1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:59

Mickael Haneke, Le ruban blanc (2009) : 15/20.

 

 

Quelle fresque ! L'Allemagne du nord, début 1900. La vie dans un village, à la suite de la chute d'un médecin. Chute qui paraît tout, sauf accidentelle.
Le petit village où tout finit par se savoir. L'histoire laisse beaucoup de place aux mystères et à l'interprétation. Récompensé par la palme d'or à Cannes.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:59

Michael Mann, Heat (1995) : 15/20. Avec Al Pacino et Robert De Niro.

 

Neil McCauley (De Niro) est à la tête d'un gang de braqueur. De par ses méthodes et sa professionnalisation, il est une cible de choix pour Vincent Hanna (Al Pacino), lieutenant à la crim.

 

Au-delà du film d'action, il y a la réflexion. Et de la difficulté de combiner vie professionnelle et vie affective, pour les deux personnages principaux. Le film laisse un ton désabusé à la victoire de la force, de la justice.
Et puis le match de ces deux grands acteurs... Scarface vs Taxi Driver !

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:58

Michael Curtiz et Casablanca (1942), sympa, mais sans plus. Des répliques cultes, Humphrey Bogard dans son rôle et Ingrid Bergman splendide. Oscar du meilleur film en 1944, il dévoile Casablanca alors sous occupation, contrôlé par le gouvernement de Vichy. Une réplique culte : Arrêtez les suspects habituels ! « Nous aurons toujours Paris ». (We’ll always have Paris).

 

Note : 14/20.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:58

Michael Haneke, Amour (2012) : 17,5/20. Avec Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva et Isabelle Hupert.

Une claque. Une histoire de vieillesse. Et d'amour. Anne est victime d'un AVC. Puis d'un deuxième.
Georges va devoir se consacrer à elle, à sa santé. Grosse interprétation du couple, grand film.

 

 

Palme d'or à Cannes, nommé au César et au Oscar.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:57

Shooting Dogs : J'ai regardé pour ma présentation. Autant vous dire que le sujet, le génocide rwandais, n'est pas très gai. Ce film est dans l'étroite ligné. Il raconte l'épisode de l'abandon d'une école par des soldats belges alors que celle-ci protégait des civils. 2000 morts. A éviter pour les suicidaires...15/20

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:56

Michael Anderson, Le tour du monde en 80 jours (1956) : 9/20. Avec David Niven et Cantinflas.

Grosse déception pour l'oscar du meilleur film ! Phileas Fogg, une histoire que j'apprécie pourtant. Mais la réalisation est décevante, les acteurs étant emmenaient en ballon, en Espagne... (alors que ce n'est pas le cas du livre). Beaucoup de clichés sur l'Europe. Le rythme est parfois lent. Dommage.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:56

Michael Apted, Le monde ne suffit pas (1999) : 12,5/20. Avec Pierce Brosnan et Sophie Marceau.

Une histoire de pétrole, de terroriste, de plutonium, le tout en Azerbaïdjan. Un scénario pas trop mal, l'action est également là, mais j'ai l'impression que je commence un peu à me lasser de l'action avec des retournements de situation toutes les quinze minutes.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:55

Mel Smith, Bean (1997) : 14/20. Avec Rowan Atkinson.

 

Un film sur ce personnage mythique, sorte de Charlot des temps modernes. Une histoire de peinture, la fameuse Mère de Whistler, que Bean va décrire aux Etats-Unis, étant envoyé par la National Gallery de Londres (qui s'en débarrasse ainsi!). De l'humour Bean, parfois tordant, même si j'en avais parfois honte (c'est pas beau de se moquer!)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:54

Matthew Vaughn (Layer Cake), Kick Ass (2010) : 15/20.

 

J’ai apprécié cette comédie américaine provenant d’un comic. Aaron Johnson (L’illusionniste), Chloë Moretz (500 jours ensemble) et bien sûr Nicolas Cage. L’histoire paraît un peu folle mais c’est rythmé, beaucoup d’action.  

Partager cet article
Repost0
1 mai 2004 6 01 /05 /mai /2004 18:54

Maurice Pialat, A nos amours (1983) : 11/20. Avec Sandrine Bonnaire, Maurice Pialat, Dominique Besnehard.

Suzanne, quinze ans, découvre les joies et les peines de la vie. De déception amoureuse à sexe facile, il y a un pas qu'elle franchit très (trop) rapidement. Le départ de son père la bouleverse et rompt un équilibre familial fragile. Un drame de la vie. Pialat est convaincant, Bonnaire un peu moins selon moi. Le scénario reste limité.

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs