9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 06:07

L'Inde. Le Sri Lanka. Le Népal. 

Alors que j'ai fait le tour des trois pays que je voulais voir, une grande question était devant moi : c'est quoi la suite ? J'ai du temps jusqu'à la fin du mois d'août, il me reste de l'argent de côté. Comme souvent, je vais fonctionner avec une petite liste. Celle-ci :

- Caucase --> Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan. 2 mois.
- Balkans --> Bosnie, Monténégro, Kosovo, Albanie, Macédoine. 2 mois.
- Islande. 1 mois.
- France.                                                                                       IIIII IIIII II
- Sur l'eau --> kayak le long d'un fleuve (Danube ? Loire ?)
                   --> croisière Polynésie --> Fidji                                  III
- A vélo ? 
- Marcher ? Pèlerinage Rome.                                                      I
- Indonésie
- Iran
- Traversée des Etats-Unis.                                                            I
- Maldives.   
- Liban.                                                                                               I

Les petits bâtons étaient faits chaque jour avant ma prise de décision, afin de m'aider à y voir plus clair, et de pouvoir déceler ce qui était un coup de tête de ce qui était mon envie plus profonde. Dans tous les cas, j'allais prendre un avion, de New Delhi ou de Katmandou, car je n'avais pas envie de continuer en train/bus vers le Pakistan ou le Tibet, deux routes qui sont un peu périlleuses... au moins politiquement.

Un duel a existé pendant quelques jours : le Pacifique versus la France. Alors que je me posais la question d'un retour en Europe, j'ai... postulé pour un poste de matelot ! C'était sur un voilier, tenu par des Français. Ils s'en allaient à la mi-juin de la Polynésie Française (Raiatea), et faisaient route vers le Tonga et les îles Fidji (cliquez sur la carte si la géographie du Pacifique n'est pas votre fort !). La traversée allait durer au maximum deux mois, et ils avaient besoin de 3 personnes.

Mon retour : les hésitations du Pacifique

Traverser un océan sur un bateau est l'un de mes rêves. C'est quelque chose que je veux absolument faire une fois dans ma vie. Mais ce n'était pas le moment. Physiquement, mentalement, je m'imaginais mal m'engager pour deux mois et demi supplémentaires. Surtout que ma décision devait être prise juste avant l'ascension vers le camp de base de l'Annapurna ! En plus du coût financier non négligeable (quoique supportable), c'était surtout le souci de ma perte de liberté. Je devais m'engager. Et, au milieu du Pacifique, on ne peut pas se dire "ah bah non, finalement je m'en vais". Alors j'ai décidé de laisser passer cette chance, persuadé qu'elle reviendra si je la cherche à nouveau.

De ce fait, ma décision était prise à partir de là. J'allais rentrer. Quand ? Je me laissais la liberté maximum. Je pensais revenir en descendant l'Annapurna. Et puis une fille est passée par là, et j'ai poursuivi le Népal (les éléphants, le parc national). De retour à Katmandou, j'ai acheté mon ticket, pour le lendemain. Une surprise plus tard, me voici chez moi. 


Mais je n'ai pas répondu à une interrogation : pourquoi rentrer ? J'ai déjà évoqué rapidement la fatigue, physique et mentale (car oui, on peut être fatigué à voyager ; je sais que ça en surprend toujours certains !). Le voyage s'est fait à un rythme effréné : je ne me suis pas posé plus de deux jours sur une plage ; j'ai déménagé tous les 2 à 4 jours ; j'ai traversé l'Inde du cap Sud jusqu'au Népal, et j'ai pris les transports en commun pour cela. Après 3 mois dans ces conditions, il faut bien reconnaître que je commençais à fatiguer. J'aurais pu dès lors choisir un voyage "reposant", les Maldives par exemple (mais la mousson était là), ou l'Indonésie.
Toutefois, il y a des autres raisons. Le manque de la famille et des amis premièrement. L'envie de les serrer dans mes bras, de passer du temps avec eux. C'est un manque que j'ai déjà connu, et qui a tendance à grandir au fur et à mesure des années. Je me rends compte du temps qui passe, ce temps que l'on ne rattrape jamais. Il y avait la saison : l'été en Europe est quand même très sympa. Rentrer en novembre eut été peut-être différent.

Surtout, rentrer ne m'interdit rien. Rentrer, c'est garder la liberté de repartir cet été, quand je veux, et à peu près où je veux. C'est une possibilité que je n'exclus pas (et si tu as envie de voyager, contacte-moi !).

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Voyage (autre)
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 08:19

1 - Parce que la saison des fraises commence dans mon jardin

2 - Pour ne pas manquer Paris-Angers en direct

3 - Parce que je n'ai plus de shampoing. En voyage et t'as pas de shampoing ? Non mais allo ?!

4 - Car Emmanuel doit m'appeler pour un secrétariat d'Etat

5 - Parce que l'Empereur, sa femme et le petit prince n'arrêtent pas de venir chez moi, tout droit, pour me serrer la pince. Et comme j'étais parti...

6 - Parce que j'ai presque honte de mon bronzage

7 - Pour acheter une perche à selfies

8 - Car les Français souriants et jamais ronchons me manquent

9 - Parce que Game of Thrones va recommencer

10 - Pour tondre la pelouse et nettoyer la voiture

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Voyage (autre)
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 06:13

95 pages plus tôt, je m'interrogeais : que suis-je venu chercher dans ce voyage ? Des paysages, une autre culture, des découvertes. Oui. Mais par rapport à moi, qu'est-ce qu'il peut m'apporter ? Un bien-être. Une légèreté. L'absence de stress. La liberté. Et, au fond, du bonheur. Je crois que le Népal me permet d'y arriver.

Car je suis parti avec une douleur encore vive qui, malgré le temps, ne voulait pas m'abandonner. Il fallait quelque chose, ou quelqu'un, pour la recouvrir. Intérieurement, je savais sans doute que c'était ma quête. Elle a été infructueuse, longtemps. Quelques étincelles ont fait briller ma nuit; mais ce n'était pas encore le feu  de joie. J'ai bien cru que je resterais dans l'obscurité jusqu'à la fin. Aujourd'hui; ce soir, dans cet avion, j'observe la clarté du ciel, tel mon âme.

Apprendre à se pardonner. C'est peut-être ça, le plus dur pour moi. Mais je vais y arriver, tout en ne perdant pas de vue mon idéal.

Une nouvelle vie commence. A moi de la croquer à pleines dents.

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Voyage (autre)
commenter cet article
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 06:56

A Durbar Square, une sorte de mini-marché pour touristes s'établit chaque matin. Les marchands s'abritent très rapidement sous leur parapluie noir, afin de se protéger... du soleil. Ils vendent tous la même chose, à savoir de l'artisanat népalais, sans doute tout droit sorti des usines chinoises ou indiennes : les étals sont les mêmes, une succession de produits manufacturés, aux influences bouddhistes et hindouistes ; c'est ce que les touristes recherchent, imaginant ainsi ramener quelque chose de typiquement népalais. 

Je m'en vais moi-aussi chercher l'ombre et m'assois à côté du cybercafé. Il doit ouvrir à 10h. Il est 10h45. Les Népalais ne sont pas des lève-tôt : je me suis retrouvé bloqué dans mon hôtel à 8h15, la porte de sortie étant cadenassée. J'ai dû réveiller un type à coup de sonnette pour me retrouver dans les rues quasi-vides de la capitale népalaise. 2h30 plus tard, la vie est réapparue. Les motos défilent. Quelques chiens zigzaguent. Les femmes marchent sous leur parapluie. Des briques sont déposées devant moi, pour un bâtiment en reconstruction. Mon regard est attiré par une petite camionnette de police, sur roues, mais pourtant posée sur des briques. Elle est vide, et un panneau solaire la recouvre. Un marchand de légumes passe avec son vélo, en criant quelque chose comme "ALLOOO", qui doit vouloir dire "venez voir comme ils sont beaux mes légumes" (mais mon népalais est encore balbutiant). En regardant en hauteur, je vois mille fils qui s'entrelacent, formant une toile impressionnante au niveau des poteaux. Il y a deux jours, j'ai eu le droit à un feu d'artifice grâce à ce type d'installation : des étincelles, des flammes, et le public qui s'amasse autour. Des drapeaux flottent au-dessus de la rue, ce sont les restes des élections : des têtes de vainqueur côtoient celles des loosers. Alors que j'écris, un homme d'une cinquantaine d'années, assez fin, avec un T-Shirt bleu, se pose devant moi et observe les mouvements de mon stylo. Il sourit, me dit que "c'est incroyable d'écrire", et repart. Je souris. Deux enfants descendent les marches où je me suis réfugié, la mère entre eux. Ils me sourient également et regardent ce que je fais. Un homme marche, chargé comme une mule par une toile de jute, remplie de ce que je crois être des casseroles. 

Une femme avec des talons. Un taxi qui klaxonne. Le bruit des pas d'un pigeon sur la petite avancée en tôle. Quatre marchands de tissus croisent un marchand d'oranges. Ou c'est des citrons. Un homme nettoie ses chaussures. Plusieurs portent des masques anti-poussière. 

Katmandou; dernière matinée, vie quotidienne.

Scènes de vie
Scènes de vie
Scènes de vie
Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Nepal
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 15:07

Deux semaines. J'ai pourtant l'impression que ça fait deux mois, tellement ces jours-là me paraissent loin. D'ordinaire, j'écris mes articles le lendemain, ou le surlendemain : les sensations sont encore là, les petits détails, les anecdotes. Deux semaines plus tard, les souvenirs sont déjà plus flous. Imaginez dans un an ! Heureusement les photos sont là.

Chitwan, oiseaux, crocos et rhino

Le parc national de Chitwan est le plus vieux parc népalais. Plusieurs possibilités s'offrent à moi : une demi-journée de marche avec deux guides (c'est obligatoire), je peux ajouter une demi-journée en jeep. Il y a également 3 jours de marche, avec nuit dans le parc. C'est l'idéal si vous voulez voir des tigres du Bengale (mais ça ne garantit rien, le fauve étant très cachottier). Personnellement, je sors de 8 jours avec un guide dans les Annapurna, donc je n'ai pas l'envie de repartir pour 3 jours. Le jeep n'étant pas tout à fait mon dada, je pars sur la seule demi-journée. C'est risqué, surtout que j'ai un impératif : je veux voir un rhinocéros ! 

Nous partons au petit matin, à 6h, afin d'éviter au maximum les grosses chaleurs de la journée (on s'approche des 40 degrés ces jours-ci...). Afin d'éviter les piqûres ou les griffures, les guides me demandent de mettre un pantalon et un T-Shirt à longues manches, que je n'ai pas. Je me retrouve avec un pull... content, surtout quand il fait très chaud !

De mon hôtel, à Sauraha, le parc est au bout de la rue. Encore faut-il traverser le petite rivière, peu profonde. Je m'imagine le faire à pied, mais nous prenons une petite barque... Décision de bon sens, car des crocodiles nous font face dès le départ ! La petite croisière me permet aussi d'admirer quelques volatiles.

Chitwan, oiseaux, crocos et rhino
Chitwan, oiseaux, crocos et rhino

Nous débarquons. 30 secondes plus tard, que voyons-nous ? Un rhino ! Coup de chance du siècle ! Le mammifère est tranquillement dans l'eau, mangeant des algues. Parfait pour l'admirer et prendre quelques photos. 1m80, 1,5 tonne minimum, un beau bébé ! Et dire qu'il est capable de courir à plus de 50 km/h ! A noter que j'ai croisé des Françaises qui, elles, au détour d'un arbre, avaient rencontré un rhino : leurs guides se sont retournés en criant "RUN !" (c'est ça de faire un parc à pied ! Apparemment, en cas de rencontre avec un tigre, il ne faut pas bouger et le regarder dans les yeux, plus facile à dire qu'à faire !)

Chitwan, oiseaux, crocos et rhino
Chitwan, oiseaux, crocos et rhino

Nous poursuivons dès lors notre marche sans grande pression. J'ai rangé l'appareil, et je ne le ressors que lorsqu'un animal reste très longtemps devant moi (histoire de profiter de l'instant plutôt que de le vivre à travers mon écran !). De ce fait, pas d'image de l'éléphant sauvage (?) ou des faons, très peureux. Seul un gros varan prend la pose, insistant, je pense, pour que je le prenne en photo.

Chitwan, oiseaux, crocos et rhino
Chitwan, oiseaux, crocos et rhino

Le parc est chouette, encore vert, avec de la forêt mais aussi des hautes herbes. De ce fait, la matinée passe très vite, sans que je souffre fondamentalement de la chaleur. Il y a un réel plaisir de traquer à pied tous les animaux, sans savoir où ils se cachent, et avec une part de risque. Nous sommes à la fois chasseurs et chassés, nous épions et nous sommes sans doute épiés.

Chitwan, oiseaux, crocos et rhino
Chitwan, oiseaux, crocos et rhino

Le Népal est vraiment le pays où je me sens au plus près de la nature. Si c'est ce que vous aimez, je vous le conseille au plus vite ! Par contre, si vous aimez aussi un petit peu de confort, notamment pour les transports, attendez une à deux années, histoire que les routes en travaux (c'est à dire toutes les routes !) soient terminées.
 

Allez, direction Katmandou, j'ai encore 2-3 histoires à vous raconter.

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Nepal
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 06:34

En descendant les Annapurnas, je n'ai qu'une idée en tête : acheter mon ticket d'avion pour rentrer. J'ai un peu le mal du pays, je pense à la maison, à mon doux lit, à la douche... le contexte de la randonnée joue forcément : fatigue physique et mentale se rencontrent. Je m'imagine même chez moi dans deux jours.

Je monte dans le bus, qui me ramène a Pokhara. Au fond, mes Espagnols, pour la 15ème fois de ce trek: Je leur balance 2-3 phrases. Une fille est assise derrière moi. Elle a le sourire de ces personnes ouvertes à la discussion. Un beau sourire.

Je lance la conversation. Sans arrière-pensées, c'est ce que j'ai fait tout au long de ce trek ! Elle rit. Chouette. Après 1h30, un torticolis se dessine, combiné à une amitié (?) Je l'invite à manger dès notre retour à Pokhara. Nous grimperons ensemble le peace monument le lendemain. Nous découvrons le lieu, mais beaucoup moins que nous-même.

Je regarde les tickets d'avion. Elle part pour le parc de Chitwan, dans le sud du pays. Elle me donne le numéro du bus, l'heure du départ. J'y suis. 

Peu importe son nom, ou sa nationalité. C'est ce qu'elle représente : l'espoir.

Espoir et désespoir

De retour à Katmandou. Son sourire me hante. J'étais redevenu "nous". Je suis maintenant "je". Ecourter l'histoire, pour ne pas en souffrir. Une journée ensemble, ici, correspond à une semaine ou un mois en temps normal. 5 jours, c'était déjà trop. C'était dangereux. Je le ressens maintenant. Il me restera quelques photos, quelques bribes de souvenirs de nos conversations. Un baiser. De la tendresse. I'm too old for this shit.

Peu importe aujourd'hui son nom, ou sa nationalité. C'est ce qu'elle représente : une forme de désespoir.

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Nepal
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 05:34

Sauraha, sud du Népal ; la frontière indienne n'est plus très loin : c'est ici que s'arrête le bus, après 5 heures de route chaotique. Ici, à savoir un parking au milieu des champs. A Sauraha, les habitants ne sont pas cons. Bien sûr, on pourrait laisser les touristes dans le centre-ville, à 3 kilomètres de là. Mais il faut bien admettre que ce parking en plein champ est très pratique pour les chauffeurs de taxi.... business is business !

Sauraha est la "ville" du parc national de Chitwan, la 3ème (et dernière) grosse attraction du pays. J'utilise les guillemets, car la "ville" est une simple rue, composée d'hôtels, de restaurants et de magasins de souvenirs. 1 kilomètre d'un côté; et c'est le parc ; 1 kilomètre de l'autre, et c'est les champs. Et, sur cette rue, transitent les calèches et... les éléphants !

Par 3 fois je vais être en contact étroit avec les pachydermes. Et ma sensation sera toujours très différente : il y aura l'instant baignade, l'instant biberon et l'instant nature.

9h20, à l'endroit où les éléphants doivent venir se baigner. L'"attraction" débute à 10h, mais nous sommes en avance. Ca tombe bien, les éléphants aussi. Nous les avons rien que pour nous. Les mahouts, leurs chauffeurs, mais aussi dresseurs, sont là. Ils sont 2 au départ, et très différents. La premier est plutôt jeune, comme son éléphant apparemment. Il sourit. Il laisse l'éléphant vaquer à ses occupations. Avec la main, il va le rechercher. L'éléphant obéit aisément. Le second mahout est un peu plus âgé, ses méthodes également, tout comme son éléphant. Lui ne fonctionne pas à la main, ou au bâton, mais avec une pique en acier. L'éléphant semble pourtant obéir moins bien.

Le complexe de l'éléphant

Un groupe de touristes arrive, des Asiatiques. Des grands "oh" et "ah" à la bouche. Ils prennent des photos, beaucoup de photos. Ils veulent voir l'éléphant faire ses tours, les jets d'eau avec la trompe, les roulés-boulés. La pique en acier est encore là, elle m'obsède. Elle disparaît à l'instant où un groupe d'Européens arrive, remplacée par un simple bâton en bois. L'éléphant obéit encore moins, quand l'autre a l'air de continuer à s'amuser.

Ils seront nombreux, les groupes, à nous rejoindre. Beaucoup veulent LEUR photo avec l'éléphant. Une dizaine de pachydermes est arrivée. La plupart fonce dans l'eau, sans nécessité d'être guidé, heureux de se rafraîchir (il fait 38 degrés). Ils vont suivre dans difficulté les commandements des mahouts, excepté celui que j'ai évoqué. Plusieurs ont des piques en acier, mais ne les utilisent pas. A un moment, je vois un mahout mettre un gros coup de bâton sur le tête de son animal. Le mahout me voit, nos regards se croisent...il fait la moue, puis me sourit.

Dans quelle mesure, nous, les touristes, participons au bon ou au mauvais comportement des locaux sur la faune du coin ? C'est une question qui m'est de plus en plus importante, ma conscience écologique peut-être. Si nous n'étions pas là, où seraient les éléphants ? Leur sort serait-il meilleur ?

Direction la garderie des éléphants. Ici sont amenés les mamans et leur jeune éléphanteau. Ceux-ci feraient fondre n'importe quel tyran. Courts sur pattes, ils gambadent à toute vitesse pour plus de nourriture. Ils tètent leur mère.  Le lieu a l'air agréable. Malgré tout, les chaînes au pied des adultes attirent souvent mon regard.

Le complexe de l'éléphant

Un musée existe, et il est indispensable. On y explique le sort des éléphants avant les touristes, leur quasi-disparition. Ainsi, apparemment, le fait que je sois là entraîne les locaux à conserver leur faune. Le traitement des animaux s'est grandement amélioré au cours des dernières années et, si ce n'est pas encore parfait, c'est sur une bonne voie. Dans ces conditions, il ne faut pas que je me sente complexé ou coupable d'être ici. Car, sans moi, sans le touriste que je représente, cet éléphant ne serait peut-être même pas né. Et ça serait sacrément con ! Regardez comme ils sont cools.

Le complexe de l'éléphant
Le complexe de l'éléphant
Le complexe de l'éléphant
Le complexe de l'éléphant
Le complexe de l'éléphant
Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Nepal
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 11:23

Traverser des forêts, des vallées, des glaciers. Grimper, mètre après mètre, marche après marche. Redescendre. Remonter. Recommencer, 100 fois. Longer un cours d'eau, l'admirer, emprunter un pont népalais, et le quitter. Enchaîner les auberges, se ressourcer, boire du thé, discuter. Une douche chaude. S'éprouver. Courbaturé. Et puis...

L'Annapurna I devant moi. 8091 mètres. A gauche l'Annapurna sud. 7219 mètres. Derrière, la vallée, avec de gauche à droite Annapurna II et III (7937 et 7555 mètres) et le Machapuchare, la montagne sacrée des Népalais, "seulement" 6993 mètres.

Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna

Parfois on me demande "c'est quoi ce que t'a préféré ?" Question impossible quand tu as voyagé plusieurs mois ! Mais, cette fois, j'aurai forcément à l'esprit ce moment, cette découverte, ce soleil qui apparaît alors que je pose mon pied au camp de base, situé à plus de 4 100 mètres.

 

Petit retour en arrière, afin d'être à peu près chronologique. Le quatrième jour de marche, je m'arrête à Chomrong (2 050 mètres), où j'arrive avant midi. Cette matinée fut agréable, plus que les précédentes (peut-être parce qu'il y avait moins d'escaliers). Nous avons traversé une longue vallée, des cultures en terrasses, une forêt et la vue se dégage parfois, nous laissant deviner l'Annapurna Sud depuis l'hôtel. Bon, faut être très attentif aux mouvements des nuages pour réussir à prendre une photo un minimum correct. Mon guide tente de me rassurer "on verra mieux demain". Phrase qu'il a utilisé chaque jour depuis le départ. Bon. J'ai donc pas mal de temps pour apprendre les chiffres népalais sur un calendrier (je reconnais les 0, 2 et 3, le reste est plus original !).

Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna

5ème nuit. Nous arrivons à Himalaya, à 2 900 mètres. Le nom fait plaisir, l'altitude aussi : c'est la grande remontée ! Ram avait annoncé un arrêt deux étapes plus bas, à Bamboo, mais j'ai envie d'en faire plus. Les jambes commencent à tirer sur les derniers escaliers (y'en a des dizaines de milliers sur ce trek !!). Le soleil est souvent là le matin, et il drache sacrément l'après-midi (mais je suis toujours arrivé avant). De ce fait, la vue est encore bouchée... "Demain" qu'il me dit... J'espère, car ce sera la grand jour !
Après des Canadiens à moitié biélorusse et roumain (!) la veille, je rencontre dans le refuge des Françaises, une Algérienne, un Allemand et des Néerlandais (avec deux Espagnols qui seront mes mascottes du trek : je vais les croiser tous les jours pendant une semaine à partir de ce jour !). Les refuges sont des lieux plein de vie. Les trekkeurs y partagent leur expérience, leur fatigue, leur joie, et aussi un peu de nourriture. C'est LE gros repas de la journée pour beaucoup, et il ne faut pas se tromper lorsque l'on commande. Après une période de riz, je finis par me laisser attirer par les pommes-frites, avec énorme dose de fromage et oeuf au-dessus. Ca peut paraître banal en France, quand vous lisez ces lignes, mais je vous assure que c'est juste incroyable quand tu es en plein milieu d'un trek au Népal !

Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna

6ème jour. D-Day. Je me réveille à 5h30, et ça ne me fait plus rien. Le rythme est là (le fait de se coucher à 20h aide beaucoup). Je n'ai qu'une hâte : partir ! Et grimper les 1 200 mètres supplémentaires pour arriver au camp de base. C'est une journée sportive, l'oxygène s'amenuise peu à peu, mais sans que je ressente la gène. Je sors mon poncho pour la première fois, et je peste un peu contre la météo. A ce rythme-là, je ne vais rien voir des Annapurnas malgré ma semaine de trek ! Je pense au karma, je me dis que ça va me revenir d'une façon ou d'une autre. Je marche, tête baissée, mètre après mètre, espérant deviner des sommets. Difficile. Alors mon regard se pose sur les glaciers que nous traversons, et je me dis que j'ai tout de même de la chance d'être ici. 4 130 mètres, l'ABC. J'y suis. Et le soleil arrive avec moi. La vue se dégage. Je pose mes affaires et je continue la marche. Je grimpe. Je veux voir, tout, plus. Je suis comme l'aveugle qui retrouve la vue, et qui ne souhaite qu'une chose : ne plus fermer les yeux. L'appareil photo dans les mains, petit pull sur les épaules, et les Annapurnas tout autour de moi. Grandiose.
Je me sens grand, car à plus de 4 000 mètres. Mais je me sens encore plus petit, car il y a encore plus de 4 000 mètres devant moi. Je me sens vivant. Je me sens libre. J'ai l'impression de voler.

Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna

7ème nuit. Sinuwa, 2350 mètres. A peine en haut que l'on doit déjà repartir ! La descente est rapide et pas très technique. Nous débutons sous le soleil matinal, après un lever de soleil sur Annapurna sud et 1. Nous arrivons à 13h45, après un repas à Bamboo. C'est entre ce refuge et Sinawa que l'on prend la sauce, pour la première fois. Je remercie mon poncho, tandis que mon guide fait un peu la tête. Il est fatigué, et même si je voudrais bien continuer un peu plus, nous décidons de nous arrêter. Chez moi, l'excitation grandit au fur et à mesure de la descente. Je veux revenir le plus vite possible, et demain serait parfait ! 

Sur la route, je croise les porteurs des Annapurnas. Au départ, ce sont les ânes que mon guide surnomme "les camions des montagnes". Mais, ici, à cette altitude, même les ânes ne viennent pas. Alors ce sont des hommes qui les remplacent. 15 kilos sur le dos. 20. Peut-être 25. Ils ont un panier sur le dos, et ils portent principalement l'ensemble avec... le front. Un bandeau est accroché au panier, et il va jusqu'à leur tête. Je les vois parfois avec une bouteille de gaz. Celle-ci doit servir à nourrir les touristes, ou à leur faire prendre une douche chaude. Je plains les jeunes. Pour les plus vieux, les plus courbés, je n'ai pas les mots. Ils sont employés par les magasins et s'en vont donc livrer les hôtels. Et je comprends mieux pourquoi plus c'est haut, plus c'est cher, que ce soit pour la nourriture ou pour les douches. 

Il n'y a pas vraiment de retraite au Népal. Pas de sécu. Si mon guide tombe et ne peut plus travailler, c'est tant pis pour lui. Je présume que c'est pareil pour les porteurs. 

Les résultats des élections tombent peu à peu. Aujourd'hui, 55 sièges pour le parti du Congrès, 54 sièges pour les communistes. 8 pour les Maoistes. Une déroute. Hier soir, au refuge, le patron était content, car son cousin a gagné un siège. Du coup il a rincé mon guide (et les autres) avec un alcool local. Ceci explique pourquoi mon guide ne peut pas aller plus loin aujourd'hui. Pas grave. J'admire les sommets, une dernière fois.

Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna

Journée 8. Pour la première fois depuis quelques temps, nous faisons une journée entièrement sous le soleil. Je profite des derniers instants. Je félicite mes pieds, mes genoux et l'ensemble de mon corps. Pas de douleur, pas de grande difficulté, et un parcours bouclé en huit jours au lieu des 10 prévus. Arrivé à Siwai, nous prenons un bus, direction Pokhara. La boucle est bouclée.
Deux moments bizarres toutefois. Le premier, c'est un type que je croise dans des escaliers. Il me voit, me sourit, et me demande de quel pays je viens. Jusqu'ici, c'est à peu près normal. Je lui dis "France", ce à quoi il me répond à toute vitesse "Jean-Pierre Papin, Jean-Michel Jarre", avant de partir tout aussi vite. Drôle de personnage tout de même, semblant arriver tout droit de 1991.
Le deuxième, ce fut avec Ram, mon guide tout au long de ce trek. 8 jours au lieu de 10, je me dis que je vais peut-être récupérer quelques roupies, ou qu'au moins il pourra me payer une nuit d'hôtel à Pokhara. Enfin, je ne compte pas insister non plus, je ne suis pas à côté de mes sous, vous me connaissez. Et là, grand moment de gêne, puisqu'il me demande... un peu plus d'argent. Le fameux pourboire. Je lui dis que pour moi, lui laisser les 40 euros que je lui ai versé en trop, ça me semble être un bon pourboire, mais il insiste. #gêne.

Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna
Le camp de base de l'Annapurna

Qu'importe. Ce trek de l'ABC, de l'Annapurna Base Camp fut génial. C'est sans hésitation LA chose à faire au Népal. Qu'importe le trek (Manaslou, Langtang, le camp de base de l'Everest), même si l'ABC présente de nombreux avantages : facile à organiser, facile à faire physiquement, plutôt rapide (il y a aussi des treks de 3 semaines) et pas si cher.
Justement, côté finance, voici les totaux de ce trek (chiffres approximatifs)
- 180 euros pour le guide
- 35,50 euros pour les permis (plus le ticket d'entrée Poon Hill)
- 30 euros pour les chaussures
- 15 euros de transports (bus + taxi, aller-retour)
- 1,50 euro pour la crème solaire (indispensable, même après deux mois d'Inde)
- 27 euros pour les logements
- 21 euros de boissons (thé, coca ; pour l'eau j'avais des pastilles)
- 93,50 euros de nourriture
- 15 euros autres
= 418,50€.
Clairement la chose la plus chère de ce voyage, mais si on réfléchit qualité-prix...
De plus, si vous êtes au moins deux, je vous conseillerais de ne pas prendre de guide : la route est plutôt claire, et à moins d'être vraiment stupide, il n'est pas possible de se perdre. Seul, c'est plus gênant. Et un vrai avantage : vous allez discuter avec un Népalais pendant plusieurs jours, essayer de le comprendre, le questionner sur la culture du pays, l'histoire, la nourriture, les montagnes... et ça, ça n'a pas de prix.

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Nepal
commenter cet article
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 07:18

Tadapani, 2630 mètres. Les montagnes jouent à cache-cache, bien aidées par les nuages. L'orage résonne. Départ 7 heures ce matin, et arrivée à ... 11h15. Pour mon guide, je ne marche pas, je vole. Pas grand chose à faire dans ces contrées après le repas et la sieste. J'ai fini un livre, je n'en ai pas d'autres sous la main. Ca joue aux cartes à côté. Du thé. Je prendrais bien un chocolat. Manger, boire. Regarder le paysage, déceler l'un des sommets de l'Annapurna qui se découvre lentement, presque sensuellement, pour recacher aussitôt ses jolies formes. Il y a du wifi dans ce refuge, recharger sa batterie coûte 100 roupies (1 euro), une douche chaude 150. Le prix d'un Snickers. Hum. Je commence à sentir...

Il faut donc attendre ma troisième soirée pour que je reprenne l'écriture. Le temps de comprendre; tout doucement, ce que sera ce trek de 10 jours. De la marche, de l'attente, du froid, quelques privations matérielles et culinaires. Si ça ce n'est pas l'idée qu'on se fait du paradis !

Derrière moi le camion des montagnes passe, une clochette au cou. Ce sont des ânes; ce sont eux qui amènent la victuaille jusque dans ces hauteurs. Pas de route à moins de 3 heures. L'électricité est arrivée en 2000, au moment où les hôtels ont commencé à fleurir et les touristes à arriver : ils étaient 40 000 au milieu des années 1990, pendant la guerre civile, à découvrir le parc de l'Annapurna. Le chiffre est monté à 140 000 en 2014. 2015, année du tremblement de terre, c'est redescendu à 90 000, alors pourtant que le région n'était pas touchée... un choc pour les professionnels.

J'ai donc choisi le trek du camp de base de l'Annapurna. Le nom, mythique, m'a filé le sourire pendant plusieurs jours; alors que je me préparais. Car oui, ce n'est pas la rando du coin que je fais; et je n'étais pas équipé : je me balade avec mes sandales depuis 3 mois ! Je passe donc une journée à Pokhara (aucun rapport avec Matt) à chercher des chaussures de randonnée taille 45 (ce qui est loin d'être la pointure moyenne des Népalais !) La ville est ultra-touristique, avec un très beau lac en son centre. Pour rejoindre ce lieu, j'ai emprunté une de ces "routes de l'extrême" que l'on voit parfois sur une chaîne de la TNT, à flanc de montagne, pas toujours goudronnée, et remplie de camions ! Le paysage est joli mais le périple se révèle fatiguant. 

Les premières pentes de l'Annapurna

Pour le choix du trek, c'est la facilité que je prends. L'ABC trek - pour Annapurna Base Camp - c'est la base : il n'est pas trop dur, il n'y a pas de neige, et il est plutôt fréquenté, donc il y a des refuges tout le long du parcours. Mon sac est allégé (environ 8 kilos je pense), avec le strict nécessaire (+ des plaquettes de désinfection de l'eau). Je prends un guide, Ram, qui va m'accompagner pendant les 10 jours prévus. J'espère que ça va bien se passer. Il est guide depuis 2000. Petit, avec des lunettes, je pense qu'il souffre d'un important strabisme, ce qui gêne sa vue. Il me semble également qu'il a un problème à la main gauche, mais je ne lui pose pas la question ; je lui en pose suffisamment sur tous les autres sujets. Ainsi, lors que les élections débutent, il me donne son point de vue politique : "tous les mêmes ! Ils veulent le pouvoir, et c'est tout." Lui, dit-il en riant, son parti politique, c'est celui du dahl bat (le plat national népalais, composé de riz et de plusieurs types de sauces, notamment avec des lentilles). Au niveau de la société, il évoque l'évolution récente; notamment le rapport entre les sexes : "les filles vont parler aux garçons".... "elles fument"... il a l'air un peu dépité. Internet est en cause, c'est lui qu'il cible pour la mode du shopping et des jeunes qui recherchent certaines marques de vêtements. Conservateur mon Ram ? Peut-être. En tout cas il souffre en ce premier jour de la chaleur, et de ma prétendue vitesse.

Les premières pentes de l'Annapurna
Les premières pentes de l'Annapurna

Réveil à 6h30 pour la deuxième journée. En effet, nous ne sommes pas "embêtés" par le soleil (c'est le terme de Ram), et pour cause : c'est très couvert. Pas grave, car c'est une journée escalier qui s'annonce : plus de 3 000 ! (et je pense qu'il y en avait beaucoup plus). La différence avec le pic d'Adam que j'ai escaladé au Sri Lanka, c'est que je n'avais pas mon sac sur le dos ! Pendant la journée, Ram m'annonce qu'un groupe de Maoistes a fait exploser une bombe à Pokhara, et qu'une deuxième a été désamorcée. Pas de victime à déplorer, mais un vrai message : nous ne voulons pas de ces élections. J'imagine un peu la tête de mes parents s'ils apprenaient la nouvelle.... Je dors dans un refuge froid et désert, avec de la nourriture assez chère.

Les premières pentes de l'Annapurna

Le troisième jour, c'est un réveil à ... 5h30.... ça ne va décidément pas dans le bon sens ! Direction Poon Hill, pour voir le lever du soleil sur les sommets... que dalle ! Une purée de pois ! Pourtant, à 5h; cela avait l'air dégagé et ... à 7h, ça a l'air dégagé aussi ! Une question de chance. Je suis un peu déçu; attendant tellement de ce trek. Je me console en me disant qu'il me reste une semaine pour voir des sommets, quand d'autres ne font qu'un trek de 3 jours.... et Poon Hill était "leur" sommet.

La journée est plutôt bonne. Je partage une bonne partie de ma marche avec deux Italiennes, tandis que Ram a un autre guide avec qui discuter. Nous pouvons voir assez rapidement le Dhaulagiri (8167 mètres), dont je n'avais jamais entendu parler. Le chemin est le plus agréable depuis le départ, au milieu de collines boisées (Ram utilise le terme de "jungle"), une rivière par ci, par là.

16h. Je n'ai plus rien à faire. Bon. Douche ou Snickers ?

Les premières pentes de l'Annapurna
Les premières pentes de l'Annapurna
Les premières pentes de l'Annapurna
Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Nepal
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 11:03

Le lendemain de mon arrivée, je m'attaque à la vallée de Katmandou, le lieu culturel et historique du pays. C'est en bus que je rejoins le temple de Pashupatinath. Le ticket d'entrée est de 1 000 roupies népalaises (environ 10 euros), et je me retrouve face à un temple... où je n'ai pas le droit d'entrer ! C'est réservé aux Hindous (et mes deux mois de stage intensif temples hindous en Inde ne sont pas suffisants pour me faire passer !). Au passage les Népalais sont à 90% hindous, alors que je les pensais bouddhistes ! Dans les faits, les deux religions sont fortement mélangées et s'influencent mutuellement (Bouddha n'est finalement que le Luther/Calvin de l'hindouisme !). Pas grave, je vais voir ce qui se cache derrière... et je me retrouve à Varanasi ! Encore !

Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou

Le temple de Pashupatinath est l'un des plus sacrés du pays, et de l'hindouisme. La rivière Bagmati va se jeter dans le Gange, et c'est donc ici que les Népalais veulent effectuer leur dernier voyage. Ainsi, devant moi, c'est une nouvelle fois un crématorium à ciel ouvert.

Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou

L'endroit me plaît surtout pour toutes les stupas planqués au sein d'un petit bois en contrefort de la rivière. Alors que je me désaltère devant cette vue, je vois passer une vingtaine de policiers. Ils s'arrêtent et se précipitent derrière un bâtiment. Ressortent une dizaine de jeunes, entourés par leurs nouveaux gardes... c'est ça de fumer des substances prohibées ! Deux choses par rapport à cette histoire. La première, c'est que Katmandou était avec Goa le lieu des hippies jusqu'à la fin des années 1970, avec une politique très libertaire vis-a-vis des drogues (c'était en vente libre !). Les choses sont donc différentes aujourd'hui. Deuxième chose, c'est la présence des policiers et des militaires, importante tout au long de mon séjour. Cela s'explique par le contexte historique et actuel, qui m'était méconnu : le pays a connu une guerre civile jusque 2006-2007, et les élections ont lieu dans 3 jours ! Les premières depuis 20 ans ! J'imaginais le Népal comme un pays super tranquille, et j'apprends que la guerre civile a fait au bas mot 13 000 morts, que le premier ministre issu du parti maoiste est interdit de séjour dans l'UE et aux USA (car considéré comme un terroriste) et que le roi agissait en dictateur jusqu'à l'abolition de la monarchie en 2008 (à noter un repas en 2001 où toute une partie de la famille royale a été abattue, coucou game of Thrones). Bref, ils ont l'air un peu tendu !

Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou

A Bodnath, quelques kilomètres plus loin, c'est un immense stupa blanc qui est l'attraction. C'est un lieu de pèlerinage pour les bouddhistes, notamment tibétains (il y a d'ailleurs énormément de restaurants et magasins de souvenirs tibétains). Il faut tourner dans le sens des aiguilles d'une montre pour la découvrir. A noter qu'elle a été entièrement reconstruire après le tremblement de terre. Ce qui n'est pas vraiment le cas de Patan...

Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou
Dans la vallée de Katmandou

Durban Square, son attraction principale, est un immense chantier. Difficile dans ces conditions de s'extasier devant les monuments. Je décèle bien une inspiration chinoise-bouddhiste dans l'architecture, mais malheureusement souvent cachée par des bâches et échafaudages. Les 1 000 roupies d'entrée sont sans doute trop élevées aujourd'hui (à voir dans un an, et puis cet argent sert à la reconstruction...).

Les Népalais que je rencontre sont très sympas, quoique arnaqueurs avec les touristes (il faut diviser les prix des taxis par 2). Leur visage est différent des Indiens, et je vois aussi comme ça que j'ai passé une frontière : c'est un mélange des traits indiens, chinois et tibétains. Il en va de même pour l'architecture ou la nourriture : le riz lentille (dahl) indien est l'une des spécialités, avec les momos tibétains (qui sont en fait des dumplings chinois). Au niveau des vêtements c'est une vraie transformation, fini les saris ! Je vois des filles porter des vêtements à l'occidentale, et.... que vois-je.... des genoux !! La mentalité a donc bien évolué depuis l'Inde !

A noter que j'ai esquivé Bhaktapur, l'autre lieu culturel de la vallée de Katmandou, car le lieu serait autant en chantier que Patan.

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Nepal
commenter cet article

Plus De Blogs