21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 14:21

Les vacances d'un Erasmus. Vous allez dire : "hum, c'est un pléonasme". En effet, Erasmus = grande vacance. Mais à l'intérieur de la période Erasmus je me suis accordé 10 jours de découverte. A l'assaul des îles Britanniques !
Vendredi matin, départ en bus vers Londres où nous devons prendre l'avion. Comme souvent, les Espagnols sont en retard et n'ont pas acheter leur ticket de bus...ils courent pour prendre le train et nous rejoindrons à Londres. Ensuite c'est direction Belfast et son aéroport Georges Best (les fans de foot apprécieront).
Je pars vraiment à l'inconnu dans cette ville. J'ai quelques souvenirs lointains des histoires ensanglantées de Belfast dans les journaux télévisés aux milieux des années 90. Le reste, c'est très flou. J'ai bien compris que Belfast fait parti du Royaume-Uni, le reste ce sera de la découverte. La première soirée se fera dans un restaurant assez chic, à une heure trop tardive pour nos amis British. Aujourd'hui 10 avril, c'est le Good Friday, celui qui précède Pâques. Alors la plupart des pubs ferment à minuit. Nos espagnols sont en pleurs. Heureusement, un bar reste ouvert et nos nouveaux guides nord-irlandais nous emmènent dans ce lieu où il n'y a pas d'alcool... mes amis Erasmus sont en pleurs. J'ai beau expliqué que cela est possible, qu'une soirée sans alcool c'est sympa, il n'y arrive pas...

Samedi matin, l'empereur, sa femme...ok j'ai déjà fait cette blague dans un article récemment, je sors ! Brunch anglais ! Je n'ai pas choisi mais j'ai le droit aux saucisses et aux oeufs à 10 heures du mat'. Mon chocolat chaud me manque... mais j'apprécie la chose. Ensuite visite de Belfast. Là, c'est le choc.
Belfast c'est un peu le Berlin d'avant 1990. Une ville coupée en deux. D'un côté on vend des maillots de foot de l'Angleterre, de l'autre de l'équipe d'Irlande. D'un côté le drapeau de la couronne flotte, de l'autre les drapeaux irlandais sur les maisons. Catholique contre protestant. On comprend très vite dans quels quartiers nous sommes, il suffit de regarder les murs. Les dessins me glacent le sang.

P1040378.JPG

On ne peux pas être plus explicite. Partout on vous explique les méfaits de l'IRA. Bienvenue en terre protestante. P1040385.JPGLes plaques commémores les morts. Et puis le mur. Berlin, 1980 ? Non, Belfast 2009. Il est immense et laisse de marbre. Partout des inscriptions. Pour la paix. Ou pas. Du genre : "L'IRA a tué plus de catholiques qu'aucune armée Britaniques". Ou "I have a dream : Peace in Belfast". Alors que nous sommes là, ébahis, des touristes s'approchent et gravent leur nom sur le mur. Une façon de dire : j'y étais. On continue notre marche et découvrons que la route est fermée. Le quartier est l'un des plus sensible. L'un des plus pauvres aussi. De l'autre côté les grillages se prolongent jusqu'aux maisons. Pour éviter que les pierres lancées ne brisent ou tuent. Des fils barbelés, un quartier désert, sorte de No man's land. Et enfin on traverse la route. Second choc. Les drapeaux irlandais flottent sur les maisons. On commémore les martyrs tombés pour la liberté. Des vitres sont encore brisées, les plaques commémoratives ornent les murs. Ici sont morts .... tombés pour la liberté. Un cimetière est spécialement dédié aux catholiques tués par cette guerre civile. La dernière plaque : 2008. En 2009, deux policiers britanniques se sont fait descendre ici.

 

P1040393.JPGJe ne sais pas pourquoi, mais j'avais plus de sympathie pour le côté catholique, irlandais. Peut-être parce qu'il souhaitait le liberté. Ou alors c'est mon côté français anti-anglais qui ressurgit. Ou les symptômes de ma communion qui me vont croire que les catholiques étaient des martyrs. En vérité, il n'y a pas vraiment de bon ou mauvais côté. Des deux côtés ce sont des civils innocents tués, car présent au mauvais endroit au mauvais moment. Femmes, enfants, les listes sont longues. L'IRA date de 1916. Plus de 80 ans de guerre. L'accord du Good Friday en 1998 à Belfast. Et néanmoins certaines branches de l'IRA qui continue de tuer comme l'IRA véritable. L'historien que je suis est passionné.

Néanmoins il n'y a pas que des endroits flippants dans cette ville, direction le pub ! Match de foot, ambiance assurée. On s'installe à côté de deux grand-pères qui nous font la discussion. J'écoute avec attention l'accent irlandais, moins pire que je ne le croyais. Belfast, c'est aussi l'une des villes de conception de Titanic. On se dirige vers les docks mais il y a peu de trace de l'insubmersible (sic !) Petit repas, petite séance de bowling. On se remet de nos émotions et reprenons plaisir à vivre. Le choc fut important et ce fut difficile de rire ou de sourire après notre matinée.
La soirée se passe dans un pub, où nous pouvons déguster les spécialités locales. Puis l'Empire, une sorte de cabaret à l'ancienne, installé dans une ancienne... église !P1040412.JPG Musique irlandaise, petite danse. Une journée parfaite, où nous avons découvert les multiples facettes de cette ville qui mérite d'être vue. Une petite rose achetée pour Elle et c'est parti pour la deuxième et dernière journée.

Déjà le réveil à la douche froide, ça n'est pas sympa ! Le brunch anglais, ça c'est fait ! Ensuite nouveau quartier de Belfast, son université, sorte de mini-Oxford. J'ai déjà vu le vrai, mais ça me rappelle quelques bons souvenirs en sa compagnie. Le soleil nous accompagne (oui il y a du soleil en Irlande du Nord ^^) dans notre visite du jardin botanique. Ceux qui me connaissent bien savent que je suis plus historien que jardinier. Néanmoins j'apprécie les décisions prises en commun. Oui car nous sommes 9 pendant ce voyage Eramus. Autant dire que les risques de prise de tête et de désaccord sur le programme sont élevés. Mais cela se déroule très bien.
C'est quand même assez fou Erasmus. Je ne connaissais pas la plupart de ces étudiants avant janvier (ce sont beaucoup d'Erasmus du second Term) et pourtant on dort ensemble, on mange ensemble, on en arrive même parfois à partager notre déo...(oui, je sais que vous appréciez la précision du texte !) La famille Erasmus en quelque sorte. Et après un petit foot (on ne perd pas les bonnes habitudes, même en Irlande du Nord !) départ pour Dublin.
Vous nous accompagnez ?

  P1040421.JPG

Partager cet article
Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 14:33

Etre une année en vacance, ça n'est pas toujours facile ! Heureusement, de temps à autres, je m'accorde quelques poses touristiques. La meilleure occasion reste la venue d'une soeur en Angleterre.
Arrivée dimanche, Mélanie a d'abord eu la chance de manquer son bus, et d'attendre sous la pluie battante. Heureusement ce fut le seul incident et la seule pluie du week-end ! Dimanche soir, petit repas avec mes collocs, un peu perturbé en raison de l'accident d'une Erasmus ici. L'ambiance est moyennement à la fête, mais la tartiflette et les bons fromages français nous ont remonté le moral ! Hum le bon maroille et son odeur si particulière !

 

DSC00866.JPGLe lundi, c'est Canterbury ! Et Canterbury c'est d'abord fish and chips ! Après le repas anglais traditionnel, ce fut la visite d'une ville que je commence à vraiment bien connaître, sa cathédrale somptueuse, ces ruelles traditionnelles, sa rue commerçante et sa porte penchée.
Après quelques courses à Tesco, je lui offre gentiment quelques spaghetti histoire de se rappeler la bonne époque de la collocation !
Pour bien comprendre mon Erasmus, quoi de mieux que d'organiser une house party dans mon appart. L'occasion de voir les plus proches amis et la demoiselle. Ca parle autant espagnole qu'en anglais, avec du français et de l'allemand. De l'Erasmus en fait !

Pour continuer à présenter mon Erasmus, c'est le Works, traditionnel le lundi soir ! Quelques espagnoles, une française et un Tchèque nous accompagnent. Un DJ venu spécialement de Londres nous fait payer quelques euros supplémentaires mais peu importe, on verra le Works ! Après la salle Rap-R'N'B' dont Mélanie se souviendra longtemps, bienvenue dans ma salle, un peu ambiance, pop-rock, années 80, qui fait bouger à chaque fois les français et les Erasmus.

 

Mardi matin, l'empereur Jérémy (et le petit prince) sont allés en cours....Et oui, pendant ce temps-là une limace dort sur une jolie chauffeuse ! Revenu à midi, je lui fait découvrir mes nouveaux talents de cuisinier, moi qui carburer aux pâtes... Le steak à la façon Jérémy, un plat que je commence sérieusement à maîtriser à force de le pratiquer ! Et mon invitée a apprécié !
On prend un peu de retard de ce fait et on doit un peu se dépêcher pour trouver où emprunter une voiture le lendemain. Après une petite marche, nous voila rassurer, les jours qui vont suivre seront plus tranquilles. Mardi, c'est également opération relooking pour la famille. Un pull et un jean pour moi, des chaussures pour Nanie (étonnant, non ?)
Ensuite on va retrouver mon tandem pour un repas bien français, enfin je croyais. Un welsh, bien typique du Nord, du fromage fondu en bière sur un toast avec du jambon. Bien bourratif également, et qui apparemment viendrait d'Angleterre, puisque les Anglais ont à peu près le même ^^ Ils nous ont envahi les salauds !
Mardi soir c'est Bluesday Tuesday avec un sacré bon groupe. Du jazz, du rock, de la bonne musique que j'aime. Nanie a l'occasion de pouvoir discuter avec la demoiselle et de découvrir que leur goût vestimentaires se ressemblent ! Elle craque néanmoins avant d'atteindre le Ruby Tuesday, emportée par la fatigue !

Mercredi, direction Brighton. Une première pour moi, tout comme celle de conduire une voiture anglaise. Le volant est à droite, la boîte de vitesse doit être utilisée avec la main gauche et il faut conduire du mauvais côté de la route ^^ Bref, ne pas se tromper de sens dans les ronds-points, regarder à droite avant la gauche... Une partie de plaisir pour l'anglais que je suis devenu ! 2 heures plus tard, nous voici à Brighton, station balnéaire du Sud de l'Angleterre. C'est la fameuse "côte d'Azur anglaise". Le soleil est au rendez-vous, la chance aussi, je suis garé devant la plage. Après un repas Bruger King (on continue le régime !), quelques photos devant la mer du Nord/Manche et on prend route vers le ponton. L'occasion de pas mal de photo stupide, petit florilège :P1040065.JPG

P1040062.JPG

P1040069.JPG

P1040064.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bref, beaucoup d'inspiration et de plaisir. Ces sentiments vont laisser place à l'admiration devant le pavillon royal de Brighton, sorte de Taj Mahal anglais. Là, on débloque. Quelques photos sympa, en mode free-style !

 

P1040083.JPG

P1040084

Après s'être posés pour boire un verre aux rythmes du saxo, nous sommes rentrés au paradis. L'entrée était gratuite car une partie du bâtiment est en travaux. Nous sommes ressortis ébahis par autant de beauté, une salle des banquets et une salle de musique aux allures de maison du Seigneur. Extraordinaire endroit.
Mercredi soir, c'est le repos du guerrier, en prévision des prochaines échéances.

 

Jeudi matin, l'empereur Jérémy (et le petit prince) repartent en cours, à savoir en direct de la cathédral pour visiter les DSC00950.JPGarchives bien sympa, mais à 9h du mat' !). L'après-midi est occupée par le Leeds Castle, château médiéval un temps occupé par les familles royales. Le soleil fait du cache-cache, comme nous dans le labyrinthe du parc. On galère bien avant de trouver l'arrivée. On joue comme des grands enfants à des jeux prévus pour les petits.
Le Leeds Castle ne vaut pas le Taj Mahal, la comparaison fait même apparaître une certaine déception pour moi, étant donné que ce n'est pas une découverte. Mais les jardins restent bien sympathiques et Nanie a l'air d'apprécié. Coco le perroquet commence à nous parler, mais on ne saisi pas très bien ses propos en anglais, peut-être a-t-il trop l'accent ^^ Elle appréciera également la victoire de la Team R. au billard pendant la soirée au Woodies, le bar de Park Wood.

 

Vendredi et samedi, c'est Londres. Une ville que je connais aussi bien que Canterbury, pour l'avoir fréquenté une septième fois. La national Gallery (et ses chefs d'oeuvres), le British Museum, (et ses cailloux) le Tate (et ses malades mentaux), Big Ben, Westminster, Buckingam Palace, Chinatown, Leicester Square, Saint James Park, Hyde Park, Oxford Street.... Nanie a eu fortement mal aux pieds, mais elle a tout vu ! Vraiment tout ! Difficile de faire plus en deux jours que les trois principaux musées londoniens et les grands monuments. London, plus grande métropole d'Europe, apparaît désormais comme bien petite pour la team Révillon ! En résumé photographique :

DSC00994.JPG

DSC01006.JPG

Attention, la dernière image peut choquer. Ame sensible s'abstenir !
On prend un peu froid dans le bus du retour, un peu de retard aussi, puis on rejoint Romain, Lapin et Perrine. L'occasion du repas maison après quelques toasts au saumon et jeux alcoolisés. La soirée commence à une house party en mode fire alarm et se conclut au Loft. Le même nom qu'à Saint-Omer mais pas le même lieu. Bonne ambiance, pas mal d'Erasmus notamment la première dame de Finlande. Quelques danses et une petite virée à 6 dans une voiture qui apparaît très petite de ce fait. La nuit est calme (enfin je crois ^^) et le réveil sous le soleil laisse prévoir un dimanche en apothéose !

 

Dimanche, cette apothéose s'appelle England-France en direct de Twickenham. Les places récupérées par P1040133Romain alors que l'on ne s'y attendais pas nous permettent de réaliser un beau rêve commun. On est des fous, on est des dingues, on part sans plan et on trouve le stade sans trop de frayeur. L'ambiance est assez indescriptible à l'intérieur comme à l'extérieur. Les anglais sont franchement sympa, ça mange et boit dans tous les coins. On se pose au soleil, un verre à la main. C'est déjà le bonheur d'être à l'extérieur ! A l'intérieur c'est une arène, où les combattants sont surtout d'un côté. On se prend une déroute, une branlée, une sorte de Waterloo, mélangé à Trafalgar tellement on prend fuite de toute part. Premier essai au bout d'une minute. 29-0 à la mi-temps. Deuxième mi-temps, premier essai au bout d'une minute... Azincourt ne leur a pas suffit les salauds ! Néanmoins une réaction d'orgueil nous fait revenir à 34-10.
Mais je n'oublierai pas le God Save the Queen et les Swing low, sweet chariot, Coming for to carry me home....
Le retour à la maison est pour moi un retour à la vie Erasmus. Mes amis français repartent aussi vite qu'ils sont arrivés, Nanie est déjà à Tilques depuis quelques temps.

Cette semaine de vacance a vraiment fait du bien et comme la prochaine est prévu très bientôt.... :-)

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 13:31

Comment j'ai pu me passer d'écrire pendant une semaine ? Pourtant mon blog est sacré, mes lecteurs également. Et j'ai toujours besoin de parler à mon blog d'ordinaire. Oui mais voilà, un essai m'a pourri ma fin de semaine dernière et puis j'ai eu quelqu'un qui en sait autant que mon blog à la maison. Cette personne c'est Romain...
Lui, l'ancien, l'ancêtre, le vieillard. Lui qui a déjà vécu quelques parties Erasmus, quelques sorties, quelques filles même, parfois (ne fais pas le modeste ^^). Lui, qui va redécouvrir de jeudi à lundi les joies d'être Erasmus.
Forcément je lui prépare un petit emploi du temps de ministre (même si parfois il y aura des contre-temps...).
D'entrée, jeudi, je lui fais la surprise de ne pas être à la gare d'Ashford. Pourquoi ? Parce que je suis trop stupide pour comprendre que S ça veut dire saturday. Et que le bus que je comptais prendre n'ai pas là le jeudi. N'ayant pas de téléphone pour le prévenir j'embête une de mes connaissances de l'université pour envoyer un message à notre aventurier qui réussit à se débrouiller tout seul. Je m'en vais donc courir vers la gare, je vais à Canterbury East alors que son train arrive à West, du coup je cours en sens inverse. 2 sprints, ce n'est pas fini...
Les deux aventuriers remontent vers l'université. Le temps d'échanger quelques nouvelles liévresques, et nous voici arriver. On se fait un petit welsh histoire de se rappeler nos racines ! Le jeudi soir, c'est prévu soirée 70s. Finalement ce sera plutôt soirée française. Un petit karaoké pour moi (Summer Night... lol) mais le monsieur refuse notre invitation. Le petit groupe se dirige ensuite vers le lieu de la party. Quelques petites danses, quelques muffins et une soirée d'adaptation réussi. Romain est prêt la suite, le grand show !
Le grand show ce sera vendredi. Pourtant la journée ne s'annonçait pas forcément bonne. J'ai mon essai à commencer et à finir en une journée, pas facile. On a néanmoins le temps de faire une petite balade en ville et de goûter au premier fish and chip du week-end... Miam !

P1020673.JPG

Retour à l'appart pour finir l'essai, Ellen, ma collocatrice américaine, le corrige pendant quelques dizaines de minutes. 23 heures, une belle heure pour aller à la party of the century. Pas mal de monde, mais Campus Watch arrive à 00h30 (en gros la sécurité). Là c'est le drame, mais les gros balèzes galèrent devant le nombre. A deux heures on est encore sur la route, à discuter, à réfléchir où aller. Romain rejoue France-Italie avec une demoiselle, et moi je discute avec Janire et son copain... Hum hum
Finalement Romain a discuté avec une française et à gagner (plus ou moins) un pari. La voici qui vient à l'appartement avec deux de ses copines. Alicia est présente, Sean too. Et enfin les invités surprises : Nora, Pauline et quelques inconnus. Pendant que je m'occupe de ce petit monde, la première partie du groupe s'en va dans la chambre de Sean. Petite spécialité locale, oufffffff. Et puis là c'est l'accélération. Romain nous refait le coup du match mais cette fois-ci face à la France. Personnellement je me retrouve en Finlande sans trop comprendre comment c'est arrivée... Le reste nuit sera long et agité avec différents épisodes sur lesquels je préfère passer.
A 11 heures, c'est le réveil avec une phrase qui restera dans nos mémoires mais que je ne peux citer ici. C'est l'occasion d'une mise au point, d'une nouvelle analyse de nos récentes aventures liévresques et d'un baptême : salle Romain Dasonneville, November 7.
Samedi, c'est la journée moyennement réussi. Pourtant Arsenal-Manchester en apéritif c'est très bien. L'après-midi : visite de Canterbury, visite gratuite la cathédrale (toujours aussi magnifique) et du musée.

P1020688.JPG

Petit passage à la petite librairie sympa, Romain craque pour...un bouquin. On repart à l'appartement pour se faire Podium et ses petites répliques cultes. La soirée c'est prévu repas et the Venue, la boîte de la fac. Le repas est bien sympa avec Nora, Pauline, Erminia and un anglais. C'est l'occasion de quelques vannes sur la soirée précédente, d'un tiramisu orgasmique... 23 heures, déjà une heure de retard pour le Venue. Sur la route on croise Caroline à qui j'avais dit 22 heures au Venue... Aie, aie, aie. Je me fais engueuler comme rarement. Mais comme je suis entièrement fautif je ne cherche pas à me justifier... Finalement on reprend le chemin du Venue. Et à l'entrée le monsieur nous explique qu'il faut payer, même si on a déjà le tampon. Hésitation et finalement départ pour le Woodies (café de Parkwood). Si c'était à refaire, on entrerai...
La soirée au Woodies est l'occasion de plusieurs discussions avec Caro, histoire de reprendre plus ou moins comme avant... Romain ne refait pas France-Italie mais discute pas mal avec Erminia. Et finalement départ pour l'appartement. C'est sans doute la soirée qui nous déçoit le plus. Même si Alicia vient égayer le fin ! (les boucles d'oreilles, mais lesquels ?)
Dimanche c'est Londres, alors forcément c'est bien qu'on aille se coucher assez tôt. Bus à 9 heures, le réveil est prévu à 7H. 8h30 je regarde mon portable...merde ! Là c'est l'hésitation. On l'aura, on l'aura pas. En deux minutes on est prêt, c'est parti pour le jogging matinal. Enfin plutôt le sprint. 25 minutes à toutes enjambées, logiquement c'est impossible d'avoir ce bus. Mais la motivation est là, on a l'oeil du tigre ! Victoire quand on vois notre bus encore à quai... Londres ce fut un petit-dej avec du retard, les cérémonies du 11 novembre le 9, ce fut Big Ben est une danse mythique, ce fut la balade sur les quais, le TATE (hum hum préférence pour la National Gallery quand même !), la recherche d'un resto qui n'en finit plus, un repas bien mérité. Et puis le départ après le pub anglais. Enorme journée, bien fatigante, Romain en a même mal au pied.

P1020705.JPG

Lundi matin, l'empereur, sa femme et le petit prince...(ok ça c'est fait) Jérémy se réveille pour aller en cours et rendre mon essai (finalement j'ai oublié le début de la phrase...) La journée c'est Whitsable, petit port de pêche sur la côte. Alicia a filé sa carte de bus à Romain, on évite les dépenses inutiles. Des courbatures apparaissent parfois. Ce sera une véritable journée anglaise, notamment au niveau du temps. Pluie et vent rendent la mer marron. Après une balade que Romain aura adoré, petit fish and Chip (oui c'est écrit in the top !) devant un espèce du rugby américain (règles très spéciales). Petite victoire au billard (il faut le dire !).
Notre soirée c'est le Works, la grosse boîte du coin. Auparavant quelques français et françaises passent à la maison avec Erminia. L'occasion des adieux pour Romain avec Canterbury (ce n'est qu'un au revoir...). Au Works, ce fut comme d'ordinaire. Des anglaises toujours courtement vêtu, qui vous draguent parfois avec insistance. Et la surprise du chef, Romain qui vole et qui s'énerve avec un anglais. Alala Jeanne d'Arc aura laisser des traces ! (ou alors c'est Wilkinson ?) 3 heures, l'heure de la remontée, de l'achat du ticket de train. Au alentours de  5H30 notre ami quitte Canterbury. Pour tenir c'est les guignols, le SAV, le Zapping, le petit journal... Les mouchoirs blancs sont de sortie...
Au retour je vois un mec qui fait son jogging. Le réflexe est de le suivre. Pas forcément une bonne idée, il me lâche dans la montée et m'a tué pour le lendemain. Réveil 17 heures...

Parler français, faire la fête, Erasmus. Oui mais avec un véritable pote c'est encore mieux ! Il a ouvert le voie, vous n'avez qu'à le suivre. Et vous ne regretterez pas...

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs