22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 12:55

Là, je stresse. Et pourtant j'aime cela. J'ai beaucoup de questions qui me traversent l'esprit. Attend-elle la même chose que moi ? Est-elle au moins intéressée ? Elle arrive, marche tranquillement. Le stress monte au fur et à mesure de ses pas. Il faut que je descende pour aller lui ouvrir mon humble demeure. Dans les escaliers le stress est à son apogée. Je réfléchis à chacun de mes futus mots. J'imagine, j'anticipe. Comment cela va-t-il se passer ? Tout est possible.
Mais elle m'a déjà fait changer, elle me fait parler comme rarement, elle me fait rire. Oula, je m'embale. Tout cela n'est qu'idéalisation pour le moment. Mais c'est une belle idée de la fille que je me fais. Le temps est long, l'attente n'a jamais aussi bien porté son nom. Je scrute à ma fenêtre le moindre mouvement, la moindre personne qui marche dans ma direction. Non ce n'est pas elle. 2 personnes, forcément c'est non. Alala, les filles et leurs pouvoirs de nous faire attendre, patienter, tourner en rond. Je ne sais pas trop quoi faire. J'ouvre un bouquin en sachant que je n'arriverai pas à le lire. J'ouvre trois fenêtres internet. Je patiente, difficilement. Le génocide rwandais, ce n'est peut-être pas une bonne idée de patienter ainsi.
Toujours pas. 20 minutes déjà. J'imagine le lapin ans un coin de ma tête, sans y croire. Que fais t-elle ? Sûre qu'elle se fait belle pour moi ! Si c'est cela c'est bon signe ! Ou alors elle est déjà en bas et je ne l'ai pas vu passée. Je vais voir ? Non, j'ai vu passer chaque individu depuis 20 minutes, elle n'a pas pu passer entre les mailles du filet !
Je ne vous l'ai toujours pas présenter, mais difficile pour le moment de vous présenter seulement un espoir, peut-être une chance. Je passe sur Louise Attaque.
Ah une fille déboule sur la route, écharpe au cou. De loin cela pourrait lui ressembler. Pas encore sur de moi. C'est elle ? Oui ! Et non ! Merde alors. Un bruit de message facebook. C'est elle. Lol, moi qui l'attend sur la route... elle est encore devant le PC. Elle demande s'il y a un interphone. Oui, mais il ne marche pas ! C'est pour cela que j'observe ^^
La pression monte un peu plus. Je croyais cela impossible. Encore une demoiselle, argh toujours pas. Plus elle me fait patienter et plus j'y crois. Sensation bizarre, que tout est possible.
Le reste c'est l'avenir. Je m'en vais l'écrire à cet instant.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 12:52

Hormis la présence d'Antoine ici, d'autres événements dans ma vie Erasmusienne. Notamment revoir Elle. Elle qui est très jolie comme me dit le monde. Elle qui est très sympa comme me dit le monde. Elle qui est attachante comme me dit le monde. Elle, qui veut rester ami.
Rester ami avec son "ex" ? Impossible. Voilà la première chose à laquelle j'ai pensé. J'ai une vision assez particulière de l'amitié et de l'amour, et pour moi un mélange est souvent très dangereux. Alors c'était clair, pas d'amitié après l'amour pour moi.
Oui mais voila, j'ai écouté certains arguments qui m'expliquaient qu'Erasmus ce n'est pas pareil. Ou que c'est un peu lâche de l'abandonner ainsi. Alors j'ai craqué, je me suis dit : pourquoi pas ?
Pourquoi pas ? Peut-être pour éviter les embrouilles, les quiprocos, les regards qui se croisent en soirée : "avec qui elle est ? avec qui il est ? Pourquoi il lui parle ? Elle le drague ?" Ma soirée d'hier fut excellente (retrouvailles avec 90% des Erasmus) mais parfois stressante : va-t-elle venir ? Réponse : oui. Va-t-elle faire comme si de rien ? Réponse : oui. Va-t-elle me laisser tranquille ? Réponse : non. Et une prise de tête, une.
Restons amis. Impossible quand le fameux breuvage s'en mèle. Seconde prise de tête, qui va se poursuive sur Internet. Ensuite les mots qu'on regrette, et bla bla.
Restons amis ? Non, ça ne marche pas.

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs