1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:25

Ruben Fleischer, Gangster Squad (2013) : 11,5/20. Avec Sean Penn, Josh Brolin, Ryan Gosling et Emma Stone.

Un thriller sur la pègre à Los Angeles à la fin de la décennie 1940. Mickey Cohen contrôle et corrompt la ville. Il tente d'élargir son pouvoir mais quelques policiers en mission vont tenter de l'empêcher, en abusant des mêmes méthodes.
Film sans grande surprise, limite décevant quand on voit le casting proposé. Sean Penn n'est d'ailleurs pas très bon (c'est bien la première fois que je vois Sean Penn ainsi!). Et la comparaison avec des d'autres films sur le même thème fait mal...

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:25

Roselyne Bosch, La rafle (2010) : 14. Le film est inspiré de la tragédie de la rafle du Vél d'Hiv le 16 juillet 1942, date où la police française a arrêté treize mille personnes fichées comme juives, dont quatre mille cinquante-et-un enfants à leur domicile, et notamment des deux rares survivants Anna Traube et Joseph Weissman, interprété par le jeune Hugo Leverdez. Mélanie Laurent, Jean Réno et Gad Elmaleh dans un rôle dramatique sont parfois convaincants. Film à fonction éducative.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:25

Dobermann, avec Vincent Cassel. Film français de 1996. Cela se ressent un peu dans l'histoire. Des braqueurs de banque, un flic limite gestapo, de la drogue, du sexe. Plutôt un film de mec, je le conçoit. Peut-être celui qui m'a le moins intéressé. Mais au niveau de l'action, cela vaut le détour. 11/20.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:25

Alejandro González Iñárritu, Babel (2006) : 16.

Un seul objet, un fusil, bouleverse les destins de personnages qui ne se connaissent pas et ne parlent pas la même langue, sur trois continents différents.

Ahmed et Youssef, deux enfants marocains, jouent avec le fusil que leur père vient d'acquérir contre une chèvre. Ils veulent tester la distance de frappe des balles et l'un d'eux vise, tire et touche un bus de touristes. Parmi eux, Susan (Cate Banchett) et Richard (Brad Pitt), un couple à la dérive. Susan est blessée. A des milliers de kilomètres de là, aux États-Unis, Amelia, une nounou mexicaine, veille sur les deux enfants de ce même couple. Ses employeurs ont un empêchement. Amelia, qui avait prévu de retourner au Mexique pour le mariage de son fils, décide de les emmener avec elle. Son neveu, Santiago, vient les chercher. Au Japon, Chieko, une adolescente perturbée par sa surdité, peine à se faire des amis. Ses relations avec son père, Yasujiro, s'en ressentent.

 

7 fois nominé aux Oscar. Bon scénario, film qui va relier tant de personnages, avec au départ, un petit détail. Une nouvelle fois Brad Pitt dans un très bon film.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:24

Roman Polanski, The Ghost Writer (2010) : 15,5/20. Avec Ewan McGregor et Pierce Brosnan.

 

 

Je ne quitte pas Pierce Brosnan, étant donné que je me fait les James Bond en même temps. Un thriller vraiment passionnant de Polanski, un nègre qui est chargé d'écrire les mémoires d'un ex-premier ministre britannique. Il succède à l'un des meilleurs amis de ministre, décédé dans des circonstances mystérieuses.
Adaptation d'un roman, le film laisse un suspense jusqu'à la fin, beaucoup de mystère. Un vrai bon film, qui colle à l'actualité et pose quelques questions politiques dérangeantes. 8 fois nominé aux Césars.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:24

Alejandro González Iñárritu, 21 grammes (2003) : 14.

Vivant un mariage sans amour avec Mary (Charlotte Gainsbourg), Paul (Sean Penn), professeur de mathématiques, est en attente d’une greffe de cœur. Mariée et mère de deux petites filles, Christina (Naomi Watts), ex-junkie, mène une existence heureuse et paisible auprès de son mari Michael. À peine sorti de prison où il a trouvé la foi, Jack (Benicio Del Toro), gangster repenti, veut reconstruire son foyer et venir en aide aux jeunes délinquants. Un terrible accident va réunir ces trois personnes et les changer à jamais. Ils vont s'affronter, se haïr et s'aimer.

Le titre du film fait référence à la théorie développée par le médecin américain Duncan MacDougall, selon laquelle l'être humain perdrait 21 grammes au moment de sa mort, ceci correspondant au poids de l'âme.

 

Assez psychologique.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:24

Bernie (1996). Je sais, après Deux jours à tuer, c’est à nouveau un film avec Albert Dupontel, il est même le réalisateur ! Mais s’il est en tête, c’est parce que j’aime récompensé les comédies. Et Bernie, c’est une comédie émouvante. Un homme un peu différent de nous, qui vit dans son monde et dans ses rêves. Et même si je rigolais, j’avais toujours un petit bout de mon cerveau qui me disait non, ne te moques pas. Et à la fin j’ai arrêté de rire, je souriais simplement. Du très grand jeu d’acteur de la part de Dupontel. On fait moins le malin maintenant, hein ! On fait moins le malin !

 

Nominé au César pour la meilleure première œuvre

 

 

Note : 19/20

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:23

Roman Polanski, Tess (1979) : 12,5/20.

Un fermier de la campagne anglais apprend par son pasteur qu'il provient d'une grande famille présente sur le sol anglais depuis Guillaume le Conquérant. Obnubilé par cette information, il décide d'envoyer sa famille, la belle Tess, chez la famille d'Urberville, où le baron Alec la reçoit. Charmé par la jeune fille, il finit par la violer. Enceinte, elle perd très vite l'enfant.
Tess se retrouve alors dans une autre famille où elle rencontre l'amour, un fils de pasteur, Angel. La nuit de noce, il apprend que Tess a déjà eu un amant et décide de la quitter, direction le Brésil.
Tess, manquant de tout, doit retrouver Alec, avec qui elle vivra pendant de longues années. Mais lorsqu'Angel la retrouve, elle poignarde Alec et s'enfuit avec lui. Ils sont finalement retrouvés par la police.

Drame historique, Tess bénéficie d'une belle interprétation. L'histoire est parfois lente, suivant le rythme de l'époque. Nommé aux César et aux Oscars, Tess est l'adaption du livre Tess d'Urberville de Thomas Hardy. Le film est dédié à Sharon, la femme de Polanski, tué peu de temps auparavant par la famille, le groupe de Charles Manson.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:23

Roger Spottiswoode, Demain ne meurt jamais (1997) : 15/20. Avec Pierce Brosnan.

Mon préféré au niveau de l'action avec Pierce Brosnan. Un navire britannique coule en mer de Chine, apparemment torpillé par des chasseurs chinois. Bond mène l'enquête. Scène mythique dans la baie d'Ha Long. A noter Saigon remplit de vélos !  

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 12:23

Alan Parker, Mississippi Burning (1988) : 14.

 

En 1964, trois hommes membres d'un comité de défense des droits civiques disparaissent à Jessup County dans l’État du Mississippi, sans laisser aucune trace. Rupert Anderson (Gene Hackman, Impitoyable, French Connection) et Alan Ward (William Dafoe, Platoon, Le patient anglais, Les vacances de Mr Bean), des agents du FBI (Federal Bureau of Investigation) sont chargés d’éclaircir cette affaire. Le second est un jeune homme, agissant avec diplomatie. Le premier, plus vieux, utilise des moyens moins conventionnels. Afin de les aider dans leur enquête, ils font appel à des renforts qui fouillent les alentours de la ville à la recherche des corps des trois disparus. Des violences sur fond de racisme éclatent alors dans le comté tandis que l'enquête semble s'enliser dans un bourbier sans fond.

Ward poursuit l’enquête selon des méthodes plus subtiles. Ses soupçons se portent sur le shérif Stuckey et son adjoint Pell, couvert par sa femme.

L’ambiance est délétère et explosive : un homme est lynché, alors que Townley, le leader du Ku Klux Klan, attise les haines et la violence. Mrs Pell (Frances McDormand, Fargo, Burn After Reading), la femme de l’adjoint du sherif, écœurée par ces évènements se résout à parler et révèle à Anderson l’endroit où se trouvent les corps des trois disparus. Tilman, le maire, commence à prendre peur et donne des indications au FBI qui débouchent sur l’arrestation des coupables : Swilley, Cowens, Bailey, Stuckey et Pell.

Mississippi Burning relate des faits réels qui eurent lieu en 1964 dans l’État du Mississippi. Trois militants pour les droits civiques, Michael Schwerner, Andrew Goodman et James Chaney furent assassinés par des membres du Klan

Très bonne B.O.

 

7 fois nominé aux Oscars.

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs