11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 21:26

3 ans, putain, 3 ans. Canterbury, septembre 2008.

 

Avant mon départ, ils m’avaient prévenu « tu verras, ce sera les plus beaux mois de ta vie ». Oh, vieux sages que je prenais pour vieux fous.

 

Dès les premiers jours, j’en étais sûr : j’ai trouvé le paradis terrestre ! Il était là, devant moi, chaque jour. J’y vivais. J’en faisais partie intégrante.

 

Malheureusement mon paradis avait une date de péremption. Et tel Adam, j’ai dû revenir sur terre avec mes 7,3 GO de photos et 3659 captures de ton temps.

 

La terre a un goût amer. Quoi ? Il faut prévoir les soirées plusieurs jours à l’avance ? Quoi ? Il n’y a que des Français ? Quoi ? Ils ne viennent pas car ils travaillent demain matin ? Comment ça on ne sort pas car c’est lundi ?

 

Erasmus est un mirage. Un rêve. Ce que pourrait être la vie si les jeunes contrôlaient le monde. Non, ça ne fonctionnerait pas sur le long terme. Le taux de comas éthyliques et de cirrhoses serait trop élevé.

 

Erasmus m’a appris la vie. Erasmus m’a appris ce que je veux de la vie. Des voyages. Des rencontres.

Erasmus m’a appris l’Europe. Non, même avec un fusil sur la tempe je ne franchirai pas la ligne Maginot.

Erasmus m’a appris l’amour.

 

Voir Lucas vivre son Erasmus a suscité chez moi une énorme nostalgie. Je l’ai vécu. Je ne l’ai plus. Tel un junkie revoyant une dose d’héro passée devant lui sans pouvoir se l’accaparer.

 

A Wroclaw, il y avait le train du paradis (ça ne s’invente pas). Il est déjà passé pour moi. Il ne reviendra pas. Mais j’ai apprécié pouvoir le reprendre pendant quelques jours pour me rendre au pays des rêves.

P1150392.JPG

Profite.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 12:37

Dear lovely ex-girl friend

 

This is a message, a long message. Read it when you have time for it.

I have tried many times to write you this, but words, time, courage maybe the three made me unable to do it.

 

Today is different. Today is the yesterday of tomorrow. And tomorrow I will leave. If I don’t write you now, I won’t write you anymore.

Yes, tomorrow is a big day. World tour. Scared ? Exited ? Both, I think it is normal.

Remember a long time ago, we planned together this huge trip, maybe the one of our life.

 

Can we be friend with our ex ?

You remember my opinion on this subject. Friendship cannot exist when you share so much with someone. You told me often than “no ! it is possible”. I think now you join my opinion. We cannot meet or try to see each other anymore, like friends would do.

 

I saw Paolo last week in Paris. He talked a bit about you and your trip in Europe. Funny (or not), it hurts me. He continues to talk one hour but I was just thinking about you all the time.

Last few days I have been in Wroclaw where Lucas makes his Erasmus. Good time as you know. But yesterday I met a German girl. Your double. God ! The same way to act, the same smile, the same crazy mood in party, the same way to dance (yes, that was a funny way !)

 

God why you do that to me ? Life is a bitch.

 

She came to talk with me. Few minutes later I said to her that I have to stop this conversation because it hurts me. I think she did not understand.

 

Yes, nine month later, I am still pregnant of our rupture. If I leave tomorrow, it is also to escape from you, from your ghost which is in my mind. Fucking ghost, go away ! I don’t wanna see you anymore !

 

 

The day when we broke up, I was so piss of. Maybe you don’t remember, maybe you do, but you told me what I call “the top 3”

3- I am tightwad (radin)

2- I am too skiny

1- I don’t have ambition for my life

 

Yes, not nice.

The same evening, I saw that girl. I did not hesitate...

 

Since that I met plenty of them, more than in 3 normal life. The idea, show to myself that no, I am not like you said, that it was just bullshit, some words of a girl who was not able to explain why she did not have love feelings anymore, one girl who believed in a love story and did not understand why it ended.

 

What did we do wrong ?

I asked myself several times this question. Few staff for sure. To come to NY and not do anything was wrong. No talk enough was wrong. Be all the time with you when you got away from your job was wrong. Not be myself was wrong.

You know, I write a journal quite often. In NY, few weeks before I left, I wrote this (it was in French) :

“Something is wrong. I am wrong. Move. Do something. But I stay here. I will stay until the end.”

 

I did not like NY. Life. People. Big cities are not for me. I like too much talk to unknown people who have time to do the same; I hate to much the metro life and its zombies.

 

And I did not like you in NY. How you act. How you change. The first Laura came back to me.

I felt in love with Laura, who hates politics (so much that she said to me that she wouldn’t like if I engage myself), who wanted to work in Africa, on the field, with children. Laura big heart.

In NY, I saw you, wanted to make your connection, went to reception, stay with people from UN because they were from UN and not because they were interesting. I even thought you have had your crash because he represents UN.

 

Power even corrupts big heart.

 

Then you explained me that you wanna stay there, that you wanna work in UN, in NY, even in office. That you wanna do Harvard, try everything to catch this dream, your new dream.

 

I was not part of your new dream. Thanks to you. I was in love with this Laura.

But God, how much I missed the one I felt in love with.

 

I think I missed more your friendship than anything else. I missed to talk to you, laugh with you, going out with you, travel with you.

Sex, love, I did not care anymore quickly. But all the other, it takes me all the time I felt alone. Ah, if Laura would be here….

 

Yes, with a lot of it, I can put Paris in a bottle.

 

You’re not here anymore. Well, this is not exact. You’re in my grand-parents place, in my godmother, even in my mother place. Stupid graduation ceremony !

You’re not here anymore, except in plenty of my computer’s pictures, in my Erasmus album (with few letters), in my Europe tour album, in Lucas room, even on my Wii (when my sisters played, sometimes the Wii says : Have you any news from Laura ? ah ! ) I still have a bit of your staff in my place, few letters, and the worst; I can see your name on my Facebook.

 

I put you away from my news feed, but still you appear in my friends. Still I can see that my sister likes one of your pictures (traitor ! ah ah !) I can see you’re on the chat (quick disconnect right now !) or on skype. It hurts.

 

That will change after this message. If that hurts me, I have to delete it. I have to delete you. It won’t change anything, we don’t have contact anymore. But it will help my heart.

 

How much time I need to be free of you ?

Well, French writer says that love last 3 years. I started to love during the spring 2009. It should end soon. Funny isn’t it, it took me a lot of time to appreciate you, more than you, and now I have so much difficulties to forget you, even with you “top 3” (yes, all the time I think about you, it end with your top 3, and then I don’t miss you anymore)

 

Why this stupid message you’re thinking ? Well, because it is the last one. I had few staff to say to you, now it will be done. I don’t want any answer, nothing. If we meet again, when I’ll be the Foreign French ministry , we will do like nothing happen, that “we” did not exist.

 

But we did. I’ll remember that all my life. And I hope you’ll remember that you have been loved. Yes, by a weird French guy. That you had an impossible story, because, like everybody says, distant relationship doesn’t work. It is not true. The proof is that we broke up because we were too much with each other in the big apple.

 

Few of my friends got pregnant. A kind of epidemic. And all the time they told me, all the time I think about myself, my life, you. Damn it, I wanna have children in some point. But before, I have to build something new, start from 0 with another girl, and walk on one way that I already passed with you.

Right now, my heart is not able to do it, he is not able to love anymore, he even thin that the love of a life don’t exist. My heart is broken. You took a part with you. Give it back to me !

 

No, objectively, I know that it will change, that I’ll fell in love again, maybe several times, and that I’ll even have children. I’m not in depression, pessimistic about the future or thinking about you every day. But when it is coming, there is no joke. And this message reflects all what is in my mind at this point.

 

Adieu Laura.

I love, hate and miss you.

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 11:52

Oui, le sport réserve souvent bien des surprises, bien des émotions. Mais de temps en temps, en regardant une fiche de match, on se demande ce qu’il s’est passé pour en arriver là.

 

Martin Palermo et ses trois penaltys ratés

 

Copa America 1999 au Paraguay. 2 choses très insolites. Tout d’abord, pour cette compétition qui rassemble les nations sud-américaines, il faut signaler la présence du… Japon !

Phase de poule, Colombie-Argentine. 3-0. Ca aurait pu faire 3-3, si Martin Palermo en avait décidé autrement. 3 penaltys manqués dans le même match, l’attaquant argentin entre ce jour-là dans le Guiness des records. Pour lui, cela signifie sa mise à l’écart de la sélection après la compétition. Il ne sera rappelé que 10 ans plus tard. Dommage, parce qu’avec 9 buts en 15 sélections, ses stat laissent rêveurs beaucoup d’autres attaquants.

 


 

 2-2 et pour Chris Nicoll, 4 buts.

 

Chris Nicoll. 20 mars 1976. Aston Villa-Leicester. Joueur d’Aston Villa, il inscrit 2 buts, d’un côté, et de l’autre. Un peu le réflexe du FC Tilques, il a voulu changer d’équipe au milieu du match pour équilibrer… Bon, il n’est pas le seul, Sam Wynne a fait pareil en… 1923 (je n’ai pas retrouvé les images !).

 

Stan Van den Buys, un triplé pour l’éternité.

 

Jupiler League ! Oui, c’est le championnat de Belgique ! Saison 1995-1996, Germinal Ekeren-Anderlecht, 2-3. Les trois buts d’Anderlecht ont été inscrits par Stan Van den Buys, défenseur d’Ekeren…

 

Franck Queudrue, cinquante mètres !

 

7 avril 2001. Bastia-Lens. Franck Queudrue, défenseur de Lens, reprise de volée des 30 mètres. But. Contre son camp. La référence en la matière. 

 

Bon, dans la série du but contre son camp, le match où il faut marquer contre son camp !

 

Coupe Caribéenne des nations 1994, à Trinité et Tobago. La FIFA a une idée de génie (ou pas) ! Elle décide d'expérimenter un nouveau règlement pour décider de l'issue d'un match. Si un match de groupe se termine par une égalité à l'issue du temps règlementaire, une prolongation avec but en or est disputée, la prolongation étant terminée au premier but inscrit. Une autre particularité est que le but inscrit pendant cette prolongation compte alors double. Le classement final prenant en compte la différence de buts, cette règle du but comptant double est censée compenser le fait que le but en or ne permet pas d'inscrire d'autres buts pendant la prolongation.

 

Lors du troisième match du groupe Barbade-Grenade, Barbade doit gagner par au moins deux buts d'écart pour terminer premier et se qualifier.

Barbade mène rapidement au score par 2-0 et est virtuellement qualifiée jusqu'à la 83e minute de jeu, lorsque Grenade réduit l'écart à 2-1. L'équipe de Barbade a alors deux possibilités pour gagner par deux buts d'écart et ainsi reprendre la première place du groupe à Grenade : marquer un troisième but dans le temps réglementaire restant, ou alors se faire rejoindre au score et marquer un but comptant double pendant la prolongation. Barbade choisit la deuxième possibilité et décide de marquer délibérément contre son camp à la 87e minute.

Si Barbade a absolument besoin d'une victoire par deux buts pour se qualifier, Grenade peut se permettre de perdre par un but d'écart pour garder sa première place au classement. Pendant les quelques minutes restantes, l'équipe de Grenade essaie de marquer un but dans n'importe lequel des deux buts, ce qui la qualifierait. Barbade défend alors son propre but ainsi que le but adverse pour empêcher Grenade de marquer contre son camp de façon délibérée. L'équipe de Barbade parvient finalement à maintenir le score et à faire disputer une prolongation pendant laquelle elle marque un but en or comptant double qui la qualifie aux dépens de Grenade.

 

 

Dans la série Coupe caribéenne des nations, celle de 1990 vaut aussi le coup. 27 juillet 1990, pendant qu'avaient lieu les derniers matchs des groupes, un coup d'état fut mené dans le pays organisateur. Les joueurs, entraîneurs et supporters n'étaient pas au courant de la situation et le tournoi fut abandonné. Au même moment sévissait sur l'île la tempête tropicale Arthur. Quand ça ne veut pas….

 

 

 

Quand le cheikh du Koweït fait annuler un but de Coupe du Monde (but français en plus !)

 

Coupe du Monde 1982, Espagne. Non, il n’y a pas que France-RFA à Séville. France-Koweït, match de poule. Score final : 4-1. Pourtant 5 buts ont été inscrits par les Français. Giresse a marqué un but, qui ne plaît pas au frère de l’émir du Koweït Fahid Al-Ahmad. Résultat il descend sur la pelouse ! S’en suit un scénario abracadabrantesque !

 

 

Bon, il y a beaucoup d’autres exemples de football plus ou moins insolites. Le charme du sport qu’ils disent !

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 20:54

DSCN6640.JPG

Pour tout vous dire, je n’étais pas fier. J’avais même sacrément peur. Et pour cause, on ne m’a jamais appris à prendre un enfant dans mes bras.

 

L’école est formatrice, mais elle nous enseigne assez peu les choses de la vie. Comment trouver une fille ? Comment la séduire ? Comment être heureux ? Qu’est-ce que le bonheur ? Pour expliquer le théorème de Pythagore ou la conjugaison du subjonctif passé il y a du monde ! Mais pour les choses de la vie, plus personne ! Alors que, soyons honnête, on drague plus que j'aie conjugué (oui, c’est ça le subjonctif passé).

 

Je ne voulais pas tenir ce bébé dans mes bras. L’impression de ne pas être prêt. Je l’ai déjà dit, je ne suis pas assez mature pour être père. Et je ne souhaitais donc pas en faire le travail. J’avais surtout fichtrement peur de faire une connerie. De la laisser tomber. De ne pas bien la tenir. Qu’elle se mette à hurler dans mes bras, après avoir ressenti le fait que le porteur était inexpérimenté en la matière. Ca a un espèce de sixième sens les bébés.

 

Mes amis m’imposent souvent des choses. Surtout mes tout petits amis. Une nouvelle garde robe. Une nouvelle coiffure. Elles ne se privent jamais pour dire ce qu’elles pensent. C’est pour cela que je les apprécie. On accepte la critique de ses amis les plus proches. Car on sait que cela part d’un bon sentiment.

Cette fois-ci, elles ont décidé de me mettre Pauline dans mes bras. Malgré mon refus. Décision à l’unanimité moins une voix. La mienne.

 

Et me voici avec un bébé dans mes bras. Je parle beaucoup sur le coup, pour évacuer mon stress. J’ai l’impression que mes amies ne voient pas que je flippe un maximum. Le fait que je parle fait apparemment rire mon démon, qui se transforme en ange dès le premier sourire.

 

D’un seul coup, je m’imagine avec un enfant. Père. Serai-je un bon père ? Ne suis-je vraiment pas assez mature pour l’être ? Combien ont déjà un enfant à mon âge ? Peut-être ne se sentaient-ils pas prêts pour autant, mais ils ont fait avec. Et depuis, ils doivent remercier chaque jour le ciel qu’un tel évènement se soit produit.

 

Après de nombreux sourires (oui, je fais craquer les filles de tout âge) je redonne l’enfant à sa mère. Si je la garde un peu plus avec moi, je risquerais de m’attacher et de vouloir repartir avec. C’est beau la vie.

Partager cet article
Repost0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 11:30

 

eto-o.jpgEto’o à l'Anzhi Makhachkala, salaire annuel estimé 20 millions d’euros. Qu’est-ce que 20 millions d’euros ?

Pour vous, pour moi, c’est autant d’argent que l’on ne possèdera jamais. 20 millions d’euros c’est plusieurs vies de labeur pour la plupart d’entre-nous, et la possibilité d’une telle somme dans notre porte-monnaie n’apparaît que quelques secondes chaque vendredi soir devant les résultats de l’Euromillion (la sensation disparaît après 3 mauvais numéros et un « eh merde, j’ai encore perdu ! »).

 

Bon, j’évite ce que l’on pourrait faire de cet argent avec les crève-la-faim de Somalie ou la crise économique dans les pays occidentaux, ce serait trop facile. Bien que.

Samuel Eto’o va jouer dans un club du Daghestan, mais il s’entraînera et vivra à Moscou, à 1900 kilomètres de là. Et pour cause, le Daghestan est plus connu pour ses attentats meurtriers que pour son équipe de football (10 000 morts violentes en 2010). Imaginez un peu que les 60 millions d’euros que va toucher Eto’o sur 3 ans soient reversés à la population de la capitale du Daghestan… oui, l’argent aide à stabiliser une région.

 

On me dit qu’Eto’o a le droit d’aller là-bas, qu’il veut assurer l’avenir financier de sa famille…. Foutaise ! Eto’o touchait déjà 13 millions d’euros de revenus à l’Inter de Milan la saison passée. Je pense que c’est suffisant pour mettre à l’abri sa famille. Bon, là, il va mettre à l’abri l’ensemble de sa famille jusqu’à ses cousins par alliance du côté de son arrière-grand-mère maternelle et les petits-fils du voisin de la cousine de sa tante.

 

L’intérêt sportif ? Eto’o, 30 ans, s’en contrefout. Il a déjà gagné beaucoup, et son dernier rêve est de remporter le championnat de Russie, comme tout grand footballeur qui se respecte. Bientôt, je me demande si on ne verra pas un riche milliardaire investir dans un footballeur pour le mettre dans son jardin, à jouer avec ses enfants. Ou dans tout une équipe, payée plusieurs millions par an, pour en faire une armée de nains de jardin. Eto’o serait peut-être l’un d’entre-eux. 

 

Bon, j'arrête ici, je suis capable de le croiser à Moscou !

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 12:29

Avec le parcours, c’est la question qui m’est la plus posée. Beaucoup considèrent en effet le tour du monde comme un rêve inaccessible, principalement en raison du coût supposé d’une telle aventure. Je vais donc faire un point mensuel pour vous tenir informés des dépenses effectuées autour de la planète.

 

Tout d’abord, il faut se rappeler que je suis radin, et il n’y a pas que moi qui le dis. Cela joue lorsque l’on évoque les dépenses sur du long terme.

 

Combien coûte un tour du monde d’ordinaire ?

J’en ai discuté à plusieurs reprises avec des personnes ayant déjà effectué ce voyage, cette aventure. Les deux couples que j’ai rencontrés ont dépensé 6 000 à 7 000€ sur une année, par personne. La personne seule avec qui j’ai discuté avait dépensé 10 000€.

 

Bien sûr ces dépenses dépendent beaucoup du mode de voyage de chacun, ainsi que du parcours. Passer plusieurs mois aux Etats-Unis coûte bien plus cher qu’au Laos.

 

Commençons donc avec le premier point, les dépenses d’avant-voyage.

Vaccins, Visas, Assurance, on a beau essayer, on ne peut y échapper…

 

Vaccin hépatite A : 45,54€

Vaccin fièvre typhoïde : 29,58€

Vaccin fièvre jaune : 39€

Vaccin encéphalite japonaise (2 injections) : 186€ (2 x 93)

Vaccin rage (3 injections) : 114€ (3 x 38)

 

L’ensemble des vaccins revient donc à 414,12€, grosse somme en soi. Mais à choisir entre la maladie et le vaccin… Selon la mutuelle, possibilité de se faire rembourser. Je sais que la LMDE offre 80€ de vaccins par an aux étudiants (donc à moi, étant donné que je reste étudiant jusqu’au 30 septembre).

 

 

VISA Russie : 51,53€ (réservation+invitation d’une auberge de jeunesse + coût à l’ambassade)

VISA Mongolie : 62,30€ (réservation auberge + coût à l’ambassade)

 

AVI assurance : 49€ par mois

 

Il me reste le VISA pour la Chine, ainsi que d’autres dépenses vis-à-vis du sac.

 

Pour les dépenses du voyage proprement dit, une seule pour le moment.

 

Ticket d’avion Bruxelles-Moscou : 167,22€

 

Coût total (sans le remboursement, pour le moment en attente, avec quatre mois d’assurance payés à l’avance) : 891,17€.

 

L’objectif étant de ne pas dépenser plus de 4 000€ avant l’Australie.

Partager cet article
Repost0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 10:51

Flaubert-pr-Milev.GIFEst-ce que je change ? Est-ce que j’ai déjà changé ? Oui. La preuve, j’aime Flaubert.

 

Pourtant, rien ne m’y destinait. Un peu comme Charles Bovary, le hasard a beaucoup conditionné ma rencontre avec cette soudaine passion. Flaubert, c’était pour moi, d’avance, beaucoup de description et un rythme lent, trop lent, qui me fera tomber dans mes plus profonds rêves. Le parfait livre de chevet en soi, puisqu’il devrait me permettre de dormir ainsi plus aisément.

 

Sauf que j’ai très vite pris goût aux descriptions de Gustave. Après deux journées, j’avais déjà lu deux parties, et je pestais contre le fait qu’il n’en reste qu’une. La prose de l’écrivain me plaît, son style d’écriture aussi. Contrairement à Houellebecq ou à Beigbeder, j’ai l’impression que le sujet est entièrement traité, que Flaubert va au bout des choses. L’amour, le désir, la passion, l’ennui, le mariage. Emma Bovary est un drame. Le drame d’une vie. Rodolphe, Léon, Charles, trois hommes qui conditionnent sa vie, qui conditionnent sa mort.

 

A noter que le roman, publié sous forme de feuilleton dès 1856 dans la Revue de Paris, fit scandale. Flaubert et son imprimeur furent jugés pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». Ils seront finalement acquittés.

 

Quelques citations :

 

D’ailleurs, avec du toupet, un homme réussit toujours dans le monde.

 

Elle eut ainsi un peu battu le briquet sur son cœur sans en faire jaillir une étincelle.

 

Qui donc écartait, à tant de distance, le matin d’avant-hier et le soir d’aujourd’hui.

 

Elle confondait, dans son désir, les sensualités du luxe avec les joies du cœur.

 

Tout s’effaçait sous le regret instinctif d’une si longue habitude.

Partager cet article
Repost0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 09:11

Pourquoi je supporte le Paris-Saint-Germain ? Merci capt’ain Raí !

 

Raí fait partie d’une famille qui a plutôt bien réussi dans le football. Son grand frère n’est autre que Socrates, non pas le philosophe, mais l’ancien capitaine de l’équipe du Brésil pendant les Coupes du Monde 1982 et 1986 (ah, ce France-Brésil de Guadalajara !)

 

Raí débute à Botafogo puis décide de rejoindre le Sao Paulo de Telê Santana, l’apôtre du beau jeu brésilien des années 1980. Il remporte notamment la Copa Libertadores en 1982, sorte de Ligue des Champions sud-américaine. Numéro 10 à l’ancienne, il impressionne déjà par sa vision du jeu, son jeu de tête et sa qualité sur les coups de pieds arrêtés.

 

Raí s’envole en Europe en 1993 pour rejoindre le Paris Saint-Germain, où la colonie brésilienne est déjà bien implantée (Ricardo, Valdo). Il remporte dans la foulée le titre de champion de France 1994 (le dernier en date…). Deux coupes de France, deux coupes de la Ligue et surtout la Coupe des Vainqueurs de Coupe 1996, face au Rapid de Vienne.

 

Mon plus grand souvenir de Raí reste cependant un match préliminaire de Ligue des Champions. Paris joue face au Steua Bucarest, le 27 août 1997. Au match aller, Paris avait obtenu le nul sur le terrain, mais le fait d’avoir aligné Laurent Fournier, logiquement suspendu, fait que le club de la capitale perd 3-0 sur tapis vert (l’excuse du club : on a perdu le papier…). Le match retour se déroule dans un Parc des Princes surchauffé.

 

Cela reste pour moi l’un des plus beaux matches du PSG, avec la meilleure ambiance.

 

Un autre geste de Raí, c’est le but face au RC Lens.

 

Joueur du siècle de Sao Paulo, joueur du siècle du PSG, Raí a clairement marqué ma jeunesse. A la récré, dans mon école primaire, j’étais Raí. Je le suis encore un peu, tout au fond de moi, à chaque fois que j’encourage le PSG.

 

A la fin de sa carrière, Raí a créé avec Leonardo une association caritative, Gol de Letra, qui a pour but de développer l’éducation et la formation des enfants de quartiers défavorisés au Brésil. Raí, grand joueur et grand seigneur.

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 09:01

« Mon Dieu ! » Je crois que ce fut ma première réaction. La Une de la Voix du Nord est devant moi, je la brandis devant ma sœur qui fait un « Oh la la » symptomatique d’un sentiment partagé entre la honte et le dégoût.

 

A nouveau, les Ch’tis seront différenciés du reste de la population. 9 d’entre eux (oui, je n’utilise pas 9 d’entre-nous, car nous avons ici affaire à du ch’ti d’élevage, calibré pour la télévision) vont participer à une nouvelle émission de téléréalité, « Les Ch’tis à Ibiza ».

 

Ce n’est pas la première fois que des Ch’tis passent dans ces émissions de sous-culture, euh, pardon, de téléréalité. Confessions intimes est d’ailleurs la spécialiste (La Voix du Nord évoque même le chiffre d’un participant sur deux originaire du Nord) tandis que les sujets laissent souvent rêveur (j’hésite entre le fan de musculation ou de tuning).

 

La productrice, Alexia Laroche-Joubert, ex Star-Ac’ ou Loft Story (exemple typique…) précise cependant : « L’idée n’est pas de se moquer d’eux, mais on s’est dit que ça serait marrant, ce décalage ».

 

Cette déclaration est un bel exemple ! Non, non on ne va pas se moquer ! Mais on va tout de même bien rigoler de votre région ! Car il y a une fraîcheur qu’ « on voit apparaître à l’écran ». Entre une « Loana du Nord » (je cite l’article) qui « adore les gens connus et qui fera tout pour se faire remarquer » et Christopher, charpentier gogo-danseur, de « Tourcoing-coincoin » (je n’invente rien)… nul doute que l’image de la région va être améliorée…

 

La VDN titre à côté, avec l’expérience de Maxime, « La région n’est pas un cirque ! ». Alexia Laroche-Joubert s’en fout, elle considère le film des ch’tis comme des clichés. « Et moi, j’aime les clichés : vrais ou faux, ils font polémique. Génial ! Ca fait du buzz et ça donne envie de regarder »….

 

Par pitié, ne regardez pas, ça va les encourager.  

Article de la Voix du Nord

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 07:24

Le Prix Goncourt n'est pas infaillible. Et pour cause, ses membres ont "oublié" de récompenser Céline pour son Voyage au bout de la nuit en 1932. Mais il bénéficie d'une telle influence dans les milieux littéraires qu'il m'est de plus en plus commun de lire ses vainqueurs. Surtout qu'en 2010 c'est Michel Houellebecq qui l'a remporté. 

 

Houellebecq-pr-Milev.jpgJ'ai lu Houellebecq une fois. C'était La possibilité d'une île. J'en ai gardé un sentiment mitigé. Il y avait du bien, il y avait du moins bien. Mais cette fois c'est tout de même le Prix Goncourt ! Le livre doit être génial. En plus on m'a parlé plusieurs fois de la présence de Jean-Pierre Pernaut dans l'ouvrage !

 

Echec. La Carte et le territoire évoque le parcours de Jed Martin, artiste français, qui rencontre... Michel Houellebecq ! L'idée de départ me faisait rire, mais la réalisation n'est pas à mon goût. Entre une histoire d'amour un peu bateau et Michel Houellebecq qui s'auto-assassine dans son propre ouvrage, sans toutefois réussir à nous entraîner dans une enquête "policière"... La fin du livre m'a laissé un énorme goût d'inachevé. L'impression d'un petit livre de vacances, pas d'un prix Goncourt. On est a des années lumières des Bienveillantes (Jonathan Littell, récompensé en 2006).

 

Beigbeder-pr-Milev.jpgBeigbeder est entré dans mon estime avec 99 Francs. Son adaptation au cinéma aura d'ailleurs été un grand succès (comparé avec La possibilité d'une île qui aura été un échec). Alors Un roman français, prix Renaudot 2009, préfacé par... Michel Houellebecq !, m'attire depuis quelques mois. 

 

Beigbeder évoque non sans humour ses nuits au poste en 2008, lorsqu'il s'est fait chopper en train de sniffer de la coc' sur un capot. Le récit, réellement autobiographique, revient essentiellement sur l'enfance de l'auteur, et ses difficultés de souvenirs.

 

Semi-échec. J'attendais clairement mieux. Les critiques contre le système carcéral sont faciles, et manquent de profondeur. Sa vision de l'enfance n'est pas si éloignée de la mienne, mais elle laisse un goût d’inachevé, tout comme la fin de l’ouvrage. Les deux livres méritaient aisément 150 pages supplémentaires.

 

Est-ce que mon rythme de lecture des classiques joue sur mon exigence vis-à-vis des contemporains ? Peut-être. Car la qualité d’écriture de Houellebecq ou Beigbeder me parait bien terne vis-à-vis de Dostoïevski, Céline ou Flaubert...

 

Quelques passages de Beigbeder :

 

Pour moi, la vie commençait quand on quittait sa famille. Alors seulement l’on se décidait à naître. Je voyais la vie divisée en deux parties : la première était un esclavage, et l’on employait la seconde à essayer d’oublier la première.

 

Le silence des vivants est plus difficile à comprendre que celui des morts.

 

Je n’ai cessé d’utiliser la lecture comme un moyen de faire disparaître le temps, et l’écriture comme un moyen de le retenir.

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs