14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 22:58

Parfois Internet me rend dubitatif. Non pas que ce soit fort pratique, au niveau des liens sociaux, des messages, du téléphone ou pour donner des nouvelles. Le tout à un prix abordable. Non, c'est ce que les gens font d'internet.

Il m'arrive de parcourir les sites sportifs. Oui, le football m'intéresse, on ne se refait pas... Malheureusement, il m'arrive aussi de jeter un coup d'oeil dans le forum, l'espace consacré aux réactions des articles. Et là j'ai les yeux qui piquent. Insulte en tout genre, banalité extrême, comportement violent. Comme si Internet était devenu un champ de bataille et que les armes s'étaient transformées en mot. Parfois j'en regrette de ne pas être aveugle.

Ma question est simple : quel intérêt ? Pourquoi insulter une personne qu'on ne connait pas et qu'on ne verra sans doute jamais ?


Pire, j'ai un ami qui m'a montré la vidéo d'un échange télévisé entre Lalanne et Eric Naulleau. J'ai eu honte pour la télévision. Et j'ai eu honte que cela puisse être montré à toute une population. Une querelle de bistro, des arguments de bas-étages pour des hommes qui prétendent représenter une certaine catégorie de la France (Lalanne s'engage en politique et Naulleau serait critique littéraire).

Et quand je vois le niveau des blagues de Dechavanne (toujours en dessous de la ceinture) dans ces émissions culturelles et l'esprit d'Arthur, juste une proposition : utiliser un décodeur.

Le cerveau.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 23:10

le coup du coeur du jour

 

Un film de Yann Arthus-Bertrand, disponible gratuitement sur Youtube, projetté sur le Champ de Mars ou encore à Central Park hier. 1H30 et une grande claque dans la tête. Réfléchir sur notre planète, sur notre consommation, sur l'avenir et le monde de demain. A voir et à faire voir autour de vous. Grandiose.Yann-Arthus-Bertrand.jpg

Partager cet article
Repost0
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 22:51

22 ans. Aie.
Depuis déjà plusieurs mois, j'envisage ce chiffre avec inquiétude. Non pas que 22 ans soit une étape importante de la vie. Ca n'est pas 18 ans et le permis. Ca n'est pas 20 ans et sa grande fête surprise. Non, mais 22 ans c'est peut-être plus que cela. 22 ans ça m'amène à réfléchir sur mon avenir encore un peu plus. Que faire de ma vie, c'est un peu MA question existentielle de ses 22 ans. Le fait de devoir faire des dossiers, de se présenter à des concours, d'avoir des risques d'échecs...tout cela est bien nouveau pour moi. Pour le moment, ma vie était guidé par l'université, voilà qu'il se peut que je quitte celle-ci dans quelques mois. Avec regret ? Pas forcément mais j'avoue que le rythme de travail (sic !) risque de me laisser mélancolique ces prochaines années.

22 ans. Ca y est, on passe dans le décompte inversé. Jusque 21 ans, ça me plaisait de grandir. 22 ça me fait beaucoup moins rire. On n'a plus 20 ans... Expression qui nous fait bien marrer quand on les a encore, beaucoup moins aujourd'hui. Je prends beaucoup plus de temps qu'auparavant à regarder certaines photos, à revenir en arrière, à relire quelques pages de blogs pour me rappeler de l'époque du lycée ou de la fac. "Déjà !" diront certains. Oui, en effet, il peut paraître dérisoire de regretter le passé à un âge aussi peu avancé. Mais c'est peut-être la peur d'un futur moins joyeux.

A 22 ans j'ai déjà réaliser pas mal de mes rêves. Les pyramides, un voyage exotique, un tour de France en mode galère. De la radio, de la presse écrite. 3 années de fac, une année Erasmus. Et devant moi ? Pfffff, le flou en fait. La seule chose dont je suis sûr pour ma vingt-troisième année (putain, ça fout encore plus les boules de le dire comme ça, j'ai l'impression de prendre une année de plus !), c'est un Tour d'Europe. Le reste ce sera une histoire de chance.

Ah oui, il paraît que ça se fête ! Rassurer-vous, je suis actuellement (et logiquement) en Ecosse en compagnie de la demoiselle. Néanmoins je pense toujours à vous, que vous ayez 20 ans (ah le bel âge !) ou plus (bon courage !)...

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 12:57

"Olala, il fait froid en ce moment ! C'est vrai qu'on a un bon hiver ! J'espère que l'été sera bon. Alala quelle temps en ce moment. On n'est pas gâté."
Pour débuter une conversation, la méthode des anciens consiste à parler de la météo. C'est un sujet facile d'accès, tout le monde se rappelle plus ou moins de la météo des derniers jours. Le sujet ne fâche pas, et il permet d'ouvrir la conversation. Pourtant il existe d'autres solutions.
Pour nous, étudiants, c'est souvent sur l'école. Alors comment ça va les cours ? Les exams ? Encore un sujet assez basique, mais qui nous rapproche plus ou moins.
C'est d'ailleurs cela, l'avantage du début de conversation, un sujet qui rapproche. Imaginez un instant qu'à chaque début de conversation on évoquait les tensions Israélo-palestiniennes ? Ou l'action du gouvernement. "Salut, alors tu as vu comment Israël a bombardé Gaza ? Non, c'est les roquettes palestiennes qui ont commencé !" Le sujet peut fâcher.

Une autre chose, c'est cette fameuse question : "ça va ?" Comment peut-on répondre négativement à cette question ? Alors il y a ceux qui développe : oui ça va, je reviens de vacance... Et il y a ceux qui contre : ça va et toi ? Moi je n'aime pas cette question. Non ça ne va pas ! Cette question me saoûle ! Je préfère un beau : quelles nouvelles ? La question est plus claire, tu veux savoir ce qui se passe dans la vie de ton interlocuteur. Au final le ça va revient au même, mais soyons précis. Boycottons le "ça va ?" !
D'ailleurs, on ne peut pas répondre Non, ça ne va pas. Parce que dans ce cas là, tu peux passer pour le gars qui se plaint. "Non ça ne va pas, j'ai beaucoup de boulot...." Dans la tête de l'autre, tu te plains trop facilement, alors que le boulot, ce n'est pas si grave. Si tu demandes : "quelles nouvelles ?" Là, tu peux répondre, "beaucoup de boulot en ce moment, ce n'est pas trop facile..."

Au fait, vous, ça va ? ^^ Quelles nouvelles ?

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 12:26

Je ne sais pas encore sur quoi je vais écrire, ni sur qui. Tout ce que je sais, c'est que j'en ai besoin. Alors sur quoi me lancer ? Tout d'abord sur ce qui m'a donné envie d'écrire ce soir. Un film, comme parfois. Into the Wild, petit chef d'oeuvre que j'ai déguster bien tranquille au coin de mon feu tandis que mon héros se les gèle en Alaska. Et puis là, une question : pour je ne pars pas ? Je trouve une excuse bidon : je suis enrhumé. Pas terrible, je sais, mais ça risque de diminuer mes conditions physiques et c'est tout de même important pour une aventure en solitaire.
Alors après mon rhume je m'en vais ? Allez, pourquoi pas ? Ah oui, j'ai Erasmus qui reprend lundi. Et ça aussi c'est une super expérience. Qui sais, je peux même partir là-bas avec quelques Erasmusiens motivés, prêt à découvrir du pays. Ou sinon je pars après Erasmus. J'ai déjà un Tour d'Europe en préparation alors pourquoi ne pas le prolonger ou le faire un peu différemment ? Ou bien après ce tour d'Europe. Ah oui je fini mon Master 2 d'abord. Mais après le Master 2 je pars, c'est sûr !

Remettre au lendemain. Alors que c'est justement cela la véritable aventure. Partir sans le prévoir. Partir sur un coup de tête, lâcher tout d'un coup, sans réfléchir. Dangereux ? Oui, mais cela vaut le coup. Certes tu lâches ta famille, tes amis, tes études. Mais tu peux retrouver tout cela un jour, à ton retour, si les personnes t'aiment vraiment et essaient de comprendre.

Je me dis cela en ce moment, mais je ne crois pas à ce que j'écris. C'est cela le drame. Je suis déjà un peu rangé. Pas tout à fait non plus, j'ai un tour de France derrière moi, un tour d'Europe devant, et d'autres choses encore qui seront très belle à l'avenir. Mais je n'arriverai peut-être sans doute pas à partir plus du temps des vacances. Et ça c'est déjà un drame pour moi.

Mais pourquoi tout changer ? Mon bonheur c'est celui-là. Erasmus tout au long de l'année et une aventure le temps des vacances. J'ai un bonheur quasi-assuré jusque l'année prochaine. J'ai des projets, des amis, une famille et pourtant je rêve parfois à une autre vie, alors que beaucoup rêverait de la mienne. Le pire, c'est que je rêve de chose simple, d'un paysage, d'un soleil, d'une découverte. Voilà mon problème, je veux découvrir. Découvrir tout le temps, beaucoup de chose, beaucoup de personnes. Et je n'y arrive pas assez. Pendant ces vacances, combien de personnes ai-je découverte, combien de nouveaux paysages ? Ne cherchez pas, il n'y eu que Berlin. Le reste ça se ressemble beaucoup avec les autres années. Noël, Nouvel an, le foot, les sorties sur Saint-Omer, Arras, Lille, Carnaval, Parc des Princes. Vous pouvez chercher, tout est déjà écrit sur l'autre blog. Sur celui-ci, rien à l'horizon, juste des répétitions.
Alors ça m'emmerde de plus en plus de parler de moi. Non, je n'aime pas encenser ma vie, surtout quand elle ne le mérite pas. Rien d'original cette semaine, le parc des princes, un repas avec la Voix du Nord, un foot, quelques matages de film qui me retournent le cerveau. Rien, enfin presque.

Chaque jour, chaque semaine, chaque mois et chaque année, j'apprends un peu plus sur moi. Sur ce que j'aime faire et son contraire. Sur ce que je veux que soit ma vie et sur ce que je ne veux pas. Chaque moment me construit, me forge mon identité, mes idéaux, mes idées fixes. Chaque jour je deviens un peu plus con, car plus borné sur certaines choses. Je négocie de moins en moins mon bonheur, je le veux, je l'ai déjà. Un peu.

Into-the-wild.jpg

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 12:20

P1030357.jpgRevenu de Lille grâce à la SNCF (sic !), je revois donc Saint-Omer. Et cela est une mauvaise nouvelle pour moi au départ. Oui, Saint-Omer j'aime à petite dose. Alors revenir pour une semaine fait rimer Saint-Omer avec calvaire. (Mot un peu trop fort sans doute, mais je n'avais pas moins fort avec une rime !) Donc je réfléchis un peu dans le train à ce que je vais faire de ma semaine. D'abord il y a Arras que je dois retrouver deux journées. Puis il y a Paris-Lens mercredi. Et puis le chant du départ à la fin de la semaine. Entre-temps quelques vides.
Finalement je pense me faire un samedi tranquille. Berlin et Lille m'ont fatigué. Ne pas sortir de la journée, rester au coin du feu après les pôles Nord et Sud. Pas envie de voir grand monde, être seul, avec mon computer !
Oui, mais voilà, certaines personnes (amis) ne voyaient pas la chose comme moi ! Alors du coup on va me motiver. Tout d'abord on se retrouve au SCRA pour un match de rink-hockey. L'occasion de voir un match engagé dans un sport qui mériterait à être plus connu. Personnellement j'ai bien kiffé l'ambiance, à moitié bon beauf qui râle sur l'arbitre et à moitié supporter qui chante et qui crie.
Et puis ensuite il y a le bal d'Uxem. Oui le carnaval de Dunkerque a déjà repris ! Enfin pas l'officiel. Mais les entraînements. Alors des fidèles (amis) carnavaleux m'ont gentiment convié à me faire belle. Je n'étais pas motivé. Je voulais dormir. J'y vais un peu contre moi, plutôt pour eux. Et puis...
Et puis un bal aussi bon que ceux de Dunkerque. Un premier gros chahut, une bonne ambiance, des jolies filles au départ que l'on a perdu à l'arrivée. Du Champagne et une entrée VIP, Saint-Omer en demoiselle et se faire pisser dessus. Le carnaval c'est inimaginable pour ceux qui ne l'ont pas fait. Et même pour moi toujours beaucoup de surprises ! 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 12:19

Qu'est ce que je vais faire de mon année 2009 ? La question que tous le monde s'est plus ou moins posé hier ou aujourd'hui...voir maintenant, en lisant mon blog ^^
Tout d'abord pour moi, il y a encore 6 mois d'Erasmus. Comment faire pour en profiter au maximum ? J'y réfléchis depuis mon retour ici et j'ai compris qu'un couple Erasmus n'était pas forcément une bonne idée. Pardon pour tous ceux qui trouve ma demoiselle très jolie, mais je ne crois pas à une relation suivie. C'est d'ailleurs le grand changement de mon année. Je pense profiter, également du côté du coeur (sans doute plus bas ^^).
En effet, 2009 c'est l'année de mes 22 ans. Oh putain, quand même ! 22 ans, pour moi c'est la dernière année de ma jeunesse. C'est Erasmus qui sera mes derniers vrais moments de fête tous les jours, de nuit blanche savourée, de filles et de rencontres assurées. Alors oui, le début de l'année 2009 sera sans doute un début de débauche, dans le sexe et la drogue. Oula, dire que ma mère va lire ceci. Allez, j'assume !
Mais Erasmus ne sera pas que cela. Erasmus sera le perfectionnement de mon anglais, quelques voyages en Ecosse et en Irlande, voir du football anglais et accueillir les amis...

Le seul bémol, c'est après Erasmus. Là, c'est quand même assez flou. Il y a d'abord les grandes vacances à organiser. Je me vois bien visiter l'Espagne en juin histoire de voir enfin ce pays avec qui j'ai noué quelques contacts in England. Et puis ensuite, ce fameux tour d'Europe. Ce tour d'Europe ou autre chose ? En effet, il subsiste quelques hésitations. Un ami proche me contamine de sa mission humanitaire. Est-ce que j'ai vraiment envie ? Et est-ce que je pourrai faire mon Tour d'Europe dans de meilleures conditions un autre jour ? Autant de questions auxquelles je n'ai pas encore les réponses.

Pire, la rentrée. Où, quoi, comment, pourquoi ? Là c'est un peu vide. Je suis officiellement en Master 1 histoire contemporaine à Arras. Mais je n'ai pas eu de nouvelles de ma fac depuis juin dernier. Que veux-je faire ? Finir mon master pour ensuite intégrer l'école de journalisme ? Ou une autre voie qui me conduirait à un autre Master ? Ou directement l'école de journalisme, pour profiter pleinement d'un bonus "bon niveau en Anglais" ?
Et si je voulais faire autre chose ? Journalisme ou quoi ? Dans les arts, dans la politique ?

Les autres bonnes résolutions ? Euh, continuez à être parfait ? ^^ (oui, je m'encense !) Non, plus sérieusement, essayer de donner plus de nouvelles à la France. Et peut-être essayer de me poser moins de questions sur cette vie... mais pour cela, je ne garanti rien !

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 12:11
zapping.jpgEn ce moment j'ai assez peu d'inspiration. Donc rien de tel qu'un petit résumé de l'année écoulée ! Une année où l'inspiration a tout de même était bien présente, où deux blogs se sont succédés, où la fac d'Arras à laissé place à l'université du Kent, où les vacances se sont transformées en aventure, et bien sûr où 2008 va laisser place à 2009.
Ce sera l'occasion pour moi de revenir sur une année assez exceptionnelle pour moi (oui j'encense ma vie !), sans doute la meilleure avec 2006.

Tout d'abord le nouvel an de 2008 fut parisien, assez différent de l'ordinaire et bien sympa dans les faits. Fin janvier je garde le souvenir d'un carnaval un peu odorant. Néanmoins le début de 2008 est à nuancer. Pas très bien dans ma tête, petite déprime. L'impression d'avoir perdu les potes, les difficultés pour se jeter à l'eau. L'université d'Arras ne me satisfait plus, mon appartement me semble bien vide.
Heureusement les vacances de février se déroule aux Philippines. C'est là qu'un souffle nouveau envahit mon corps et mon esprit. Ce ne sont pas des vacances mais un voyage dans un pays où la culture et les mentalités sont totalement différentes. Alors oui, ce voyage est l'un des tournants de mon années. Je reviens motivé, plein d'envie. S'en suit une petite visite de Paris avec mes Arrageois, même si les prises de tête continue un peu.
Ce sera notamment le cas après le victoire de Paris en coupe de la Ligue, la polémique avec la banderole et mon article. Jamais mon blog ne suscite autant les passions qu'en ce mois d'avril. L'histoire d'une absence en histoire romaine permettrait presque à certain de me pendre en place publique.
Fin mars ce sera également mon premier (et unique) article sur la crise économique, celle qui aura marqué l'année. Celle qui aura vue revenir les tentations de l'Etat fort, qui nationalise, dans une société capitaliste...
Le 10 avril, c'est mon premier appel au Tour de France et seul Antoine y répond favorablement. J'ai un but maintenant. Ce sera celui-là qui me motivera jusqu'au mois d'août. Quelques apéritifs avant, notamment Bruges, la Venise du Nord, une petite perle que je considère comme ma ville favorite.
Saint-Omer prend une autre saveur, avec la Rhumerie et le Phare. C'est à ce printemps là que mon opinion change sur les cafés : je peux aimer ! Il faut juste choisir où et avec qui !
La fin de l'année scolaire est pleine d'incertitude. Non pas pour la licence obtenue avec la mention souhaitée (bien) mais plutôt pour l'après-licence. Je m'étais préparé pour le concours de l'ESJ mais c'est finalement l'Angleterre qui m'a m'ouvrir ses portes !
2008 c'est de nouvelles amitiés, Sandra, Camille. C'est le renforcement de certaines, Antoine, Lucas. Et puis c'est la confirmation d'Unique.
2008 c'est également une année cinéma  avec des films qui me bouleversent ou qui me changent : Deux jours à tuer, le Scaphandre et le papillon, 99F, La vie est un miracle, Le premier jour du reste de ta vie. Et puis bien sûr le phénomène ch'ti, celui qui m'aura fait rire, puis sourire...
2008 c'est quand même quelques déconnades, les déguisements à la fac (masque, palme, tuba, indien et cowboy avec R-M) ou les premiers pétards.
2008 politique c'est l'omniprésence de Sarkozy, mais cela ne change pas grand chose par rapport à 2007. C'est l'absence de l'opposition, mais cela ne change pas grand chose par rapport à 2007. A si, il y a eu le congrès de Reims, mais c'est trop facile de se moquer.
En juin c'est la fin de la fac, l'immense dernière soirée, les regrets, les au revoir, les adieu sans se rendre compte. C'est également un Euro manqué de l'équipe de France, Vanessa, Julie et Lucie à Arras, moi qui visite Lille puis Walibi.
Le grand moment musical c'est Mika en concert à Arras, dans une ambiance pluvieuse mais heureuse.
Et puis bien sûr le Tour de France, extraordinaire rien qu'a en prononcer le nom. L'EVENEMENT de mon année, celui qui marquera ma vie.
A mon retour c'est les JO, la guerre en Géorgie, ma réflexion sur l'engagement en politique (réflexion non-terminée)
La fin des vacances est un peu pour moi la fin de l'Audomarois. Alors les dernières fêtes, la semaine à Paris. Et après cela il y a l'Angleterre. Beaucoup d'inquiétude et puis...
ERASMUS ! Les soirées, l'adaptation rapide, même à l'anglais. Les visites, les découvertes (anglaise et internationale). Un vrai bonheur qui continuera sans doute en 2009.
De là-bas, j'admire la victoire d'Obama, celui qui me laisse penser que 2009 sera meilleur que 2008. De là-bas j'observe la France qui parfois s'enfonce dans le repli sur soi et le communautarisme. Alors je m'inquiète pour le pays des libertés et des inégalités.
Enfin, de là-bas, je perd quebecstar l'original et j'arrive ici, sur over-blog, ce qui est un mal pour un bien. Certes les visites ne sont plus même, mais cela ne me dérange plus. Puisque là-bas, il y a elle, qui a changé un peu les choses.

La fin de 2008, c'est se poser sur des questions pour 2009. Mais ça c'est le prochain article....
Profiter de la vie les amis, elle passe vite.
Vous pouvez remarquer qu'une année peut parfois se résumer en un article, c'est pour dire...
Je vous aime
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 12:07

en-survet.jpgSerait-il possible que je remette mes pumas ? Non, mais parce que les chaussures à talon ça me plaît moyen...
Et un maillot de foot ? Pas forcément celui de Paris, je ne cherche pas les embrouilles. Mais la cravate et moi ça fait deux... Comment on fait un noeud d'ailleurs ?
Et la veste ? Je sais pas moi, un beau pull c'est mieux non ?
L'apparence physique ça ne compte pas pour moi. Enfin pas trop. Enfin pas tout à fait. On a déjà tous eu à répondre à cette question. En vérité, l'apparence physique compte toujours un peu au départ. Entre une fille très jolie et une fille qui l'ai moins, vers qui je vais pour débuter une conversation ? De même, entre un mec bien habillé et quelqu'un de sale, vers qui je vais chercher de l'aide ?
Réflexe humain, pas forcément le bon. Parce que le mec moins bien habillé est sans doute autant (voir plus) enclin à m'aider.

Cette fameuse apparence extérieur, c'est celle qui m'oblige à suivre le conseil des filles. Auparavant je détestais faire les courses. Même pour moi. Maintenant c'est toujours en compagnie de filles, copines ou soeurs. Pourquoi ? Parce que ce qui plaît à elles plaît aux autres filles. Et je confirme cette phrase, je m'en suis rendu compte en Erasmus. Le fameux pull rouge, couleur que je n'aime pas, est celui à qui on a fait le plus de compliment. Et on m'a plusieurs fois dit que j'étais bien habillé... Oui ça change de l'époque survet, basket, casquet du lycée !

Maintenant, je vais même dans le détail des cheveux et du rasage. Me couper les cheveux ? Of course ! Mais finalement non. Pourtant j'étais adepte de la tondeuse. Mais toutes celles à qui j'ai poser la question m'ont dit qu'elles préféraient maintenant. Alors je balaye le discours des autres mecs, jaloux, sans doute, de ma magnifique apparence physique. (Oui, j'encense ma vie ^^)
Me raser, chose que je déteste. Et bien ça tombe bien, elles m'ont demandé de garder cette petite barbiche ridicule.

Néanmoins je n'oublie pas que la beauté de l'apparence n'est simplement qu'un charme de l'instant. L'apparence du corps n'est pas toujours le reflet de l'âme. A quoi ça sert d'apparaître beau si je m'enlaidis intérieurement ? A méditer.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 12:05

Rengaine-de-No-l.jpgLe bêtisier de Noël. Les dessins animés. Les bronzés font du ski, le père Noël est une ordure. Maman j'ai raté l'avion. Trois voeux pour Noël, Petit papa voleur and Cie.

Chaque semaine du 25 décembre, c'est la même chose, depuis des décennies. Les même programmes, les même événements. Je pensais qu'il n'y avait que le calendrier de l'avent qui revenait chaque année. Mais non, tout bégaie cette semaine là. Et cela ne dérange personne. Pour preuve, les bronzés ont refait la meilleur audience hier...

Pire, il n'y a pas que les émissions. Les journaux télévisées, ou écrits. A la maison, on m'impose Jean-Pierre Pernault : ce midi, après un traditionnel reportage insécurité et quelques mots sur la Belgique : Noël ! Avec les chocolats, les cadeaux traditionnels, Noël dans les maisons de retraite. Je suis sûr que le pilote du journal regarde l'année précédente et prend les même sujets !

 

A Noël on mange comme des gros sacs. Tout le monde appréhende, fait régime avant, prévoit de faire régime après. Les gens râlent : "on va être toute la journée à table", "on n'arrête pas de manger", "ce n'est que des plats lourds". Mais merde, pourquoi on ne mangerai pas un bon steak-pâtes ? C'est sans doute bien meilleur qu'un apéritif de fou, qu'une grosse dinde et une bûche écœurante ! Ou alors une raclette ? C'est tout de même moins compliqué à préparer !

 

Oui, je sais, comme à chaque Noël je râle. C'est ma rengaine. A chaque Noël, j'attends le 26. Comme à chaque nouvel an, j'attends le 2. Bizarre, je sais. Certains ne peuvent même pas essayer de comprendre. "Noël c'est la famille, c'est une tradition, c'est tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil !" Moi je ne suis pas gentil à Noël. Je n'aime pas acheter de cadeau. Je n'aime pas être obliger de sourire, de faire croire que je suis heureux. Noël ou Nouvel an, pour moi, c'est partie intégrante de ma vie. Ce n'est pas des parenthèses dans l'année. C'est bien plus que cela.

C'est des souvenirs


Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs