8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 08:21

Et d'un cinquième ! Oui, ils sont maintenant cinq autour de moi à avoir entamé un blog ! A croire que cela revient un peu à la mode. Enfin, pas tout à fait, puisque ces cinq blogs correspondent à cinq voyages, c'est donc les voyages qui sont (et resteront) à la mode !

 

Vous jetez peut-être de temps en temps un œil à la colonne de droite (si ce n'est pas le cas, prenez le réflexe!). Vous voyez la catégorie autres blogs, avec l'appellation « Olivia en Australie », « Lapin au Canada » ou « François en Nouvelle-Zélande ». Et bien ils ont un point commun : le visa vacances-travail. 3 Audomarois, partis à la recherche d'une autre vie. Et je les remercie de partager cette expérience avec nous. En plus, ils ont choisi trois pays différents et vivent dans des contrées et climats variés (pas d'offense lapin!). Greg est parti en couple, François est parti avec un pote (mais est maintenant seul). Quant à Olivia, à l'heure où vous lisez cet article, elle est dans l'avion pour la Thaïlande. Une petite escale de quinze jours avant de retrouver Melbourne et l'Australie. Et elle part seule. Eh oui, elle en a des couilles ! (façon de parler). Seule à l'autre bout du monde. Rien de tel pour apprendre à se connaître (elle l'exprime très bien dans son premier article).


Je l'ai vu préparer petit à petit son voyage, sans se rendre compte vraiment de ce qui l'attend là-bas. Je n'ai même pas trop essayé d'expliquer les sensations d'un voyageur à l'autre bout du monde, tant elles semblent indéfinissables quand on est ici, tant elles varient d'un Homme à l'autre. Tout ce que je sais, c'est que ce sont des sensations fortes, qui méritent d'être vécues. Et quand on revient, on a une vue toute autre de la France ou de la carte du monde. Ce ne sont plus de vulgaires points sur une carte, mais une tonne de souvenirs qui reviennent à la mémoire, une foule d’habitants que l'on revoit vivre. Ces voyages, ça vous change la vie, ça vous change un Homme.

 

Dans une optique différente, il y a mes deux Erasmus, Edith et Ellyn. Edith est partie en Slovénie, avec le service volontaire européen. Une bonne façon de voyager à moindre coût ! Si vous êtes intéressés, elle y explique toutes les démarches à effectuer ! Quant à Ellyn, elle continue l'université à York, en Angleterre. L'occasion de se replonger dans la vie d'Outre-Manche avec mon ancienne coloc.

 

Il paraît que les voyages forment la jeunesse...

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 07:06

 

Regina-Spektor-Fidelity-On-the-radio-Better.jpgRegina Ilyinichna Spektor. Oui, elle n'est pas qu'américaine, puisqu'elle est née à Moscou, en Union Soviétique. Arrivée en 1989 aux États-Unis, elle se lance dans une carrière musicale entre les deux continents, sans rencontrer le succès. Il faut attendre 2003, et son apparition en première partie des Strokes pour qu'elle décolle enfin.


Aujourd'hui, je vous présente son album Begin to Hope, qui date de 2006. Un bon condensé de rock/anti-folk qui me met la pêche, surtout avec Fidelity, mon coup de cœur. Notamment avec le jeu de l'intonation/répétition sur le « heart »

 


 

J'ajoute pour la découverte Hotel Song et That Time.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 18:53

SAM_0420.JPG

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 10:57

Hier, dans ma Voix du Nord édition Saint-Omer, j'ai pu lire un article consacré au mariage pour tous, avec la majorité des maires de la communauté de communes du canton de Fauquembergues qui se déclare opposée au projet de loi. 12 maires y sont défavorables, 3 sont favorables, et 3 sont pour le moment sans opinion. Au delà de l'information, ce sont surtout les raisons développées par le premier magistrat des communes concernées qui m'ont poussé à écrire cet article.


Je l'ai déjà dit, c'est d'ailleurs un de mes vieux combats : je suis favorable au projet de loi sur le mariage pour tous. Que ce soit le mariage, l'adoption et même la PMA (procréation médicale assistée).


Que nous dit par exemple Alain Méquignon, maire de Fauquembergues ? Qu'il est « comme catholique, contre le mariage, qui, pour [lui], est un sacrement ». Je remercie le maire de Fauquembergues pour cette explication assez facile à mettre en déroute. Alain Méquignon, doit en effet être contre le divorce, je présume, puisque c'est est une rupture du sacrement, et donc un véritable péché pour le catholique qu'il est. Cependant, en tant que premier magistrat, nous n'avons que faire de sa religion. Il se doit d'être un laïc, en vertu du principe de séparation de l’Église et de l’État. Et si l’État considère que le mariage pour tous est une avancée du XXIème siècle comme le fut le divorce au XXème siècle, le premier magistrat devra donc accepter cette loi. Même s'il n'est pas en accord avec celle ci.


Mais Alain est également « totalement opposé à l'adoption d'en enfant par deux parents du même sexe ». Et pour cause, pour lui, « une famille, c'est un papa, une maman et des enfants  ». Un peu comme Joël Roclin, maire de Reclinghem, pour qui « une famille, c'est un papa et une maman, c'est un repère auquel il ne faut pas toucher ». A cette occasion Messieurs Méquignon et Roclin saluent l'ensemble des familles monoparentales de France et de Navarre, qui ne sont donc pas pour eux de véritables « familles ». Mais dites-moi messieurs, êtes-vous entrés dans le XXIème siècle ? Savez-vous que déjà, en 2007, les familles monoparentales représentaient 20% du total, en constante évolution depuis 40 ans ? Et je présume qu'en 2012 on doit s'approcher du quart des familles.

 

Merci Alain et Joël pour votre argumentation. Oh, mais tiens, un autre Alain, Deblock celui-ci, maire de Bomy. « Je suis défavorable, parce que je pense que c'est un peu contre-nature ». Bon argument, fortement détaillé. Mais je me pose une question : est-ce que c'est autant contre-nature que les médicaments ? Que la science en général ? Finalement, les homosexuels existent depuis la nuit des temps. Et il y a plus de 500 espèces animales où l'on retrouve des comportements homosexuels. Est-ce donc contre-nature ? Alain Deblock persévère cependant, et déclare que « si le cas se présente, [il] n'acceptera pas de célébrer le mariage ». Le représentant de l’État n'acceptera donc pas une loi de l’État. Ce qui en fera un hors-la-loi.

 

Ah, l'argument de Christian Crunelle, maire de Dennebroeucq. « Je pense qu'il y a d'autres sujets plus graves et plus importants que celui-ci, en ce moment en France ». Un argument que je retrouve sur beaucoup de forums, notamment sur Le Figaro. Oui Christian, le chômage est un sujet très important. Mais n'y-a-t-il pas 20 ministres et 18 ministres-délégués. On leur dit assez souvent qu'ils ne font pas grand chose, alors va-t-on se plaindre si un ministère se consacre en partie à cette question ? Cela ne va pas empêcher les autres questions d'être traitées ! Si on réfléchit comme toi, Christian, on ne ferait plus grand chose.


Bernadette Franche, maire de Laire, une opinion ? « Je pense qu'un papa et une maman sont plus à même de favoriser le développement d'un enfant ». Bernadette, es-tu psychiatre ? Non, je demande, car il n'y a aucune étude scientifique qui déclare que le développement d'un enfant est gêné par le fait d'avoir des parents homosexuels. Vous connaissez peut-être, autour de vous, des enfants ayant été élevés par des homosexuels. J'en ai personnellement rencontré. Sont-ils différents ? Il me semble que non. Et pour la plupart d'entre-eux, ils sont hétérosexuels !

 

C'est d'ailleurs souvent l'argumentation principale des opposants à l'adoption : n'y-a-t-il pas un risque pour les enfants ? Vous savez, le risque que les enfants soient perdus, qu'ils n'aient pas assez de repères, qu'ils ne se développent pas comme il faut. Un peu les mêmes arguments que ceux développés au début du XXème siècle quand certaines femmes voulaient travailler. Mais qui va s'occuper des enfants ?


Prenons l'exemple de ma sœur. Celle-ci évoque ses souvenirs et déclare qu'elle n'aime pas l'idée de l'adoption en raison des risques de moqueries de la part d'autres élèves à l'école. Cet argument ne tient pas la route pour deux raisons :

- c'est un argument généré par les anti-homo contre le fait que les enfants d'homos vont être victimes de moqueries de la part des enfants des anti-homos. On voit que c'est un cercle vicieux. Un peu comme quand les enfants noirs étaient victimes de moqueries de la part des enfants de racistes. Est-ce que c'était la faute des parents noirs ? Ou celle des parents racistes ?
- les moqueries dans les cours de récré touchent à tout. Si quelqu'un se moque de la coupe de cheveux d'un autre élève, va-t-on interdire cette coupe ? Si quelqu'un se moque des vêtements d'un autre élève, va-t-on les interdire ? Si un enfant se moque du nez d'un autre enfant, va-t-on interdire aux parents de se reproduire, pour raison que leur précédent enfant était moche ?

Et quand ma sœur déclare que ces enfants là ont peut-être été malheureux pendant leur enfance, je lui répond qu'ils n'avaient pas le monopole du malheur. Et que nombre d'enfants de familles « normales » ou monoparentales connaissent également le malheur pendant cette période de leur vie. Souvent ça les endurcit. Non, je ne crois pas que les enfants d'homosexuels seront tous heureux avec leurs parents. Pas plus, mais pas moins non plus qu'avec des parents hétérosexuels. L'important dans tout ça, ça reste qu'ils puissent recevoir suffisamment d'amour.

Nous-aussi--on-veut-congeler-nos-bebes.jpg
Finalement, je vous laisse avec cette pancarte un peu provocatrice. J'aime beaucoup l'humour noir. Mais trêve d'humour, étant donné que les anti-mariage pour tous manifesteront le 13 janvier. J'espère qu'ils liront ce petit post de blog avant la manifestation. Et qu'ils trouveront d'autres arguments. Car ceux cités plus hauts et répétés à tue-tête depuis plusieurs mois/années/siècles ne tiennent décidément pas la route.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 07:06

Pierce-Brosnan-James-Bond-007.jpgAvant de jouer dans quelques navets très hollywoodiens (Mama Mia, Percy Jackson), Pierce Brosnan était un agent 007 très respecté. Et pour cause, après les succès très mesurés de l'agent joué par Timoty Dalton, il a réussi à relancer la machine 007 grâce à GoldenEye. Il joue ensuite dans 3 nouveaux épisodes, et le succès ne se dément pas.

 

 

Martin Campbell, GoldenEye (1995) : 14,5/20. Avec Pierce Brosnan et Sean Bean.

Un des meilleurs James Bond, avec la nouveauté Pierce Brosnan. Alors que la guerre froide est terminée, Bond est appelé à enquêter sur le vol d'un hélicoptère en France. Il le retrouve en Russie, avec une arme secrète, GoldenEye. Beaucoup d'action et un Pierce Brosnan très inspiré.
GoldenEye-Pierce-Brosnan-James-Bond-007.jpeg
Roger Spottiswoode, Demain ne meurt jamais (1997) : 15/20. Avec Pierce Brosnan.

Mon préféré au niveau de l'action avec Pierce Brosnan. Un navire britannique coule en mer de Chine, apparemment torpillé par des chasseurs chinois. Bond mène l'enquête. Scène mythique dans la baie d'Ha Long. A noter Saigon remplit de vélos !

Demain-ne-meurt-jamais-James-Bond-007-Pierce-Brosnan.jpg

Michael Apted, Le monde ne suffit pas (1999) : 12,5/20. Avec Pierce Brosnan et Sophie Marceau.
Le-monde-ne-suffit-pas-James-Bond-007-Pierce-Brosnan-Sophie.jpg
Une histoire de pétrole, de terroristes, de plutonium, le tout en Azerbaïdjan. Un scénario pas trop mal, l'action est également là, mais j'ai l'impression que je commence un peu à me lasser de l'action avec des retournements de situation toutes les quinze minutes.


Lee Tamahori, Meurs un autre jour (2002) : 13/20. Avec Pierce Brosnan et Halle Berry.
Meurs-un-autre-jour-James-Bond-007-Pierce-Brosnan-Halle-Ber.jpg
La dernière de Brosnan dans un épisode entièrement centré sur la Corée du Nord. James Bond est arrêté en Corée et détenu un an, en raison d'une fuite au MI6. Il va tout faire pour en retrouver l'origine. Beaucoup de scènes sur glace (Islande) et une voiture transparente assez amusante.

Concernant le jeu d'acteur de Pierce Brosnan, on retrouve un 007 très charmeur, et surtout grand meurtrier. Plus de 20 morts par film en moyenne, le double des autres 007 !
Prochain épisode : Timothy Dalton !

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 07:01

Un peu de rap français cette semaine, avec 1995, le groupe originaire de Paris-Sud, aux influences qui rappellent les belles heures du rap français des 90's.

1995-rap-groupe.jpgDeux albums, La source (2011) et La Suite (2012), avec une claire préférence pour le premier. J'vous mets le premier son pour vous faire une idée.

 

Mon coup de cœur, Laisser une empreinte. 

Ils bénéficient d'une image d'indépendants, percent à l'heure d' Internet, sans maison de disques. Chose étonnante, ils sont élus « groupe de l'année 2011 » par les auditeurs de Skyrock, alors qu'aucun de leurs titres n'est joué à l'antenne en playlist ! Ça me rassure un peu sur les auditeurs de Sky, inondés de Hip-Hop sauce électro toute l'année. La rap français existe encore !

Bon, Universal s'occupe maintenant de la distribution du groupe... Pas facile d'être indépendant dans ce milieu. 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 13:25

Qu'allez-vous faire en 2013, qu'allons-nous faire ? 2013, année creuse, qui succède à une 2012 pleine d’événements, autant politiques (élection présidentielle en France ou aux USA) que sportifs (J.O., Euro).


Personnellement 2013 sera sous le signe du doctorat. Oui, c'est moins sexy que l'année précédente placée sous le signe des voyages ! Mais il y a un temps pour tout, et les deux ne sont pas incompatibles. La preuve, ma première résolution de l'année !


Résolution n°1 : Mettre le pied dans 5 nouveaux pays
Résolution n°2 : Écrire la première partie de ma thèse
Résolution n°3 : Faire un stage
Résolution n°4 : Faire plus de sport qu'en 2012 (et ce sera facile!)
Résolution n°5 : Arriver à 65 kilos ! (je persévère)
Résolution n°6 : Ne pas boire de coca de l'année
Résolution n°7 : Faire deux missions de ma Bucket List
Résolution n°8 : Avoir un bon niveau d'allemand

Résolution n°9 : Finir les vainqueurs des Oscars (66 sur 84) et des Césars (13 sur 38)

Résolution n°10 : Lire 12 livres (autres que des livres d'histoire)
Résolution n°11 : Découvrir 5 nouvelles séries

Résolution n°12 : Aller à un festival de musique


Eh oui, 12 résolutions, rien que ça ! Une par mois ! Pour les cinq nouveaux pays, je compte essentiellement sur l'Afrique, avec un peu d'Europe. Et si vous êtes intéressé....
Quelles sont les vôtres ? On est peut-être compatible sur certaines !

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 16:44


année du zapping 2012Je l'avais annoncé dès le début de l'année, 2012 serait une année de voyage. Je ne prenais pas beaucoup de risques, j'étais à l'époque au Vietnam, et j'allais parcourir le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et la Malaisie. Pendant longtemps, j'ai cru que j'allais poursuivre du côté de l'Australie, et mes parents et ami(e)s un peu plus longtemps encore. Et mon retour surprise, qui restera un des grands moments de cette année.


J'ai donc beaucoup voyagé, avec 6 nouveaux pays dans l'année, la Slovaquie entrant dans mes visites européennes. J'ai également découvert l'ouest de l'Irlande avec Tic et Tac (alias Lucas et Christophe) avant d'avoir remis un pied dans cette bonne ville festive de Dublin. L'Europe centrale, avec Vienne et Budapest en plus de Bratislava, en compagnie de Sophie et Olivia. Un été où je ne tenais décidément pas en place puisque j'ai enfin pu arpenter l'Allemagne du Nord (Bielefeld, Munster) au Sud (Munich, Fribourg, Constance).


Et puis l'Afrique. C'est là l'une des décisions les plus importantes de l'année, avec mon retour : l'entrée dans une nouveau cycle universitaire, avec le début d'un doctorat. Et très vite j'ai pu aller faire du terrain, au Kenya. Les souvenirs sont moins fringants que les autres voyages que j'ai eu l'occasion de faire, mais cela n'empêche pas Nairobi d'avoir été mon premier pied à terre en Afrique Noire.


L'année 2012 fut une année assez culturelle. En plus des découvertes consécutives aux voyages (avec en point d'orgue les temples d'Angkor), j'ai pu lire pas mal de bouquins et regarder encore plus de films (au moins 250 sur l'année, ce qui commence à être un chiffre impressionnant). Le manqué de l'année il faut le chercher côté sport. J'ai dû jouer au football 10 fois l'an, ce qui constitue une véritable déception. Bon, j'ai nagé plus que de raison (avec des éléphants et même des requins!), j'ai couru un semi-marathon et j'ai enfin sérieusement commencé la muscu (ce qui fait bien rire mon entourage). Mais ce sera l'une des choses à changer en 2013, avec une priorité pour le ballon rond.


2012, côté amis, fut une bonne année. Mon retour n'y est pas étranger. J'ai réussi à ne pas trop perdre contact malgré les nombreux voyages et j'essaie de vous revoir au maximum à chacun de mes retours. Certains se plaignent parfois du rythme (hum hum Ju) mais j'estime m'être plutôt bien débrouillé.


Côté demoiselle, c'est la première fois de ma vie que je suis en couple avec la même fille deux 31 décembre consécutifs, ce qui est une belle satisfaction. Après 8 mois à voyager ensemble, nous avons découvert les joies (et les difficultés) de la relation à distance. Y avoir survécu est déjà une petite performance.

 

Bon, 2012 ne revient pas qu'à parler de ma gueule. Du côté des couples, ce fut un peu l'hécatombe au début de l'année, mais j'ai l'impression que tout le monde a réussi à surmonter cette épreuve. Politiquement parlant on a eu un Hollande et un Obama sur les deux principales élections de l'année. Je n'en suis pas mécontent. Économiquement parlant, on évoque toujours le mot crise, mais rassurez-vous, le CAC40 a fini en hausse de 15% sur l'année. Dommage que le chômage poursuive toujours son envol.


Et puis pour le blog, ce fut l'année la plus productive, avec 217 articles en 365 jours. Et vous me le rendez bien, puisque vous êtes en moyenne 140 à venir me rendre visite quotidiennement. Ça vaut le coup de continuer.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 16:40

Dans un train (oui, je passe ma vie dans les trains), je discute avec une demoiselle, assise à côté de moi. Franchement. Oui, franchement. C'est son tic de langage. Pas besoin d'être orthophoniste pour le repérer. Au bout de deux ou trois phrases je pense que c'était déjà fait. Mais j'essayais d'en faire abstraction. Cependant, il arrive un moment où le cerveau ne peut plus se concentrer sur le fond. Alors que ma voisine parlait, je comptais. Combien de franchement peut-elle mettre dans une seule phrase ? 16. C'était impressionnant. Franchement. Parfois tous les deux mots. Franchement.


On connaît tous quelqu'un qui a un petit tic de langage. Je me souviens de l'université et des « en fait » que l'on entendait en exposé. Comme c'était nos copines, on était sympa, au premier rang, à faire des bâtons à chaque « en fait » prononcé. Forcément, elles s'en sont rendu compte, et elles en étaient toutes déstabilisées (sympa les copains!).


To be honest. Oui, pour être tout à fait honnête, j'ai également moi-même des tics de langage. Et je m'en suis rendu compte... en anglais. Enfin, plus précisément, on me l'a dit dans la langue de Shakespeare. Je sors mon excuse habituelle, à savoir que je n'ai pas assez de vocabulaire, ce qui explique les répétitions. Mais tout de même, to be honest, c'est très énervant d'apprendre son tic de langage. Au départ, je disais : « mais non, je ne le dis pas tant que ça ! ». Et puis quand tu le sais, c'est fini. A chaque fois que tu prononces cette expression, on te fait un petit sourire diabolique, du genre « tu vois, tu le dis ! ». Et après c'est comme une sale maladie, il faut lutter. Je fais un « To be » et je m'arrête. Et puis ça s'en va, remplacé par quelque chose d'autre. True story.


Oui, au Kenya, on m'a dit que je disais régulièrement la phrase de Barney. Le tic de langage se refile autant que la grippe. True story.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 07:07

Oui, une filmographie un peu étrange qui commence directement avec le Tome 5. Mon explication est toute bête, car je regarde la série des James Bond à l'envers. Il y a 23 James Bond officiels tout de même, portés par 5 acteurs fétiches : Sean Connery (6 fois de 1962 à 1971)), Roger Moore (7 fois de 1973 à 1985), Timothy Dalton (2 fois en 1987 et 1989), Pierce Brosnan (4 fois 1995 à 2002) et Daniel Craig (3 fois de 2002 à 2012, en cours). Les spécialistes me diront que j'ai oublié George Lazenby, une fois en 1969, je l’inclurai avec Timothy Dalton pour des raisons comptables.

23 James Bond donc, et 2 bonus, un Casino Royal en 1967 et Jamais plus jamais en 1983, plutôt humoristique et pas adapté par la EON Production qui a produit les 23 autres.

Daniel Craig, premier Anglais depuis Roger Moore à interpréter le célèbre agent secret. Son choix avait à l'époque suscité une certaine polémique, refermée depuis. Il a signé pour 5 épisodes de 007, et en a déjà réalisé 3. Retour sur ces numéros 21 à 23 de James Bond.007-James-Bond.jpg

Martin Campbell, Casino Royale (2006) : 12,5/20. Avec Daniel Craig et Eva Green.

Le deuxième James Bond pour Martin Campbell, après GoldenEye, le mythique 007 de Pierce Brosnan. Et ce fut mon premier James Bond ! Bon, une histoire d'action, d'espionnage, de poker, pas de grande surprise. Le scénario est travaillé mais la fin laisse tout de même un peu à désirer. Daniel Craig est plutôt bon pour sa première.

A noter que c'est la troisième fois que Casino Royale est adapté.Casino-Royale-James-Bond-Daniel-Craig.jpg

Marc Forster, Quantum of Solace (2008) : 13/20. Avec Daniel Craig et Matthieu Amalric.

Le 22ème James Bond met aux prises l'espion à son propre MI6, incapable de lui faire confiance. L'action se passe dans la continuité de Casino Royale, avec un étrange philanthrope qui s'intéresse de trop près à la situation en Colombie. Beaucoup d'action, comme toujours et un scénario bien meilleur que Casino Royale. La performance d'Amalric est correcte, celle de Daniel Craig en progrès. Mais une préférence pour Skyfall.Quantum-of-Solace.jpg

Sam Mendes, Skyfall (2012). 14/20. Avec Daniel Graig, Javier Bardem, Ralph Fiennes et Judi Dench.


Le meilleur opus avec Daniel Craig, après le décevant Casino Royale et Quantum of Solace.
De l'action, mais également de la réflexion, et surtout un James Bond avec des faiblesses, à cœur ouvert, avec une remontée dans le temps, à la poursuite de son enfance, là-bas, tout en haut, en Écosse.

Skyfall-James-Bond-Daniel-Craig.jpgConcernant Daniel Craig, j'apprécie ses 3 performances, avec un jeu d'acteur beaucoup plus froid que Pierce Brosnan par exemple. Il va droit au but, ayant moins de manières et de discussion. Une sorte de 007 venu du froid. Peut-être plus en accord avec les livres de Ian Fleming.

Prochaine étape : Pierce Brosnan !

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs