26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 13:13

Mes archives MSN, un trésor que je garde précieusement dans mon ordinateur depuis 5 années maintenant. Et parfois, l’envie me vient d’y jeter un œil. Vous n’imaginez pas mon plaisir de pouvoir revivre l’espace de quelques minutes les discussions de ma vie d’un mois et d’une année que j’ai décidé. Et j’ai l’impression de revivre les moments, de réfléchir à nouveau aux questions que l’on m’a posé, aux questions que je me suis posé.

Mon Blog va dans ce sens. Les photos également. Et le fait que j’étudie l’histoire n’y ai peut-être pas étranger.

 

J’aime revivre mon passé. Non pas que je le regrette comme Du Bellay ou Rimbaud. Non, j’aime simplement me rappeler d’où je viens. Ce que j’ai fait pour en arriver où je suis actuellement. De me dire que ça n’a pas toujours été facile. Que la Finlande est en fait une sacré belle récompense. Au fur et à mesure des pseudos que j’avais, j’ai revu l’ensemble de mes exposés d’Arras. J’ai revu les « je dois bosser » ou « je dois réviser ». Alors vivre comme je peux le faire maintenant est comme une victoire. Ces archives me permettent simplement de revivre le match.

 

J’avoue que les archives recèlent beaucoup de trésors. Des trésors qui vous concernent tous et qui ont un risque important de ressortir lors d’une journée de mariage. Non pas pour vous gêner devant toute la famille et toute votre belle-famille (et surtout votre femme ou mari). Non, juste pour sourire à ces moments en y repensant. Et se dire qu’on était idiot. Et se dire qu’on été naïf. Et se dire qu’on été jeune.

 

Je rêve de capturer ma jeunesse pour pouvoir la revivre à l’infini. Et je ne me débrouille pas trop mal. Dans le même temps, il faut néanmoins continuer à construire mon présent, à le vivre intensément. Et j’espère que je ne me débrouille pas trop mal. J’espère pouvoir relire ces quelques lignes dans plusieurs années et me dire que j’ai pris les bonnes décisions, fait les bons choix. Et être fier de moi. Non pas par vanité mais juste pour savoir pourquoi je vis, pourquoi je suis là. L’important c’est de construire quelque chose, de laisser une trace. Et revoir cette construction dans les archives me procurent une joie intense.

 

PS : la France me manque, parfois.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Autre
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 12:02

Me retrouver avec Camus c’est avant tout de la fainéantise. A la bibliothèque de Tampere, je partais à la recherche d’ouvrages en français après une expérience difficile en compagnie d’Hemingway (le vieil homme et la mer, avec une multitude de vocabulaire marin qui m’était jusque là inconnu). Je me suis trouvé face à Victor Hugo, mais Notre-Dame-de-Paris équivalait à un sac de pommes de terres de 10kg niveau poids. Je poursuivi dans les rayons et j’ai vu Camus, Albert de son prénom.

Camus, je me souvenais avoir lu l’envie de notre actuel président de la République de transférer ses cendres au Panthéon. Comme le monsieur n’est pas à un très grand fan de littérature française et notamment de la Princesse de Clèves, j’ai pensé qu’il devait y avoir une raison à cet attrait pour le Prix Nobel 1957. De plus le livre était court, alors pourquoi résister ?

 albert-camus.gif

J’ai commencé par l’étranger et j’ai très vite apprécié le style d’écriture. Je ne suis pas un grand fan des descriptions à la Madame Bovary, je préfère un peu plus d’actions. L’étranger c’est l’histoire d’un mec comme vous, comme moi, qui s’ennuie parfois dans sa vie. Il fait plusieurs rencontres intéressantes, des nouveaux amis et tout d’un coup il déconne totalement. Le livre m’a laissé perplexe, j’avoue ne pas toujours comprendre la réaction de cet homme qui se transforme en quelques dizaines de pages en assassin. Cependant, après avoir apprécié le style, je pouvais passer au livre le plus connu de l’auteur : la peste.

 

La Peste m’a charmé, impressionné, touché, troublé, ému, affecté et tant d’autres synonymes d’enchanté. L’histoire est au départ très basique, une épidémie de peste se déclare à Oran, en pleine Algérie française. La suite est juste un délice de description des réactions et des sentiments de ses habitants. Camus passe tout en revue : la fermeture des portes de la ville, les couples brisés, la peur de la mort, la peur de l’autre, le temps de l’action, de l’inaction, l’amour, l’amitié, le plaisir. Tout a changé avec la peste qui ne fait pas de distinctions sociales. Les enfants meurent autant que les adultes, les femmes, les animaux, rien n’est épargné. Camus évoque également la religion avec ses espoirs et ses désespoirs. Le temps aussi, qui passe au rythme de la peste, s’accélère, ralentit et emporte tout sur son passage.

En résumé, c’est un livre à lire. Un livre que j’ai directement classé sur le podium de mes livres préférés.

 

Enfin, j’ai fini ma période Camus avec la Chute. J’ai rigolé pendant trois chapitres et j’ai beaucoup réfléchi les deux derniers. Encore un livre court au style aisé. Un humour sarcastique, parfois noir. Et un façon de pensée la vie très différente du reste de mes contemporaines.

 

Je finirai avec quelques citations de ces ouvrages :

La bêtise insiste toujours. [La peste]

Le charme : une manière de s’entendre répondre « oui » sans avoir posé aucune question claire [La chute]

Nul homme n’est hypocrite dans ses plaisirs [La chute]

Et surtout : Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser [La Peste]

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Les arts
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 13:11

Une semaine de vacance, de repos, de découverte.

Train aller Tampere-Rovaniemi : 69€ (pas content)

Ensuite direction la maison de la famille de Laura à Rovaniemi. Oui Laura habite Rovaniemi. Enfin elle habite Rovaniemi comme moi j’habite Lille. Vanttauskoski, 55 km à l’est de Rovaniemi. La neige recouvre tout, à certains endroits, il y a un mètre. Manteau blanc.

Plusieurs découvertes majeures :

En un le snowboard ! Pendant 2 jours nous sommes aller à Sallatunturi, à 3 km de la frontière russe. Je vois ai déjà avoué avoir eu les pires difficultés avec le ski, et bien là, comme par miracle, les choses se sont bien déroulées. Je partais plus confiant, croyant que c’était plus simple, et j’en ai eu la confirmation. 3 heures de snowboard, beaucoup de gamelles mais à la fin je pouvais maitrisé une descente ! Bip Bip ! Ouéééééé

 

Les parents de Laura étaient sympa, ils m’ont tout offert pendant le séjour, notamment la possibilité de dormir dans un petit (grand) gite en bois couleur locale. Et le soir, après une dure journée de labeur, nous nous sommes rassemblés au coin du feu pour faire cuire une saucisse (très typique de la Finlande). Le lendemain, c’est fut de la luge en descente et un petit barbecue dehors, alors que les températures étaient toujours négatives.

Ensuite, j’ai découvert une course de rennes. J’avoue avoir été surpris par l’idée et puis les choses m’ont semblé logique et les voyant. Au milieu de Rovaniemi, avec le Père Noël pour spectateur, deux rennes trainant chacun un skieur défilé pour un 200 mètres. Plusieurs dizaines de courses avec demi-finale et finale. Il n’y avait pas de tiercé mais on aurait pu se croire à Vincennes. Beaucoup de touristes, dont moi, qui ne suis pas restés très longtemps non plus (un renne ça va, c’est quand il y en a beaucoup que ça me pose des problèmes…)

Enfin, ice-fishing, ou encore trou dans la glace pour pêcher. Juste génial. Nous étions traînés par les deux motoneiges familiaux, et en route à travers la nature finlandaise pour arriver en plein milieu de nulle part, sur un lac gelé. Et pas qu’un peu. Au moment de creuser nous nous sommes rendus comme que c’est un mètre de glace qui nous supporté. Ensuite, nous avons pris notre petite canne à pêche et attendu. Pour rien. Mais ce n’était pas le plus important. Au moment du départ, ce fut plusieurs galères avec les motoneiges bloqués, l’appel aux voisins solidaires qui sont venus nous déneiger. Un bel aperçu de la solidarité locale.

   

Hormis cela, mes cours de finnois m’ont un peu servi pour bredouiller quelques phrases de survie. Mais j’avoue que je suis perdu sans mon cahier de note… J’ai rencontré les derniers amis de Laura que je n’avais pas vu, dont certains seraient au goût de mes amis masculins. Toujours sympa, et toujours bilingue, ce qui est pratique. Et également un bowling avec la belle-famille où j’ai pu démontré que la France savait « striker » !

Voilà pour un petit résumé de cette semaine que j’ai fortement apprécié, une semaine qui m’a fait du bien et qui me permet de repartir tranquillement à la rédaction de mon mémoire.

 

Au plaisir !

 

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Voyage (autre)
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 13:11

A l’âge de trois je suis entré à l’école primaire en pleurant. Ma mère aussi pleurait, c’était pour elle le début d’une pseudo-indépendance de son fils. C’est ainsi que je me suis retrouvé installé sur un tapis roulant. Au fur et à mesure des années, j’avançais sans bouger de ce tapis, tout se passait automatiquement. Collège, lycée. Licence, Master. Je me laissé guidé. Pas de grand virage, peu de mouvement, une suite logique. Et là, en juin, c’est la fin du tapis roulant. Je vais devoir marcher. Et j’ai de nombreux chemin qui s’ouvrent devant moi.

Je ne me plains pas, l’objectif était jusque là de garder le maximum de portes ouvertes. Mais j’avoue être un peu circonspect devant toutes ces portes. Laquelle emprunter ? L’histoire, le social, l’art, la diplomatie, le journalisme ? Quelle école ? Quel métier ? Quelle vie ?

 

Il y a deux Jérémy. Un Jérémy qui rêve intérieurement d’écrire quelques lignes de l’Histoire, de peser sur le cour des choses, de s’engager pour un avenir meilleur. Un autre qui pense surtout à lui, à son histoire, et qui rêve à son propre bonheur.

 

Après juin, je n’ai rien, c’est le grand vide. Des pages blanches qu’il me faut remplir. Et je n’ai guère d’inspiration. Ma seule ancre, c’est Elle. Alors je veux la suivre, contre vents et marées. Peu importe si des port(e)s se ferment, mon bateau du bonheur ne chavirera pas, je tiens la barre et n’abandonnerait pas le navire. Visitons des contrées lointaines ! A bâbord, à tribord, ne nous arrêtons pas, suivons les alizées ! Peu importe le risque d’avarie allons à l’abordage de la vie !

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Autre
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 13:09

Plutôt que de vous ennuyer tous les jours ou toutes les semaines avec les bons films que j’ai vu (et encore, j’évite de vous ennuyer avec les films qui en ont fait autant sur ma personne…), je me suis résolu à faire un point mensuel. Parler une fois par mois de cinéma, c’est peu, surtout pour moi qui, ces derniers temps, mange du cinéma. Manger, ce n’est pas simplement au sens figuré, puisqu’il m’est arrivé de passer un repas pour regarder un film supplémentaire.

 

En février, 28 films se sont déroulés devant mes yeux. Je vais essayer d’en retenir 5

5. Dumb and Dumber tout d’abord, une comédie des frères Farrelly (Marie à tout prix) avec Jim Carey dont je ne suis pas un grand fan au départ mais qui m’a divertit. Et je considère qu’il est souvent plus difficile de faire rire que de faire pleurer alors je le conseille.

4. Trois enterrements, un film hispano-américain sur les migrants mexicains aux Etats-Unis où Tommy Lee Jones (Le fugitif, Men in Black, No country for old men…) crève l’écran (c’est d’ailleurs lui le réalisateur). Une histoire très froide, très piquante, assez noire mais une histoire d’hommes et d’amitiés. Une très bonne surprise.

3. Elephant. Le drame de Columbine vue sous l’angle (très) différent de Gus Van Sant qui m’avait déjà plus dans Harvey Milk. Une histoire dont on connaît la fin mais le film a l’art de susurrer les raisons du drame et de nous laisser maître des conclusions à tirer. A voir peut-être en complément de Bowling for Columbine.

2. Deux Jours à tuer, dont j’ai déjà fait l’éloge une fois et que j’ai revu. Le visionnage fut très différent et peut-être un peu plus intense, un peu plus bouleversant. Un film qui m’a touché à deux reprises.

Enfin, et c’est le top 1 du mois : les vieux de la vieille, dialogue de Jacques Audiard, avec Jean Gabin. Peut-être êtes-vous effrayer de regarder des films anciens en noir et blanc et je le comprends, certains ont mal vieilli. Mais justement, les vieux de la vieille ne peut pas vraiment vieillir puisque les vieux n’ont pas changé. L’histoire de trois anciens dans la France profonde qui désespère de voir que les temps ont changé et que les jeunes de maintenant ne sont plus les même, pas assez travailleur, sans respect. Un film très drôle et profondément d’actualité qui aborde une vie que nous rencontrons sans doute un jour.

  les-vieux-de-la-vieille.jpg

 

La liste de février (oui, j'ai du temps libre, mais le temps, c'est surtout une question de priorité !) :

Good Morning England (bonne B.O.), Bowling for Columbine, Mais où est donc passé la septième compagnie, Le boulet, Narco, Match Point (ah, Scarlett…), Paris brûle-t-il ? (bon film sur la libération de Paris), La mort aux trousses (sacré Hitchcock !), Le Samouraï, Sur la route de Madison (Belle romance), Trois enterrements, Le cercle rouge (film assez noir avec Bourvil dans un rôle original), Harry Potter x 6 (le pro du balai), Jean de Florette, Manon des Sources (belle diptyque avec Depardieu, Auteuil, Montand et Béart), Dans la peau de Jacques Chirac (mangez des pommes), Dumb and Dumber, Deux jours à tuer, Elephant, Twilight (je n’ai pas compris l’engouement des adolescentes…), Disturbia (pour ado US), Anastasia (très bon Disney avec une belle base historique), Prête moi ta main (bonne comédie française avec Chabat), Les vieux de la vieille, Touchez pas au Grisbi (Gabin et Ventura).

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Cinema
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 13:07

De la difficulté de la relation à distance

 

Ce titre est aguicheur et vous me voyez donc venir avec les pleurnichements d’une âme en détresse éloignée de sa moitié. Cependant cette vision des choses est fort connue et vous trouverez dans nombres d’ouvrages des explications et des analyses à la question que vous vous êtes peut-être posé un jour (si non, cela viendra !) : comment survivre à une relation à distance ?

 

Non, aujourd’hui, je vais évoquer quelque chose que l’on ne trouve pas forcément dans les revues psychologiques : comment faire pour tenir une relation si spéciale que la distance met à mal, je veux parler de l’amitié.

L’amitié souffre tout autant de la distance que l’amour. Je dirai même plus de par mon expérience personnelle. Car l’amour prend souvent le dessus dans l’ordre des priorités. C’est d’abord je m’occupe de la femme de ma vie, puis ensuite des potes. Alors quand le temps vient à manquer, la deuxième partie est négligée.

 

Déjà en soi, l’amour fait beaucoup de mal à l’amitié. On a tous connus un pote que l’on voyait toujours avec nous et qui, avec une fille, s’est volatilisé. Des visites de moins en moins régulières pour enfin disparaître. Et quand je parle d’un pote, je parle également de moi. Difficile de jouer sur deux tableaux…

 

Quand une première fois la distance s’en mêle, l’amitié souffre mais garde le cap. On aime beaucoup donner des nouvelles, raconter son expérience à ses meilleurs potes, évoquer les filles, les soirées… Cependant, quand une fille arrive à ce moment precis de la partie, elle peut troubler le jeu. En effet, quand tu évoquais tes soirées à tes potes, tu les évoques maintenant à ta moitié. Quand tu évoquais tes doutes, tes peines et tes joies à tes meilleurs potes, tu les partages maintenant avec Elle. Et c’est très difficile de faire les deux…

 

Je le dis, car c’est une petite expérience personnelle. On n’aime assez peu répéter les choses à deux reprises. Alors tes doutes et tes peines tu ne les répètes plus. Tu les donnes à celle qui est toujours à tes côtés. Tes potes aussi sont toujours à tes côtés, mais plus loin…

 

C’est bel et bien la difficulté : l’amitié c’est souvent être proche. Quand tu es petit, tu es potes avec tes voisins, tes cousins, ceux de ton village, puis petit à petit c’est ceux de ta classe de collège, de lycée, de fac. Il est rare que tu ailles chercher très loin tes bons potes, tu prends ceux qui vivent avec toi les moments de joies et de peines. Alors quand on ne vit plus ces moments ensemble, c’est difficile de garder la même amitié. Tu le ressens dans les conversations avec tes « potes » que tu ne connais plus si bien. « Ah, tu as fait cela ? » « Ah, je ne savais pas ». Le pire, c’est quand tes potes parlent de personnes que tu ne connais pas et que tu aurais sans doute connu si tu étais resté. Alors tu regrettes. Mais pas longtemps.

 

L’amour, c’est comme les voyages en train disait un poète. Il expliquait dans la même chanson que « tes potes sont restés à l’autre gare ». Tu peux toujours faire le chemin inverse pour les retrouver, mais dans la vie il faut savoir avancer. Les potes, les vrais, tu les retrouves toujours au croisement d’un voyage en train. Les autres, c’est du charbon qui aura fait avancer la machine. Ils sont maintenant partis en fumée.

 

Je me bat donc depuis plusieurs mois pour garder ces potes. Des messages envoyés comme des bouteilles à la mer en espérant qu’elles arrivent à destination et que les copains comprendront pourquoi tu as fait ce choix, pourquoi tu les négliges quelquefois et pourquoi tu es toujours aussi heureux de les retrouver. Des potes qui vivent souvent la même situation que toi, que moi, que vous. Toi qui lis ce blog, tu comprends surement de quoi je parle.

 

Alors mes amis, réjouissez-vous ! J’aime, je suis, je profite. Mais si un jour vous avez un problème, je reste là ! Loin des yeux mais je l’affirme, proche du cœur.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Autre
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 13:06

Lire Harry Potter était pour moi une obligation. Mes potes l’ont lu, mes potes l’ont vu. Ma copine également. Le trivial pursuit aussi. Alors plutôt que de continuer à perdre des conversations et des camemberts, j’ai choisi la même option que le Seigneur des Anneaux : regarder les films ! harry-potter.jpg

6 épisodes d’Harry Potter en deux jours, ça peut laisser des traces. Après les trois premiers épisodes, j’ai tenté de créer une potion à base d’artichauts et de grenadine dont le seul effet fut un mal de ventre. J’ai alors cru que j’avais inventé une maladie ou un sortilège mais ce n’était que le pur fruit du hasard et de la malnutrition.

Après le 6ème épisode, j’ai pris mon balai à deux mains, je l’ai coincé entre mes jambes et sur mon balcon j’ai essayé de m’envoler. Ce fut un échec consternant. N’ai pas Harry Potter qui veut.

Surtout, depuis quelques jours, je suis effrayé par tous les binoclards à lunettes ayant une cicatrice sur le front. J’y vois l’ombre de Voldemort alors qu’une chute a vélo est souvent la raison de cette mystérieuse blessure.

Finalement Harry Potter, ça laisse quelques traces. J’espère aussi que ça laissera quelques camemberts !

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Cinema
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 13:04

Ca y est. J’y suis. Rennes city, et ma vie reprend un cours déjà connu. Immeuble, pluie, français. Cela change de neige, Laponie et petite maison en bois en Finlande. Et ça me manque déjà. En trois semaines, je suis devenu Finnois. Oui, je sais, vous allez dire que j’abuse. Un peu sans doute. Mais j’avoue être perdu dans mon identité nationale. Le fait de devenir Finnois se ressent sur certains détails que je vais vous décrire.

Cela commença pourtant difficilement. – 15°C, une langue inconnu et incompréhensible, des habitudes culinaires et culturelles différentes des nôtres, enfin des Françaises. La température, c’est le premier point qui m’a fait prendre conscience de ce changement. Passé de – 15°C à -5°C est une chose, de – 15°C à -25°C, c’en est une autre. J’ai commencé à avoir froid dans mes chaussures made in Finlande acheté pour l’occasion. Et à -29°C, j’ai atteint un pic. Le lendemain, une expression et tout a changé. A haute voix, cela a donné : « -15°C, pas trop froid aujourd’hui ».

J’y ai réfléchi ensuite, cela  m’a perturbé. La deuxième fois, ce fut dans le sauna. Toujours question de température. 60°C, 70°C, 80°C. J’ai longtemps souffert dans un endroit que je ne croyais pas fait pour moi. Et puis un soir, ça a recommencé : « 60°C, mais il fait frais non ? » J’étais atteint d’une finlandaise aigue.

 

Peu à peu la maladie a pris de l’ampleur. Une phrase à table devant toute la famille « Se oli uvää » qui correspond à un « c’était bon » et je me suis vu parler finnois en public pour la première fois. Pire, lors de la visite chez les grands-parents, je commençais à comprendre quels étaient les sujets de conversation. Mes cours de finnois n’y sont pas étrangers. Les chiffres, les nombres, les jours de la semaine, les mois, les couleurs, les verbes. Oui, non, merci, pardon. Et peu à peu le cerveau était touché. La motivation était sensationnelle, je voulais apprendre les mots de la cuisine, la météo, la famille. Et j’aimais cela ! Oui, moi, la nonchalance linguistique incarnée pendant plusieurs années de collège et de lycée au grand dépit de mes profs et de ma mère, je voulais apprendre des listes de vocabulaire.

 

Culinairement, j’ai basculé dans le côté obscur de la force. Pourtant, le traditionnel saucisse-pomme de terre me répugné au départ, surtout cuisiné de façon « recette cantine scolaire ». Et puis les finnois m’ont attrapé et fait gobé de la biche, du cerf, du renne. Sucré, salé. J’ai commencé les petits-déjeuners à base de jambon, de bacon, de beurre et de fromage. Surtout culturellement, j’ai fait des choses dont je ne me sentais pas capable en arrivant. Après le ski, ce fut une expérience de moto-neige par -25°C pour aller faire un barbecue en pleine forêt avec toute la famille. Celle-ci me laissa même pratiquer la conduite de l’engin. J’étais adopté. Je les ai adopté.

 

Pour finir, on m’a réservé l’une des spécialités finlandaises : ice-swimming, littéralement se baigner dans la glace. Tout commença logiquement par un sauna avant de sortir par -22°C en maillot de bain. La sensation est étrange, le froid vous prend et vous dépossède du manteau de chaleur que vous veniez juste d’acquérir pour vous offrir un manteau de fraîcheur. J’accélère le pas et j’observe ce lac glacé. On fait chauffé l’eau juste devant moi, elle est à 1°C. J’avance et pas à pas mon cœur accélère. « Je me baigne ». Le temps de le dire et je nage pour sortir et courir vers le sauna. C’est frais, c’est froid, c’est gelé. Mais c’est finnois. Elle aussi. Alors j’aime. Et je suis.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Voyage (autre)
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 13:00

Un film des plus militants sur la condition des homosexuels dans les 70’s aux Etats-Unis. Avec un Sean Penn qui remporte un oscar pour son interprétation d'Harvey Milk, défenseur du droit des homosexuels.

Du coup, ça me donne envie de poser la question du droit des homosexuels en France. C’est une question que l’on retrouve assez peu dans le débat politique, à mon grand étonnement d’ailleurs. Sans doute pour moi l’une des questions de société les plus importantes des prochaines décennies : à quand l’égalité entre homo et hétéro ?

Mon raisonnement débute en Finlande. J’y ai rencontré une fille qui est lesbienne. Jusque là tout va bien me direz-vous (à moins que Christine Boutin ne passe sur mon blog…). Cette fille est abbesse, le féminin d’un abbé. Woh ! Une femme qui fait la messe et qui est en plus lesbienne ! Ca c’est de l’avancement ! Mieux encore, elle est mariée ! Oula oula pas très catholique tout ça pensez-vous. En effet, c’est l’église luthérienne, chrétienne donc, mais protestante. Vous avez donc à l’église devant vous une femme lesbienne mariée. Je vois vos yeux grands ouverts, attendez, ce n’est pas fini. Elle attendait un enfant. J’utilise le passé car malheureusement les choses ne se sont pas très bien passées.

Cependant imaginez un peu l’image en France d’une lesbienne mariée enceinte faisant la messe… Oui, nous sommes à des années lumières de cela.

 

Les Lumières justement, celle que le monde nous envie, que disent-elles ? Ai-je lu que tous les Hommes naissent libre et égaux en droit ? Oui, c’est la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Le seul problème dans notre France d’aujourd’hui, c’est que tous les Hommes naissent libre et égaux en droit, sauf les homosexuels (quelqu’un a du le rajouter dans la marge…) Du coup, nos homosexuels français ne peuvent pas se marier civilement, attendre un enfant ou même adopter. Quand à l’église catholique…

 

Sommes-nous en retard ? Quand on regarde par rapport au reste du monde, non pas tout à fait. Nous serions presque en avance : ce n’est plus un crime d’être homosexuels, ils sont libres de se déplacer, de s’exprimer, de le revendiquer. Ce n’est pas le cas dans beaucoup de pays. Néanmoins, en comparant avec l’Ouganda ou l’Arabie Saoudite, la France est souvent en avance dans le domaine des droits de l’Homme. Non, comparons maintenant avec les Etats avancés :

 

454px-Same sex marriage map Europe detailedComme nous pouvons le voir, le France se situe dans la moyenne européenne, pas trop en retard, mais pas en avance non plus. Ainsi nous amis homosexuels belges peuvent se marier depuis 2003. Les premiers étaient les Néerlandais, toujours en avance (2001). Puis les Espagnols au grand étonnement des Français à l’époque (2005). Depuis les Suédois, les Norvégiens, les Finlandais et même les Portugais (le 8 janvier 2010) ont légalisé le mariage homosexuel (oui, c’est une vieille carte).

Concernant la France, on a évolué depuis 1982 (loi qui dépénalise l’homosexualité en France). Le PACS, pacte civil de solidarité, permet un partenariat entre deux personnes, quelque soit leur sexe, ayant pour objet d’organiser leur vie commune. On peut voir que le mot mariage n’est pas prononcé. En effet, dans le droit civil, le mariage est une institution ayant pour objet la fondation d’une famille. Le mariage et donc inséparable de la famille.

 

Justement qu’en est-il de l’adoption. En France, cela est toujours interdit malgré quelques tentatives de 604px-Gay_Adoption_Map_North_America.pngcouples qui se terminent souvent devant les tribunaux. Dans le reste du monde, en plus des pays autorisant le mariage homosexuel, l’Angleterre, l’Islande, l’Australie, le Canada et même l’Afrique du Sud autorise l’adoption par les couples homosexuels. (cf. carte de l’Amérique du Nord, les Etats en violet autorise l’adoption par des couples homosexuels, en rouge ils l’interdisent).

 

La France est donc dans le deuxième wagon concernant le droit des homosexuels, que ce soit pour le mariage (à la tête du second wagon) ou l’adoption (à l’arrière du second wagon). Quand rattraperons-nous le premier wagon ? Le débat ne semble pas pour le moment se porter sur ce sujet (l’identité nationale ça rapporte plus de voix).

 

Enfin, le don du sang par les homosexuels, dont Xavier Bertrand avait promit l’autorisation et que Roselyne Bachelot a rejeté à la suite d’un avis de l’EFS (établissement français du sang) « les données épistémologiques sont incontestables: entre 10 et 18% des gays sont contaminés, alors que ce pourcentage est de 0,2% pour les hétérosexuels » selon ces propos. Le problème, c’est que Madame Bachelot ne prend pas en compte les autres questions du questionnaire. Si vous avez eu une relation non protégée ces derniers mois vous ne pouvez pas donner votre sang. De ce fait, un homosexuel qui est en couple depuis 10 ans avec la même personne ne peut pas donner son sang, même s’il s’est fait dépisté et que tout va bien… Discrimination ?

Certains répondront que ce sont des experts qui ont donné leur avis. Je leur rappelle que l’Organisation mondiale de la santé n’a supprimé qu’en 1990 l’homosexualité de la liste des maladies mentales… ça me rappelle un discours d’Himmler prononcé en en 1937 : « À cela s'ajoute le fait que l'homosexuel est un homme radicalement malade sur le plan psychique. »  S’il faut 53 ans à l’OMS pour s’apercevoir de son erreur sur cette question, combien de temps il lui faudra pour accepter le droit aux homosexuels de sauver des vies ?

 

Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. 4 août 1789.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Politiquement vôtre
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 12:58

Le ski, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas !

 

C’est ce qu’un ami m’a écrit à propos du ski. Il a oublié de préciser que comme le vélo, le ski commence avec des grosses chutes. C’est ainsi que j’ai découvert les joies de la belle poudreuse blanche (non, ce n'est pas de la coc') sur mes deux longs pieds rectilignes qu’on appelle ski. Avec ces deux instruments de tortures, on m’a offert deux bâtons pour tenter de me stabiliser, les petites roues du vélo en quelque sorte. Les joies du vélo, c’est du pouvoir humer l’air frais de la nature et comme certains m’ont fait la même publicité pour le ski, je me suis laissé convaincre de tenter l’expérience. Bien sûr j’ai démarré sur le plat, on n’imagine pas un apprenti cycliste démarré dans le col du mont Ventoux… Ce fut un désastre. Comme l’armée française à Azincourt ou Waterloo, je suis tombé en masse. Le même ami m’a écrit que les débuts en ski « ont une saveur particulière », il évoquait sans aucun doute la saveur de la neige dans la bouche, qui s’accumule au fur et à mesure des chutes ; c’est donc cela, l’air frais de la nature…

 

Apprendre le ski, c’est comme apprendre le vélo : on débute toujours par apprendre à tomber et à se relever. Comme sur ma bicyclette, j’ai pester sur ma machine, « bon Dieu, ils ne vont pas ces skis […] où sont les petites roues ? » Ma deux petits bâtons, que je ne savais pas utiliser… Le planté de bâton, c’est donc cela… Dans mon cas, je plantais souvent ces bâtons profondément, au moins tout autant que moi.

 

Après tant de lourdes chutes je pensais que le pire était passé. Et là, comme à vélo, arrive le temps de la première montée, celle qui te démontre qu’il te faut encore un peu d’entraînement avant de remporter la Grande Boucle. Cette première montée ressemblait pour moi au Tourmalet, quelque chose d’interminable, où j’avais l’impression de ne pas avancer… Et ce n’était pas qu’une impression ! Tandis que je faisais un pas en avant, je glissais de deux pas en arrière. Difficile dans ses conditions de remporter le maillot à poids du meilleur grimpeur.

 

« Heureusement après la montée, il y a la descente », telle fut ma stupide réflexion au moment des faits. Avec le recul, je pense que les chutes sont plus dangereuses dans le second cas. Je me suis lancé sans réfléchir et lorsque le virage est apparu, je me suis rendu compte que je n’avais pas de guidon pour tourner et j'ai eu beau chercher les freins… J’ai crié alors du plus fort que j'ai pu, non pas par peur, mais pour prévenir les personnes qui étaient devant moi. Et là, il me restait deux solutions : soit je continuais tout droit, direction les arbres (c’était « l’appel de la forêt » de Jack London) ou je me sacrifiais dans la neige (style Worms en mode kamikaze). J’ai choisi la seconde option, pour l’honneur.

 

Maintenant, certains trouvent drôle de payer 6€50 pour se ramasser la gueule pendant une heure et demi ? Moi aussi.

 

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Autre
commenter cet article

Plus De Blogs