13 septembre 2019 5 13 /09 /septembre /2019 22:19

Le territoire israélien est finalement assez petit : nous sommes partis de l´extrémité sud en début d´après-midi et nous voici arrivés dans le Nord en soirée. Haïfa. Clairement pas la ville qui nous laissa de grands souvenirs. C´est un lieu plutôt industriel qui demande du temps pour être apprécié. Les touristes que nous étions sont repartis un peu frustrés, le centre mondial Baha´i ayant refusé nos tentatives de visite ! (le bahaïsme est une "religion mondiale" influencée par le chiisme, je vous conseille de lire sur le sujet si vous êtes intéressés, ça reste flou pour moi, même après lecture !). Reste une vue sympa, faut pas se mentir !

Le Nord d´Israël, et du conflit israélo-palestinien en voyage
Le Nord d´Israël, et du conflit israélo-palestinien en voyage

Direction Akko (en hébreu), ou plutôt Akka (en arabe), ou plutôt Saint-Jean d´Acre pour nous autres Français ! Il suffit de traverser la baie pour rejoindre la ville des croisés, celle qui a vu Philippe-Auguste, Richard Coeur de Lion et Saladin se battre pour son contrôle ! Drôle d´idée tout de même que celle du pape Urbain II qui, dans la cathédrale de Clermont, demande à tous les chrétiens d´aller reprendre la Terre Sainte occupée par les Musulmans depuis 4 siècles. S´en suivront 8 croisades aux histoires mouvementées, permettant d´établir deux siècles de domination chrétienne sur cette zone (souvent française d´ailleurs). Acre est LA ville des croisés (non, pas les ligaments), celle restée le plus longtemps sous leur contrôle. Aujourd´hui cette histoire se retrouve directement dans les fortifications donnant à la vieille ville l´air d´une cage dorée. 

Le Nord d´Israël, et du conflit israélo-palestinien en voyage
Le Nord d´Israël, et du conflit israélo-palestinien en voyage

Acre nous a beaucoup plu grâce à son atmosphère et sa situation, une sorte de Saint-Malo posée sur la Côte d´Azur. La ville, à quelques kilomètres du Liban, regorge de communautés qui semblaient plus mélangées qu´ailleurs.

Nous terminons notre périple par Safed, petite ville religieuse posée dans les "montagnes" (plutôt des grandes collines) et le lac de Tibériade, également appelé Mer de Galilée, lieu saint par excellence : c´est la zone principale des actions du nouveau Testament, ainsi Jésus marchant sur l´eau ou la multiplication des pains. Et je pense que Jésus serait un peu triste de voir l´état des plages (la gestion des déchets est vraiment à revoir !). De l´autre côté du lac, la plateau du Golan, occupé par les Israéliens (ou annexé à la Syrie d´après eux !).

Le Nord d´Israël, et du conflit israélo-palestinien en voyage

La transition est parfaite (et je me félicite !) pour parler d´un aspect essentiel de ce voyage : la politique et l´histoire. Car partir en Israël/Palestine c´est se retrouver dans un endroit qui passe aux infos depuis ma naissance, et depuis la naissance de mes parents (et presque de mes grands-parents). Je rappelle rapidement l´histoire en quelques lignes (si vous êtes un spécialiste vous allez vous étrangler mais je dois simplifier pour ne pas écrire 400 pages !) : l´Etat d´Israël est créé sur les cendres de l´Empire Ottoman après une petite période de colonisation britannique sur un territoire appelé Palestine. Nous sommes après le génocide nazi, et le lieu est déjà peuplé de Juifs depuis de nombreuses décennies (avec une présence de plusieurs siècles pour certains). Les Palestiniens non-Juifs refusent cette création, tout comme les Etats voisins (Syrie, Jordanie, Egypte). S´en suivent plusieurs guerres (1948, 6 jours, Kippour etc.), avec un résultat : les Israéliens l´emportent sur le terrain militaire. Mais gagner la guerre est une chose, gagner la paix en est une autre. Après l´espoir de la période 1990 (Camp David, Rabbin etc.) vient le désespoir depuis 1996 (coucou Bibi Netanyahu !). Intifada I et Intifada II le retour, Gaza.... aujourd´hui ça donne quoi sur le terrain quand on voyage ?

Déjà l´aéroport nous a mis dedans ! 25 minutes d´interrogatoire individuel avec une agent du Mossad ! Rien que ça et c´était à Roissy ! "Pourquoi vous voyagez en Israël" [ne pas répondre "car je suis un fan de tonton Adolf"] Combien de jours ? C´est quoi votre métier ? C´est pas la rentrée ? Pourquoi vous arrêtez de travailler ? Qu´est-ce que vous êtes allé faire à Dubaï il y a 4 ans ? Euhhhhhh Combien de jours vous restez ? Euh, je te l´ai déjà dit, non ?! L´exercice est piégeux : elle pose plusieurs fois les mêmes questions, puis elle compare avec mon alcoolique, acolyte pardon, de voyage. Ca donne envie de faire des blagues, mais il vaut mieux éviter [pas sûr qu´ils apprécient le cri Allah Akbar au milieu de l´aéroport de toute façon]. Le même interrogatoire aura lieu à notre retour de Jordanie (alors que nous étions partis le matin même) et de Palestine. La sensation de l´aéroport était bizarre, surtout quand on a entendu nos noms appelés et qu´on les a vu s sur une liste de l´agent ! Forcément, j´ai pensé aux Palestiniens qui font l´aller-retour tous les jours...

D´ailleurs, et je l´ai appris là-bas : la Palestine n´existe pas. Celle des cartes en tout cas. Dans les faits, quelques villes (Jericho, Ramallah, Bethléem...) sont contrôlés par l´autorité palestinienne, mais elles ne sont pas reliées entre elles : l´Etat israélien contrôle 80% au bas mot de la Cisjordanie, et ces enclaves palestiniennes sont de plus, murées ! L´homme construit trop de murs et pas assez de ponts disait Newton. L´Etat israélien doit faire fantasmer Donald Trump car 4 milliards de dollars ont été utilisés pour murer la Cisjordanie, sans vraiment suivre les frontières officielles. Ainsi, nous avons traversé une frontière et un mur pour passer de Jérusalem Est à Bethléem, quand l´ONU dit que c´est la Palestine. Le mur est aussi impressionnant qu´à Belfast avec deux côtés très différents : blanc côté israélien, tagué de messages côté palestinien (on y réclame souvent la paix, la justice etc.)

quel mur ?

quel mur ?

C´est d´ailleurs ce mur, plus que notre absence de GPS, qui a ralenti notre sortie de la ville : on prenait des routes sur notre carte, et on nous disait au bout "ah, non, on ne passe plus là aujourd´hui, il y a le mur..." Ces Palestiniens sont-ils en cage ? La question se pose, mais pour Gaza pas de doute. Etrange sensation de voir cette ville au loin, alors qu´un blocus la coupe du reste du monde depuis 12 ans !!! Etrange aussi lorsque nous sommes sur la plage de Tel-Aviv et qu´un hélicoptère de l´armée israélienne passe au loin direction la cage, pas dorée celle-là.

Nous avons plutôt rencontré des filles israéliennes très à gauche. Clairement pas celles qui votent Netanyahu et sa politique colonialiste. Il n´empêche qu´elles expliquent aussi très bien les peurs du pays, comme les sirènes de Tel Aviv qui se mettent en branle, signifiant aux habitants : vous avez 90 secondes pour trouver un abri avant que la roquette arrive ! Nous n´avons pas connu ça (merci !), mais des roquettes sont tombées du Liban dans le Nord du pays lors de notre passage au Sud. Dans le même temps l´armée israélienne bombardait un lieu en Syrie et un autre en Irak.

L´Etat de guerre permanent. Aujourd´hui toutes les maisons ou appartements doivent avoir un abri ou une pièce forte. Toutes ! L´Israélien semble toujours se préparer au pire. 3 ans d´armée pour les mecs, deux ans pour les filles, obligatoire ! 

Petite scène dans le désert : nous roulons tranquillement quand un bruit sourd touche la voiture. Je m´arrête, et je pense que notre antenne qui bougeait s´est décollée, ou que l´on a heurté quelque chose. Je regarde : rien. Une deuxième énorme déflagration ! Boum ! Je ne comprends pas tout de suite. Je regarde à gauche, et je vois écrit : champ de tir pour tanks ! Et en effet, les tanks tiraient à côté de nous ! Impressionnant !!

Le Nord d´Israël, et du conflit israélo-palestinien en voyage

Et pourtant, aussi bizarre que ça puisse paraître, c´est un immense sentiment de sécurité qui a prédominé pour nous durant ce voyage. Ca a du bon, les Etats militaires et la surveillance de masse [sic !]

Est-ce que les choses vont s´arranger un jour ? Forcément j´en doute, et je suis pourtant un très grand optimiste. J´ai vu des communautés qui ne se mélangent pas, alors qu´elles ont tant en commun.... de la bouffe au bon Dieu lui-même ! 

Houmous israélien/palestinien

Houmous israélien/palestinien

Le gouvernement israélien est aujourd´hui tellement à droite qu´on se demande comment il fait pour continuer à pencher de ce côté-là à l´approche des élections ! Parvenir à la paix avec Bibi ? Non, je ne crois pas. Dans le même temps Gaza semble condamné à des décennies d´extrémisme et de misère, alors que le Hamas semble plus doué pour construire des roquettes qu´un programme économique et social...
En France, on a tendance à avoir une opinion assez pro-palestinienne, plutôt un soutien au petit David contre le gros Goliath (Israël n´est pas David cette fois !). L´Etat français n´a pourtant pas encore reconnu l´Etat palestinien (au contraire de 138 autres pays ! Allo Macron ?!)

"les pays développés" qu´on appelle ça, à savoir ceux qui ne reconnaissent pas l´Etat palestinien

"les pays développés" qu´on appelle ça, à savoir ceux qui ne reconnaissent pas l´Etat palestinien

L´espoir fait vivre. Clairement l´Etat israélien, vainqueur militaire, a les clés de la voiture qui emmène à la paix (il a aussi le moteur, la carosserie, les freins.... en gros les Palestiniens ont les feux de signalétique arrière !) Bibi n´est pas éternel, et ce sont de fait les électeurs israéliens qui décideront de gagner un jour la paix. Avec qui et comment, c´est une autre histoire.
 

Allez-y, c´est fascinant.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2019 4 12 /09 /septembre /2019 20:27

Le choix d´Israël/Palestine s´est fait au sein d´une short list : l´Islande, la Géorgie, le Mexique et même le Japon en faisaient partie ! Avec seulement 12 jours et une envie de diversité, c´est très vite apparu comme le choix idéal : de l´histoire, des paysages extraordinaires (dans le sens premier du terme), de la plage, du soleil, et un peu de politique ! (beaucoup en vérité) Et le symbole c´est forcément Jérusalem. LA ville. Difficile d´expliquer comment je l´imaginais, magique est peut-être le mot le plus adéquat, avec un foisonnement religieux incomparable.
A notre arrivée c´est pourtant vers la ville nouvelle que nous nous dirigeons, à la recherche de victuailles et de vie nocturne ; le lieu est adéquat, à des années lumières du coeur historique.

A Dunkerque, quand vient le carnaval

A Dunkerque, quand vient le carnaval

Le lendemain, nous franchissons les remparts, tels des croisés défiant Saladin, partant à la rencontre de David, Jésus et Mahomet. Bref, d´Abraham.

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

Le Mur des Lamentations, la Mecque des Juifs (comment ça j´ai pas le droit ?!). C´est le dernier vestige du second Temple construit par Hérode le Grand au premier siècle de notre ère (quoique les historiens ne soient plus tout à fait d´accord, je ne rentre pas dans le débat). 20 siècles nous surplombent. 

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

Le lieu sépare les hommes et les femmes pour la prière devant un mur de 500 mètres de long et 32 mètres de haut, craquelé, rempli de petits papiers laissés là par des pratiquants venus déposer ici leur prière. Les Juifs l´appelent simplement le Mur (Kotel), le terme de lamentations venant des chrétiens un peu moqueurs ! Une zone à l´ombre rassemble des Juifs orthodoxes effectuant une prière collective. Je regarde et j´écoute en silence. Frissons, même pour l´agnostique que je suis.

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)
Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

Au-dessus même du mur, de l´autre côté, le dôme du Rocher et la Mosquée Al Aqsa, 3ème lieu saint de l´Islam (comme Moscou est la troisième Rome ! oui, j´arrête avec les comparaisons religieuses !). Le lieu est seulement ouvert 3 heures le matin et 1 heure l´après-midi pour les non-musulmans (bon les Juifs n'ont pas l´air invités ! hormis à vouloir refaire une Intifada !). Le dôme est clairement le monument le plus impressionnant de la ville. Il a été construit en 691 par les Musulmans, pris par les croisés puis repris par Saladin.

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)
Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

Ce serait le lieu où Mahomet est monté au paradis. C´est également le lieu où Abraham est monté avec son fils Isaac pour l´offrir en sacrifice à Dieu. C´est également l´endroit où Salomon a bâti le premier temple. Oui, il y en a pour tous ici ! Presque dommage que le lieu ne soit pas ouvert à tous, ça rappellerait les points communs aux trois religions (un jour Inch´Allah !).

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

On se plaît à observer les petits footballeurs pas soucieux pour un sou des cris et du ballon qui vole dans ce lieu si sérieux. 

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

Côté chrétien, Jérusalem c´est aussi le chemin de croix et l´Eglise du Saint-Sépulcre ! Cette église rassemblerait le lieu de la crucifixion, la grotte où le corps de Jésus est déposé et c´est donc le lieu de la résurrection !

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

Nous nous asseyons pour lire cette histoire quand les cloches de l´église se mettent à sonner. Quelques minutes plus tard, c´est l´appel à la prière par le muezzin. Exceptionnel. Des pèlerins du monde entier nous entourent. Le quartier arménien paraît presque tranquille en comparaison (alors qu´une cathédrale, un monastère et la tour de David s´y succèdent !)

Enfin, sur le mont des Oliviers, en haut d´un immense cimetière juif, le soleil se couche sur l´Esplanade des mosquées.

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)
Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

Il y a tellement à dire sur cette ville et ses lieux saints. Je pourrais vous parler du souk, des loukoums et du thé, des bonnes soeurs et des juifs en papillote (ceci n´est pas une recette !). En sortant de la vieille ville, après une journée sacrément chargée, on se rend bien compte de la chance qu´on a eu de pouvoir l´arpenter dans son ensemble, faisant fi des frontières religieuses et des murs parfois trop présents. Jerusalem, c´est les religions du livre, c´est un symbole des liens qui unissent les trois cultes. Dommage qu´ils soient si désunis ici.

Le lendemain, c´est à Bethléem que nous continuons notre pèlerinage. Beaucoup de différences, et pour cause : nous passons côté palestinien. C´est pourtant à seulement 10 kilomètres au Sud de Jérusalem, et la majorité des Israéliens n´y a jamais mis les pieds (j´évoquerai la politique et nos perceptions dans le prochain article).

Bethléem est considéré comme le lieu de naissance de Jésus (et de David !). La basilique de la nativité est le lieu de pèlerinage le plus important, deux millions de visiteurs y viennent chaque année. L´église est administrée par l´église orthodoxe, l´église arménienne et le patriarcat latin. C´est parfois tendu entre les 3, quand ce n´est pas l´armée israélienne qui en fait le siège (en 2002). Bref, le lieu était sur la liste du patrimoine mondial en péril jusqu´à cet été ! (et c´est vrai que ça mérite quelques rénovations)

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)
Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)

La ville vaut aussi le coup pour ses petites ruelles et ses falafels, son gros bazar et la vue des alentours. Pas exceptionnel en soi, mais c´est notre première (et véritablement seule) incursion en Palestine. Ca le vaut.

Le départ, après une couchsurfeuse très sympa, vaut le récit. Il faut vous dire comment on voyageait avec Lucas : une voiture louée, et pas de GPS. Là où ça peut se compliquer ce sont les panneaux en hébreu, c´est à dire un autre alphabet, mais c´est traduit dans l´ensemble. N´empêche que pour sortir d´une grande ville c´est jamais facile. Prenez Paris, vous êtes dans le centre : pas facile de trouver un panneau écrit Toulouse. Nous on cherchait à rejoindre la Mer Rouge, avec nos deux armes : une carte routière et.... une boussole ! Oui, l´instrument du Moyen-Age ! Direction, plein Est ! Clairement c´est l´aventure. La preuve, une heure après notre départ de Jérusalem nous étions.... revenus au même endroit ! Tu parles d´un succès ! Tout n´est pas de notre faute (j´expliquerai demain) mais ça a le mérite de rappeler à quoi sert le GPS !

Jérusalem, voyage en terre sainte (et Bethléem !)
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2019 3 11 /09 /septembre /2019 20:29

Quand je pensais voyager en Israel/Palestine, je n'imaginais pas trop mettre Pétra dans la boucle. Et puis, en observant la carte, nous nous sommes rendus compte qu'il n'y avait que deux heures entre la frontiere israélienne d'Eilat et la capitale des Nabatéens, l'un des lieux les plus exceptionnels de la région ! Ca a l'air facile de passer la frontière, allez, en route !

Et à l'aller, c'est en effet assez facile. On doit simplement payer une taxe de sortie du territoire de 100 shekels coté israélien (environ 25 euros). Pour Pétra, on n'hésite pas ! Pas de visa coté jordanien, et nous voici dans le royaume du roi Abdhallah II, fils du roi Hussein, lui-même fils du premier Abdhallah. La généalogie est plutôt intéressante, car le dernier cité s'est fait assassiner par un nationaliste palestinien sur l'esplanade des mosquées à Jérusalem après avoir annexé la Cisjordanie (le plus gros morceau de la Palestine de l'époque). Quant à l'actuel roi, il a joué dans la série Star Trek 3 ans avant son accession au pouvoir ! (un rôle muet, mais quand même !).

Un taxi nous emmène directement à Petra depuis la frontière (90 dinars). Nous traversons alors un paysage digne de Mars, à l'ouest du Wadi Rum. Tellement martien que des scènes du film Seul sur Mars ont été tournées ici ! (ainsi que dans les deux derniers Star Wars). Côté historique, la zone est également celle arpentée par T.E. Lawrence, plus connu sous son surnom de Lawrence d'Arabie, qui joue un rôle dans la révolte des arabes contre l'Empire ottoman pendant la première guerre mondiale.

Pétra, reine du désert

Allez, assez d'histoire ! Nous arrivons dans Petra, la capitale des Nabatéens ! Euh... bon, qui étaient les Nabatéens ? Attendez, je mets une photo pour vous motiver à suivre ce cours d'histoire du Proche-Orient!

Pétra, reine du désert

Oui, quand même ! L'image est mythique, le lieu l'est tout autant ! Pour arriver devant la Khazneh, et sa façade extraordinaire, nous devons entrer dans un canyon qui l'est tout autant !

Pétra, reine du désert

La faille a été creusée par l'eau (des wadi comme on dit ici) sur plus d'un kilomètre de long pour quelques mètres de large (seulement deux parfois !). Nous sommes littéralement entourés par des murs de pierre de dizaines de mètres de haut (jusqu'à 200 !) et passons ainsi dans ce canyon étroit pour rejoindre le lieu le plus connu du site. La Khazneh est... un tombeau ! Directement taillée dans le grès rosé, elle fascine par sa précision et sa vieillesse : elle date de plus de 2 000 ans ! Le lieu est longtemps surnommé le trésor du pharaon en raison de l'immense urne en haut de la façade (les Bédouins étaient persuadés qu'il y avait à l'intérieur un trésor, au point qu'aujourd'hui il reste des traces de balles sur l'urne !). L'intérieur est par contre inaccessible.

Nonchalance

Nonchalance

Voila, pour moi, c'était ça Pétra ! Sauf qu'au-delà de cette image il y a tout un site sur plusieurs kilomètres ! Et les Nabatéens n'ont pas chômé : tombes à n'en plus finir, colonnades, et même un théâtre romain ! Un régal tout au long du parcours !

Pétra, reine du désert
Pétra, reine du désert

Bon, qui étaient les Nabatéens du coup ?! Bonne question, merci ! C'était un peuple arabe de l'Antiquité, des commerçants (surtout spécialisés sur l'encens, la myrrhe et les épices). Ils commencent à devenir importants au IVeme siecle avant J-C et restent indépendants jusqu'en l'an 106 et l'arrivée des Romains (Trajan les annexe). Ils réussissent notamment à tenir tête aux armées d'Alexandre le Grand, et ont fait de Pétra leur capitale (protection facile, système aquatique ultra-perfectionné....). On estime que 20 000 personnes y habitent à l'apogée de la ville.

Pétra, reine du désert

Enfin, tout au bout du site (et après 800 marches à grimper sous un soleil de plomb !), il y a le Deir, moins connu que la Khazneh et c'est bien dommage : 42 mètres de haut et 45 mètres de large pour une façade qui n'a pas grand chose à envier à la première (c'est peut-être moins fin au niveau de la technique de sculpture). Au sommet, une urne funéraire de.... 9 mètres de haut !

Béééé oui !

Béééé oui !

Que dire de plus. C'est un lieu magique, un air de la vallée des rois et reines en Egypte avec le temple d'Abu Simbel en prime. Peut-être le plus beau site antique méditerranéen que j'ai vu tant il y en a (en nombre mais aussi en variété). La bonne surprise ce fut le peu de touristes sur place (souvent tout seul dans le canyon, une trentaine de personnes devant la Khazneh, etc.). La chaleur est importante, c'est clairement à prendre en compte, mais vous ne le regretterez pas.... même quand vous devrez repasser la frontière de l'autre côté. Car, à partir de là, ce fut un sketch comme seule l'administration peut en faire. Ceux qui ont lu les 12 travaux d'Astérix comprendront : nous arrivons côté jordanien, personne n'est là, on avance, on avance, au point d'être à la sortie. Dernier garde, qui nous dit.... allez au bureau 7. Nous y allons, on donne les passeports et les tickets de Pétra, qui normalement nous aident à payer moins cher pour sortir. On nous demande 40 dinars, or on avait déjà payé, selon nous, 40 dinars de plus à Pétra. Pas selon eux. On paye (on n'a pas le choix) et direction.... le bureau 4. Au bureau 4 on nous dit, non, c'est au bureau 12. Direction le 12, où on nous dit qu'on doit payer 10 dinars de plus. Pourquoi ? On ne comprend pas trop, sauf qu'on a pas le choix ! Corruption organisée ? On se pose la question ! Je n'ai plus de dinars, direction le bureau de change, puis retour au bureau 12 qui, une fois payé, nous envoie au bureau 4 qui, lui-même, nous renvoie au bureau 7.... oh, les gars, on ne pourrait pas tout faire avec la même personne !! On finit par sortir, les poches plutôt vides ! Et là, côté israélien, c'est le contrôle de sécurité et le passeport.... je garde ça pour un autre article, tant l'aéroport fut intéressant ! Toujours est-il que nous sommes revenus en Israël, prêts pour nos derniers jours de découverte !

Pétra, reine du désert
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2019 2 10 /09 /septembre /2019 21:50

Après avoir finalement réussi à trouver notre chemin pour quitter Jérusalem (je sais, vous n´avez pas encore eu l´article, mais je fais dans le désordre en raison de problèmes techniques !), nous traversons la Cisjordanie (oui, c´est la Palestine officiellement, mais dans les faits c´est plus compliqué, j´y reviendrai). Direction la Mer Morte, à la frontière jordanienne. C´est ici que se cache l´un des grands mystères de cette planète : une mer où l´on flotte ! 

Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge

J´ai vu des trucs chelous dans ma vie (un lac rouge m´a fasciné l´année dernière !) mais là c´est fort ! Car oui, je vous le confirme, pas besoin de nager car pas moyen de couler ! 

Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge

La Mer Morte est chargée en sel (30%!), à tel point qu´on peut ramasser du gros sel dans le fond (ca peut servir si vous nagez avec des frites !). Elle est morte car elle ne contient pas de vie hormis quelques bactéries (bref, n´espérez pas pêcher pour réaliser le fish and chips !). Clairement une drôle de sensation, c´est à faire, mais pas plus d´une journée. Car la température extérieure est un peu chaude (43 degrés !), la température de l´eau ne raffraîchit pas (plus de 30 !) et la Mer Morte frustre : impossible de nager ! Chaque mauvais réflexe se paie cash (tiens j´ai un truc qui gratte dans l´oeil..... ahhhhhh le sel ! ahhhh ça pique ! ahhhhhh où est la douche ?!!). [Conseil féminin du jour : ne pas vous épiler la veille de la nage car chaque lésion vous fera souffrir !] 

Une banquise de sel

Une banquise de sel

Au-dessus de la Mer Morte, c´est Masada, lieu mythique pour les Juifs. Petit cours d´histoire : après avoir été un palace pour le roi Hérode, la forteresse de Masada devient le lieu de résistance des Juifs face aux Romains. Car en 72 après Jacques Chirac toute la Judée est occupée. Toute ? Non, car une petite forteresse résiste encore et toujours aux envahisseurs. Pas besoin de potion magique, juste d´un lieu stratégique : une montagne totalement isolée dans le désert et entourée de falaises (jusqu´à 450 mètres de haut !) Les Romains font le siège pendant 7 mois, et font construire une rampe d´accès de 100 mètres de haut par des prisonniers juifs ! Sacrés travaux ! L´objectif est d´arriver aux murs de la forteresse. Les Juifs présents décident lorsque leur cause est perdue de tous se suicider. Les Romains franchissent la muraille et prennent la forteresse devenue cimetière. Ce sacrifice est encore commémoré aujourd´hui en Israël (des soldats viennent y prêter serment "Massada ne tombera pas une nouvelle fois !"). 

Le lieu vaut le coup rien que pour l´histoire et si ça ne vous a pas convaincu, il y a une belle vue sur la mer Morte et des restes du palais d´Hérode (il avait plutôt une vue sympa sur sa terrasse !). 

Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge
Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge
Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge

Le désert du Neguev. Oubliez les dunes, ici c´est rocailleux, c´est montagneux : une superbe désolation. Nous le traversons la première fois du Nord au Sud, puis en sens inverse. Quasiment en son milieu un cratère de 40 kilomètres de long, jusqu´à 10 kilomètres de large et 500 mètres de profondeur : le cratère Ramon. Ce n´est pas un impact d´une grosse météorite, "juste" l´effet de l´érosion (dame nature est une belle artiste !).

Devant nous se dresse un mur que nous escaladons comme de vulgaires sauvageons. 

Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge
Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge

En haut, le paysage nous paraît lunaire. Enfin, c´est comme ça que j´imagine la lune, quoique c´est plutôt Mars à y réfléchir ! (avec des teintes rouges et noires au milieu du jaune) Dans cette immensité même une voiture lancée à 140 km/h a l´air de se traîner comme un escargot !

Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge
Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge

Enfin, au sud du désert, ce sont Eilat et la Mer Rouge qui ouvrent leurs bras. Grosse station balnéaire, avec un air d´Ibiza, Eilat est sympa pour faire la fête (on a testé pour vous la plus grande boîte d´Israël, en effet il y avait de la place, des troupeaux de filles de 18 ans qui en paraissaient 15 et une scène digne du Tomorrow Land, j´ai vomi dans la boîte (oui ça vient comme ça, je soupçonne des glaçons !).

Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge

Bref, pour le côté tendre et râgoutant, il y a la Mer Rouge, connue pour être l´un des plus beaux endroits de plongée et snorkelling au monde. En effet, à peine entré dans l´eau que les coraux enchantés et les poissons déjantés sont autour de nous (ils viennent mordre nos pieds ces cons là !), dans un arc-en-ciel de couleur. Fascinant, comme à chaque fois.

Alors pourquoi, oui pourquoi (pourquoi, pourquoi, pourquoi ce silence ? oh là, je m´emballe !) les Israéliens lancent-ils leurs déchets dans la Mer Rouge ? Littéralement. Restaurant en bord de mer. Une dame assise derrière nous. Un gobelet en plastique dans la main, vide. Elle le jette dans l´eau. What ???? Allongé sur la plage, un sac plastique s´envole. Personne ne réagit. Plouf, dans l´eau. Miam miam pour les poissons !
Enervant au possible, nous nous sommes bien sûr motivés plusieurs fois pour sauver dame nature, mais je suis inquiet pour la région si les comportements n´évoluent pas.

Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge

Pour terminer, tout en haut d´Eilat, après une randonnée fantastique d´une bonne heure, le Mont des Ardoises offre un spectaculaire panorama : 4 pays autour de nous ! A gauche Israël, en face la Jordanie, un peu plus loin dans le Golfe d´Aqaba l´Arabie Saoudite et à droite l´Egypte ! Paye tes démocraties ! D´ailleurs, on part dans l´une d´entre elles (sic !), il paraît que Pétra vaut le coup d´oeil !

Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge
Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge
Israël, de la Mer Morte à la Mer Rouge
Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs