7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 15:03

Vous l'avez souvent cette envie de tout lâcher. D'envoyer valser l'ordinateur par la fenêtre et de dire merde à tous ceux que vous croisez. D'écraser votre téléphone et de partir à l'aéroport. Au revoir France, au revoir Europe, au revoir monde occidental, tu me fais chier. Tu m'ennuies. Tu m'obliges à cette saloperie de routine. Et dire que je ne travaille pas encore... Et dire que je reviens d'un énorme voyage. Et pourtant ça me reprend, parfois.


Je pensais que ce voyage me permettrait de perdre cette sensation. Celle qui vous fait penser plus que tout au monde que cette vie là pue la merde. Qu'elle tend au plaisir matériel à défaut du bonheur spirituel. Qu'elle vous donne des réponses au lieu de nous pousser à nous poser les bonnes questions. Numéro 1 : Pourquoi suis-je ici ? Numéro 2 : Où vais-je ? Numéro 3 : Quel est l'intérêt de tout ça ?


Je n'en sais foutrement rien. On ne peut pas dire que j'ai trouvé la réponse en Asie. Mais j'avais l'impression de m'en rapprocher. Et depuis mon retour je tends à m'en éloigner.
Il y a des jours comme aujourd'hui où vous détestez votre vie. Ou vous rêvez d'être ailleurs, de l'autre côté du globe. Au revoir petite chambre minable et vie bien rangée. Bonjour l'aventure.

Le bonheur est dans la découverte.

 

 

Et puis il y a le manque. J'ai de la mélancolie, mêlant famille et ami(e)s. L'impression d'avoir déjà passé trop de temps loin d'eux. Je repense à ma vie d'avant, celle où je n'avais pas besoin de passer mon temps entre différents pays, entre différents continents. Et je me dis que j'étais bien, aussi... parfois. Je rêve d'un repas posé en compagnie des gens que je côtoyais au jour le jour. Une soirée à la maison, à l'appartement, quelques jeux de société, même un football manager. Ou un football, tout court. Donnez moi un bar audomarois ou lillois. Que dis-je, un pub anglais ou irlandais ! Donnez moi mes ami(e)s, rendez les moi.

Le bonheur, c'est les autres.


 

J'entends ses pas dans l'escalier. Je ferme les yeux, sûr que ce sont eux. Marche après marche, tel un compte à rebours. 4, 3, 2, 1. La clef entre dans la serrure, mes lèvres se soulèvent sur chaque extrémité. Elle pose son manteau dans l'entrée, et pousse la poignée. Ma tête pivote à 150°, et son sourire m’apparaît.


Je le savais. Le bonheur est une femme.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 06:41

Pour en finir avec ma semaine des séries, j'en viens à mon coup de cœur : Rome. Elle a été créée en 2005 et diffusée par HBO aux Etats-Unis et BBC2 en Grande-Bretagne (Canal + en France).

Un scénario passionnant, qui vous replonge dans la Rome Antique. Pendant deux saisons, vous suivez les aventures du légionnaire Titus Pullo et du centurion Lucius Vorenus à travers les dernières années de la République romaine. La saison 1 se concentre sur la fin de la guerre des Gaules, la lutte entre César et Pompée, l'avènement du premier et sa mort au sein même du Sénat. La saison 2 revient sur la lutte entre Octave (futur Auguste) et Marc-Antoine. Vous y retrouvez des grands personnages de l'histoire, Cicéron, Caton, Brutus, Cléopâtre et tant d'autres.

 

La série présente également de nombreuses qualités historiques. Réussir à faire tenir plus de vingt années d'histoire en l'espace de deux saisons, c'est prodigieux ! Et ça permet d'avoir un rythme très soutenu à chaque épisode. Les concepteurs ont également essayé, à travers les personnages principaux, de décrire la vie des habitants de Rome (religion, argent, mœurs, conflits). Les spécialistes d'histoire romaine risquent parfois de s'étrangler un peu mais même ma prof d'histoire romaine de l'université déclara apprécier la série.


Enfin, Rome me plaît car elle a une fin. 22 épisodes (de 50 minutes) répartis sur deux saisons, et c'est tout. Au départ, les réalisateurs avaient prévu 5 saisons mais les coûts exorbitants de chaque épisode les ont obligés à raccourcir leur scénario. Peut-être un mal pour un bien. J'aurais tout de même beaucoup apprécié voir leur idée d'une saison centrée sur la Palestine et l'arrivée d'un Messie.

Rome-serie.jpg

Voilà donc pour ma petite semaine des séries. Je ne suis définitivement pas un spécialiste de la télévision, au contraire. Mais j'essaie de m'y mettre, petit à petit. Je sais que certaines séries peuvent être de véritables drogues et je n'ai actuellement pas le temps de me droguer ! Cependant, l'année 2013 pourrait être une année de séries. Twin Peaks, Homeland, Dexter, Borgia, Game of Thrones, The Wire, Breaking Bad, The Walking Dead... il me faudra cependant faire des choix, car le genre est plus que développé ! Des conseils avisés ?

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 06:44

How-I-Met-your-Mother.jpg

Lengen.... wait for it...

Cette fois, ce fut un véritable harcèlement. Tout autour de moi, on n'avait d'yeux que pour elle. Et pour Barney Stinson. Mais bon Dieu, qui est ce Barney Stinson ?

Il se trouve qu'il est le bon Dieu. Ou alors Neil Amstrong. Ça dépend de l'épisode.
How I Met Your Mother tourne autour de Ted Mosby, architecte. Il y a Robin, la fille qu'il aime dès le premier épisode, dès la première rencontre...et il lui dit en plus ! Oui, il n'est pas très doué avec les filles. Malchanceux aussi, parfois. Il se fait quitter le jour de son mariage and Cie. Mais il va bien finir par la trouver la mère des enfants que nous voyons dans la saison 1 ! (c'est maintenant la saison 8, et je présume que les enfants qui jouaient au départ sont maintenant mariés!)

Et puis il y a Marshall et Lily, le couple modèle. Le premier veut devenir avocat au service de l'environnement (il paraîtrait qu'un ami suit maintenant cette voie) tandis que Lily est institutrice.

Enfin, ou plutôt surtout. Il y a Barney Stinson. Suit up ! Il rythme la série, lui permet de s'envoler. Awesome ! Dragueur invétéré, il trouve mille et une façons de rentrer avec une fille à la maison. Dad is home. Alors que dans la vraie vie, il est... homosexuel ! Et en couple avec Scooter, l'ex-ami de Lily dans la série ! C'est lui qui m'oblige à suivre chaque épisode (merci le streaming) et de continuer. Challenge accepted.


La série perd un peu de sa valeur avec le temps. J'ai eu la chance de commencer tard, j'ai donc pu faire 4 saisons consécutives (quel bonheur ! et merci streaming) mais j'ai l'impression que les intrigues et les gags somnolent un peu. C'est surtout l'histoire générale qui commence sérieusement à ralentir. On nous parle d'un mariage depuis le début de la saison 7, et au milieu de la saison 8 on en est au même point ! C'est excessivement énervant ! J'espère quand même que Ted va trouver la mère avant la saison 18 !

Le problème est également que Barney est en couple, ou amoureux. Alors forcément, ça change beaucoup l'esprit de la série. Il ne suit plus le Bro Code.


Cela n'empêche. Je garde des grands souvenirs. Le Blitz (Aw Men!), Slapsgiving, But um et surtout les 500 techniques de drague de Barney (j'ai lu le Bro Code) ou sa façon d'imiter 10 suicides (que j'utilise très souvent). Have you met... Me ? Ou encore la True Story. Et même le … DARY !
Barney-Stinson-How-I-met-Your-Mother.jpg

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 14:46

Sur la route de la capitale, je me suis arrêté en terre alsacienne. Oui, en venant d'Allemagne, c'est logique (mais d'autres préféraient passer par les Ardennes). Et j'ai pu visiter Colmar (charmant) et découvrir rapidement Mulhouse (niveau charme, cela a l'air un peu plus limité, pas d'offense Marie!). Et je me suis arrêté devant un drôle de magasin.

SAM 0325

Cela m'a fait directement penser au concordat, toujours en vigueur en Alsace-Lorraine. Ainsi, l’Église et l’État n'offre pas une séparation complète dans ces deux régions. Contrairement à une idée reçue, ce régime particulier ne provient pas de l'Allemagne, mais bel et bien de la France napoléonienne (signé en 1801). Et lors de la loi de séparation de l’Église et de l’État, datant de 1905, l'Alsace-Lorraine était partie intégrante de l’État allemand. La conseil d’État a statué en 1925 et a confirmé ce particularisme régionale.

Dans les faits, cela se traduit par une plus grande influence de la religion. Celle-ci est enseigné à l'école primaire (possibilité de dispense). C'est l’État qui paye les prêtres, pasteurs, évêques. Ceux-ci sont alignés sur les fonctionnaires de catégorie A et ils peuvent bénéficier des indemnités chômages (un curé est payé entre 1736 et 3112 euros par mois (valeur du point d'indice au 1er janvier 2011). C'est même le président de la République qui nomme les évêques de Metz et de Strasbourg !

Dans les universités de ces deux villes, il est possible d'étudier la théologie, et c'est le Saint-Siège lui-même qui délivre les diplômes de théologie catholique (ils sont alors canoniques!)

 

Il y a d'autres particularismes propres à l'Alsace-Lorraine. La loi relative au droit local des associations par exemple (celles-ci sont plus encadrées). Et surtout la sécurité sociale. Le salarié alsacien et mosellan est couvert plus largement : les taux de remboursement sont plus favorables, avec des médicaments vignette bleue remboursés à 80% (contre 35% ailleurs en France), des frais d'appareillage à 90% (contre 60%) et 100% des frais hospitaliers, même pour une hospitalisation d'une durée supérieure à un mois.

En échange, une cotisation supplémentaire est demandée au salarié, fixée à 1,8% du salaire brut. Ainsi, en 2007, les alsaciens/mosellans dépensaient 275€ de plus en moyenne. Mais ça reste moins cher qu'une assurance complémentaire privée (454,8€ en moyenne). La caisse de ces deux régions est cependant moins déficitaires que le reste de la France ! (elle est même positive en Alsace).

D'autres particularités sont aussi en vigueur, comme un régime spécial pour l'artisanat ou une indemnité de non-concurrence versée aux salariés après leur départ de l'entreprise.

Le dimanche matin, n'espérait pas trouver un magasin ouvert, le droit local empêchant l'application de la loi nationale ! Ainsi, l’État s'adapte et a exclue les départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin dans sa réforme de 2009 !


Enfin, surtout, quelque chose que les Français envient à cette région, les deux jours fériés supplémentaires : le Vendredi Saint et le 26 septembre !

 

On ne s'étonnera plus donc de cette carte de France des élections régionales en 2004 et en 2010. Conservateurs les Alsaciens ? On les comprend ! A quand le même droit pour tous ?

carte-elections-regionales-2010carte-elections-regionales-2004

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 07:18

Californication.jpgBonjour Streaming ! Oui, je n'ai jamais vu cette série à la télévision (elle est diffusée sur M6) et je l'ai débutée... il y a quelques semaines. Débutée... et terminée ! Je m'explique.

L'histoire est centrée sur Hank Moody, grand écrivain, grand amateur de femmes et de drogues en tous genres. J'ai regardé la saison 1 et le début de la saison 2. Les premiers épisodes sont très sympas, on monte parfois dans le haut de gamme (même si le mélange sexe-vomi peut choquer beaucoup).

Sympa, mais sans plus, selon moi. L'histoire tourne déjà un peu en rond en fin de saison 1 et nous qui recherchions une comédie trouvons de plus en plus une série érotique ! Si vous voulez voir des seins, la série est faite pour vous. Si vous voulez quelque chose à regarder avec votre petite amie, passez votre chemin !

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 14:47

Il y a quelques jours, l'ONU a statué sur la proposition de l’État Palestinien de passer au statut d’État observateur (en lieu et place d'entité observatrice) au sein du « machin ».
D'un côté il y a les pour, dont l’État français (il faut le signaler quand on prend de bonnes décisions en politique internationale). Également d'autres grandes démocraties comme la Russie et la Chine... De l'autre, les contre, Israël et États-Unis en tête.

Vote-ONU-Etat-observateur-Palestine-Israel-pour-contre-Fran.jpg

J'étais favorable à cette résolution. Je suis de fait favorable au retour à un État en Palestine. J'aurais préféré un seul État où Juifs et Arabes cohabitent, mais il semble que ce ne soit pas la solution envisagée par les acteurs du conflit, qui essaient depuis 1947 (65 ans!!) de découper tant bien que mal des frontières. Quand on voit le résultat et les conflits réguliers qui agitent cette région du monde, je doute de la faisabilité d'une telle action. Mais je ne suis pas Kofi Annan, et on ne me demandera pas mon avis tout de suite sur cette question !


Je suis ce que l'on peut appeler un « pro-palestinien ». Ceci au sens strict du terme, je soutiens la reconnaissance d'un État en Palestine. Je ne suis cependant pas un anti-israélien. Au contraire, je sais qu'une partie de la population israélienne comprend et soutient les Palestiniens. Je suis encore moins un antisémite. Je considère que les Juifs du monde entier sont souvent très partagés sur la question de la paix et de la sécurité au Moyen-Orient, avec des opinions qui divergent énormément vis-à-vis des acteurs politiques israéliens. Enfin, quand je dis que je suis pro-palestinien, cela ne signifie pas que je soutiens la lutte armée ou le Hamas. Je considère que la paix est encore plus belle quand elle est obtenue avec les méthodes de Gandhi ou de Mandela.


Le problème de ce conflit est le risque de faire des généralisations. De voir derrière un juif un Israélien favorable à la guerre. De voir derrière un pro-palestinien un soutien du Hamas. Personnellement j'en veux à quelques personnes. A la droite dure israélienne (nationaliste ou ultra-orthodoxe), ces hommes politiques qui ont refusé ces dernières années de s’asseoir à la table des négociations, qui continuent une politique de colonisation et qui pensent qu'un mur haut de plusieurs mètres permettra de résoudre les problèmes. J'en veux à une partie des votants qui soutient le Likoud, le Shass et le Israel Beytenou de Liberman. J'en veux à cette partie des Israéliens. Mais je refuse de mettre l'ensemble de la nation israélienne sur le banc des accusés, car nombre d'entre eux refusent la politique gouvernementale (rappelons nous des manifestations de l'été dernier).

J'en veux également au Hamas, qui semble plus débrouillard pour se fournir en missiles qu'en médicaments. Qui semble vouloir détourner l'attention de son grand allié syrien à la dérive en déstabilisant le sud israélien. Mais je refuse le fait que seul le Hamas représente les Palestiniens.

Je m'inquiète cependant pour Israël. Oui, cela peut paraître surprenant de s'inquiéter pour Goliath. Mais vous connaissez l'histoire et sa morale. Seul 9 pays ont rejeté la proposition (Canada, États-Unis, République Tchèque, Israël, Iles Marshall, Micronésie, Nauru, Palau, Panama) alors que 138 ont voté pour. Israël a depuis plusieurs années maintenant perdu le soutien de la communauté internationale. La faute à ses politiques. La faute à ses interventions. La faute à sa morale, qu'elle semble avoir perdu. Israël se passe maintenant totalement du droit international et salit régulièrement l'ONU. Heureusement que les États-Unis soutiennent encore le pays car il aurait été depuis longtemps mis sur le banc des accusés. Que dire ? Les interventions au Liban et à Gaza sans aucun mandat de l'ONU, mais au bénéfice de la légitime défense. L'intervention sanglante contre la flottille de la paix tentant de percer le blocus effectué sur Gaza depuis 2007. Légitime défense ? Ou bien encore le bombardement au Soudan il y a deux mois, chose qui serait impensable pour l'ensemble des pays du monde. Légitime défense ? Israël a apparemment des lois différentes de celles des autres pays et sa notion de légitime défense tend à accaparer des cas de plus en plus nombreux et variés. Et on évoque régulièrement une guerre préventive contre l'Iran (modèle G.W. Bush).

Pour protester contre la petite promotion palestinienne à l'ONU, l’État israélien a annoncé sa volonté de reprendre (encore) la colonisation d'une partie de Jérusalem-est. Et comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement a annoncé le blocage du transfert de 100 millions de dollars de taxes collectées par Israël au profit de l'Autorité Palestinienne.

 

Je suis un grand fan du film Valse avec Bachir. N'hésitez pas si vous en avez l'occasion. Il revient sur les massacres de Sabra et Chatila en 1982, au Liban. Les armées israéliennes, présentes sur place, n'avaient pas réagi. Et de nombreuses voies se sont élevées, jusqu'en Israël, pour se demander si ce n'est pas un peu de l'honneur du pays qui avait été bafoué. J'ai l'impression que le gouvernement de Benyamin Netanyahou en fait de même.Hope-peace-Israel-Palestine-paix.jpg

Mais j'y crois toujours. Parce qu'il ne reste plus que ça.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 07:45

Grey-s-Anatomy.jpgAujourd'hui, je traite de deux genres de séries en une, et des genres on ne peut plus répandus : une série « pour filles » (à la manière de Desperate Housewives, Sex and the City, Gossip Girls...) et une série avec des médecins (Urgences, Scrubs, Dr House, Mercy Hospital...).

 

Pourquoi Grey's Anatomy ? Comme toujours, c'est la publicité qu'on m'en a fait qui m'a poussé à commencer. Et puis c'était les vacances, j'attendais avec impatience mon tour de France et pour tuer le temps je décidai de plonger dans une série. Et pour tuer du temps...cela fonctionne ! A l'époque, j'avais les DVD, pas encore besoin du streaming...

 

La série est toujours en cours (on en est à la huitième saison). Pour ma part, j'ai regardé les saisons 1 et 2, et j'ai arrêté pendant la 3. Cette fois, c'est le monde médical qui m'a permis d'apprécier la série, puisque le champ des intrigues se révèle quasi-illimité.

L'histoire est centrée sur le personne de Meredith Grey, et de sa relation avec Derek Shepherd, qui est son supérieur.

Mais la saison 3 présente pas mal de défauts, avec deux séries en une : Private Practise et Grey's Anatomy. C'est à dire que le docteur Addison Montgomery-Shepherd quitte Seattle et part exercer à Los Angeles. Et la série la suit ! On est alors baladé entre deux villes, des intrigues des deux côtés et on s'y perd... De plus, les intrigues de filles (à savoir qui couche avec qui) devenaient un peu niaises sur le long terme...


PS : ceux qui regardent toujours la série peuvent me donner leur avis sur les saisons suivantes !

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 07:21

Prison-Break-saison-1.jpgCe fut ma première. Ce fut la bonne. Je me souviens de la saison 1, juste fantastique. Un suspense à chaque fin d'épisode qui vous obligeait à regarder le suivant. L'ensemble de la saison 1, à coup d'épisodes de 43 minutes, a été regardé le temps d'une nuit blanche à Arras. Au petit matin je suis allé en cours mais les pensées de Michael Scofield m'accompagnèrent jusqu'au sein de l'amphithéâtre. Comment va-t-il s'en sortir ? Va-t-il réussir ? Et que faire de T-Bag ? Et Abruzzi ?


L'histoire ? Pour ceux qui n'ont pas encore entendu parler de cette série (il y en a peut-être!), Lincoln Burrows a été arrêté et condamné à mort pour le meurtre du frère de la vice-présidente. Son frère, Michael Scofield, décide de se faire incarcérer de son plein-gré afin de le faire évader de prison. L'élément important étant la carte de la prison qu'il s'est fait tatouer sur le corps.

 

Créé en 2005 par la Fox, la série a été diffusée par M6 en France, avec un générique créé par Faf Larage (Pas le temps). Elle a pris fin en 2009 (4 saisons).

Cette série reprend selon moi l'ensemble des qualités et des défauts des séries. Pour les qualités, une intrigue magnifiquement ficelée, de l'action et énormément de suspense (je pense que c'est le mot qui caractérise le mieux cette série). Cependant, un problème demeure : la perte de qualité au fur et à mesure des saisons. Au départ, il était prévu qu'il n'y en ait que deux. Il y en a eu finalement quatre, la faute au succès. Un peu la rançon de la gloire : la Fox a insisté auprès des producteurs/réalisateurs/scénaristes pour prolonger le plaisir, les audiences étant fantastiques. Et c'est ainsi que dès la fin de la saison 2 les choses se sont dégradées. La faute à une intrigue qui rabâche un peu des choses déjà vues (la saison 3 se passe à nouveau dans une prison...). Dommage, cela aurait pu être ma série modèle.


Mais cette série m'aura marqué, et je sais maintenant que lorsque je suis accro à l'une d'entre-elles, je peux passer plusieurs jours de ma vie devant.

PS : et on pense à T-Bag lorsque l'on a pour mission de se faire tenir la poche en soirée...

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 06:00

« T'aurais pas un euro ou deux ? ». Bonjour à toi aussi, jeune fille. Non, tu ne me déranges pas. 13 ans, capuche sur la tête, cigarette dans la bouche. « Pourquoi faire ? ». Réponse textuelle : « j'ai pu de cigarettes ».

Cette scène dans la gare de Mulhouse m'a déprimé pendant quelques heures. Parfois, je perds espoir dans l'humanité. Le bon sens, l'intelligence, de la bonne utilisation de l'argent.

J'ai arrêté, comme je l'ai déjà écrit il y a quelques semaines, de donner de l'argent aux mendiants. L'idéal est de passer par une association, qui répond bien mieux aux problèmes de fond des miséreux qu'une simple pièce dans un bol. Emmaüs étant ma seconde maison, j'ai l'impression que j'ai fait une bonne action à chaque fois que j'y laisse mes euros.

 

Cependant, cette fille m'en a rappelé bien d'autres qui écument les gares du matin au soir. On est alors loin du mendiant traditionnel, qui fonctionne assis, avec une pancarte devant lui. Non, la mode est à la tchatche. On n'attend plus que la solidarité vienne à soi, on va la chercher. « Bonjour madame (ou monsieur), vous n'auriez pas un euro ou deux ? ». Oui, on ne demande plus une petite pièce, car on risquerait de recevoir des centimes. « Une cigarette ? ». Oui, le mendiant a tendance à fumer et semble insensible à la hausse des prix. « Vous n'auriez pas un ticket restaurant ? » Là, on monte dans le haut de gamme. Je n'ai pas encore entendu le « vous pouvez me payer une nuit à l'hôtel ? » ou « vous n'auriez pas un paquet de cigarettes ?  ».

Merde, je commence à être de droite. Je vieillis, et je tape sur les mendiants. Aidez-moi !

Le voyage en Asie a changé ma vision du monde. Alors que je croyais ces pays largement sous-développés (en suivant les statistiques), j'ai découvert des contrées où les sourires sont plus nombreux que dans l'Hexagone. Que des gens qui n'avaient pas grand chose le vivaient plutôt bien. Qu'ils ne s'en souciaient guère, du confort matériel. Et que chaque repas était béni, savouré comme il se doit. En Asie on m'a demandé de l'argent à deux reprises : Shanghai et Bangkok. A savoir les deux mégalopoles les plus occidentalisées. Le reste du temps, on n'aurait même pas osé. Faire la manche, ce serait renoncer. Ce serait une honte des plus extrêmes.

 

Je recroise la fille quelques minutes plus tard. Un écouteur dans l'oreille droite, le téléphone dans la main gauche. Un sourire diabolique. Elle se dirige vers une vieille dame.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 05:59

Match de football avec l'ESSOR, alors que je joue pour les moins de 18 ans. Nous allons jouer à Outreau. Les blagues fusent. Ce nom est un symbole, il restera gravé très longtemps.

 

L'histoire d'Outreau me fascine autant qu'elle me répugne. Le jugement s'est passé dans ma ville, Saint-Omer. L'histoire s'est déroulée dans un territoire finalement très proche, dans mon département. Et c'est arrivé à monsieur et madame sans histoire.

Presume-coupable-Philippe-Torreton-affaire-d-Outreau.jpg

 

J'ai regardé le film Présumé coupable. Philippe Torreton est d'une force poignante dans le rôle d'Alain Marécaux, accusé par un enfant, sa mère et une amie de sa mère de viol sur mineur. Ils sont 13 accusés, dont la vie va basculer. Un d'entre eux rendra les armes et choisira la pendaison en cellule. Certains feront jusqu'à trois années de prison pour un crime qu'ils n'ont pas commis. L'accusation s’effondre à Saint-Omer dès les premiers jours du procès. Et c'est la France qui a du mal à se regarder dans la glace.

 

Combien de Français auraient jeté ces hommes et femmes aux loups ? Combien auraient voulu rétablir la peine de mort pour l'occasion ? On aurait eu l'air malin avec 13 cadavres innocents sur les bras. Et la presse, qui raffole des faits divers morbides. N'a-t-elle pas tiré trop de conclusions hâtives ?

 

Cette histoire a fait évoluer les mentalités. La mienne en tous cas. La présomption d'innocence doit être le droit fondamental de tous les accusés. Même lorsque toutes les preuves sont réunies, il faut avoir la décence d'attendre le procès, et la condamnation. On aura bien le temps ensuite de crier haro sur les condamnés.

 

Je préfère voir dix coupables dans la nature qu'un innocent en prison.

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs