (qui utilise alors un pseudonyme) pour réaliser une filature sur un homme (Floyd Thursby) censé avoir fui avec sa jeune sœur. Brigid O'Shaughnessy (Mary Astor) paraît innocente, tirée à quatre épingles, comme une sage jeune fille. L'accord est conclu. Cette nuit là Spade reçoit un coup de fil de sa secrétaire, Effie, qui lui apprend qu'Archer a été tué en filant Thursby. Peu après, au milieu de la nuit, deux officiers de police rendent visite à Spade pour l'interroger sur son emploi du temps des dernières heures. Spade est sur la défensive et les questionne sur l'objet réel de leur visite. Les officiers l'informent qu'Archer a été tué quelques heures auparavant ainsi que Thursby et que Spade est suspecté...

 

La dernière réplique du film a été classée dans les 100 meilleures répliques du cinéma américain par l'American Film Institute :

- Kasper Gutman : « What is this ? » (« Qu'est-ce que c'est ? »)

- Sam Spade : « The stuff that dreams are made of. » (« La matière dont sont faits les rêves. »)

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:02

John Glen, Tuer n'est pas jouer (1987) : 13,5/20. Avec Timothy Dalton et Maryam d'Abo.

J'aime beaucoup le jeu de Timothy Dalton, plus humain, plus conscient du danger, moins prêt à tout, qui dit merde à M.
Un bon scénario sur un général russe qui souhaite se rendre à l'Ouest mais qui est finalement enlevé. On passe par la Tchéquie, le Maroc et surtout l'Afghanistan. Et pour une fois, le méchant est un Américain !

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:01

On achève bien les chevaux (They shoot horses don't they ?) 19 Sydney Pollack, extraordinaire, Amérique des années 30, en pleine crise, un concours de danse, celui qui tient le plus longtemps gagne de l'argent. Le public vient voir la souffrance des danseurs. Le pire, course, les deux derniers couples sont éliminés. Entre temps on donne de la nourriture à volonté aux participants. Et la fin, avec cette phrase : they shoot horses don't they ? Magnifique Jane Fonda, accompagné par le québécois Michael Sarrazin.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:01

Steven Spielberg, Munich : 13/20. Avec Eric Bana, Daniel Graig et Matthieu Kassovitz.



 

Les J.O. de Munich en 1972. Des Palestiniennes prennent en otage une partie de la délégation israélienne. Le film se concentre sur l'après, l'opération Colère de Dieu, avec des agents du Mossad chargés d'éliminer les responsables de cette opération. Le film aborde des questions sensibles, et il pâtit un peu de sa longueur, hésitant souvent entre l'action et la réflexion. 5 nominations aux Oscars.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:01

John Glen, Rien que pour vos yeux (1981) : 11/20. Avec Roger Moore et Carole Bouquet.

Peut-être le moins bon Roger Moore, en raison d'un scénario très faiblard. Un bateau britannique sombre dans les eaux albanaises, 007 est chargé de le retrouver. Beaucoup de scènes un peu bizarre, sans grand sens. 007 est sans cesse poursuivi mais il ne questionne personne. 007 est aussi un meurtrier, qui pousse une voiture avec un homme à l'intérieur par dessus une falaise, volontairement. Et James Bond qui conduit une 2CV.. on aura tout vu !

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:01

John Glen, Permis de tuer (1989) : 15/20. Avec Timothy Dalton.

L'un de mes James Bond préféré, pour le dernier épisode avec Timothy Dalton, dont j'apprécie beaucoup le jeu. Bond qui passe au-dessus des ordres de M, et perd ainsi son permis de tuer pour venger son ami. De la corruption, de la drogue, un scénario bien travaillé et parfois coquasse. Benicio Del Toro jeune, amusant.

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs