6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 08:02

Comment rejoindre le Mont-Saint-Michel et arriver à Rennes dans la journée ? Au fond de moi il y a beaucoup d'incertitude. L'objectif, c'est de ne pas prendre de retard pour arriver à l'heure chez Tif. Mais pour sortir de Ouistreham, c'est déjà la galère. Un mec sympa nous fait sortir du littoral, prend des raccourcis et nous emmène assez loin, plus loin que sa maison. C'est ça aussi le stop, certains font des trajets qu'ils n'effectueraient pas normalement.

P1010205.JPGEnsuite nos premiers étrangers (ce sera les seuls), des Néerlandais qui s'arrêtent dans un bled... Là, petits soucis pour lancer la discussion ^^ J'ai bien dit Danlcul (merci en néerlandais) mais ensuite c'est en anglais qu'il faut se débrouiller. Petit travail pratique pour moi ! Arrivée à Bayeux (petite pensée au général !) On continue notre avancée vers Le-Mont-Saint-Michel, direction Saint-Lô puis Avranches. Un élève infirmier puis un couple à l'allure un peu bizarre. Nous on s'en fout un peu de l'apparence de ceux qui nous prennent. L'important c'est d'avancer.
A Avranches c'est le stress. D'ordinaire on aime faire du stop à la sortie de la ville, notamment au niveau d'un rond-point. Le souci c'est que là c'est une rocade... Une petite heure passe (tiens, un Pont Audemer !) Et finalement une famille s'arrête. Un mec, sa femme et sa fille et puis nous, un peu serrés dans la voiture. Eux font une balade. On explique notre histoire. Et les voici partis au Mont-Saint-Michel alors qu'ils n'avaient pas prévu d'y aller !
On discute beaucoup avec eux. Lui est dégoûté d'avoir loupé Jimmy Briand hier, qui était chez un copain. Elle nous présente le Mont-Saint-Michel, le deuxième Japon, un peu trop touristique à son goût. Nous arrivons dans les bouchons, des voitures, des campings-cars : pas de doute on y est !

P1010217.JPGLe Mont-Saint-Michel est vraiment très beau. J'avais des souvenirs de jeunesse mais assez vagues. On grimpe, on fend la foule et on apprécie.

P1010219.JPG

Première vidéo pour résumer ces derniers jours et pour expliquer les moments que nous avons vécus. Petite séance photo et on se prépare à décoller.

P1010221.JPG

Il faut s'approcher de Rennes ! Un urbaniste tout seul dans sa voiture nous emmène un bout puis un mec et sa cousine, sles deux en vacances. L'avancée vers Rennes est très rapide, deux gars nous avancent enfin dans la ville. En tout aujourd'hui 9 prises en stop ! Enorme tout de même.

Rennes, ville étudiante, ville festive. Réaction mitigée à postériori. Nous arrivons assez tard dans la ville, Antoine pense déjà : où dormir ? Moi je réfléchis où manger. Une boulangerie nous offre 9 pains : de la viande, du chocolat...on ne mangera pas tout ! C'est à ce moment là que je croise la fille qui m'a sauvé la vie aux Philippines. Vraiment étonné de cette rencontre : elle est d'Amiens, moi du Nord et on se croise à Rennes. Déjà sa présence à Manille était extraordinaire...J'ai prévenu Antoine, si je la recroise un jour je la demande en mariage !
Petite balade dans la rue Saint-Michel ou rue de la Soif ^^

P1010240.JPGBeaucoup de cafés et au fond le coin des miséreux : vision étonnante. Et puis le parlement de Bretagne. L'inquiétude monte chez mon partenaire : où dormir ? Je pense discuter dans la rue de la Soif, il n'y croit pas vraiment. On se décide alors à prendre le train et à sortir de la ville. Mais il n'y a qu'un train et on arrive un peu trop tard. On se repose alors au parlement de Bretagne, on commence à stresser. Que faire ? On arpente les rues, puis on déambule... Un café nous propose l'auberge de jeunesse : on n'a rien à perdre. Là-bas, après quelques dizaines de minutes de recherches, on nous explique qu'il est trop tard, qu'il n'y a plus de place. Aïe, on est en galère. On se pose sur un banc, deux heures de mat', je m'endors en SDF. L'occasion de mieux comprendre leur vie. Finalement le mec de l'auberge nous dit de nous poser derrière, sur le parking, petit coin d'herbe...Dur, je m'endors très vite. Antoine moins.

P1010246.JPGC'est réellement une journée qui nous aura servi pour la suite. L'objectif sera d'éviter une "soirée rennaise" ou grosse soirée galère. Heureusement on se rappelle que demain, c'est la Bretagne et l'arrivée chez Tif !

J.R.


Belle journée qui se termine malheureusement par une nuit difficile.. où j'aurais passer le plus clair de mon temps normalement imparti au sommeil, à écouter la discussion de deux jeunes toxicomans...junkies décérébrés, aux propos quelque peu démunis de sens .
Mais rue de la soif je reviendrai ;)

A.

Partager cet article
Repost0
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 07:51

La première nuit passe vite et pas le temps de s'arrêter que l'on doit déjà aller à Caen ! La route est difficile, le stop marche bien jusqu'à Pont Audemer... Cette ville nous aura marqué pour le reste du séjour. Dès que l'on va galérer un peu en stop : "tiens un Pont Audemer !" Traversé du nord au sud, puis 5 km à pied et toujours pas pris en stop... Enfin une Audi pilotée par une femme s'arrête juste à l'endroit où je prends la photo !

P1010151.JPGEnsuite un phénomène nous prend en stop, un mec, ouvrier. En discutant il craque parfois. "Vous faites quoi dans la vie ?" "Je suis ouvrier, je suis de la merde en fait..." On passe devant un radar il gueule : "enculé !"...
Où boire et où manger ? Pour remplir notre gourde : les cafés. Pas encore de refus, tout le monde est prêt à donner de l'eau à deux randonneurs. Pas contre pour manger... la première fois ce fut à Pont l'Evêque. Je vois une boulangerie et je tente le coup. "Bonjour, voilà on fait une randonnée et on vient du Pas-de-Calais. On fait ça avec un euro par jour et là on est un peu en manque de nourriture..." A ma grande stupéfaction, la boulangère m'offre deux viennoiseries ! Hummmm ! On savoure.

P1010154.JPG

C'est grâce à elle que l'on va maintenant constamment "taxer" les boulangeries, notamment aux heures de fermeture.
Après ces heures difficiles nous rejoignons donc Caen grâce à un 62. Celui-ci nous offre une petit café et à manger...ah ces ch'tis ! Caen me laisse de très bons souvenirs. Peut-être parce qu'on m'en avait parlé assez négativement ! Deux abbayes bien sympa et une château ducal qui m'impressionne !

P1010176.JPG

On passe par le stade et le centre de formation. Surtout Antoine récupère à manger dans une boulangerie. Un joli petit sachet grâce à un mec qui a d'abord une drôle de réaction : "passez à la fermeture, parce que là je suis surveillé (en donnant des petits coups d'oeil à la caméra) ! Retenez bien cet épisode, Antoine qui demande à manger ce sera l'unique fois !
Où dormir ? Et oui la question revient régulièrement ! On se dit d'avancer vers le Mont Saint Michel et de faire comme la veille. Mais une jaguar décapotable nous offre le déplacement vers Ouistreham et les plages du débarquement...Alors forcément on ne résiste pas ! (c'est notre dixième prise en stop) Le mec se la pète un peu, et surtout il carbure : pointe à 190 km ! Moi qui suis derrière les cheveux au vent...ça décoiffe ! On arrive sur la plage pour passer la soirée. Petite balade qui fait plaisir et puis un peu de stress. On se pose sur la plage, mais la fraicheur du sable et la sécurité nous font penser que ce n'est pas une bonne idée. On observe les champs des alentours (un peu trop marécageux !) Et puis on tombe sur des personnes à qui l'on a parlé en soirée. 3 jeunes, pas sûr qu'ils ont 18 ans. Ils nous cherchent une solution, vont voir au camping avec nous. Et finalement ils nous proposent de dormir dans l'une des 2 tentes qu'ils ont plantées chez eux ! Enorme ! Même pas besoin de sortir la nôtre !

P1010200.JPGJ.R.


Pas de doute, Pont-Audemer fera jurisprudence tout au long du périple . Une journée qui finit en beauté avec cette petite virée en jaguar cabriolet et un premier coucher de soleil sur la plage que j'ai particulièrement apprécié .

A.

Partager cet article
Repost0
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 07:35

Départ 8h30 de la grand place de Saint-Omer. On immortalise le moment et en route vers l’inconnu . L’énigmatique périple commence. L’objectif du jour est d’atteindre Rouen. Dans la fraîcheur audomaroise, on arpente les premières rues, on descend les premières marches sans penser aux milliers d’autres qui vont suivre. A droite à gauche, tout droit, s’orienter n’est pas encore un souci , on est chez nous. On est quand même dans le flou, mais c’est le jour de vérité ou on aura une partie des réponses à la pléthore de questions que l‘on se pose : Est-ce que le stop marche encore ? Combien de temps va t- on attendre ?

P1010120.JPG

On tend son pouce hésitant de novice une première fois vers le ciel : sensation bizarre, sans succès . Des prémices de gros doute semblent s’installer rapidement. Les premiers kilomètres sont donc avalés à pied et nous voilà à la sortie de Wizernes. Jerem’ le sent bien, et il a du flair semble --il ,une première voiture nous prend :un Audomarois qui va a Lorient chercher son fils et qui passe près de Rouen. Quelle chance ! On entame la discussion, et il nous dépose une grosse centaine de km plus loin à un péage à proximité de notre but. On recommence l’auto stop et c’est un accidentologue qui nous prend et qui nous dépose ….- et  c’est un comble pour un accidentologue- sur une bretelle d’autoroute … ( Aurait-il eu envie d’étudier un cas pratique ? ) On se débrouille pour sortir de l’autoroute en franchissant tant bien que mal un grillage et en traversant un champ pour rattraper une route nationale en direction de Rouen .

P1010121.JPG

On hésite à s’arrêter pour déjeuner mais on renonce finalement et heureusement car c’est à ce moment là qu’une chanteuse de clubs libertins s’arrête pour  nous avancer jusqu’au cœur de la ville où elle nous indique le quartier des prostituées … On se dit alors que l’autostop se joue vraiment à pas grand-chose et que le moindre choix a son impact.
13h et nous voilà dans le centre de la ville aux cent clochers ou nous sommes arrivés sans trop de difficultés. On mange rapidement dans le quartier historique de la rive droite, puis on visite le vieux Rouen, la cathédrale, la place du vieux marché, le gros horloge, et tout cela sous le soleil au zénith.

P1010131.JPGS’en suit une sieste réparatrice sur les quais de Seine avant qu’on ne quitte la ville pour passer la nuit sous la tente fraîchement acquise . Sortir d’une ville s’avère en réalité être un exercice hautement délicat mais on réussit à se faire prendre en stop près d’un rond point presque miraculeusement étant donné la circulation dense. Le jeune homme, au volant d’une vieille voiture presque de collection , guitare sur la banquette arrière , connaît ça le stop et nous a pris sans hésitation. A la sortie de la ville, on marche pour se trouver un endroit perdu entre Rouen et Caen et on monte la toile de tente. Pour une première nuit, on tombe rapidement dans les bras de Morphée. La première journée s’achève et le début est très encourageant pour la suite. L’aventure ne fait que commencer.

 

P1010145.JPG

A.


  Marcher sous le soleil, sensation agréable que seuls les coups de soleil peuvent gâcher en partie. Rouen sera la seule ville où le rouge marquera certaines parties de nos corps...

Pour le reste de la journée, Antoine l'a raconté avec talent ! ^^ Rouen a laissé pour moi un léger goût de déception, peut-être en raison du trop grand nombre de propos élogieux qu'on m'avait faits de cette ville. Beaucoup d'églises en effet, mais beaucoup de coins qui se ressemblent aussi. Et pour le stop c'est un réel soulagement. L'avancée vers Rouen est très rapide, et les discussions s'engagent assez facilement. 0€ de dépensé, il faut dire que nos repas étaient préparés à l'avance. Je me couche donc en cherchant comment manger demain...

J.R.

Partager cet article
Repost0
3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 07:28

tour-de-france.JPG

Pourquoi partir ? Pourquoi vouloir quitter son petit confort ? Quelles raisons poussent à vouloir se retrouver face à l'inconnu ? Etes-vous fous ?
Parfois ces questions nous ont été posées et nous n'avions pas toujours la réponse escomptée. Partir en vancances est souvent agréable. Et chacun a ses préférences. La Côte d'Azur ou le Touquet, certains préfèrent la plage. D'autres chercheront la campagne et la tranquilité en plein milieu de la Lozère. Et puis nous, pauvres ignorants, simples étudiants, chercheurs d'or.
Ne pas avoir les même vacances que d'ordinaire. Ne pas chercher la facilité. Et surtout découvrir.
Vous connaissez Pékin-Express ? Emission qui permet à des équipes de deux d'aller jusqu'à Pékin avec un euro par jour. Bien sûr les caméras et "certaines aides" font que ce voyage est possible. L'idée m'est venue il y a plusieurs mois de réaliser un tour de France. Et cela avec 1€ par jour.
Pourquoi pas ? Beaucoup me répètent avant le départ qu'on ne tiendra pas, que ce n'est pas possible, que l'on va craquer très vite. Autant de propos qui me surmotiveront dans les moments difficiles. Mais qui me mettent un peu de doute sur ce que va être ce voyage, cette aventure.

Antoine est très vite intéressé par ma proposition. Comme c'est quelqu'un qui me parait sérieux, j'accepte sans difficulté. L'objectif est de ne pas faire tout ça seul. à 2 ou 3, cela me parait faisable. Au final, ce sera 2.

Il faut donc préparer un peu nos 3 semaines. C'est bien beau de partir à l'aventure mais il vaut mieux un peu de préparation. Notamment sur notre parcours. Partir vers l'Est ou vers l'Ouest ? On s'arrête dans quelles villes ? Où dormir, on connait des gens là-bas ?
Très vite l'information de notre aventure fait le tour de ma famille, de mes amis. Chacun cherche un endroit ou une connaissance dans les villes que nous allons visiter. On est sûr de la Bretagne, de Montpellier et de Dijon. Il en reste beaucoup.

Notre parcours est prêt, l'heure du départ arrive à grands pas. Les achats ont été effectués, le sac, les chaussures, la gourde. Autant d'éléments indispensables aux voyageurs. Ma mère se fait à l'idée de mon départ, Antoine triche un peu en n'avouant pas à ses parents que c'est avec un euro par jour...

La dernière nuit est difficile. Le week-end a été chargé, totalement décalé, le sommeil tarde à arriver. J'imagine alors des tas de scénario possible. Certains totalement farfelus, d'autres totalement impossibles. Et puis je rêve très vite à ce qui sera trois semaines de folie...

P1010119.JPG

J.R.


Pour ma part c'est une proposition quelque peu originale de Jérémy que j'accepte volontiers malgré tout.
Partir autrement, ne pas être un touriste, un vacancier, mais plutôt avec l’âme d’un voyageur : intéressant. Je me dis qu'on aura du temps pour faire le beauf’ de service plus tard avec son parasol et sa glacière. Alors on laisse tout ça ici, tout comme les déceptions, les galères d’une année, trois slips, quatre tee-shirts, et trois francs six sous, et en route pour l’aventure...
Plusieurs autres aspects intéressants en réalité :
- No conso, je reste fidèle à la légende selon laquelle je suis un radin .
- Écologique, de source sûre il faut savoir qu’en France en moyenne, le taux de remplissage d’une voiture est  de 1,5 personnes! vive le stop, c’est écolo)
- Relationnel, rencontrer des gens de milieux différents, d’origine différente, de régions différentes.
- Culturel, conclure presque 20 années de visites aux quatre coins de l’hexagone.

Et puis bien évidemment pour " le fun ", parce qu'on est jeune et qu'il faut en profiter !


A.

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs