1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:08

Joseph Losey, Monsieur Klein (1976) : 15,5/20. Avec Alain Delon.

L'histoire d'un patronyme, celui de monsieur Klein, vrai Français, qui reçoit un journal juif. Nous sommes pendant l'occupation, Paris. Dans son bon droit, monsieur Klein va à la police pour signaler l'erreur. Étant pris pour cet autre Klein, il se lance dans une enquête jusqu'au boutisme, obsédé qu'il est par cet autre Klein.

Un bon scénario, un bon Alain Delon. Vainqueur du César du meilleur film.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:08

Juan Carlos Fresnadillo, 28 semaines plus tard : 4(pas fini). C’est la suite de 28 jours plus tard de Danny Boyle. Un film de zombie, sans scénario. Jeremy Renner (Démmineurs), Robert Carlyle, Rose Byrne et pas grand chose…

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:07

Eve

All about Eve. 13,5/20. Titre français : Eve. Réalisé par Joseph L. Mankievitz. Avec Bette Davis et Anne Baxter. Gagnant en 1951.

 

Le monde du théâtre. Margo Channing, la star de la scène, reçoit dans sa loge Eve, une grande admiratrice qui a assisté à toutes les représentations. Elle la prend sous son aile, un peu par pitié. Mais très vite Eve se révèle être une immanquable calculatrice, calquant l’ensemble de sa personnalité sur son modèle, au point de rêver à une carrière. Le film joue énormément sur la prestation de Bette Davis, sa jalousie, parfois sa folie. Le petit monde du théâtre est dépeint de manière très sombre, entre les stars ayant la grosse tête et ceux qui cherchent à arriver en haut de l’affiche.

En 1951, il y avait également Sunset Boulevard dans les nominés et j’ai clairement une préférence pour celui-ci (mais c’est très dur de départager Bette Davis et Gloria Swanson pour la meilleure actrice, les Oscars ayant tranché pour… Judy Holliday !).

14 nominations (record), 6 récompenses.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:06

Jonathan Lynn, Cluedo (1985) : 15/20.

Six invités dans une maison folle. Et c'est parti pour le jeu.
Un maître-chanteur. Et une belle brochette de meurtrier possible.
Un thriller en mode comédie, parfois hilarant. De très bonnes répliques. Très bonne surprise. Donne envie de rejouer au jeu.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:06

José Padilha, Troupe d'élite (2007) : 15/20. Avec Wagner Moura.

 

Brésil, 1997, Roberto Nascimento est le capitaine d'un bataillon d'élite de la police militaire brésilienne, le BOPE, réputé incorruptible. L'usure liée à la dangerosité de son métier et la grossesse en cours de son épouse Rosane le poussent à quitter le BOPE, mais pas avant d'avoir trouvé un homme digne de le remplacer à la tête de son unité. C'est à ce moment-là qu'il est désigné pour diriger l'une des équipes ayant mission de « pacifier » le Morro do Turano, une favela particulièrement dangereuse, en vue du séjour du pape Jean-Paul 2à Rio de Janeiro quelques mois plus tard. Le film montre la préparation de son bataillon dans cette mission et met en avant l'antagonisme entre la police militaire « traditionnelle » et les troupes d'élite que représente le BOPE, au travers de l'histoire parallèle de deux aspirants officiers de la police militaire, Neto (Caio Junqueira) et Matias (André Ramiro), qui découvrent la cruauté de la réalité du terrain : corruption de leurs collègues et impuissance devant les exactions pratiquées dans les favelas. Au cours d'une opération dans la favela qui tourne mal, leur chemin croise celui du Capitão Nascimento et de son équipe qui leur portent secours. Impressionnés par l'efficacité et la droiture manifeste de leurs sauveurs, les deux aspirants se portent candidats pour entrer dans les troupes d'élite.

Tout au long du film, une narration en voix off est assurée par le personnage principal du film, le Capitão Nascimento.

 

Très bon film d'action qui vous plonge dans l'univers des favelas brésiliennes. Pas de sentiment, pas de ralentissement, le film fonce à l'allure de la BOPE.

 

 

Ours d'or à Berlin

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:05

Jonathan King, Black Sheep (2006) : 13/20.

Une comédie-épouvante à prendre au troisième degré, avec des moutons ayant subi des changements d'ADN qui attaquant les humains, une véritable épidémie ! Quelques répliques sympa. A noter les paysages fantastiques de Nouvelle-Zélande.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:04

John Lee Hancock, The Blind Side (2009) : 13/20. Avec Sandra Bullock et Tim McGraw.

Un grand noir américain qui n'a pas grand chose est recueilli par une riche famille. Il se décide à jouer au football américain, et devient très vite l'un des joueurs les plus convoité. Film très américain (sport US + mélange de bons sentiments)
Oscar de la meilleure actrice pour Bullock.  

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:04

John Requa, I love you Philip Morris (2009) : 14. Jim Carrey m’étonne à chacun de ses rôles. Tiré d’une histoire vraie. Steven Russell est un homme marié, père de famille conventionnel et policier. Orphelin, il se met en tête de retrouver sa mère en utilisant frauduleusement les bases de données de la police. Grâce à cela, il la retrouve. Puis un jour, à la suite d'un accident, Steven fait son coming out et quitte femme et enfants. Steven sort à présent avec Jimmy, Ewan McGregor (Obi-Wan dans Star Wars) et habite Miami, mais être homo lui coûte cher en vêtements, sorties, etc. il enchaîne donc les arnaques à l'assurance pour se faire de l'argent facilement. Humour et côté attachant de Jim Carrey. 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:03

John Huston, Le trésor de la Sierra Madre (1948) : 14.Une très bonne chasse à l’or avec Humphrey Bogart et Tim Holt au Mexique. Alors qu’ils ont travaillaient ensemble ils finissent par s’entre-tuer alors qu’il avait parfaitement partager l’or. La fin est d’une moralité exemplaire. Oscar du meilleur réalisateur et Walter Huston, père de John, oscar du meilleur second rôle (unique dans l’histoire !)

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 13:03

John Landis, The Blues Brothers (1980) : j'ai manqué le début donc difficile de noter. Au départ c’est un sketch du Saturday Night Live. Mais quel B.O. ! Quelle rythme ! John Belushi (Joliet Jack Blues) et Dan Aykroyd (Elwood Blues) sont géniaux.

A voir en entier ! Everybody need somebody !

 

Cab Calloway, James Brown, Ray Charles, Aretha Franklin… c’est du casting !

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs