4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 05:44

1- Parce que le « travailler plus pour gagner plus » a surtout fonctionné pour lui (+ 140% d’augmentation du salaire du président).

2- Parce que la stigmatisation d’un groupe religieux ou ethnique est contraire aux droits de l’homme (une pensée pour les Roms et le fameux discours de Grenoble, ou Guéant).

3- Pour avoir pensé que son fils à la tête du plus grand centre d’affaires d’Europe alors qu’il n’avait même pas réussi à obtenir son DEUG de droit était une bonne idée.

4- Pour les suppressions systématiques de postes dans l’éducation nationale et la réforme sur la formation des enseignants (+ discours de Latran, « le professeur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé »)

5- Parce que Nadine Morano et Frédéric Lefèvre (entre autres).

6- La politique étrangère (la Chine, l’homme africain pas assez entré dans l’histoire, la Tunisie, la tente de Kadhafi à Paris, vacances dans le ranch de riches américains…).

7- Parce que 3 ministres mis en cause par la justice (Woerth, Tronc, Hortefeux) le temps d’un quinquennat.

8- Air Sarko One, 176 millions d’euro pour un avion alors qu’il y a plus de 2,5 millions de chômeurs.

9- Parce qu’un mandat ça va, c’est quand il y en a beaucoup que ça peut poser des problèmes.

10- Parce que « casse-toi pov’ con ».

Sarkozy-guignol-2012-on-change-tout-sauf-les-shoes.jpg

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 09:09

Republique-irreprochable-pr-Milev-2.jpg2007, clip de campagne de Nicolas Sarkozy : Je veux une République irréprochable. Petit bilan.

 

Septembre 2010, le président augmente son salaire de 140%.

 

Janvier 2008, Estrosi loue un Falcon privé de 138 000 euros aux frais du contribuable au lieu de prendre le vol régulier qu'il avait déjà réservé sur Air France.

 

Mars 2010, Alain Joyandet loue un avion privé pour se rendre en Martinique, facture pour le contribuable 116 500 euros.

 

Mai 2010, Nomination de Pierre Bachelot, le fils de Roselyne, comme chargé de mission au poste de "responsable de plaidoyer de la santé dans toutes les politiques publiques" à l'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES), un établissement sous la tutelle du ministère de la santé et donc de sa mère Roselyne Bachelot auprès de laquelle il était déjà employé comme membre de son cabinet. Petit problème, Pierre Bachelot est diplômé de l'Institut Supérieur des Arts de Paris, c'est-à-dire sans aucun rapport avec le poste sur lequel il est nommé.


Juin 2010, Christian Blanc va finalement rembourser 12 000 euros de cigares qu'il a fait payer aux contribuables.

Juin 2010, Brice Hortefeux condamné pour injure raciale.

Juin 2010, Alain Joyandet soupçonné d'avoir bénéficié d'un permis de construire illégal pour agrandir la maison qu'il possède près de Saint-Tropez (il renonce finalement au permis de construire)

Juin 2010, Fadela Amara héberge des proches dans son logement de fonction sans l'occuper.

Juin 2010, Jeannette Bougrab a fait doubler son indemnité de présidente de la HALDE (de 6 900 à 14 000 euros mensuels). Après qu'elle ait déposé plainte pour diffamation, le tribunal correctionnel de Paris l'a déboutée soulignant que l'enquête du Canard enchaîné était sérieuse et que les chiffres déclarés étaient « tout sauf fantaisistes ».

Juin 2010, Rama Yade, qui fustige le prix de l'hôtel des Bleus en Afrique du Sud, réserve une chambre dont le prix est plus élevé.

Juin 2010, Christine Boutin touche 9 500 euros pour une "mission" sur la mondialisation. Elle renonce finalement à son salaire.

 

Eté 2010, affaire Woerth-Bettencourt

 

Décembre 2010, Brice Hortefeux condamné pour atteinte à la présomption d'innocence.

 

Février 2011, Michèle Alliot-Marie et son double voyagent dans les jets privé d'Aziz Miled, soit disant rencontré par hasard à l'aéroport, puis finalement on apprend que ses parents sont en affaire avec lui, alors que dans le même temps elle propose à la Tunisie le savoir-faire français à la police tunisienne, alors en proie à une révolution démocratique...

 

Mai 2011, Georges Tron démissionne, après avoir été accusé d'agression sexuelle.

Mai 2011, enquête lancée contre Christine Lagarde pour abus d'autorité dans le cadre de l'affaire Tapie

 

Je passe les sondages, les voyages en Libye et en Egypte, l'espionnage des journalistes, Karachi, Fouquet's et Yacht d'après élection....

 

 

Et puis il y a le meilleur. Octobre 2009, étudiant en deuxième année de droit, Jean Sarkozy s'apprête à prendre la tête de l'EPAD. Il renonce finalement devant les très nombreuses réactions d'indignation.

 

 

Oui, les affaires sont le lot de n'importe quel septennat ou quinquennat de gauche et de droite. Malheureusement, le risque est que le "tous pourris" ressorte, et que cela fasse le jeu des extrêmes. A noter que dans les pays scandinaves, anglo-saxons ou même en Allemagne, quiconque mis en cause dans une enquête de justice démissionne.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 09:42

J'ai envie de faire les choses un peu différemment. Tout d'abord je vous donne des avis de personnes qui sont opposées à la dépénalisation.

 

Commençons par le blog de Patrick Labaune, député UMP de la Drôme. Pour lui, la question de la dépénalisation des drogues dites « douces » n’est pas acceptable. Face à la Gauche qui ne sait plus où elle va, il revient au peuple de prendre la parole ! Le cannabis fait des dégâts considérables dans nos villes et nos quartiers.
Cette drogue, comme toutes les autres, alimente l’économie souterraine.
La proposition du Député PS, Daniel VAILLANT, de dépénaliser le cannabis est donc dangereuse, car cela reviendrait à banaliser l’action des dealers qui terrorisent nos cités, mais aussi à les pousser vers le trafic de drogues plus dures.

 

Merci Patrick pour ton avis modéré, argumenté et plein de bon sens.

 

Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale, un avis sur la question ? "Je suis complètement opposé à la dépénalisation des drogues douces (...). Ce n'est pas parce que vous avez fumé un joint que vous allez obligatoirement passer aux drogues dures. En revanche tous les gens qui sont consommateurs de drogues dures ont toujours commencé par ces drogues dites douces".

 

Merci Christian, notamment pour ta dernière phrase. Tu aurais également pu dire que tous les alcooliques ont un jour commencé par un verre d'alcool.

 

Un autre avis intelligent ? Claude Géant, toujours là dans les grands débats, lève la main.

"J'y suis absolument opposé. La drogue c'est quelque chose qui est dangereux sur le plan de la santé"

 

La drogue c'est pas bien. Merci Claude pour l'info.

 

 

Bon résumons pour les partis français. Le FN est opposé. L'UMP est opposé (mais pas De Villepin). Le Modem plutôt opposé, mais sans le crier sur tous les toîts. Le PS est divisé (comme toujours). Europe Ecologie et l'Extrême-gauche étaient plutôt pour.

 

Et moi ? Et toi ?

Commençons par moi, j'ai le crayon en main. 1er élément : les drogues ce n'est pas bien. Oui Claude m'a bien aidé pour cette phrase. Fumer de l'herbe est dangereux, fumer la cigarette aussi, boire de l'alcool également. Bien sûr, le danger est la surconsommation. L'abus.

 

Personnellement je n'ai jamais bu d'alcool et j'ai déjà fumé de l'herbe. Drogué ? Non, la dernière fois que j'ai fumé remonte à plusieurs mois et je n'ai pas de sensation de manque, rassurez-vous ! Ce n'est pas parce que vous fumez une fois ou deux que vous allez ne plus pouvoir vous en passer.

Certes, les effets sont importants si vous fumez tous les jours, en grande quantité. Pareil que l'alcool me dit mon petit doigt, toujours là pour embêter les conservateurs.

 

Suis-je favorable à la dépénalisation ? Oui.

Depenalisation-pr-Milev.jpg

Je pars toujours des faits. Je ne ferai pas comme certains conservateurs qui, avec des si, nous feraient croire à une France de drogués en cas de dépénalisation.

Les faits sont, selon moi, assez clairs : la lutte contre le trafic de cannabis ne fonctionne pas. En 2010, un tiers (33%) des adultes de 18 à 64 ans avaient fumé au moins une fois dans leur vie du cannabis en France. Un tiers de drogués ? Non, mais un tiers de personne qui auraient pu se retrouver devant le juge, si la loi était concrétement appliquée.

 

C'est là selon moi le principal problème. D'ordre éthique. D'ordre moral. D'ordre judiciaire. La consommation de canabis est pénalisée en France. Petit comparatif européen :

 

- En Allemagne, en février 2008, 7 patients allemands ont pu bénéficier d'un traitement au cannabis médical, distribué sur ordonnance en pharmacie. Le Tribunal Constitutionnel Fédéral a également estimé que la possession d’une faible quantité de cannabis exclusivement destinée à la consommation personnelle et occasionnelle ne méritait pas de sanction pénale dès lors qu’elle ne présentait pas de danger pour les tiers

 

- En Belgique, la directive qui entre en vigueur le 1er février 2005 considère que la détention, par un majeur (plus de 18 ans), de cannabis pour un usage personnel (au maximum trois grammes), ou d'une plante cultivée, doit constituer le degré le plus bas de la politique des poursuites.

 

- En Espagne, une modification de la loi a eu lieu en 2006. La vente de graines est désormais légalisée. La possession ou la consommation de cannabis est interdite dans les lieux publics mais autorisée dans les lieux privés. De plus, la culture de plants de cannabis est autorisée dans un lieu privé.

 

- En Italie, la quantité maximale autorisée pour la consommation personnelle est de 500 mg. Au delà, la possession est assimilée à du trafic.

 

- Aux Pays-Bas, l'usage et la revente de cannabis sont réglementés mais non légalisés ; il peut être acheté dans les coffee-shops, des magasins ayant une licence spéciale pour ce commerce. Concernant la possession, il existe une tolérance jusqu'à cinq grammes. La loi n'interdit pas la consommation. Elle est tolérée dans les endroits privés. En 2008, 120 kg de cannabis médical ont ainsi été vendus au travers du réseau des pharmacies. Concernant la culture, celle-ci est autorisée jusqu'à cinq plants par personne et est considérée à titre de consommation personnelle. Au-delà, l'amende est de vingt-cinq euros par pied.

 

- Au Portugal, la loi no 30/2000 du 29 novembre 2000 a dépénalisé la consommation de produits stupéfiants. Elle a aussi dépénalisé leur acquisition et leur détention lorsque celles-ci sont liées à la consommation personnelle (mais seulement dans la mesure où la quantité détenue n’excède pas les besoins d’une personne pendant dix jours), ces infractions sont désormais du domaine de l'infraction administrative et non plus du pénal. En effet, cette loi vise plus à soigner les toxicomanes qu’à les punir. Pour la culture, la loi diffère en fonction de l'ampleur de la culture de trente jours-amende en cas de culture à des fins personnelles à douze ans de prison en cas de culture pour la revente.

 

Selon l'ONU, le cannabis est la substance illégale la plus consommée à travers le monde. Soixante-deux millions d'Européens (plus de 20 % de l'ensemble de la population adulte) ont déjà consommé du cannabis et vingt millions en ont consommé au cours de la dernière année.

 

Est-ce que la situation change ? Les points de vue évoluent, il ne faut pas en douter. Récemment, le rapport de la Commission Mondiale des politiques de lutte contre les drogues appelle à réviser les conventions des Nations Unies sur les stupéfiants (4 anciens présidents, Kofi Annan, Louise Arbour...).

 

 

Mais est-ce que le dépénalisation suffirait ? Ne faudrait-il pas légaliser ? N'y-a-t-il pas un incroyable avantage économique à légaliser la production et la vente ? Ne serait-ce pas intéressant pour l'économie de l'Etat ? Oui, mais les risques pour la santé sont importants ! Ils sont déjà là ! La production et la vente existent déjà ! C'est simplement mettre fin à un grand mensonge ! N'y-a-t-il pas le risque que les jeunes qui fument pour dépasser un interdit se tournent vers des drogues plus dures ? Bien sûr il y a un risque à faire évoluer la situation. Mais il y aurait quelques risques en moins, comme le fait de prendre une balle perdue pour le simple contrôle de la vente dans un quartier. Est-ce que la légalisation mettrait fin au commerce souterrain ? Si vous pouvez acheter de l'herbe de manière légale, allez-vous passer par la voie souterraine ? Les vendeurs de rues ne vont-ils pas se tourner vers la vente de drogue dure ? N'est-ce pas déjà le cas ? Et si ces vendeurs entraient simplement dans la légalité ? On fait baisser le chômage en plus !

 

Il y a beaucoup de questions. Il y a beaucoup d'inconnues à une légalisation ou à la dépénalisation. Je ne dis pas que j'ai toutes les réponses. J'ai simplement l'impression que la situation actuelle n'est pas la bonne. Qu'elle est un grand mensonge. Que la lutte à outrance pour obtenir la fin de cette drogue est une utopie. Que "la guerre contre la drogue" ne fonctionne pas. Alors, pourquoi ne pas essayer une autre solution ? Les Portugais n'ont pas vu une énorme augmentation, la consommation a même tendance à baisser. Ce qui est cocasse, c'est que ce sont les jeunes Néerlandais et les jeunes... Français qui ont la plus grande expérience dans ce domaine. L'aveu d'un échec ?

 

A débattre.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 13:00

Un film des plus militants sur la condition des homosexuels dans les 70’s aux Etats-Unis. Avec un Sean Penn qui remporte un oscar pour son interprétation d'Harvey Milk, défenseur du droit des homosexuels.

Du coup, ça me donne envie de poser la question du droit des homosexuels en France. C’est une question que l’on retrouve assez peu dans le débat politique, à mon grand étonnement d’ailleurs. Sans doute pour moi l’une des questions de société les plus importantes des prochaines décennies : à quand l’égalité entre homo et hétéro ?

Mon raisonnement débute en Finlande. J’y ai rencontré une fille qui est lesbienne. Jusque là tout va bien me direz-vous (à moins que Christine Boutin ne passe sur mon blog…). Cette fille est abbesse, le féminin d’un abbé. Woh ! Une femme qui fait la messe et qui est en plus lesbienne ! Ca c’est de l’avancement ! Mieux encore, elle est mariée ! Oula oula pas très catholique tout ça pensez-vous. En effet, c’est l’église luthérienne, chrétienne donc, mais protestante. Vous avez donc à l’église devant vous une femme lesbienne mariée. Je vois vos yeux grands ouverts, attendez, ce n’est pas fini. Elle attendait un enfant. J’utilise le passé car malheureusement les choses ne se sont pas très bien passées.

Cependant imaginez un peu l’image en France d’une lesbienne mariée enceinte faisant la messe… Oui, nous sommes à des années lumières de cela.

 

Les Lumières justement, celle que le monde nous envie, que disent-elles ? Ai-je lu que tous les Hommes naissent libre et égaux en droit ? Oui, c’est la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Le seul problème dans notre France d’aujourd’hui, c’est que tous les Hommes naissent libre et égaux en droit, sauf les homosexuels (quelqu’un a du le rajouter dans la marge…) Du coup, nos homosexuels français ne peuvent pas se marier civilement, attendre un enfant ou même adopter. Quand à l’église catholique…

 

Sommes-nous en retard ? Quand on regarde par rapport au reste du monde, non pas tout à fait. Nous serions presque en avance : ce n’est plus un crime d’être homosexuels, ils sont libres de se déplacer, de s’exprimer, de le revendiquer. Ce n’est pas le cas dans beaucoup de pays. Néanmoins, en comparant avec l’Ouganda ou l’Arabie Saoudite, la France est souvent en avance dans le domaine des droits de l’Homme. Non, comparons maintenant avec les Etats avancés :

 

454px-Same sex marriage map Europe detailedComme nous pouvons le voir, le France se situe dans la moyenne européenne, pas trop en retard, mais pas en avance non plus. Ainsi nous amis homosexuels belges peuvent se marier depuis 2003. Les premiers étaient les Néerlandais, toujours en avance (2001). Puis les Espagnols au grand étonnement des Français à l’époque (2005). Depuis les Suédois, les Norvégiens, les Finlandais et même les Portugais (le 8 janvier 2010) ont légalisé le mariage homosexuel (oui, c’est une vieille carte).

Concernant la France, on a évolué depuis 1982 (loi qui dépénalise l’homosexualité en France). Le PACS, pacte civil de solidarité, permet un partenariat entre deux personnes, quelque soit leur sexe, ayant pour objet d’organiser leur vie commune. On peut voir que le mot mariage n’est pas prononcé. En effet, dans le droit civil, le mariage est une institution ayant pour objet la fondation d’une famille. Le mariage et donc inséparable de la famille.

 

Justement qu’en est-il de l’adoption. En France, cela est toujours interdit malgré quelques tentatives de 604px-Gay_Adoption_Map_North_America.pngcouples qui se terminent souvent devant les tribunaux. Dans le reste du monde, en plus des pays autorisant le mariage homosexuel, l’Angleterre, l’Islande, l’Australie, le Canada et même l’Afrique du Sud autorise l’adoption par les couples homosexuels. (cf. carte de l’Amérique du Nord, les Etats en violet autorise l’adoption par des couples homosexuels, en rouge ils l’interdisent).

 

La France est donc dans le deuxième wagon concernant le droit des homosexuels, que ce soit pour le mariage (à la tête du second wagon) ou l’adoption (à l’arrière du second wagon). Quand rattraperons-nous le premier wagon ? Le débat ne semble pas pour le moment se porter sur ce sujet (l’identité nationale ça rapporte plus de voix).

 

Enfin, le don du sang par les homosexuels, dont Xavier Bertrand avait promit l’autorisation et que Roselyne Bachelot a rejeté à la suite d’un avis de l’EFS (établissement français du sang) « les données épistémologiques sont incontestables: entre 10 et 18% des gays sont contaminés, alors que ce pourcentage est de 0,2% pour les hétérosexuels » selon ces propos. Le problème, c’est que Madame Bachelot ne prend pas en compte les autres questions du questionnaire. Si vous avez eu une relation non protégée ces derniers mois vous ne pouvez pas donner votre sang. De ce fait, un homosexuel qui est en couple depuis 10 ans avec la même personne ne peut pas donner son sang, même s’il s’est fait dépisté et que tout va bien… Discrimination ?

Certains répondront que ce sont des experts qui ont donné leur avis. Je leur rappelle que l’Organisation mondiale de la santé n’a supprimé qu’en 1990 l’homosexualité de la liste des maladies mentales… ça me rappelle un discours d’Himmler prononcé en en 1937 : « À cela s'ajoute le fait que l'homosexuel est un homme radicalement malade sur le plan psychique. »  S’il faut 53 ans à l’OMS pour s’apercevoir de son erreur sur cette question, combien de temps il lui faudra pour accepter le droit aux homosexuels de sauver des vies ?

 

Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. 4 août 1789.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 12:35

Si 57% des votants Suisses votent pour l’interdiction de nouvelle construction de minaret, c’est qu’il y a un problème. Je suis contre les discours qui critiquent la décision de la majorité. La démocratie reste pour moi le meilleur système jamais inventé, et qui marche ! Mais je pense que l’élite qui critique le modèle du référendum a mal joué son rôle. Les politiques et les principaux partis n’ont pas réussi à rassurer leurs électeurs, à expliquer que ce vote négatif serait compris comme une insulte et un pas à arrière. Plutôt que de ne pas aborder le problème, il aurait fallu développer le sujet et montrer que les musulmans suisses sont parmi les mieux intégrés du monde et les moins extrémistes.

 

Malheureusement, les musulmans sont aussi fautifs, ils n’ont pas réussi à faire comprendre à la majorité des Suisses que la construction de minaret n’était pas une tentative d’invasion mais une évolution intol-rance.jpg architecturale. Ils ne sont pas allés assez sur le terrain pour améliorer un peu plus leurs images, pour échanger, discuter et dissiper les peurs. Mais si 57% des votants ont voté contre les minarets, c’est que les Suisses n’ont pas une très bonne image des mosquées, voir de l’Islam et des musulmans en général.

 

Oui, ce vote pu le racisme à plein nez. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les commentaires sur les sites d’informations (je ne parle pas des sites d’extrême-droite mais bien du Monde ou Rue89). Stigmatisation des musulmans dans leurs ensembles, peu de distinction entre musulmans modérés et jihadistes , j’ai même vu plusieurs comparaisons entre les musulmans suisses et le fait que les chrétiens ont peu de droit en Arabie Saoudite. Quel est le lien me diriez-vous ? C’est comme si les chrétiens français étaient assimilés aux Mormons.

 

Ce vote, c’est un beau carton jaune lancé à beaucoup de gouvernements qui jouent sur les peurs et sur l’insécurité en désignant parfois une minorité. C’est un carton jaune adressé à des hommes qui mélangent parfois l’insécurité et l’immigration. Mais je crains que ce carton jaune ne suffise pas à calmer les joueurs. Quand je vois Xavier Bertrand s’exclamait qu’ « il n’est pas certain que l’on ait forcément besoin de minarets en France », j’ai peur. Et quand Marine Le Pen réclame l'organisation d'un "référendum sur le communautarisme" j’ai très peur.

 

Alors que nos amis politiques arrêtent un peu leurs droitisations des discours, et qu’ils se concentrent sur leur boulot. Qu’ils encouragent la diversité, les rencontres, l’intégration et surtout l’éducation. Car son aboutissement est la tolérance. Qu’ils développent les échanges scolaires, les valorisent car le voyage apprend la tolérance (Disraéli). Et oui, l’intolérance monte en moi, je commence à avoir beaucoup de mal à supporter les intolérants !

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 12:15

Pourquoi suis-je français ? C'est la question qui revient beaucoup dans l'actualité depuis quelques jours, et qui revient régulièrement à l'approche des élections (oui, en mars c'est les régionales !). Surtout c'est une bonne interrogation qui lance un débat et permet de sortir des polémiques Mitterrand et du dauphin Sarkozy.

Identité nationale. C'est le titre de l'un de nos ministères depuis 2007. Le problème c'est que ce titre est adossé à immigration, comme si les deux sujets avaient un lien. Ainsi, hier, dans le zapping du Monde, les personnes interrogées par JPP au 13h de TF1 mettaient en relation les deux sujets. Florilège :
"Etre français c'est bien se tenir dans la vie, travailler, payer ses impôts, et être courageux"
"On respecte son pays, déjà d'une, on essai d'être compréhensif envers MEME les étrangers"
"On accepte les émigrés très très facilement mais bon, qu'ils essaient quelques fois de s'adapter un petit peu à nos coutumes"

Ces propos témoignent bien du risque d'un mélange des deux sujets. Il n'y a pas de problèmes dans ces propos pour vous ? Remplacer le mot étranger et le mot émigré dans les deux dernières citations et placez-y le mot juif. Alors ? Vous avez avoir une impression d'un retour au début des années 40 ? Vous n'êtes pas seul.

Mais revenons à notre question du départ, c'est quoi être français ?
Personnellement je pense qu'être français c'est se sentir français. C'est de se dire je suis français. Pour moi ce n'est pas la marseillaise qui me fait dire : "ah, je suis français !" Je me sens français parce que je parle la langue, parce que j'ai vécu dans ce pays pendant 22 ans et que je continue d'être ici. Je me sens français parce que je connais la culture du pays, son histoire. Il y a beaucoup de choses qui font de moi un français.

Oui, mais des personnes ne parlent peut-être pas français et se sentent français. Certains ne connaissent pas vraiment l'histoire du pays mais se proclament français. Pourquoi devrais-je les juger ? Se sentir français c'est un sentiment très personnel. Ce n'est pas à moi de juger ce qui fait un français. Et ce n'est à personne de le faire.
Le danger ce serait de considérer quelqu'un qui ne chante pas la marseillaise comme un "mauvais français", voir un étranger, quelqu'un qui ne respecte pas son pays. Ce serait de considérer comme étranger quelqu'un qui connaît peu la culture ou l'histoire françaises. Ce jour-là, il faudra se manifester.

Enfin, être français, se sentir français, n'empêche pas de se sentir algérien, portugais ou chinois. Nous n'avons pas qu'une identité, nous pouvons en avoir des dizaines. Personnellement je me sens Tilquois, Nordistes, Français ou Européens selon les occasions, selon les moments de ma vie. Et ce n'est pas parce que je ne connais pas la culture européenne sur le bout des doigts et les multiples langues que je ne suis pas européen. Surtout, je pense que notre gouvernement n'envisagerai pas de nous faire chanter l'hymne à la joie à l'école. Alors pourquoi vouloir le faire pour la Marseillaise ?

Chacun à sa propre identité. Et l'identité de la nation doit être, pour moi, un melting-pot de cet ensemble (néanmoins j'avoue être ouvert à vos arguments et à vos pensées sur ce sujet).

Pour finir, la phrase du jour d'Henri Troyat  qui écrivait en 1985 : "Ce qui compte, c'est ce qui est inscrit non sur les papiers d'identité d'un homme mais dans son coeur".

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 11:10
Fermeture de Guantanamo (compliquée mais proche du succès)
Retrait du plan Bush d'implication des lances-missiles, sorte de main tendue à la Russie (succès)
  obama-medvedev.jpgMain tendue à la Corée du Nord (avec succès)
Main tendue à l'Iran (succès, puisque le pays à accepter la venue des inspecteurs de l'AEIA dans ses centrales, même la nouvelle)
Main tendue à la Birmanie (en cours de succès)
Tentative d'un accord de paix en Palestine (insuccès mais la position forte qu'il a tenu face à la colonisation israélienne est à soulignée)
  obama-proche-orient.jpgA serré la main d'Hugo Chavez
  Chavez-obama.jpgA tenu le discours du Caire (main tendu au monde musulman)
A tenu le discours de Prague (pour un monde sans arme nucléaire)
  obama-prague.jpg
Enfin, il succède à Bush.

Qui a dit prématuré ? J'ai beau cherché, je ne vois pas un acteur politique qui a fait plus pour la paix dans le monde cette année. Il a rassemblé les américains, il se débat pour l'assurance santé. En moins d'une année, il a fait plus que beaucoup sur dix ans. Il a encore trois ans devant lui pour continuer sur cette voie. J'y crois.
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 11:01

Nos amis Irlandais ont donc voté oui pour cette fameuse constitution européenne. C’est marrant, je pensais que le 12 juin 2008, ces Messieurs l’avaient rejeté par 53,4% des suffrages exprimés…

 

C’est donc cela la démocratie de nos dirigeants. Si un vote ne les satisfait pas, ils proposent un nouveau vote sur le même texte (à peine retouché). Histoire de faire comprendre au peuple que ce n’était pas la bonne réponse. Pourtant, je pensais que le démocratie faisait que le peuple était souverain.

 

C’est également étonnant, je pensais que les Néerlandais avait refusé le premier texte le 1er juin 2005 à 61%. Et nous ? Ah mais oui, les souvenirs me reviennent : 54,67% de contre le 29 mai 2005. Et cela avec près de 70% de participation.

La question revient donc avec la deuxième version du traité. C’est quand le vote ? Ah, nous avons déjà dit oui ? Le peuple ? Ah, ses représentants. Pas de référendum alors que nous nous étions d’abord exprimé ?

 

non.jpg

 

Déni de démocratie. Le peuple français qui s’est exprimé a dit non. On lui a très bien fait comprendre que ce n’était pas la bonne réponse. Et on ne le soumet pas à un nouveau vote.

 

Alors bien sûr, certains expliquent que ce n’est pas le même texte, donc il n’y a besoin de consulter la population. Cependant c’est un texte qui porte sur le même sujet : la constitution européenne. Ce sera sans doute dans les prochaines décennies le texte le plus important de notre législation, bien devant notre propre constitution. Et nous ne pouvons pas nous exprimer face à ce texte crucial.

 

En 1793, 1795, 1800, 1804, 1870, 1946 (par deux fois) et en 1958, le peuple français a déjà accepté sept constitutions,  à la base de nos cinq républiques. C’est donc la première fois que le peuple ne peut pas donner son avis sur une constitution.

Le meilleur exemple est celui de 1946, où la constitution avait été d’abord refusé, puis accepté après une nette évolution. Alors pourquoi ne pas prendre exemple sur le passé ? Le peuple est-il trop bête pour comprendre cela ? Sommes-nous trop stupide pour comprendre les intérêts de ce texte fondamental ? Ou n’y a-t-il personne pour nous expliquer clairement les choses ?

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 23:00

Imaginez vous dans une guerre. D'un côté des rebelles, de l'autre un gouvernement. Et vous, au milieu, qui essayait d'obtenir la paix. Si les deux partis n'en veulent pas, que faire ? L'imposer par la force ? Ou partir et laisser se dérouler le troisième génocide du XXème siècle ?
Cette problématique s'est posée à Roméo Dallaire, chef de la mission MINUAR au Rwanda, en 1994. Et plus je retourne la question, moins j'ai la solution.

Que doit faire la communauté internationale lorsqu'il y a une guerre ? En ce moment les exemples sont encore nombreux : Sri Lanka, Soudan ou Tchad. Mais l'ONU reste assez loin de ces conflits. Le "machin" que stigmatisé de Gaulle a retenu la leçon, intervenir au milieu d'un conflit peut avoir un coût humain et médiatique. En Somalie, les Américains se souviennent avoir perdu 19 soldats pour leur opération à Mogadiscio. Pire, l'ONU a perdu au total 154 hommes entre 1992 et 1995. Et au final, le "machin" n'a pas stoppé la guerre.
De ce fait, après la mort des 10 soldats belges en avril 1994, l'ONU réduit à minimum son opération au Rwanda. Et cela aboutit à 800 000 morts dans le génocide. Néanmoins, si les troupes de l'ONU était restait, est-ce-que le génocide aurait pu être empêché ? Et combien de mort supplémentaire pour les soldats onusiens présents sur place ?

Alors que faire ? Une politique de "laissez-faire", laisser des populations s'entretuaient loin de chez nous et réagir simplement lorsque cela touche notre propre sécurité ? Ou alors essayer d'obtenir la paix par les négociations et la force, envoyer nos hommes et risquer d'en perdre dans une grosse opération militaire. Seulement la négociation ? Belle utopie alors que les deux camps ont intérêt à une destruction totale de l'adversaire afin d'obtenir le plus de pouvoir.


Je n'ai toujours pas la solution. Je cherche, encore et encore.


La décision de l'ONU de réduire ses troupes alors que se tramait le génocide rwandais me laisse sans réponse. Il fallait faire autre chose. Empêcher ce génocide. Mais comment ? Laisser les troupes sur place et en perdre 5, 10, 100 fois plus. Facile à dire mais ce n'est pas moi qui a perdu un père, un ami, un fils dans la mission "ONU". Qu'on pu dire les familles belges concernées par la perte de l'un des leurs. "Pourquoi est-il parti là-bas ?" "Il avait tout pour être heureux ici" ."Si nous n'étions pas intervenu, nos soldats seraient encore vivants, à se la couler douce dans une de nos casernes".
C'est facile de dire "on intervient" quand je suis dans mes bureaux de l'ONU à New York. Je ne joue pas ma vie, mais je joue celle de soldats qui venaient pour assurer la paix. Qui n'avaient par pour mandat se participer à la guerre.

Néanmoins je m'imagine encore à l'ONU quand on m'annonce la mort de mes soldats et le début du génocide. Choix cornélien. J'imagine les pleurs des familles belges ayant encore un proche sur place et les pleurs Tutsi. Et je dois décider qui je vais abandonner. Rodrigue, que ferais-tu ?
Comme toujours je subis la pression des gouvernements qui ont des troupes ou des civils sur place. Qui menace de rappeler tous leurs soldats des missions onusiennes si on évacue pas ce théâtre des morts.


Je n'ai toujours pas la solution. Je cherche, encore et encore.


Que peux faire l'ONU pour empêcher un conflit. Intervenir en amont, éviter les tensions. N'est-ce pas là trop d'interventionnisme pour un "machin" sans pouvoir et sans légitimité, hormis celle que les Etats veulent bien lui donner. Comment réagir face à un individu qui se dit représenter son peuple ? Il est au coeur de l'action, il connait mieux que moi les problématiques et ses acteurs. Il me faut alors lui faire confiance. Je ne suis pas le président du monde, je n'en ai pas les pouvoirs. C'est seulement lorsque des faits graves lui sont reprochés que je me dois d'intervenir. C'est ma mission. Rendre justice aux morts. La belle affaire !


4 mars 2009, la cour pénale internationale délivre un mandat d'arrêt contre Omar El-Bachir, le président Soudanais pour crime de guerre et crime contre l'humanité. La belle affaire ! Le 29 mars, ce président est en voyage diplomatique à Doha, pour le sommet de la ligue Arabe. A ce sommet participe le secrétaire générale de l'ONU, Ban Ki-Moon. C'est son 4ème voyage depuis le mandat d'arrêt. Et je rappelle que la cour pénale internationale est direction en affiliations avec les Nations-Unies. La boucle est bouclée.machin.jpg

Partager cet article
Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 22:53

C'est l'une des choses que l'on remarque très vite en Angleterre. Des bandes d'écolières aux habits semblables se baladent dans les rues de ma ville. Cette uniforme n'a pas l'air de les déranger. Avec l'Irlande, la Grande-Bretagne est l'un des derniers pays européens a obligé le port de l'uniforme dans ses écoles publiques. En France, celui-ci a totalement disparu du public après 1968. Nous avons choisi la liberté, les anglais l'égalité.
Plusieurs fois la critique est revenu dans notre hexagone : l'école est un lieu où on affiche les marques,  ou le racket prospère. De leur côté, nos amis de 100 ans n'ont pas vu de vol d'uniforme, et pour cause, ils ont tous le même. Pas de jalousie. Mais pas de liberté. Pas d'égalité de notre côté. Certains peuvent montrer leur richesse en achetant les derniers vêtements à la mode, les plus pauvres ont repris ceux du grand frère.

C'est malheureusement l'un des gros problèmes de la liberté et de l'égalité, une tendance à l'opposition.

Pour moi, le plus grand exemple est la lutte entre le capitalisme et le communisme, le premier privilégiant la liberté, le second l'égalité. La liberté a gagné, mais avec elle un grand cortège d'inégalité. Economie de marché, liberté d'investir, mais également liberté d'instaurer des salaires différents et de ce fait, liberté d'instaurer une inégalité. Nos amis Bolcheviques avait d'abord choisi d'instaurer une grande égalité dans le niveau de vie mais ils ont sacrifier la liberté sur l'autel de l'égalité. Quel est le meilleur sacrifice ? Que choisir ? Egalitarisme liberticide ou libéralisme inégalitaire ?

Heureusement, dans notre belle devise symbole que nous a transmis Robespierre, il reste la fraternité. Les liens de solidarité et d'amitié entre les hommes. C'est peut-être ce mot là qui doit rassembler les deux autres.l-abb-.jpg

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs