6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 06:45

Il y a quelques pays européens qui me sont particulièrement inconnus : je ne les ai jamais étudiés en classe et les informations les passent sous silence. La Biélorussie par exemple. L'Albanie et la Macédoine, jusqu'à notre visite sur place.

Et il y a la Moldavie. Un drapeau bleu, jaune, rouge très roumain, avec un aigle au milieu. Je rejoins ce pays mystère en bus (liaison directe Odessa-Chisinau). Le trajet est plutôt agréable (je dors en grande partie !), à travers les campagnes des deux pays (et les marécages). Le passage de la frontière est une formalité. Côté moldave, j'aperçois ma première charrette tractée par un cheval depuis... bah depuis sacrément longtemps ! Je sens rapidement que le pays n'est pas très riche : toits de tôle, peu de voitures, technique agricole à l'ancienne (ça ramasse les bottes de foin à la main). Ne suis-je néanmoins pas prisonnier de mon à priori ? Je pensais voir un pays pauvre, et mon regard se porte peut-être trop souvent sur cette caractéristique. 

Arrivé dans la capitale, je pensais voir une ville soviétique et je vois... une ville soviétique ! Usines, grands blocs, grandes avenues : Chisinau c'est la caricature du made in URSS ! Je cherche un logement (Couchsurfing n'a pas fonctionné cette fois-ci), et je me retrouve à l'hôtel Chisinau.

Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie

Oui, ça fait encore plus vis-ma-vie d'oligarque du Parti Communique des années 1970. L'hôtel est le plus vieux de la ville, et c'est surtout le moins cher que j'ai trouvé au cours de mes 3 heures de marche dans le centre (24€ la nuit, dans une chambre semi-luxe, avec petit-dej). Le hall est immense, les couloirs aussi, et je ne suis pas tout à fait à ma place : moi, c'est plutôt les chambres miteuses et les canapés-lits, pas le type qui veut m'emmener dans l'ascenseur ! Le restaurant est le comble du lieu... enfin c'est dans le soubassement ! Une pièce aux allures de bunker, avec des grosses pierres sombres. Une pièce vide, tout comme la majorité des chambres de l'hôtel d'ailleurs. Au milieu d'une montagne et je pourrais me croire dans Shining. Je prends mon petit-dej dans cet endroit un peu lugubre, avant de visiter un centre déjà bien arpenté la veille.

Il y a bien quelques monuments un peu jolis quand on aime l'architecture : les églises orthodoxes, ou un arc de triomphe. 

Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie

Mais la grande majorité de la ville se caractérise par son béton et ses angles droits : le parlement, le palais présidentiel.

Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie

Voilà, j'ai fait le tour. C'est peu, surtout pour une capitale européenne ! La ville est petite, le centre ressemble à celui de certaines villes de province française, en perdition, où les bâtiments "à louer" et "à vendre" sont très nombreux. Sans son statut de capitale, je n'imagine même pas la situation de la ville (beaucoup d'ambassades, un siège de l'Otan, de l'UE, de l'OSCE etc. permettent de faire vivre certains quartiers).

Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie

Au niveau politique, le paysage est tiraillé entre la Roumanie (et l'UE) et la Russie. Ce sont d'ailleurs les deux langues du pays, mais le roumain domine nettement. Nombreux sont ceux qui souhaitent d'ailleurs rejoindre la Roumanie (et beaucoup de Roumains le souhaitent). Bon, le président actuel est plutôt pro-russe, et une partie du pays, la Transnistrie, à l'Est, a fait sécession. Dans les faits, pour avoir traversé la zone, il n'y a rien à signaler (c'est sans doute différent à Tiraspol, la capitale de ce pays autoproclamé en 1990 et reconnu par.... personne !). Bref, vous pouvez constater que la situation est un peu complexe. Les jeunes avec qui j'ai pu discuter sont plutôt tournés vers l'Europe, et le drapeau de l'UE flotte sur beaucoup de bâtiments pour un pays qui n'en fait pas partie (je n'évoque pas les Gagaouzes, sinon je vais vous perdre).

Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie

J'ai tout de même trouvé un avantage à la planification soviétique de la ville, ce sont les jardins. La ville est plutôt verte, les parcs sont animés (j'ai vu des personnes âgées danser au doux rythme de la musique locale, scène très sympa) et... mais... c'est Chisinau Beach ! 

Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie
Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie

Non, il n'y a pas la mer en Moldavie, mais un grand lac. La balade autour est chouette, de là à s'y baigner....

Au pays des Soviets (et des presque Roumains) : Chisinau, Moldavie

Le bilan, c'est passez votre chemin si l'architecture soviétique ou les drôles de situations politiques ne sont pas votre dada. Si c'est le contraire, Chisinau est faite pour vous !

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Moldavie
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 06:10

Je trouvais la plaine du Danube peu peuplée... l'Ukraine, c'est autre chose ! Des champs à perte de vue qui ne font que confirmer la réputation de grenier à blé du pays. Pour arriver dans mon bus, ce fut toute une expédition. Je me suis levé à 6h20, et après 35 minutes de marche, me voici à la station de bus de Tulcea, Roumanie. L'Ukraine n'est pas loin géographiquement, puisque c'est de l'autre côté du delta du Danube (j'ai d'ailleurs capté leur réseau la veille). Mais le poste frontière le plus proche est.... à 80 kilomètres. Un bus m'emmène à Bratianu, où je récupère un ferry pour traverser le fleuve et rejoindre Galati, la grande ville de la région. De là, j'espère trouver un bus pour la frontière... moldave ! (la carte va vous aider à comprendre !)

Une petite aventure : traverser le Prout

Coup de chance, je tombe sur une étudiante de français qui m'amène jusqu'à un croisement. Là, elle me dit "tout droit !" et c'est la frontière moldave. 8 kilomètres. Bon. J'en marche 1, et je commence à faire du stop. Un Roumain s'arrête. Avec un mélange anglais-espagnol-italien et beaucoup de signes, il me pousse jusqu'à la frontière en ayant réussi à m'expliquer qu'il est à la retraite, qu'il pêche dans le Prout (on ne rit pas !), et qu'il a 4 gamins ("four Bambino" dans le texte). Le douanier roumain a quant à lui le temps de me faire comprendre qu'il court le marathon en 3 heures quelque chose, tandis qu'il me cherche une voiture pour passer la frontière roumano-moldave (qui n'est pas franchissable à pied !). Là, c'est un couple de Moldaves qui me fait sortir de l'UE et entrer dans ce drôle de pays qu'est la Moldavie. Je ne m'éternise pas (j'y reviens dans deux jours), et direction le poste frontière moldavo-ukrainien, à 1 kilomètre de là (oui, les trois frontières se côtoient). Les Moldaves me laissent sortir aussi facilement qu'ils m'ont laissé entrer (à pied cette fois), tandis que les Ukrainiens me font le coup de la fouille du sac ("avez-vous un grand couteau ?" "Bien sûr, je ne voyage jamais sans mon sabre !") L'anglais ne m'aide plus depuis longtemps, et le cyrillique est apparu (ça m'arrange moyen !). Enfin en territoire ukrainien, mais... au milieu de rien.

Une petite aventure : traverser le Prout
Une petite aventure : traverser le Prout

La prochaine ville, Reni, est à 6 kilomètres. Pas une voiture à l'horizon, alors je marche sous une chaleur accablante (il est midi). Je croise une vieille Ukrainienne, j'essaie de lui parler, elle essaie de me parler.... et les résultats ne sont pas probants ! Arrivé dans le "centre" de Reni, je trouve la station de bus, et une jeune me fait comprendre que le bus pour Odessa part à 14h. Et c'est ainsi que je me retrouve ici, dans ce bus, au milieu des champs de blé ukrainien. Belle aventure.

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Roumanie Ukraine Moldavie
commenter cet article

Plus De Blogs