16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 08:28

Thierry-Roland.jpgLe décès de Thierry Roland la nuit dernière attriste beaucoup d’amateurs de football, moi le premier. J’ai beau n’avoir que 25 ans, c’est un peu ma voix du football qui s’en va. Déjà que Thierry Gilardi a disparu en 2008…

Mes souvenirs de football sont loin de n'être que des images. Ce sont parfois des odeurs, comme celle du Parc des Princes un soir de Paris-Auxerre il y a quelques années, respirant les fumigènes du Kop Boulogne et du Virage Auteuil au temps de leur grandeur.

C’est le bruit aussi, celui des chants des supporters (ah les Irlandais avant hier), celui de la musique des hymnes nationaux, ou des vuvuzelas en 2010…

Le football c’est aussi du goût, quand on se retrouve ensemble devant un match pour manger un américain Sensas dans l’un des cafés de Saint-Omer ou une pizza chez moi.

Les matchs de football sont un ensemble : la pression lors des tirs au but, ou sur un corner adverse à 2-1 dans les arrêts de jeu. Les cris de joie, les larmes de tristesse. Et les commentateurs, leurs petites phrases. Alors oui, le décès de Thierry Roland m’attriste. Je ne connaissais pas le monsieur, mais il fait partie de mes souvenirs. Et son décès, c’est un peu la mort de ceux-ci. Sa disparition, c’est un rappel : on vieillit. Et on devra abandonner tous ceux qui, un jour, ont fabriqué nos souvenirs.

 

Une petite vidéo en hommage, lorsque le public de Valenciennes a repris en choeur le fameux Tout à fait Thierry

Partager cet article
Repost0

commentaires

R

les propos racistes, on oublie ?
Répondre

Plus De Blogs