12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 23:12

Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde. Gandhi l'a dit, j'essaie de le faire ! Après le manger végétarien, le vélo ou le bio, voici l'AMAP, l'Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne.

Le principe est simple : je vais chaque semaine dans une petite salle à côté de chez moi, je me sers en légumes, et je repars.

Bon, bien sûr, je dois payer à un moment ! Je détaille : un agriculteur de Clérac, à 60km au nord-est de Bordeaux, vient chaque semaine avec ses légumes de saison. Et chaque semaine, je viens avec mon panier. Au début du mois, nous avons versé (avec mes colocs) un chèque de 37,50€.

Trois raisons principales :
- manger des légumes. C'est bon pour la santé, et en plus, on n'a plus besoin de faire les courses ! On y va, et on est tranquille pour la semaine !

- favoriser un circuit court de distribution. On mange des produits d'un agriculteur que l'on connaît, que l'on croise chaque semaine. Ça a son charme.
- manger des légumes de saison. On a beau dire, au goût, c'est toujours meilleur. Et ça nous permet de manger des légumes qu'on n'achèterait pas forcément !

Qu'est que l'on a récupéré ? A titre d'exemple la semaine dernière :

Un kilo de pommes de terre (Bintje)
500 g de poireaux

1 demi céleri
1 petite courge butternut
600 g de carottes

200 g d'oignons

65 g de mâche

1 navet

1 radis noir

1 sachet de courge muscade

1 scarole

 

Et cette semaine :

900 g patates

400 g poireaux

un demi-chou lisse

1 sachet de courge muscade
500 g carottes

200 g oignons

400 g topinambours

1 navet

1 radis green meat

1 laitue

Pour 12,50€ par semaine, ça ne nous semble pas très cher, surtout que l'ensemble est BIO ! Oui, c'est une bio-AMAP, ce n'était pas une obligation, mais c'est celle qui est la plus proche de notre quartier ! Pour le moment, on valide ! J'ai fait de la soupe de courge pour la première fois de ma vie (et c'est délicieux !), j'ai découvert le radis noir et surtout le radis green meat ! (et je me demande encore ce que je vais faire avec mon demi-chou lisse !)

A noter que mon AMAP fait aussi du poulet, du poisson (avec un marin-pêcheur d'Arcachon, 3kg une fois par mois), du pain, de la farine, du miel, des œufs, du porc... A suivre !

Alors n'hésitez pas, il y en a forcément une pas trop loin de chez vous !
http://www.reseau-amap.org/recherche-amap.php

 

 

Mon inscription dans une AMAP
Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Environnement
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 17:48

Parler d'un bilan après deux mois, c'est peut-être exagéré. Parler de végétarien, c'est peut-être exagéré. Mais je prends tout de même la plume, car il y a beaucoup de choses à dire. Je rappelle ma résolution du 1er janvier : manger de la viande une fois par semaine. Je suis en Allemagne, pays des végétariens et du mouvement vert par excellence. Après pas mal de discussions l'année dernière, j'ai décidé de tenter l'expérience, et cela malgré mon amour invétéré pour la viande de bœuf.

Tout d'abord, petit ajout : le poisson. Car quand je dis que je ne mange qu'une fois de la viande par semaine, c'est aussi avec le poisson. Je me voyais mal réduire ma portion de viande alors que je décimais chaque jour les fonds marins ! Pas très écologique tout çà !

Nous sommes aujourd'hui dans la neuvième semaine, et j'ai mangé depuis le 1er janvier 4 fois de la viande, et 4 fois du poisson. On peut m'applaudir. Pour la moitié des cas, ce fut plutôt involontairement :

¤ à l'extérieur : une fois du poisson et une fois de la viande chez des gens qui m'hébergeaient (je me voyais mal refuser).
¤ malgré-moi : deux fois de la viande, une fois parce que ma partenaire n'aimait pas sa côte de porc (et nous avons échangé nos plats, alors que j'étais parti sur une assiette végétarienne) et une fois parce que j'ai commandé une soupe de pommes de terre au restaurant, qui contenait des mini-morceaux de lard, sans être indiqué sur la carte ! (j'étais dégoûté d'avoir consommé un de mes crédits viande pour de minuscules bouts de lard alors que ça aurait pu être une bavette à l’échalote!)
L'autre moitié des cas fut volontairement, avec deux fois des sushis (j'adoooore les sushis!), une assiette de poisson au marché local et un burger maison.

Sans surprise, ces deux mois m'ont permis d'apprendre à cuisiner de nouvelles recettes. J'ai ainsi réalisé ma première soupe. Oui, je pars d'assez loin ! Mais c'est plus facile quand on connaît le secret d'une bonne soupe ! Et je l'ai découvert ! Le secret d'une bonne soupe, c'est... qu'il n'y a pas de secret ! Une soupe est un jeu d'enfant, et le goût est toujours bon. C'est un peu comme les pâtes, ça ne peut pas se rater une soupe ! C'est bon pour la santé, on en cuisine pour trois repas, avec un peu de pain, du fromage, du beurre. Et en ajoutant 5 tomates au lieu de 6 carottes, on transforme le goût. La trouvaille du début d'année.
Un autre plat testé assez régulièrement avec ma partenaire, c'est le gratin. Pareil, il ne faut pas avoir fait beaucoup d'étude pour réaliser un gratin. On précuit quelques pommes de terre, on y ajoute une assortiment de légumes (précuit ou non, c'est selon), on fout le tout dans le four avec un peu de crème et du fromage, le tour est joué. Pareil, c'est toujours bon.

Bon, au-delà des recettes, c'est toute une façon de cuisiner que j'ai revue. Avant, avec des pâtes et du jambon, je tenais quinze jours. Aujourd'hui, je peux faire de même, en remplaçant le jambon par quelques champignons et des poivrons !

Surtout, ces deux mois m'ont permis d'en savoir un peu plus sur la mode végétarienne. J'ai rencontré pendant mon périple allemand une végétalienne, puis une végétarienne. Forcément, nous avons discuté nourriture et mode de vie. Ça et quelques reportages supplémentaires (Food Inc, Le Monde selon Monsanto), et je pense que cette résolution de l'année va se transformer en résolution de vie.

Non, je ne te t'oblige pas à te convertir ! Non, tu ne dois pas plus manger de viande ! Mais fais comme moi, lis un peu sur le sujet. Regarde quelques documentaires/reportages. Et tu verras qu'être végétarien est loin d'être mauvais pour la santé, au contraire. Il suffit simplement d'une alimentation équilibrée. Et qu'on arrête de me parler des protéines (il y en a dans tous les céréales et légumineuses !) Et puis forcément, c'est bon pour la planète...

Manger, c'est voter trois fois par jour (c'est mon expression du moment). Bien sûr, on peut s'en foutre. Mais soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (c'est aussi mon expression du moment, d'un végétarien convaincu !). Bio c'est mieux. Régional c'est mieux. Fruit et légume de saison, c'est mieux (ci-dessous, dans le Nord-Pas-de-Calais). Et ne dites pas que c'est plus cher, observez seulement le prix de la viande.
Calendrier-des-saisons-NPDC.jpg
Alors n'hésitez pas à m'inviter chez vous ! Je vous garantis que je réussirai à vous convaincre de vous intéresser au sujet. Voyez-vous, je démarrais de très loin. Mais trois ans sans Fast Food plus tard, une bonne année sans coca, et maintenant une fois de la viande/poisson chaque semaine, et je suis transformé. Pas physiquement, mais dans ma manière de voir l'alimentation, et le monde qui nous entoure. On veut tous laisser une belle planète à nos enfants. Et ça passe aussi par votre repas ce soir.

 

La suite au prochain bilan !

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Environnement
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 07:32

Fribourg est une ville de vélo, 27% des déplacements se faisant à bicyclette. J'ai donc décídé contre vents et marées (enfin surtout la SNCF) d'emporter mon vélo. Un choix judicieux dans une ville où tout est fait pour le deux-roues.
Premier point important : contrairement à la France, l'Allemagne n'a pas fait le choix du vélo en libre-service. Chacun achète son vélo. Deuxième point important : contrairement à la France, tu n'es pas un ennemi de la voiture. Celui qui a déjà fait un peu de vélo dans une grande ville francaise peut en témoigner, la voiture est prioritaire. Du moins, le chauffeur de la voiture pense être prioritaire, c'est SA route. Alors dès qu'il peut doubler, il n'hésite pas. Il te frôle à 50 centimètres, mais qu'importe. En Allemagne, si il n'y a pas la place, le conducteur patiente derrière le cycliste. En France, si tu fais ca, il y a de grandes chances de se faire klaxonner.

Pourquoi le vélo n'est-il pas encore le mode de déplacement privilégié en France. Deux arguments que j'entends souvent : la météo et le relief. "Non, mais prendre le vélo c'est bien gentil, mais dans notre région..."
Ci-dessous, le nombre d'habitants utilisant leur vélo comme moyen de déplacement.

Nombre-de-cyclistes-par-pays.png

Comme on peut le voir, c'est loin d'être les régions les plus ensoleillées d'Europe qui sont les plus cyclistes. Au contraire même. Les Pays-Bas sont clairement un modèle, le Danemark suit derrière, l'Allemagne est sur le podium. La France et l'Italie sont reléguées en fin de classement. Concernant le relief, les 9% de Suisses et d'Autrichiens témoignent de la compatibilité possible entre le vélo et un pays pentu.

Pourquoi les Néerlandais et les Danois utilisent-ils leurs vélos ?
A Copenhague 56% des sondés affirment que le vélo est plus rapide, 37% que c'est plus pratique, 29% que c'est moins cher, et 26% que c'est bon pour la santé. La raison environnementale n'obtient que 5%.
Concernant les distances, les Néerlandais utilisent essentiellement leurs vélos pour une distance inférieure à 7,5 km, et dans une moindre mesure entre 7,5 et 15 km. Seuls moins d'un pour cent effectuent plus de 15 km.

Je confirme ces chiffres avec ma vie à Fribourg. Oui, le vélo est plus rapide, et c'est d'ailleurs la raison n°1 pour l'utiliser. Je dépasse les trams, je peux aller n'importe où en ville. Le centre est fermé aux voitures, alors que les vélos ont le droit dans de nombreuses rues de prendre les sens interdits. Et bien sûr je n'utilise le vélo que sur une petite distance. Difficile de partir en vacance en vélo, on est bien d'accord. C'est aussi plus quelque chose pour les urbains.

Une autre grande différence avec la France, c'est le nombre de kilomètres de pistes cyclables. 75 000 km en Allemagne, 3 fois moins en France. 
L'Union Européenne a cependant eu une sacré bonne idée : le projet eurovélo. L'idée est de relier les pays européens par des voies cyclables, voies vertes dans la plupart des cas. La carte fait rêver. 

Eurovelo-europe-carte-des-routes-road-map.pngSi ça intéresse quelqu'un pour l'été prochain, n'hésitez pas à me contacter !

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Environnement
commenter cet article
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 07:55

C'est un sujet que j'ai déjà abordé à de nombreuses reprises au cours de ces derniers mois : mon envie de devenir végétarien. Plus je lis sur le sujet, plus je discute avec des végétariens, et plus ça me donne envie de franchir le cap.

Le fait que je sois en Allemagne explique en partie cette atmosphère pro-végétarienne autour de moi. Wikipédia me dit qu'environ 9% de la population du pays seraient végétarienne, contre seulement 2% en France. L'Allemagne présente d'ailleurs le meilleur chiffre d'Europe derrière l'Italie, alors que la France reste le village gaulois qui résiste encore et toujours aux végétarismes, trustant la palme du pays le moins végétarien d'Europe (avec le Portugal). 

 

Étonnant d'ailleurs ces chiffres. On pourrait penser que la France dispose d'une variété plus importante de fruits et de légumes en tous genres que l'Allemagne ou les pays nordiques. Et pourtant, il n'y a que très peu de végétariens. Le fait que l'on détienne également le premier cheptel bovin d'Europe peut par contre expliquer le lobby pro-viande dans le pays. Qui n'a jamais entendu que pour être fort, il faut manger de la viande !
Patrick-Baboumian-vegan-vegetarien.jpg

Je vous présente Patrick Baboumian. En 2011, il remporte le titre d'« homme le plus fort d'Allemagne ». Quel rapport ? Ce type est végétarien depuis 2006, et même végétalien depuis 2011 ! Et en 2013, il a transporté un poids de 550 kg sur 10 mètres, ce qui en ferait un recordman du monde !

Qui a dit qu'être végétarien était mauvais pour la santé ?
 

Une étude de l'université d'Oxford a montré que suivre un régime végétarien diminue de 32% les risques de maladies cardiaques. Les végétariens sont également moins susceptibles de développer du diabète.


Mais ce qui me pousse aussi à aller dans cette voie, ce sont les conséquences générales sur la planète de l'élevage intensif. Les fameux « pet de vache », composé de méthane, un gaz 25 fois plus puissant que le CO2. En France, on estime que la digestion de nos amis les bovins représente 5% des émissions de gaz à effet de serre du pays. Ce n'est pas négligeable. A l'échelle mondiale, c'est hallucinant. 

66 kilos, c'est le consommation moyenne de viande en France. En 2011 aux États-Unis, ce fut 78 kilos de viande par habitant. Dans le monde, la moyenne est de 42 kilos par habitant, mais seulement de 31,5 kilos dans les pays en voie de développement. Pays qui nous rattrapent et qui poussent à la production. 

De ce fait, la production mondiale de bœuf a doublé depuis 1970, celle de porc a triplé, et celle de poulet a été multipliée par 6. Et que mangent nos amis les bêtes ? Des céréales. Selon le Conseil International des Céréales, 758 millions de tonnes de céréales devaient aller à l'alimentation animale dans le monde durant la campagne 2010/2011, soit environ 44% de la production totale. Quand la FAO estime que 37 pays sont menacés de famine, et que 15 pays ont connu des émeutes de la faim depuis 2008.


Alors devant mon steak, que j'aime tant (car j'adore le bœuf), je me sens un peu coupable.

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde disait Gandhi. Je n'ai pas mieux.

 

Attention, il ne faut pas manger n'importe comment non plus. Si je n'ai pas encore franchi le cap, c'est que je veux lire au maximum sur le sujet avant de m'engager. Disons que je n'ai pas beaucoup de kilos à perdre, il vaut donc mieux que je fasse gaffe. 

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Environnement
commenter cet article

Plus De Blogs